Vigiles (OSB) du mercredi 14 février 2018 - Mercredi des Cendres

Dies post Cineres Jours après les Cendres
Feria IV Mercredi
Feria IV Cinerum Mercredi des Cendres
In primo nocturno, utroque anno Premier nocturne, années I et II
De libro Isaíæ prophétæ Du livre d'Isaïe
Lectio I Lecture I
Hæc dicit Dóminus Deus: Clama fórtiter, ne cesses; quasi tuba exálta vocem tuam et annúntia pópulo meo scélera eórum et dómui Iacob peccáta eórum. Me étenim de die in diem quærunt et scire vias meas volunt, quasi gens quæ iustítiam fécerit et iudícium Dei sui non derelíquerit. Rogant me iudícia iustítiæ, appropinquáre Deum volunt. " Quare ieiunávimus et non aspexísti, humiliávimus ánimam nostram et nescísti? " Ecce in die ieiúnii vestri ágitis negótia et omnes operários vestros opprímitis. Ecce ad lites et contentiónes ieiunátis et percútitis pugno ímpie. Nolíte ieiunáre sicut hódie ut audiátur in excélso clamor vester. Crie à pleine gorge, ne te retiens pas, comme le cor, élève la voix, annonce à mon peuple ses crimes, à la maison de Jacob ses péchés. C'est moi qu'ils recherchent jour après jour, ils désirent connaître mes voies, comme une nation qui a pratiqué la justice, qui n'a pas négligé le droit de son Dieu. Ils s'informent près de moi des lois justes, ils désirent être proches de Dieu. " Pourquoi avons-nous jeûné sans que tu le voies, nous sommes-nous mortifiés sans que tu le saches? " C'est qu'au jour où vous jeûnez, vous traitez des affaires, et vous opprimez tous vos ouvriers. C'est que vous jeûnez pour vous livrer aux querelles et aux disputes, pour frapper du poing méchamment. Vous ne jeûnerez pas comme aujourd'hui, si vous voulez faire entendre votre voix là-haut!
R/. Ecce nunc tempus acceptábile, ecce nunc dies salútis. Commendémus nosmetípsos in multa patiéntia, in ieiúniis multis, * Per arma iustítiæ virtútis Dei. V/. In ómnibus exhibeámus nosmetípsos sicut Dei minístros, ut non vituperétur ministérium nostrum. * Per arma. R/. C'est maintenant le moment favorable, c'est maintenant le jour du salut. Méritons le respect par notre endurance, par nos jeûnes prolongés, * Par les armes de justice de la puissance de Dieu. V/. Pour que notre ministère ne soit pas décrié, présentons-nous en toute circonstance comme de vrais ministres de Dieu. * Par les armes.
Lectio II Lecture II
Numquid tale est ieiúnium quod elégi, dies quo homo afflígit ánimam suam? Numquid contorquére quasi iuncum caput suum et saccum et cínerem stérnere? Numquid istud vocábis ieiúnium et diem acceptábilem Dómino? Nonne hoc est ieiúnium quod elégi: dissólvere víncula iníqua, sólvere funes iugi, dimíttere eos qui confrácti sunt líberos, et omne iugum dirúmpere? Nonne frángere esuriénti panem tuum, et egénos, vagos indúcere in domum? Cum víderis nudum, óperi eum et carnem tuam ne despéxeris. Tunc erúmpet quasi auróra lumen tuum, et sanátio tua cítius oriétur; et anteíbit fáciem tuam iustítia tua, et glória Dómini cólliget te. Tunc invocábis et Dóminus exáudiet, clamábis et dicet: " Ecce adsum. " Est-ce là le jeûne qui me plaît, le jour où l'homme se mortifie? Courber la tête comme un jonc, se faire une couche de sac et de cendre, est-ce là ce que tu appelles un jeûne, un jour agréable au Seigneur? N'est-ce pas plutôt ceci, le jeûne que je préfère: défaire les chaînes injustes, délier les liens du joug; renvoyer libres les opprimés, et briser tous les jougs? N'est-ce pas partager ton pain avec l'affamé, héberger chez toi les pauvres sans abri, si tu vois un homme nu, le vêtir, ne pas te dérober devant celui qui est ta propre chair? Alors ta lumière éclatera comme l'aurore, ta blessure se guérira rapidement, ta justice marchera devant toi et la gloire du Seigneur te suivra. Alors tu crieras et le Seigneur répondra, tu appelleras, il dira: Me voici!
R/. Emendémus in mélius quæ ignoránter peccávimus, ne súbito præoccupáti die mortis, quærámus spátium pæniténtiæ, et inveníre non possímus. * Atténde, Dómine, et miserére, quia peccávimus tibi. V/. Peccávimus cum pátribus nostris, iniúste égimus, iniquitátem fécimus. * Atténde. R/. Réparons par une meilleure conduite les péchés de notre aveuglement, de peur que, surpris tout-à-coup par la mort, nous cherchions en vain le temps de faire pénitence. * Vois, Seigneur, prends-nous en pitié: nous avons péché contre toi! V/. Avec nos pères, nous avons péché, nous avons failli, renié. * Vois.
Lectio III Lecture III
Si abstúleris de médio tui iugum et desíeris exténdere dígitum et loqui iniquitátem; si effúderis esuriénti ánimam tuam et ánimam afflíctam satiáveris, oriétur in ténebris lux tua, et calígo tua erit sicut merídies. Et te ducet Dóminus semper, et satiábit in locis áridis ánimam tuam et ossa tua firmábit; et eris quasi hortus irríguus et sicut fons aquárum cuius non defícient aquæ. Et reædificábit gens tua ruínas antíquas; fundaménta generatiónis et generatiónis suscitábis: et vocáberis restitútor ruinárum, instaurátor viárum ut habiténtur. Si tu bannis de chez toi le joug, le geste menaçant et les paroles méchantes, si tu te prives pour l'affamé et si tu rassasies l'opprimé, ta lumière se lèvera dans les ténèbres, et l'obscurité sera pour toi comme le milieu du jour. Le Seigneur sans cesse te conduira, il te rassasiera dans les lieux arides, il donnera la vigueur à tes os, et tu seras comme un jardin arrosé, comme une source jaillissante dont les eaux ne tarissent pas. On reconstruira, chez toi, les ruines antiques, tu relèveras les fondations des générations passées, on t'appellera Réparateur de brèches, Restaurateur des chemins, pour qu'on puisse habiter.
R/. Frange esuriénti panem tuum, et egénos vagósque induc in domum tuam; * Tunc erúmpet quasi mane lumen tuum, et anteíbit fáciem tuam iustítia tua. V/. Cum víderis nudum, óperi eum, et carnem tuam ne despéxeris. * Tunc erúmpet. V/. Glória Patri. * Tunc erúmpet. R/. Partage ton pain avec l'homme affamé, recueille chez toi le malheureux sans abri; * Alors ta lumière jaillira comme l'aurore, ta justice marchera devant toi. V/. Couvre celui que tu verras sans vêtement, et ne te dérobe pas à ton semblable; * Alors. V/. Gloire au Père.* Alors.
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Sermónibus sancti Augustíni epíscopi (Sermo 205, 1: PL 38, 1039-1040) Sermon de saint Augustin
Lectio I Lecture I
Observatiónem Quadragésimæ sollémni réditu præsentátam, hodiérno die ingrédimur: quo vobis sollémniter étiam exhortátio nostra debétur; ut Dei sermo per nostrum offícium ministrátus, ieiunatúros córpore, pascat in corde; ac sic intérior homo cibo suo reféctus, exterióris castigatiónem possit ágere, et robústius sustinére. Cóngruit enim nostræ devotióni ut qui Dómini crucifíxi passiónem iam propinquántem celebratúri sumus, reprimendárum carnálium voluptátum crucem nobis ipsi étiam faciámus, sicut dicit Apóstolus: Qui autem Iesu Christi sunt, carnem suam crucifixérunt cum passiónibus et concupiscéntiis. Nous entrons aujourd'hui dans l'observance du Carême qui vient à nous selon le retour de l'année liturgique; en ce temps une exhortation de notre part est également nécessaire pour vous selon ce qui est prévu, afin que la parole de Dieu, dispensée par notre ministère nourrisse dans leurs cœurs ceux qui vont jeûner en leurs corps, et que l'homme intérieur, ainsi réconforté par la nourriture qu'il lui faut, puisse accomplir la mortification de ce qui est extérieur, et la supporter avec plus de vigueur. En effet, il convient à notre piété que nous qui allons célébrer la passion, qui déjà est proche, du Seigneur crucifié, nous nous fassions nous-mêmes une croix pour réprimer les voluptés charnelles, comme le dit l'Apôtre: Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié leur chair avec ses passions et ses convoitises.
R/. Derelínquat ímpius viam suam, et vir iníquus cogitatiónes suas, et revertátur ad Dóminum, et miserébitur eius; * Quia benígnus et miséricors est, præstábilis super malítiam Dóminus Deus noster. V/. Non vult Dóminus mortem peccatóris, sed ut convertátur et vivat. * Quia benígnus. R/. Que le méchant abandonne son chemin, et l'homme pervers, ses pensées! Qu'il revienne vers le Seigneur, qui aura pitié de lui; * Car il est tendre et compatissant, le Seigneur notre Dieu, il renonce au châtiment. V/. Le Seigneur ne désire pas la mort du pécheur, mais qu'il se convertisse et qu'il vive. * Car.
Lectio II Lecture II
In hac quidem cruce, per totam istam vitam quæ in médiis tentatiónibus dúcitur, perpétuo debet pendére christiánus. Non enim est in hac vita tempus evelléndi clavos de quibus in psalmo dícitur: Confíge clavis a tímore tuo carnes meas. Carnes sunt carnáles concupiscéntiæ; clavi sunt præcépta iustítiæ: his illas timor Dómini confígit, qui nos illi acceptábilem hóstiam crucifígit. Unde item dicit Apóstolus: Obsecro ítaque vos, fratres, per miseratiónem Dei, ut exhibeátis córpora vestra hóstiam vivam, sanctam, Deo placéntem. Crux ergo ista in qua Dei servus non solum non confúnditur, sed étiam gloriátur dicens: Mihi autem absit gloriári, nisi in cruce Dómini nostri Iesu Christi, per quem mihi mundus crucifíxus est, et ego mundo: crux, inquam, ista non quadragínta diérum est, sed totíus huius vitæ. Sur cette croix, durant toute cette vie qui s'écoule au milieu des tentations, le chrétien doit toujours être suspendu. En effet, ce n'est point pour nous le temps, durant cette vie, d'arracher les clous, dont il est dit dans un psaume: Transperce mes chairs de clous par ta crainte. Les chairs sont les convoitises charnelles, les clous sont les préceptes de la justice; par ces préceptes nos convoitises sont transpercées par la crainte du Seigneur, elle qui nous crucifie comme une victime agréable pour lui. Aussi l'Apôtre dit-il encore: Je vous conjure donc, frères, par la miséricorde de Dieu, d'offrir vos corps comme une victime vivante, sainte et agréable à Dieu. Voilà donc cette croix, en laquelle le serviteur de Dieu non seulement n'est pas confondu, mais plutôt glorifié en disant: Pour moi puissé-je ne me glorifier qu'en la croix de notre Seigneur Jésus-Christ par qui le monde est crucifié pour moi, et moi pour le monde. Cette croix, dis-je, n'est pas de quarante jours mais de toute la vie.
R/. Paradísi portas apéruit nobis ieiúnii tempus. Suscipiámus illud orántes et deprecántes, * Ut in die resurrectiónis cum Dómino gloriémur. V/. Ecce nunc tempus acceptábile, ecce nunc dies salútis; némini dantes ullam offensiónem. * Ut in die. R/. Les portes du paradis nous ont été ouvertes par un temps de jeûne. Accueillons donc ce temps, dans la prière et la supplication, * Afin qu'au jour de la résurrection, nous soyons glorifiés avec le Seigneur. V/. C'est maintenant le moment favorable, c'est maintenant le jour du salut; ne donnons à personne occasion de scandale, * Afin.
Lectio III Lecture III
Unde et Móyses et Elías et ipse Dóminus quadragínta diébus ieiunavérunt: ut insinuarétur nobis et in Móyse et in Elía et in ipso Christo, hoc est in Lege et prophétis et in ipso Evangélio, id nobíscum agi ne conformémur et hæreámus huic sæculo, sed crucifigámus hóminem véterem. Sic semper hic vive, christiáne: si terréno limo gressus non vis immérgere, noli de ista cruce descéndere. Si autem hoc faciéndum est per totam vitam, quanto magis per istos Quadragésimæ dies quibus non solum ágitur, verum étiam significátur hæc vita? Aussi Moïse, Élie et le Seigneur lui-même ont jeûné quarante jours pour qu'il nous soit indiqué en Moïse, en Élie et dans le Seigneur lui-même, c'est-à-dire dans la Loi, les Prophètes et l'Évangile lui-même, qu'il s'agit pour nous de ne pas nous conformer ni nous attacher à ce monde, mais de crucifier le vieil homme. Vis toujours ainsi ici-bas, chrétien; si tu ne veux pas enfoncer tes pas dans la boue terrestre, ne descend pas de cette croix. Or s'il faut faire cela durant toute la vie, combien plus pendant ces jours du Carême, qui non seulement sont une partie de la vie, mais qui la symbolisent aussi!
R/. Qui cognóscis ómnium occúlta, a delícto meo munda me; * Tempus mihi concéde ut repænitens clamem: Peccávi, miserére mei, Deus. V/. Avérte fáciem tuam a peccátis meis, et omnes iniquitátes meas dele. * Tempus. V/. Glória Patri. * Tempus. R/. Toi qui connais les secrets des cœurs, purifie-moi de mon péché. * Accorde-moi un temps de repentir et de supplication: Oui, j'ai péché, pitié pour moi, mon Dieu! V/. Détourne ta face de mes fautes, enlève tous mes péchés. * Accorde-moi. V/. Gloire au Père.* Accorde-moi.