Vigiles (OSB) du lundi 19 février 2018 -

Hebdomada I Quadragesimae Ière semaine de Carême
Feria II Lundi
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
De libro Exodi Du livre de l'Exode
Lectio I Lecture I
In diébus illis: Vidébant se præfécti filiórum Israel in malo, eo quod dicerétur eis: " Non minuétur quidquam de latéribus per síngulos dies "; occurrerúntque Móysi et Aaron qui stabant ex advérso egrediéntibus a pharaóne, et dixérunt ad eos: " Vídeat Dóminus et iúdicet quóniam fœtére fecístis odórem nostrum coram pharaóne et servis eius; et præbuístis ei gládium ut occíderet nos. " Reversúsque est Móyses ad Dóminum et ait: " Dómine, cur afflixísti pópulum istum? Quare misísti me? Ex eo enim quo ingréssus sum ad pharaónem ut lóquerer in nómine tuo, afflíxit pópulum tuum; et non liberásti eos. " En ce temps-là, les scribes des Israélites se virent dans un mauvais cas quand on leur dit: " Vous ne diminuerez rien de votre production quotidienne de briques. " Ayant quitté Pharaon, ils se heurtèrent à Moïse et à Aaron qui se tenaient devant eux. Ils leur dirent: " Que le Seigneur vous observe et qu'il juge! Vous nous avez rendus odieux aux yeux de Pharaon et de ses serviteurs et vous leur avez mis l'épée en main pour nous tuer. " Moïse retourna vers le Seigneur et lui dit: " Seigneur, pourquoi maltraites-tu ce peuple? Pourquoi m'as-tu envoyé? Depuis que je suis venu trouver Pharaon et que je lui ai parlé en ton nom, il maltraite ce peuple, et tu ne fais rien pour délivrer ton peuple. "
R/. Audi, Israel, præcépta Dómini, et ea in corde tuo quasi in libro scribe; * Et dabo tibi terram fluéntem lac et mel. V/. Obsérva ígitur et audi vocem meam, et inimícus ero inimícis tuis. * Et dabo. R/. Écoute, Israël, écoute les préceptes du Seigneur! Inscris-les dans ton cœur comme sur un livre; * Et je te donnerai une terre, un pays ruisselant de lait et de miel. V/. Mets donc en pratique, Israël, et entends ma parole! Alors, je serai l'ennemi de tes ennemis, * Et je te donnerai.
Lectio II Lecture II
Dixítque Dóminus ad Móysen: " Nunc vidébis quæ factúrus sim pharaóni; per manum enim fortem dimíttet eos et in manu robústa eíciet illos de terra sua. " Locutúsque est Dóminus ad Móysen dicens: " Ego Dóminus, qui appárui Abraham, Isaac et Iacob ut Deus omnípotens; et nomen meum Dóminum non indicávi eis. Pepigíque cum eis fœdus, ut darem illis terram Chánaan, terram peregrinatiónis eórum in qua fuérunt ádvenæ. Ego audívi gémitum filiórum Israel, quia Ægýptii oppressérunt eos, et recordátus sum pacti mei. Ideo dic fíliis Israel: Ego Dóminus qui edúcam vos de ergástulo Ægyptiórum; et éruam de servitúte ac rédimam in bráchio excélso et iudíciis magnis. Et assúmam vos mihi in pópulum et ero vester Deus; et sciétis quod ego sum Dóminus Deus vester qui edúxerim vos de ergástulo Ægyptiórum et indúxerim in terram super quam levávi manum meam, ut darem eam Abraham, Isaac et Iacob; dabóque illam vobis possidéndam, ego Dóminus. " Le Seigneur dit alors à Moïse: " Maintenant, tu vas voir ce que je vais faire à Pharaon. Une main forte l'obligera à les laisser partir, une main forte l'obligera à les expulser de son pays. " Dieu parla à Moïse et lui dit: " Je suis le Seigneur. Je suis apparu à Abraham, à Isaac et à Jacob comme El Shaddaï, mais mon nom de Seigneur, je ne le leur ai pas fait connaître. J'ai aussi établi mon alliance avec eux pour leur donner le pays de Canaan, la terre où ils résidaient en étrangers. Et moi, j'ai entendu le gémissement des Israélites asservis par les Égyptiens et je me suis souvenu de mon alliance. C'est pourquoi tu diras aux Israélites: Je suis le Seigneur et je vous soustrairai aux corvées des Égyptiens; je vous délivrerai de leur servitude et je vous rachèterai à bras étendu et par de grands jugements. Je vous prendrai pour mon peuple et je serai votre Dieu. Et vous saurez que je suis le Seigneur, votre Dieu, qui vous aura soustraits aux corvées des Égyptiens. Puis je vous ferai entrer dans la terre que j'ai juré de donner à Abraham, à Isaac et à Jacob, et je vous la donnerai en patrimoine, moi le Seigneur. "
R/. Vos qui transitúri estis Iordánem, ædificáte altáre Dómino de lapídibus quos ferrum non tétigit, et offérte super illud holocáusta et hóstias pacíficas * Deo vestro. V/. Cumque intravéritis terram quam Dóminus datúrus est vobis, ædificáte ibi altáre Dómino * Deo. R/. Le jour où vous passerez le Jourdain, vous bâtirez un autel au Seigneur, fait de pierres brutes, que le fer n'aura pas touchées; et sur cet autel, vous offrirez des holocaustes et des sacrifices de paix au Seigneur * Votre Dieu. V/. Lorsque vous serez entrés sur la terre du pays que le Seigneur vous donne, vous y construirez un autel pour le Seigneur * Votre Dieu.
Lectio III Lecture III
Narrávit ergo Móyses ómnia fíliis Israel; qui non acquievérunt ei propter angústiam spíritus et opus duríssimum. Locutúsque est Dóminus ad Móysen dicens: " Ingrédere et lóquere ad pharaónem regem Ægýpti, ut dimíttat fílios Israel de terra sua. " Respóndit Móyses coram Dómino: " Ecce fílii Israel non áudiunt me, et quómodo áudiet me phárao, præsértim cum incircumcísus sim lábiis? " Locutúsque est Dóminus ad Móysen et Aaron et dedit mandátum ad fílios Israel et ad pharaónem regem Ægýpti, ut edúcerent fílios Israel de terra Ægýpti. Moïse parla ainsi aux Israélites mais ils n'écoutèrent pas Moïse car ils étaient à bout de souffle à cause de leur dure servitude. Le Seigneur parla à Moïse et lui dit: " Va dire à Pharaon, le roi d'Égypte, qu'il laisse partir les Israélites de son pays. " Mais Moïse prit la parole en présence du Seigneur et dit: " Les Israélites ne m'ont pas écouté, comment Pharaon m'écouterait-il, moi qui n'ai pas la parole facile? " Le Seigneur parla à Moïse et Aaron et les envoya auprès de Pharaon, le roi d'Égypte, pour faire sortir les Israélites du pays d'Égypte.
R/. Sicut fui cum Móyse, ita ero tecum, dicit Dóminus. * Confortáre et esto robústus; introdúces pópulum meum ad terram lacte et melle manántem. V/. Quóniam tecum est Dóminus Deus tuus, in ómnibus ad quæcúmque perréxeris. * Confortáre. V/. Glória Patri. * Confortáre. R/. Je serai avec toi, comme j'ai été avec Moïse, déclare le Seigneur. * Sois ferme et courageux; tu feras entrer mon peuple sur la terre d'un pays ruisselant de lait et de miel. V/. Car le Seigneur ton Dieu est avec toi, quoi que tu fasses, où que tu ailles. * Sois ferme. V/. Gloire au Père.* Sois ferme.
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Sermónibus sancti Augustíni epíscopi (Sermo Mai 14, 1: PLS 2, 449-450) Sermon de saint Augustin
Lectio I Lecture I
Exhortatiónibus divinárum lectiónum et aliméntis verbi Dei bene pasci cotídie corda caritátis vestræ non ignorámus; propter desidérium tamen quo accéndimur in ínvicem, caritátis loquéndum est áliquid caritáti vestræ. Quid áliud, quam de ipsa caritáte? Ipsa est enim de qua quisque si loqui volúerit, non sibi éligit lectiónem quæ recitétur, ut de caritáte sit occásio sermocinándi: omnis enim página, quæcúmque aperítur, hanc sonat. Vos cœurs, nous ne l'ignorons pas, sont chaque jour bien nourris par les exhortations des divines lectures et l'aliment de la parole de Dieu; à cause du désir dont nous nous embrasons mutuellement, il me faut cependant dire une parole de charité à votre charité. Et de quoi traiter sinon de la charité? Qui veut parler d'elle, n'a pas, en effet, à choisir comme lecture un texte qui lui soit occasion de prêcher sur la charité: toute page que l'on ouvre la célèbre.
R/. Paradísi portas apéruit nobis ieiúnii tempus. Suscipiámus illud orántes et deprecántes, * Ut in die resurrectiónis cum Dómino gloriémur. V/. Ecce nunc tempus * acceptábile, ecce nunc dies salútis; némini dantes ullam offensiónem. * Ut in die. R/. Les portes du paradis nous ont été ouvertes par un temps de jeûne. Accueillons donc ce temps, dans la prière et la supplication, * Afin qu'au jour de la résurrection, nous soyons glorifiés avec le Seigneur. V/. C'est maintenant le moment favorable, c'est maintenant le jour du salut; ne donnons à personne occasion de scandale, * Afin.
Lectio II Lecture II
In hanc rem ipse Dóminus testis est, et ex Evangélio commonémur, quia cum ab illo quæsítum esset, quæ máxima præcépta essent in lege, respóndit: Díliges Dóminum Deum tuum ex toto corde tuo et ex tota ánima tua et ex tota mente tua; et díliges próximum tuum tamquam te ipsum. Et ne áliud quæreres in páginis sanctis, subiúnxit et ait: In his duóbus præcéptis tota lex pendet et prophétæ. Si tota lex et prophétæ in his duóbus præcéptis pendent, quanto magis Evangélium? Cáritas enim ínnovat hóminem, nam sicut cupíditas facit hóminem véterem, sic cáritas novum. Inde íngemens in conflictatióne cupiditátis ait: Inveterávi in ómnibus inimícis meis. Sur ce point, le témoin, c'est le Seigneur, et son Évangile nous en avertit, puisqu'à la question posée: Quels sont, dans la loi, les plus grands préceptes? il répondit: Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit, et ton prochain comme toi-même. Et de peur que tu ne cherches autre chose dans les pages sacrées, il ajouta: De ces deux préceptes dépendent toute la loi et les prophètes. Si toute la loi et les prophètes dépendent de ces deux préceptes, combien plus l'Évangile? La charité, en effet, renouvelle l'homme; de même que la convoitise rend l'homme vieux, ainsi la charité fait l'homme nouveau. De là vient que celui qui gémit dans le combat des passions, dit: Parmi tous mes ennemis, je suis devenu vieux.
R/. In ieiúnio et fletu orábant sacerdótes, dicéntes: * Parce, Dómine, parce pópulo tuo, et ne des hereditátem tuam in perditiónem. V/. Inter vestíbulum et altáre plorábant sacerdótes, dicéntes: * Parce. R/. Les prêtres du Seigneur suppliaient dans le jeûne et les larmes: * Pitié, Seigneur, épargne ton peuple, ne livre pas ton héritage à la ruine! V/. Entre le portail et l'autel, les prêtres se lamentaient, disant: * Pitié.
Lectio III Lecture III
Caritátem autem ad novum hóminem pertinére, ipse Dóminus hoc modo signíficat: Mandátum novum do vobis, ut vos ínvicem diligátis. Si ergo lex et prophétæ ex caritáte pendent, cum in lege et prophétis testaméntum vetus commendátum videátur, quanto magis Evangélium, quod testaméntum novum apertíssime dícitur, non pértinet nisi ad caritátem, quando et mandátum suum Dóminus non dixit, nisi ut vos ínvicem diligátis? Et novum dixit ipsum mandátum, et ad innovatiónem nostram venit, et novos hómines nos fecit, et novam hereditátem eamdémque ætérnam promísit. Que la charité concerne l'homme nouveau, le Seigneur lui-même le signifie en ces mots: Je vous donne un commandement nouveau: aimez-vous les uns les autres. Si donc la loi et les prophètes dépendent de la charité alors que c'est l'Ancien Testament qui semble proclamé, combien plus l'Évangile, désigné de toute évidence comme Nouveau Testament, n'a-t-il trait qu'à la charité, le Seigneur n'ayant donné comme sien d'autre commandement que celui-ci: Aimez-vous les uns les autres? Il a appelé nouveau ce commandement, il est venu pour nous renouveler, faire de nous des hommes nouveaux et nous promettre l'héritage nouveau et éternel.
R/. Emendémus in mélius quæ ignoránter peccávimus, ne súbito præoccupáti die mortis, quærámus spátium pæniténtiæ, et inveníre non possímus. * Atténde, Dómine, et miserére, quia peccávimus tibi. V/. Peccávimus cum pátribus nostris, iniúste égimus, iniquitátem fécimus. * Atténde. æ Glória Patri. * Atténde. R/. Réparons par une meilleure conduite les péchés de notre aveuglement, de peur que, surpris tout-à-coup par la mort, nous cherchions en vain le temps de faire pénitence. * Vois, Seigneur, prends-nous en pitié: nous avons péché contre toi! V/. Avec nos pères, nous avons péché, nous avons failli, renié. * Vois. V/. Gloire au Père. * Vois.