Vigiles (OSB) du dimanche 25 février 2018 - IIème dimanche de Carême

Hebdomada II Quadragesimae IIème semaine de Carême
Dominica Dimanche
Dominica II Quadragesimae IIème dimanche de Carême
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
De libro Exodi Du livre de l'Exode
Lectio I Lecture I
Cum emisísset phárao pópulum, non eos duxit Deus per viam terræ Philísthim, quæ vicína est, réputans ne forte pænitéret pópulum, si vidísset advérsum se bella consúrgere, et reverterétur in Ægýptum, sed circumdúxit per viam desérti, quæ est iuxta mare Rubrum. Et armáti ascendérunt fílii Israel de terra Ægýpti. Tulit quoque Móyses ossa Ioseph secum, eo quod adiurásset fílios Israel dicens: " Visitábit vos Deus; efférte ossa mea hinc vobíscum. " Lorsque Pharaon eut laissé partir le peuple, Dieu ne lui fit pas prendre la route du pays des Philistins, bien qu'elle fût plus proche, car Dieu s'était dit qu'à la vue des combats le peuple pourrait se repentir et retourner en Égypte. Dieu fit donc faire au peuple un détour par la route du désert de la mer des Roseaux. C'est bien armés que les Israélites montèrent du pays d'Égypte. Moïse emporta les ossements de Joseph avec lui, car celui-ci avait adjuré les Israélites en disant: " Oui, Dieu vous visitera, et alors vous emporterez d'ici mes ossements avec vous. "
R/. Vos qui transitúri estis Iordánem, ædificáte altáre Dómino de lapídibus quos ferrum non tétigit, et offérte super illud holocáusta et hóstias pacíficas * Deo vestro. V/. Cumque intravéritis terram quam Dóminus datúrus est vobis, ædificáte ibi altáre Dómino * Deo. R/. Le jour où vous passerez le Jourdain, vous bâtirez un autel au Seigneur, fait de pierres brutes, que le fer n'aura pas touchées; et sur cet autel, vous offrirez des holocaustes et des sacrifices de paix au Seigneur * Votre Dieu. V/. Lorsque vous serez entrés sur la terre du pays que le Seigneur vous donne, vous y construirez un autel pour le Seigneur * Votre Dieu.
Lectio II Lecture II
Profectíque de Succoth castrametáti sunt in Etham, in extrémis fínibus solitúdinis. Dóminus autem præcedébat eos ad ostendéndam viam per diem in colúmna nubis et per noctem in colúmna ignis, ut dux esset itíneris utróque témpore. Numquam défuit colúmna nubis per diem nec colúmna ignis per noctem coram pópulo. Ils partirent de Sukkot et campèrent à Étam, en bordure du désert. Le Seigneur marchait avec eux, le jour dans une colonne de nuée pour leur indiquer la route, et la nuit dans une colonne de feu pour les éclairer, afin qu'ils puissent marcher de jour et de nuit. La colonne de nuée ne se retirait pas le jour devant le peuple, ni la colonne de feu la nuit.
R/. Sicut fui cum Móyse, ita ero tecum, dicit Dóminus. * Confortáre et esto robústus; introdúces pópulum meum ad terram lacte et melle manántem. V/. Quóniam tecum est Dóminus Deus tuus, in ómnibus ad quæcúmque perréxeris. * Confortáre. R/. Je serai avec toi, comme j'ai été avec Moïse, déclare le Seigneur.* Sois ferme et courageux; tu feras entrer mon peuple sur la terre d'un pays ruisselant de lait et de miel. V/. Car le Seigneur ton Dieu est avec toi, quoi que tu fasses, où que tu ailles. * Sois ferme.
Lectio III Lecture III
Locútus est autem Dóminus ad Móysen dicens: " Lóquere fíliis Israel: Revérsi castrameténtur e regióne Phihahíroth, quæ est inter Mágdolum et mare contra Beélsephon; in conspéctu eius castra ponétis super mare. Dicturúsque est phárao super fíliis Israel: "Errant in terra, conclúsit eos desértum." Et indurábo cor eius, ac persequétur eos, et glorificábor in pharaóne et in omni exércitu eius; sciéntque Ægýptii quia ego sum Dóminus ". Fecerúntque ita. Le Seigneur parla à Moïse et lui dit: " Dis aux Israélites de rebrousser chemin et de camper devant Pi-Hahirot, entre Migdol et la mer, devant Baal-Cephôn; vous camperez face à ce lieu, au bord de la mer. Pharaon dira des Israélites: "Les voilà qui errent dans le pays, le désert s'est refermé sur eux." J'endurcirai le cœur de Pharaon et il se lancera à leur poursuite. Je me glorifierai aux dépens de Pharaon et de toute son armée, et les Égyptiens sauront que je suis le Seigneur. " C'est ce qu'ils firent.
R/. Pópule meus, quid feci aut quid moléstus fui tibi? Respónde mihi. Quóniam ego edúxi vos de terra Ægýpti et de domo servitútis. Quadragínta annos in erémo manna plui vobis, * Et oblíti estis me, dicit Dóminus. V/. Addúxi vos per desértum quadragínta annos in erémo, ego Dóminus. * Et oblíti. R/. Ô mon peuple, que t'ai-je fait? En quoi t'ai-je contristé? Réponds-moi! N'est-ce pas moi qui vous ai fait sortir de la terre d'Égypte, de la maison de servitude? Durant quarante années, dans le désert, n'ai-je pas fait pleuvoir du ciel, pour vous, une manne? * Et vous m'avez oublié, déclare le Seigneur. V/. Pendant quarante ans, à travers les terres arides, je vous ai conduits au milieu du désert, moi, le Seigneur! * Et vous.
Lectio IV Lecture IV
Et nuntiátum est regi Ægyptiórum quod fugísset pópulus; immutatúmque est cor pharaónis et servórum eius super pópulo, et dixérunt: " Quid hoc fécimus, ut dimitterémus Israel ne servírent nobis? " Iunxit ergo currum et omnem pópulum suum assúmpsit secum; tulítque sescéntos currus eléctos et quidquid in Ægýpto cúrruum fuit et bellatóres in síngulis cúrribus. Induravítque Dóminus cor pharaónis regis Ægýpti, et persecútus est fílios Israel; at illi egréssi erant in manu excélsa. Cumque persequeréntur Ægýptii vestígia præcedéntium, repperérunt eos in castris super mare; omnes equi et currus pharaónis, équites et exércitus eius erant in Phihahíroth contra Beélsephon. Lorsqu'on annonça au roi d'Égypte que le peuple avait fui, le cœur de Pharaon et de ses serviteurs changea à l'égard du peuple. Ils dirent: " Qu'avons-nous fait là, de laisser Israël quitter notre service! " Pharaon fit atteler son char et emmena son armée. Il prit six cents des meilleurs chars et tous les chars d'Égypte, chacun d'eux monté par des officiers. Le Seigneur endurcit le cœur de Pharaon, le roi d'Égypte, qui se lança à la poursuite des Israélites sortant la main haute. Les Égyptiens se lancèrent à leur poursuite et les rejoignirent alors qu'ils campaient au bord de la mer - tous les chevaux de Pharaon, ses chars, ses cavaliers et son armée - près de Pi-Hahirot, devant Baal-Cephôn.
R/. Addúxi vos per desértum quadragínta annos, ego Dóminus; non sunt attríta vestiménta vestra. * Manna de cælo plui vobis, et oblíti estis me, dicit Dóminus. V/. Pópule meus, quid feci aut quid moléstus fui tibi? Respónde mihi. Quóniam ego edúxi vos de terra Ægýpti.* Manna. V/. Glória Patri. * Manna. R/. Je vous ai conduits à travers le désert quarante années durant, moi, le Seigneur, et vos vêtements se sont-ils usés? * N'ai-je pas fait pleuvoir du ciel, pour vous, une manne? Et vous m'avez oublié, déclare le Seigneur. V/. Ô mon peuple, que t'ai-je fait? En quoi t'ai-je contristé? Réponds-moi! N'est-ce pas moi qui vous ai fait sortir de la terre d'Égypte? * N'ai-je pas. V/. Gloire au Père. * N'ai-je pas.
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Homilíis Orígenis presbýteri in Exodum (Hom. 5, 3: SC 321,156-158) Homélie d'Origène sur l'Exode
Lectio I Lecture I
Videámus quid dícitur ad Móysen, quæ via præcípitur eligénda. Tu fortásse credébas quia iter quod Deus osténdit, planum esset et molle, et nihil prorsus habéret difficultátis aut labóris. Ascénsio est et ascénsio tortuósa. Non enim proclíve iter est, quo ténditur ad virtútes; sed ascénditur et angúste ac difficúlter ascénditur. Audi étiam Dóminum in evangélio dicéntem quam arcta et angústa via est quæ ducit ad vitam. Voyons ce qui est dit à Moïse, quelle route il a ordre de choisir. Tu croyais peut-être que le chemin que Dieu montre est uni et facile, qu'il ne comporte absolument rien de difficile ou de pénible: c'est une montée, et une montée tortueuse. Car il ne va pas en descendant le chemin par où on tend aux vertus, mais on monte, et c'est une montée resserrée et difficile. Écoute le Seigneur encore dire dans l'évangile: Combien étroite et resserrée est la voie qui mène à la vie!
R/. Abscóndite eleemósynam in sinu páuperis, et ipsa orat pro vobis ad Dóminum, * Quia sicut aqua exstínguit ignem, ita eleemósyna exstínguit peccátum. V/. Honóra Dóminum de tua substántia, et de primítiis frugum tuárum da paupéribus. * Quia sicut. R/. Cache ton aumône dans le sein du pauvre, et elle intercédera pour toi devant Dieu: * De même que l'eau éteint les flammes, l'aumône éteint la dette du péché. V/. Honore de tes biens le Seigneur, et donne aux pauvres les prémices de tes récoltes: * De même que.
Lectio II Lecture II
Vide ergo quantum cónsonat evangélium cum lege. In lege osténditur virtútis via ascénsio tortuósa. In evangéliis dícitur arcta et angústa via quæ ducit ad vitam. Nonne hæc apérte étiam cæci vidére possunt, quod legem et evangélia unus atque idem Spíritus scripsit? Est ergo iter quod incédunt ascénsio tortuósa, et ascénsio spéculæ vel habens spéculam. Ascénsio ad actus pértinet, spécula ad fidem. Vois donc combien l'Évangile est en harmonie avec la Loi. Dans la Loi, on présente la voie de la vertu comme une montée tortueuse; dans les évangiles, on dit étroite et resserrée la voie qui mène à la vie. N'est-il pas vrai que même des aveugles peuvent clairement la voir: un seul et même Esprit a écrit la Loi et les évangiles. Le chemin où on s'avance est donc une montée tortueuse, et une montée de l'observatoire, ou ayant un observatoire: la montée concerne les actes; l'observatoire, la foi.
R/. Tribulárer si nescírem misericórdias tuas, Dómine; tu dixísti: Nolo mortem peccatóris, sed ut convertátur et vivat, * Qui Chananæam et publicánum vocásti ad pæniténtiam. V/. Et Petrum lacrimántem suscepísti, miséricors Dómine. * Qui Chananæam. R/. Je serais en proie aux tourments si j'ignorais ta miséricorde, Seigneur; n'as-tu pas dit: Je ne veux pas la mort du pécheur, mais qu'il se convertisse et qu'il vive, * Toi qui as conduit à la pénitence la Cananéenne et le publicain? V/. Et n'as-tu pas accueilli le repentir et les larmes de Pierre, miséricordieux Seigneur, * Toi qui.
Lectio III Lecture III
Osténdit ergo quia et in áctibus et in fide multa est difficúltas et multus labor. Multæ enim tentatiónes occúrrunt, multa offendícula, voléntibus ágere quæ Dei sunt. Tum deínde in fide multa invénies tortuósa, plúrimas quæstiónes, multas obiectiónes hæreticórum, multas contradictiónes infidélium. Hoc ergo iter agéndum est sequéntibus Deum. Sed est et turris in hoc itínere. Quæ est ista turris? Illa nimírum quam Dóminus in evangélio dicit: Quis vestrum volens turrim ædificáre, nonne prius sedébit et computábit sumptus, si habet unde perfíciat? Ista est ergo turris, sedes árdua et excélsa virtútum. On montre donc ceci: et les actes et la foi comportent bien des difficultés, bien des peines. Car bien des tentations, bien des obstacles s'opposent à ceux qui veulent agir selon Dieu. Par la suite, dans la foi, on trouve bien des choses tortueuses, beaucoup de points de discussion, bien des objections d'hérétiques, bien des contradictions d'infidèles. Tel est donc le chemin qu'ont à faire ceux qui suivent Dieu. Et sur ce chemin est une tour. Quelle est cette tour? Celle, assurément, dont le Seigneur parle dans l'évangile: Qui d'entre vous, s'il veut bâtir une tour, ne commence par s'asseoir et calculer la dépense, pour voir s'il a de quoi terminer? Cette tour est donc le siège des vertus, élevé et d'accès difficile.
R/. Angelis suis mandávit de te, ut custódiant te in ómnibus viis tuis. * In mánibus portábunt te, ne unquam offéndas ad lápidem pedem tuum. V/. Super áspidem et basilíscum ambulábis, et conculcábis leónem et dracónem. * In mánibus. R/. Il donne mission à ses anges de te garder sur tous tes chemins. * Ils te porteront sur leurs mains pour que ton pied ne heurte les pierres. V/. Tu marcheras sur la vipère et le scorpion, tu écraseras le lion et le dragon. * Ils te porteront.
Lectio IV Lecture IV
Sed videns hæc phárao, audi quid dicit: Errant, inquit, isti. Apud pharaónem, qui Deum séquitur erráre dícitur, quia, ut díximus, sapiéntiæ iter tortuósum est, multos habens flexus, multas difficultátes, plúrimos anfráctus. Dénique cum confiteáris unum Deum, eadémque confessióne Patrem et Fílium et Spíritum Sanctum ásseras unum Deum, quam tortuósum, quam diffícile, quam inextricábile vidétur hoc esse infidélibus! Tum deínde cum dicis Dóminum maiestátis crucifíxum, et Fílium hóminis esse qui descéndit de cælo, quam tortuósa hæc vidéntur, et quam difficília! Qui audit, si non cum fide áudiat, dicit quia errant isti; sed tu fixus esto, nec dúbites de huiúsmodi fide, sciens quia Deus tibi osténdit hanc fídei viam. Mais écoute ce que Pharaon, à cette vue, déclare: Ces gens-là s'égarent. Pour Pharaon, qui suit Dieu s'égare. C'est que, on l'a dit, le chemin de la sagesse est tortueux, avec maints tournants, maintes difficultés, nombre de détours. Ainsi, confesser qu'il y a un seul Dieu et affirmer dans la même confession que le Père, le Fils et le Saint-Esprit sont un seul Dieu, combien tortueux, combien difficile, combien inextricable cela paraît-il aux infidèles! Ajouter ensuite que le Seigneur de majesté fut crucifié et qu'il est le Fils de l'homme qui descendit du ciel, combien cela paraît-il tortueux et combien difficile! Qui l'entend, si ce n'est avec foi, dit: Ces gens-là s'égarent. Mais toi, sois ferme, ne mets pas en doute une telle foi, sachant que Dieu te montre cette route de la foi.
R/. In ómnibus exhibeámus nos sicut Dei minístros, in multa patiéntia, * Ut non vituperétur ministérium nostrum. V/. Ecce nunc tempus acceptábile, ecce nunc dies salútis; némini dantes ullam offensiónem, * Ut non vituperétur. V/. Glória Patri. * Ut non vituperétur. R/. Présentons-nous, en toute circonstance, comme de vrais ministres de Dieu, faisant preuve d'endurance, * Afin que notre ministère ne soit pas décrié. V/. C'est maintenant le moment favorable, c'est maintenant le jour du salut; ne donnons à personne occasion de scandale, * Afin. V/. Gloire au Père. * Afin.
In tertio nocturno, anno B Troisième nocturne, année B
Léctio sancti Evangélii secúndum Marcum Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc
In illo témpore: Assúmit Iesus Petrum et Iacóbum et Ioánnem, et ducit illos in montem excélsum seórsum solos. Et transfigurátus est coram ipsis. Et réliqua. Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean, et les emmène, eux seuls, à l'écart sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux. Et la suite.
Ex Expositióne sancti Bedæ Venerábilis presbýteri in Marcum (Cap. 3: CCL 120, 543.544) Commentaire de saint Bède le Vénérable sur l'Évangile de Marc
Lectio I Lecture I
Vestiménta eius facta sunt splendéntia cándida nimis velut nix. Transfigurátus Salvátor non substántiam veræ carnis amísit, sed glóriam futúræ vel suæ vel nostræ resurrectiónis osténdit, qui qualis tunc apóstolis appáruit, talis post iudícium cunctis apparébit eléctis. Nam in ipso témpore iudicándi et bonis simul et malis in forma servi vidébitur, ut vidélicet ímpii quem sprevére, Iudæi quem negavére, mílites quem crucifixére, Pilátus Herodésque quem iudicavére queant agnóscere iúdicem. Ses vêtements devinrent resplendissants, blancs à l'extrême comme neige. Transfiguré, le Sauveur ne perdit pas la substance de sa chair véritable, mais il révéla la gloire de la résurrection future, et de la sienne et de la nôtre, lui qui, tel qu'il apparut alors aux apôtres, apparaîtra après le jugement à tous les élus. Car lors du jugement il se fera voir à la fois aux bons et aux méchants sous l'aspect de serviteur, afin que les impies puissent sans aucun doute reconnaître comme juge celui qu'ils ont méprisé, les Juifs celui qu'ils ont renié, les soldats celui qu'ils ont crucifié, Pilate et Hérode celui qu'ils ont jugé.
R/. Spléndida facta est ut sol fácies Iesu, dum respíceret in eum Pater; * Et vidéntes discípuli claritátem vultus, eius admirántes timuérunt valde. V/. Et apparuérunt illis Móyses et Elías cum eo loquéntes. * Et vidéntes. R/. La face de Jésus devint resplendissante comme le soleil, lorsque le Père eut posé sur lui son regard; * Et ses disciples, voyant la gloire de son visage, furent tout saisis de crainte et d'admiration. V/. Voici que leur apparurent Moïse et Élie qui s'entretenaient avec lui. * Et ses disciples.
Lectio II Lecture II
Vestiménta autem Dómini recte sancti eius accipiúntur, teste Apóstolo qui ait: Quicúmque ergo in Christo baptizáti estis, Christum induístis. Quæ vidélicet vestiménta Dómino in terris consisténte despécta aliorúmque simília videbántur, sed ipso montem peténte novo candóre refúlgent quia nunc quidem fílii Dei sumus, sed nondum appáruit quid érimus; scimus quia cum apparúerit símiles ei érimus, vidébimus enim eum sícuti est. Unde bene de eísdem vestiméntis súbditur: Quália fullo super terram non potest cándida fácere. Nam quia ille hoc loco intellegéndus est fullo quem pnitens Psalmísta precátur: Amplius lava me ab iniustítia mea et a delícto meo munda me, non potest suis fidélibus in terra dare claritátem quæ eos conserváta manet in cælis. Quant aux vêtements du Seigneur, ils signifient directement ses saints, témoin l'Apôtre qui dit: Vous tous, qui avez été baptisés dans le Christ, vous avez revêtu le Christ. Il est évident que ces vêtements, tant que le Seigneur demeurait sur terre, passaient inaperçus et paraissaient semblables aux autres, mais quand en personne il gagne la montagne, ils rayonnent d'une blancheur inconnue, parce que maintenant certes, nous sommes fils de Dieu, mais ce que nous serons n'a pas encore été manifesté; nous savons que, lors de cette manifestation, nous serons semblables à lui car nous le verrons tel qu'il est. Ceci est vérifié par la suite du texte à propos des mêmes vêtements: Tels que foulon sur terre n'en peut faire de si blancs. De fait, parce que ce foulon doit être ici compris du foulon que prie le Psalmiste repentant: Lave-moi largement de mon injustice et purifie-moi de mon péché, il ne peut donner sur terre à ses fidèles l'éclat qui, réservé, les attend dans les cieux.
R/. Derelínquat ímpius viam suam, et vir iníquus cogitatiónes suas, et revertátur ad Dóminum, et miserébitur eius; * Quia benígnus et miséricors est, præstábilis super malítiam Dóminus Deus noster. V/. Non vult Dóminus mortem peccatóris, sed ut convertátur et vivat. * Quia benígnus. R/. Que le méchant abandonne son chemin, et l'homme pervers, ses pensées! Qu'il revienne vers le Seigneur, qui aura pitié de lui; * Car il est tendre et compatissant, le Seigneur notre Dieu, il renonce au châtiment. V/. Le Seigneur ne désire pas la mort du pécheur, mais qu'il se convertisse et qu'il vive. * Car.
Lectio III Lecture III
Et appáruit illis Elías cum Móyse et erant loquéntes cum Iesu. Móyses et Elías quorum unum mórtuum, álterum in cælis raptum légimus, visi in maiestáte cum Dómino, ut Lucas scribit, futúram in illo ómnium sanctórum glóriam signíficant qui vidélicet témpore iudícii vel vivi in carne repperiéndi, vel ab olim gustáta morte resuscitándi, et páriter sunt regnatúri cum illo attestánte étenim Apóstolo: Mórtui qui in Christo sunt resúrgent primi, deínde nos qui vívimus, qui relínquimur, simul rapiémur cum illis óbviam Dómino in áera et sic semper cum Dómino érimus. Aliter, Móyses et Elías, hoc est legis lator et prophetárum exímius, ápparent et loquúntur cum Dómino in carne veniénte, ut osténdant ipsum esse quem cuncta legis et prophetárum orácula promisérunt. Et leur apparut Moïse avec Élie, ils étaient à parler avec Jésus. Moïse et Élie, dont le premier, lisons-nous, est mort, et le second enlevé dans les cieux, sont vus en majesté avec le Seigneur, comme l'écrit Luc; ils signifient la gloire future, en lui, de tous les saints au jour du jugement, soit qu'ils vivent encore dans leur chair, soit qu'ils doivent ressusciter après avoir goûté la mort; ils sont destinés à régner ensemble avec lui. L'Apôtre l'atteste en effet: Les morts qui sont dans le Christ ressusciteront les premiers, ensuite nous les vivants, laissés en arrière, nous serons enlevés ensemble avec eux à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi pour toujours nous serons avec le Seigneur. Autrement dit, Moïse et Élie, c'est-à-dire celui qui porte la Loi et le prophète par excellence, apparaissent et parlent avec le Seigneur se présentant dans la chair afin de montrer qu'il est, en personne, celui que promirent tous les oracles de la Loi et des prophètes.
R/. Frange esuriénti panem tuum, et egénos vagósque induc in domum tuam; * Tunc erúmpet quasi mane lumen tuum, et anteíbit fáciem tuam iustítia tua. V/. Cum víderis nudum, óperi eum, et carnem tuam ne despéxeris. * Tunc erúmpet. R/. Partage ton pain avec l'homme affamé, recueille chez toi le malheureux sans abri; * Alors ta lumière jaillira comme l'aurore, ta justice marchera devant toi. V/. Couvre celui que tu verras sans vêtement, et ne te dérobe pas à ton semblable; * Alors.
Lectio IV Lecture IV
O quanta felícitas visióni deitátis inter angelórum choros adésse perpétuo si tantum transfiguráta Christi humánitas duorúmque socíetas sanctórum ad punctum visa deléctet ut eos ne discédant étiam obséquio Petrus sístere velit! Qui et si pro stupóre humánæ fragilitátis nésciat quid dicat, ínsiti tamen sibi dat afféctus indícium. Quel sera le bonheur de voir la divinité parmi les chœurs des anges et d'être là pour toujours, si déjà voir juste un instant l'humanité du Christ transfigurée en la compagnie de deux saints procure un tel délice que, de peur qu'ils ne s'en aillent, Pierre, avec tout son empressement, veuille les retenir! Ce Pierre qui, en raison de la faiblesse humaine, ne sait ce qu'il dit, témoigne cependant d'un sentiment qui fait corps avec lui.
R/. Qui cognóscis ómnium occúlta, a delícto meo munda me; * Tempus mihi concéde ut repænitens clamem: Peccávi, miserére mei, Deus. V/. Avérte fáciem tuam a peccátis meis, et omnes iniquitátes meas dele. * Tempus. V/. Glória Patri. * Tempus. R/. Toi qui connais les secrets des cœurs, purifie-moi de mon péché. * Accorde-moi un temps de repentir et de supplication: Oui, j'ai péché, pitié pour moi, mon Dieu! V/. Détourne ta face de mes fautes, enlève tous mes péchés. * Accorde-moi. V/. Gloire au Père. * Accorde-moi.