Vigiles (OSB) du samedi 3 mars 2018 -

Hebdomada II Quadragesimae IIème semaine de Carême
Sabbato Samedi
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
De libro Exodi Du livre de l'Exode
Lectio I Lecture I
In diébus illis: Locútus est Deus cunctos sermónes hos: " Ego sum Dóminus Deus tuus, qui edúxi te de terra Ægýpti, de domo servitútis. Non habébis deos aliénos coram me. Non fácies tibi scúlptile neque omnem similitúdinem eórum quæ sunt in cælo désuper et quæ in terra deórsum et quæ in aquis sub terra. Non adorábis ea neque coles, quia ego sum Dóminus Deus tuus, Deus zelótes vísitans iniquitátem patrum in fíliis in tértiam et quartam generatiónem eórum qui odérunt me, et fáciens misericórdiam in mília his qui díligunt me et custódiunt præcépta mea. " En ce temps-là, Dieu prononça toutes ces paroles, et dit: " Je suis le Seigneur, ton Dieu, qui t'ai fait sortir du pays d'Égypte, de la maison de servitude. Tu n'auras pas d'autres dieux devant moi. Tu ne te feras aucune image sculptée, rien qui ressemble à ce qui est dans les cieux, là-haut, ou sur la terre, ici-bas, ou dans les eaux, au-dessous de la terre. Tu ne te prosterneras pas devant ces dieux et tu ne les serviras pas, car moi le Seigneur, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux qui punis la faute des pères sur les enfants, les petits-enfants et les arrière-petits-enfants pour ceux qui me haïssent, mais qui fais grâce à des milliers pour ceux qui m'aiment et gardent mes commandements. "
R/. Locútus est Dóminus ad Móysen, dicens: Descénde in Ægýptum; dic pharaóni ut dimíttat pópulum meum. * Indurátum est cor pharaónis, non vult dimíttere pópulum meum, nisi in manu forti. V/. Videns vidi afflictiónem pópuli mei qui est in Ægýpto; et gémitum eius audívi, et descéndi liberáre eos. * Indurátum est. R/. Le Seigneur adressa la parole à Moïse en ces termes: Tu dois redescendre en Égypte et dire à Pharaon qu'il relâche mon peuple. * Or le pharaon a le cœur endurci, il ne voudra pas laisser partir mon peuple, s'il n'y est forcé par une main puissante. V/. J'ai vu, oui, j'ai vu la détresse de mon peuple qui est en Égypte, j'ai entendu son gémissement, et je suis descendu le délivrer. * Or.
Lectio II Lecture II
Non assúmes nomen Dómini Dei tui in vanum, nec enim habébit insóntem Dóminus eum qui assúmpserit nomen Dómini Dei sui frustra. Meménto ut diem sábbati sanctífices. Sex diébus operáberis et fácies ómnia ópera tua; séptimus autem dies sábbatum Dómino Deo tuo est; non fácies omne opus tu et fílius tuus et fília tua, servus tuus et ancílla tua, iuméntum tuum et ádvena qui est intra portas tuas. Sex enim diébus fecit Dóminus cælum et terram et mare et ómnia quæ in eis sunt, et requiévit in die séptimo; idcírco benedíxit Dóminus diéi sábbati et sanctificávit eum. " Tu ne prononceras pas le nom du Seigneur ton Dieu à faux, car le Seigneur ne laisse pas impuni celui qui prononce son nom à faux. Tu te souviendras du jour du sabbat pour le sanctifier. Pendant six jours tu travailleras et tu feras tout ton ouvrage; mais le septième jour est un sabbat pour le Seigneur ton Dieu. Tu ne feras aucun ouvrage, toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni tes bêtes, ni l'étranger qui est dans tes portes. Car en six jours le Seigneur a fait le ciel, la terre, la mer et tout ce qu'ils contiennent, mais il s'est reposé le septième jour, c'est pourquoi le Seigneur a béni le jour du sabbat et l'a consacré. "
R/. Stetit Móyses coram pharaóne et dixit: Hæc dicit Dóminus: * Dimítte pópulum meum, ut sacríficet mihi in desértum. V/. Dóminus Deus Hebræórum misit me ad te, ut dicam tibi: * Dimítte. R/. Moïse, debout en présence du pharaon, lui déclara: Oracle du Seigneur: * Laisse partir mon peuple, qu'il aille célébrer mon culte dans le désert! V/. Le Seigneur, le Dieu des Hébreux, m'envoie te dire: * Laisse partir.
Lectio III Lecture III
Honóra patrem tuum et matrem tuam, ut sis longævus super terram quam Dóminus Deus tuus dabit tibi. Non occídes; non moecháberis; non furtum fácies. Non loquéris contra próximum tuum falsum testimónium. Non concupísces domum próximi tui: non desiderábis uxórem eius, non servum, non ancíllam, non bovem, non ásinum, nec ómnia quæ illíus sunt. " Honore ton père et ta mère, afin que se prolongent tes jours sur la terre que te donne le Seigneur ton Dieu. Tu ne tueras pas. Tu ne commettras pas d'adultère. Tu ne voleras pas. Tu ne porteras pas de témoignage mensonger contre ton prochain. Tu ne convoiteras pas la maison de ton prochain. Tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, rien de ce qui est à ton prochain. "
R/. Cantémus Dómino, glorióse enim honorificátus est: equum et ascensórem proiécit in mare. * Adiútor et protéctor factus est mihi Dóminus in salútem. V/. Currus pharaónis et exercítum eius proiécit in mare. * Adiútor. V/. Glória Patri. * Adiútor. R/. Chantons pour le Seigneur: Superbe est sa victoire! Cheval et cavalier, il les jette à la mer! * Ma force et mon recours, c'est le Seigneur, il est pour moi le salut! V/. Les chars de pharaon et ses armées, il les lance dans la mer! * Ma force. V/. Gloire au Père. * Ma force.
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Sermónibus beáti Guerríci abbátis (Sermo de prodigo filio, 1-2: SC 202, 26-28) Sermon de Guerric d'Igny
Lectio I Lecture I
O felix humílitas pæniténtium! O beáta spes confiténtium. Quam potens es apud omnipoténtem; quam fácile vincis invicíbilem; quam cito treméndum iúdicem convértis in piíssimum patrem. Pródigus fílius tam gráviter reus nondum conféssus erat sed tantum confitéri deliberáverat; nondum satisfécerat sed tamen ad satisfaciéndum ánimum inclináverat; et de solo fere propósito concéptæ humilitátis véniam statim obtínuit, quæ tanto témpore tantis expétitur votis, implorátur lácrimis, ambítur obséquiis. Latrónem in cruce sola conféssio absólvit, istum sola volúntas confiténdi. Dixi, inquit, confitébor advérsum me iniustítiam meam Dómino; et tu remisísti impietátem peccáti mei. Heureuse humilité de qui fait pénitence, bienheureuse confiance de qui s'accuse, comme tu es puissante auprès du Tout-Puissant! Comme tu vaincs facilement l'invincible! Comme tu as vite fait de changer le juge redoutable en un très tendre Père! Le fils prodigue, si gravement coupable, n'avait pas encore confessé sa faute, mais s'était seulement décidé à la confesser; il n'avait pas encore fourni de satisfaction, mais s'était seulement disposé à la fournir. Or ce seul bon propos d'humilité à peine conçu lui a mérité sur-le-champ le pardon qu'il faut si longtemps poursuivre de ses souhaits, implorer de ses larmes, solliciter de ses instances! Au larron sur la croix, le seul aveu valut d'être absous: à celui-ci, la seule résolution d'avouer! J'ai dit - c'est lui qui parle - je confesserai contre moi mon injustice au Seigneur; et toi, tu m'as remis l'impiété de mon péché.
R/. Scíndite corda vestra et non vestiménta vestra, * Et convertímini ad Dóminum Deum vestrum, quia benígnus et miséricors est. V/. Revertímini unusquísque a via sua mala, et a péssimis cogitatiónibus vestris. * Et convertímini. R/. Déchirez vos cœurs et non pas vos vêtements, * Et convertissez-vous au Seigneur votre Dieu, car il est tendre et miséricordieux. V/. Revenez donc, chacun, de votre voie mauvaise et de la perversité de vos projets. * Et convertissez-vous.
Lectio II Lecture II
Ubíque misericórdia prævénit. Prævénerat voluntátem confessiónis ipsam inspirándo; prævénit et vocem confessiónis quod confiténdum erat indulgéndo. Quantum hæc verba sonáre vidéntur, tárdius videbátur patri fílio véniam dedísse quam illi accepísse. Sic festinábat absólvere reum a torménto consciéntiæ suæ, quasi plus cruciáret misericórdem compássio míseri quam ipsum míserum pássio sui. Neque hoc dícimus quo in natúra incommutábili humános ponámus afféctus; sed ut in amórem illíus summæ bonitátis afféctus noster dulcéscat, dum ipsam plus nos amáre quam ipsi nos amémus ex similitúdine díscimus humána. À chaque moment, la miséricorde s'est faite prévenante: elle avait prévenu la décision d'avouer, en l'inspirant; elle a prévenu de même la parole d'aveu, en faisant grâce de ce qu'il fallait avouer. À prendre le récit à la lettre, le père était plus pressé d'accorder le pardon à son fils que celui-ci de le recevoir! Si grande était sa hâte de libérer le coupable de son remords qu'on dirait que ce père miséricordieux souffrait plus de sa commisération que son misérable fils ne souffrait de sa propre misère! En parlant ainsi, nous n'entendons pas prêter des sentiments humains à celui dont la nature est immuable; nous voulons seulement que notre amour se fasse plus tendre envers la souveraine bonté dont nous apprenons par cette parabole humaine qu'elle nous aime plus que nous ne nous aimons nous-mêmes.
R/. Emendémus in mélius quæ ignoránter peccávimus, ne súbito præoccupáti die mortis, quærámus spátium pæniténtiæ, et inveníre non possímus. * Atténde, Dómine, et miserére, quia peccávimus tibi. V/. Peccávimus cum pátribus nostris, iniúste égimus, iniquitátem fécimus. * Atténde. R/. Réparons par une meilleure conduite les péchés de notre aveuglement, de peur que, surpris tout-à-coup par la mort, nous cherchions en vain le temps de faire pénitence. * Vois, Seigneur, prends-nous en pitié: nous avons péché contre toi! V/. Avec nos pères, nous avons péché, nous avons failli, renié. * Vois.
Lectio III Lecture III
Vide autem quómodo ubi abundávit delíctum superabúndet grátia. Reus vix póterat speráre véniam; iudex, immo non iam iudex sed advocátus accúmulat grátiam: Cito, inquit, proférte stolam primam et indúite illum et date ánulum in manu eius. Verum ut hæc ómnia prætereámus; scílicet stolam primam, id est sanctificatiónem spíritus qua baptizátus indúitur et pænitens reindúitur; ánulum fídei quo subarrhátur; calceaménta quibus ad calcánda serpéntum venéna munítur vel ad evangelizándum præparátur; vítulum saginátum qui ei in altári immolátur; festíva illa gáudia quæ pro recépto indícta fílio toto celebrántur cælo. Mais vois comment la grâce a surabondé là où avait abondé la faute! C'est à peine si le coupable pouvait espérer son pardon, et voici que son juge, que dis-je, non plus son juge mais son avocat, le comble de grâce: Vite, dit-il, apportez-lui sa robe première et l'en revêtez. Mettez-lui l'anneau au doigt. Mais il nous faut laisser tous ces traits: la robe première qui est la sanctification de l'Esprit dont le baptisé est vêtu et le pénitent revêtu; l'anneau de la foi qui lui est donné pour gage; les chaussures dont il est muni pour fouler les serpents venimeux ou être prêt à prêcher l'Évangile; le veau gras dont l'immolation se fait pour lui sur l'autel; le festin joyeux donné au ciel entier pour le retour du fils.
R/. In ieiúnio et fletu orábant sacerdótes, dicéntes: * Parce, Dómine, parce pópulo tuo, et ne des hereditátem tuam in perditiónem. V/. Inter vestíbulum et altáre plorábant sacerdótes, dicéntes: * Parce. V/. Glória Patri. * Parce. R/. Les prêtres du Seigneur suppliaient dans le jeûne et les larmes: * Pitié, Seigneur, épargne ton peuple, ne livre pas ton héritage à la ruine! V/. Entre le portail et l'autel, les prêtres se lamentaient, disant: * Pitié. V/. Gloire au Père. * Pitié.