Vigiles (OSB) du mardi 6 mars 2018 -

Hebdomada III Quadragesimae IIIème semaine de Carême
Feria III Mardi
Ad Vigilas
Ad Vigilias
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
De libro Exodi Du livre de l'Exode
Lectio I Lecture I
In diébus illis: Videns pópulus quod moram fáceret descendéndi de monte Móyses, congregátus ad Aaron dixit: " Surge, fac nobis deos qui nos præcédant; Móysi enim, huic viro qui nos edúxit de terra Ægýpti, ignorámus quid accíderit. " Dixítque ad eos Aaron: " Tóllite ináures áureas de uxórum filiorúmque et filiárum vestrárum áuribus et afférte ad me. " Fecítque omnis pópulus quæ iússerat, déferens ináures ad Aaron. Quas cum ille accepísset, formávit stilo imáginem et fecit ex eis vítulum conflátilem. Dixerúntque: " Hi sunt dii tui, Israel, qui te eduxérunt de terra Ægýpti! " Quod cum vidísset Aaron, ædificávit altáre coram eo et præcónis voce clamávit dicens: " Cras sollémnitas Dómini est. " Surgentésque mane áltero die obtulérunt holocáusta et hóstias pacíficas; et sedit pópulus manducáre et bíbere et surrexérunt lúdere. En ce temps-là, quand le peuple vit que Moïse tardait à descendre de la montagne, le peuple s'assembla auprès d'Aaron et lui dit: " Allons, fais-nous un dieu qui aille devant nous, car ce Moïse, l'homme qui nous a fait monter du pays d'Égypte, nous ne savons pas ce qui lui est arrivé. " Aaron leur répondit: " Ôtez les anneaux d'or qui sont aux oreilles de vos femmes, de vos fils et de vos filles et apportez-les-moi. " Tout le peuple ôta les anneaux d'or qui étaient à leurs oreilles et ils les apportèrent à Aaron. Il reçut l'or de leurs mains, le fit fondre dans un moule et en fit une statue de veau; alors ils dirent: " Voici ton Dieu, Israël, celui qui t'a fait monter du pays d'Égypte. " Voyant cela, Aaron bâtit un autel devant la statue et fit cette proclamation: " Demain, fête pour le Seigneur. " Le lendemain, ils se levèrent de bon matin, ils offrirent des holocaustes et apportèrent des sacrifices de communion. Le peuple s'assit pour manger et pour boire, puis ils se levèrent pour se divertir.
R/. Móyses, fámulus Dómini, ieiunávit quadragínta diébus et quadragínta nóctibus, * Ut legem Dómini mererétur accípere. V/. Ascéndit Móyses in montem Sínai. * Ut legem. R/. Moïse, le familier du Seigneur, jeûna pendant quarante jours et quarante nuits, * Pour être digne de recevoir la loi du Seigneur. V/. Moïse gravit la montagne du Sinaï, * Pour être digne.
Lectio II Lecture II
Locútus est autem Dóminus ad Móysen: " Vade, descénde; peccávit pópulus tuus quem eduxísti de terra Ægýpti. Recessérunt cito de via quam præcépi eis, fecerúntque sibi vítulum conflátilem et adoravérunt atque immolántes ei hóstias dixérunt: "Isti sunt dii tui, Israel, qui te eduxérunt de terra Ægýpti!" ". Rursúmque ait Dóminus ad Móysen: " Cerno quod pópulus iste duræ cervícis sit; dimítte me, ut irascátur furor meus contra eos et déleam eos faciámque te in gentem magnam. " Le Seigneur dit alors à Moïse: " Allons! descends, car ton peuple que tu as fait monter du pays d'Égypte s'est perverti. Ils n'ont pas tardé à s'écarter de la voie que je leur avais prescrite. Ils se sont fabriqué un veau en métal fondu, et se sont prosternés devant lui. Ils lui ont offert des sacrifices et ils ont dit: "Voici ton Dieu, Israël, qui t'a fait monter du pays d'Égypte." " Le Seigneur dit à Moïse: " J'ai vu ce peuple: c'est un peuple à la nuque raide. Maintenant laisse-moi, ma colère va s'enflammer contre eux et je les exterminerai; mais de toi je ferai une grande nation. "
R/. Spléndida facta est fácies Móysi, dum respíceret in eum Dóminus. * Vidéntes senióres claritátem vultus eius, admirántes timuérunt valde. V/. Descéndit Móyses de monte, portans duas tábulas lapídeas in mánibus suis, scriptas utrásque dígito Dei. * Vidéntes. R/. Le visage de Moïse rayonnait de lumière, depuis que le Seigneur avait posé sur lui son regard. * Les anciens du peuple, voyant la gloire de son visage, furent tout saisis de crainte et d'admiration. V/. Moïse redescendit de la montagne, ayant en mains deux tables de pierre, gravée chacune par le doigt de Dieu. * Les anciens.
Lectio III Lecture III
Moyses autem orábat Dóminum Deum suum dicens: " Cur, Dómine, iráscitur furor tuus contra pópulum tuum quem eduxísti de terra Ægýpti in fortitúdine magna et in manu robústa? Ne, quæso, dicant Ægýptii: "Cállide edúxit eos, ut interfíceret in móntibus et deléret e terra". Quiéscat ira tua et esto placábilis super nequítia pópuli tui. Recordáre Abraham, Isaac et Israel servórum tuórum quibus iurásti per temetípsum dicens: "Multiplicábo semen vestrum sicut stellas cæli; et univérsam terram hanc, de qua locútus sum, dabo sémini vestro, et possidébitis eam semper". Placatúsque est Dóminus, ne fáceret malum quod locútus fúerat advérsus pópulum suum. Moïse s'efforça d'apaiser le Seigneur son Dieu et dit: " Pourquoi, Seigneur, ta colère s'enflammerait-elle contre ton peuple que tu as fait sortir d'Égypte par ta grande force et ta main puissante? Pourquoi les Égyptiens diraient-ils: "C'est par méchanceté qu'il les a fait sortir, pour les faire périr dans les montagnes et les exterminer de la face de la terre"? Reviens de ta colère ardente et renonce au mal que tu voulais faire à ton peuple. Souviens-toi de tes serviteurs Abraham, Isaac et Israël, à qui tu as juré par toi-même et à qui tu as dit: "Je multiplierai votre postérité comme les étoiles du ciel, et tout ce pays dont je vous ai parlé, je le donnerai à vos descendants et il sera leur héritage à jamais". " Et le Seigneur renonça à faire le mal dont il avait menacé son peuple.
R/. Atténdite, pópule meus, legem meam, * Inclináte aurem vestram in verba oris mei. V/. Apériam in parábolis os meum; loquar propositiónes ab inítio sæculi. * Inclináte. V/. Glória Patri. * Inclináte. R/. Écoute ma loi, ô mon peuple, * Tends l'oreille aux paroles de ma bouche. V/. J'ouvrirai la bouche pour une parabole, je publierai ce qui fut caché dès l'origine. * Tends l'oreille. V/. Gloire au Père. * Tends l'oreille.
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Sermónibus Auctóris Anónymi (Rev. Étud. Aug. 25, 1979, 139-140) Sermon d'un auteur anonyme
Lectio I Lecture I
Domini considerémus salubérrimum consílium dicéntis: Opórtet semper oráre et non defícere. O homo, qui te redémit, qui te fácere vóluit, non vult te cessáre a précibus, non vult ab oratióne aliquándo desístere. Vult te benefícia sua mercári dum petis. Vult te assídue oratióne ætérna cómmoda negotiári. Vult te orándo accípere quod eius benígnitas desíderat impertíre. Quærit Dóminus occasiónes ut præstet, quærit áditus inveníre quibus hóminem quem díligit múneret. Quid enim oránti negatúrus est, qui ut orántis inténtio non defíciat præcéptis suis ádmonet et instígat? Soyons attentifs au conseil très salutaire du Seigneur: Il faut prier toujours et ne pas se lasser. Homme, celui qui t'a racheté, celui qui a voulu te créer, ne veut pas que tu cesses de prier, il ne veut pas que tu t'abstiennes quelquefois de prier. Il veut que tu achètes ses bienfaits par la prière. Il veut que par une prière assidue tu négocies l'achat des biens éternels. Il veut que tu reçoives par la prière ce que sa bonté désire t'accorder. Le Seigneur cherche des occasions de donner, il cherche les moyens de faire parvenir des présents à l'homme qu'il aime. Aussi, que refusera-t-il à l'orant, alors que par ses préceptes il l'exhorte et l'incite à prier sans faiblir?
R/. Tribulárer si nescírem misericórdias tuas, Dómine; tu dixísti: Nolo mortem peccatóris, sed ut convertátur et vivat, * Qui Chananæam et publicánum vocásti ad pæniténtiam. V/. Et Petrum lacrimántem suscepísti, miséricors Dómine. * Qui Chananæam. R/. Je serais en proie aux tourments si j'ignorais ta miséricorde, Seigneur; n'as-tu pas dit: Je ne veux pas la mort du pécheur, mais qu'il se convertisse et qu'il vive, * Toi qui as conduit à la pénitence la Cananéenne et le publicain? V/. Et n'as-tu pas accueilli le repentir et les larmes de Pierre, miséricordieux Seigneur, * Toi qui.
Lectio II Lecture II
Et ídeo quicúmque fidélis est implére quod Dóminus suádet totis víribus elabóret et hortaménta Dómini sui libénter admíttat. Consideráte, fratres, quanta glória attribúta sit oratióni: fabulári cum Deo, cum Christo míscere collóquia, Deum précibus detinére, quod desíderas percípere. Cum Deo, inquam, fabulári, quia etsi verbis silet, benefíciis respóndet. Te mærénte ille gaudet. Te dolénte ille lætus est. Libénter audit quod dolénter expóscis. Cleménter pérficit quod flétibus deprecáris. Non aspernátur quod petis. Non tædiat nisi forte tacúeris. Ad hoc enim tuis flétibus gaudet, ut in te áliquid dignum quod munerétur invéniat. Pour cette raison, il importe que chaque fidèle travaille de toutes ses forces à accomplir ce que le Seigneur lui propose et qu'il accueille volontiers les exhortations de son Seigneur. Considérez, frères, quelle gloire est attribuée à l'oraison: converser avec Dieu, s'entretenir avec le Christ, captiver Dieu par ses prières, obtenir ce que l'on désire. Converser, dis-je, avec Dieu parce que même s'il se tait en paroles, il répond par des bienfaits. Es-tu triste? il est joyeux; souffres-tu? il s'en réjouit; il écoute volontiers ce que tu lui exposes avec tristesse, et dans sa miséricorde il réalise ce que tu lui demandes avec larmes. Il ne méprise pas tes requêtes. Seul ton silence lui est à charge. Il se réjouit, en effet, de tes larmes car il trouve ainsi en toi quelque chose qui mérite récompense.
R/. Scíndite corda vestra et non vestiménta vestra, * Et convertímini ad Dóminum Deum vestrum, quia benígnus et miséricors est. V/. Revertímini unusquísque a via sua mala, et a péssimis cogitatiónibus vestris. * Et convertímini. R/. Déchirez vos cœurs et non pas vos vêtements, * Et convertissez-vous au Seigneur votre Dieu, car il est tendre et miséricordieux. V/. Revenez donc, chacun, de votre voie mauvaise et de la perversité de vos projets. * Et convertissez-vous.
Lectio III Lecture III
O quam magna est iugis orátio per quam semper virtútes factæ sunt, osténsa signa, mirabília demonstráta, amánda res per quam sancti profíciunt, per quam Dei ira repéllitur et indulgéntia provocátur. Orátio Deum facit esse præséntem. Neque enim fíeri potest ut nobis orántibus desit qui oráre nos dócuit. At précibus nostris negat auxílium qui precum insinuávit afféctum? Orátio iustum gloríficat, peccatórem absólvit, páuperem fovet, dívitem témperat, aufert metum tollítque tristítiam, in prósperis læta est, in malis secúra. Ipsa est consolátio mæréntium, sánitas ægrotórum. Comme est grande l'oraison continuelle, source intarissable des vertus, elle fait apparaître des miracles, éclater des merveilles. Aimons-la, car elle fait progresser les saints, elle écarte la colère de Dieu et le provoque au pardon. La prière rend Dieu présent, car, lorsque nous prions, il n'est pas possible que nous fasse défaut celui qui nous a appris à prier. Quoi! Refuserait-il son secours à nos prières alors qu'il nous inspire le désir de prier? L'oraison glorifie le juste, absout le pécheur, réconforte le pauvre, modère le riche, enlève la crainte et ôte la tristesse; elle est joie dans la prospérité, sécurité dans le malheur. C'est elle, la consolation des affligés, la santé des malades.
R/. Derelínquat ímpius viam suam, et vir iníquus cogitatiónes suas, et revertátur ad Dóminum, et miserébitur eius; * Quia benígnus et miséricors est, præstábilis super malítiam Dóminus Deus noster. V/. Non vult Dóminus mortem peccatóris, sed ut convertátur et vivat. * Quia benígnus. V/. Glória Patri. * Quia benígnus. R/. Que le méchant abandonne son chemin, et l'homme pervers, ses pensées! Qu'il revienne vers le Seigneur, qui aura pitié de lui; * Car il est tendre et compatissant, le Seigneur notre Dieu, il renonce au châtiment. V/. Le Seigneur ne désire pas la mort du pécheur, mais qu'il se convertisse et qu'il vive. * Car. V/. Gloire au Père. * Car.