Vigiles (OSB) du jeudi 8 mars 2018 -

Hebdomada III Quadragesimae IIIème semaine de Carême
Feria V Jeudi
éditer éditer
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
De libro Exodi Du livre de l'Exode
Lectio I Lecture I
In diébus illis: Dixit Dóminus ad Móysen: " Ego iníbo pactum coram univérso pópulo tuo; mirabília fáciam, quæ numquam visa sunt super totam terram nec in ullis géntibus, ut cernat cunctus pópulus, in cuius es médio, opus Dómini terríbile quod factúrus sum tecum. Obsérva cuncta quæ hódie mando tibi: ego ipse eíciam ante fáciem tuam Amorræum et Chananæum et Hettæum, Pherezæum quoque et Hevæum et Iebusæum. Cave ne umquam cum habitatóribus terræ quam intráveris iungas amicítias quæ tibi sint in ruínam; sed aras eórum déstrue, confrínge lápides palósque succíde. " En ce temps-là, le Seigneur dit à Moïse: " Voici que je vais conclure une alliance: devant tout ton peuple je ferai des merveilles telles qu'il n'en a été accompli dans aucun pays ni aucune nation. Le peuple au milieu duquel tu te trouves verra l'œuvre du Seigneur, car c'est chose redoutable, ce que je vais faire avec toi. Observe donc ce que je te commande aujourd'hui. Je vais chasser devant toi les Amorites, les Cananéens, les Hittites, les Perizzites, les Hivvites et les Jébuséens. Garde-toi de faire alliance avec les habitants du pays où tu vas entrer, de peur qu'ils ne constituent un piège au milieu de toi. Vous démolirez leurs autels, vous mettrez leurs stèles en pièces et vous couperez leurs pieux sacrés. "
R/. Pópule meus, quid feci aut quid moléstus fui tibi? Respónde mihi. Quóniam ego edúxi vos de terra Ægýpti et de domo servitútis. Quadragínta annos in erémo manna plui vobis, * Et oblíti estis me, dicit Dóminus. V/. Addúxi vos per desértum quadragínta annos in erémo, ego Dóminus. * Et oblíti. R/. Ô mon peuple, que t'ai-je fait? En quoi t'ai-je contristé? Réponds-moi! N'est-ce pas moi qui vous ai fait sortir de la terre d'Égypte, de la maison de servitude? Durant quarante années, dans le désert, n'ai-je pas fait pleuvoir du ciel, pour vous, une manne? * Et vous m'avez oublié, déclare le Seigneur. V/. Pendant quarante ans, à travers les terres arides, je vous ai conduits au milieu du désert, moi, le Seigneur! * Et vous.
Lectio II Lecture II
Noli adoráre deum aliénum: Dóminus Zelótes nomen eius, Deus est æmulátor. Ne íneas pactum cum homínibus illárum regiónum ne, cum fornicáti fúerint cum diis suis et sacrificáverint eis, vocet te quíspiam et cómedas de immolátis. Nec uxórem de filiábus eórum accípies fíliis tuis ne, postquam ipsæ fúerint fornicátæ cum diis suis, fornicári fáciant et fílios tuos in deos suos. Deos conflátiles non fácies tibi. " Tu ne te prosterneras pas devant un autre dieu, car le Seigneur a pour nom Jaloux: c'est un Dieu jaloux. Ne fais pas alliance avec les habitants du pays, car lorsqu'ils se prostituent à leurs dieux et leur offrent des sacrifices, ils t'inviteraient et tu mangerais de leur sacrifice, tu prendrais de leurs filles pour tes fils, leurs filles se prostitueraient à leurs dieux et feraient se prostituer tes fils à leurs dieux. Tu ne te feras pas de dieu de métal fondu. "
R/. Addúxi vos per desértum quadragínta annos, ego Dóminus; non sunt attríta vestiménta vestra. * Manna de cælo plui vobis, et oblíti estis me, dicit Dóminus. V/. Pópule meus, quid feci aut quid moléstus fui tibi? Respónde mihi. Quóniam ego edúxi vos de terra Ægýpti. * Manna. R/. Je vous ai conduits à travers le désert quarante années durant, moi, le Seigneur, et vos vêtements se sont-ils usés? * N'ai-je pas fait pleuvoir du ciel, pour vous, une manne? Et vous m'avez oublié, déclare le Seigneur. V/. Ô mon peuple, que t'ai-je fait? En quoi t'ai-je contristé? Réponds-moi! N'est-ce pas moi qui vous ai fait sortir de la terre d'Égypte? * N'ai-je pas.
Lectio III Lecture III
Sollemnitátem Azymórum custódies: septem diébus vescéris ázymis, sicut præcépi tibi, in témpore constitúto mensis Abib; mense enim verni témporis egréssus es de Ægýpto. Omne quod áperit vulvam géneris masculíni, meum erit; de cuncto grege tuo tam de bobus quam de óvibus meum erit. Primogénitum ásini rédimes ove, sin autem nec prétium pro eo déderis, franges cervícem eius. Primogénitum filiórum tuórum rédimes, nec apparébis in conspéctu meo vácuus. Sex diébus operáberis, die séptimo cessábis étiam aráre et métere. Sollemnitátem Hebdomadárum fácies tibi in primítiis frugum messis tuæ tritíceæ et sollemnitátem Colléctæ quando, redeúnte anni témpore, cuncta condúntur. Tribus tempóribus anni apparébit omne masculínum tuum in conspéctu omnipoténtis Dómini Dei Israel. Cum enim túlero gentes a fácie tua et dilatávero términos tuos, nullus insidiábitur terræ tuæ, ascendénte te et apparénte in conspéctu Dómini Dei tui ter in anno. " Tu observeras la fête des Azymes. Pendant sept jours tu mangeras des azymes, comme je te l'ai ordonné, au temps fixé du mois d'Abib, car c'est au mois d'Abib que tu es sorti d'Égypte. Tout être sorti le premier du sein maternel est à moi: tout mâle, tout premier-né de ton petit ou de ton gros bétail. Les premiers ânons mis bas tu les rachèteras par une tête de petit bétail et si tu ne les rachètes pas, tu leur briseras la nuque. Tous les premiers-nés de tes fils, tu les rachèteras, et l'on ne se présentera pas devant moi les mains vides. Pendant six jours tu travailleras, mais le septième jour, tu chômeras, que ce soient les labours ou la moisson, tu chômeras. Tu célé-breras la fête des Semaines, prémices de la moisson des blés, et la fête de la récolte au retour de l'année. Trois fois l'an, toute ta population mâle se présentera devant le Seigneur, Dieu d'Israël. Je déposséderai les nations devant toi et j'élar-girai tes frontières, et nul ne convoitera ta terre quand tu mon-teras te présenter devant le Seigneur ton Dieu, trois fois l'an. "
R/. Locútus est Dóminus ad Móysen, dicens: Descénde in Ægýptum; dic pharaóni ut dimíttat pópulum meum. * Indurátum est cor pharaónis, non vult dimíttere pópulum meum, nisi in manu forti. V/. Videns vidi afflictiónem pópuli mei qui est in Ægýpto; et gémitum eius audívi, et descéndi liberáre eos. * Indurátum est. V/. Glória Patri. * Indurátum est. R/. Le Seigneur adressa la parole à Moïse en ces termes: Tu dois redescendre en Égypte et dire à Pharaon qu'il relâche mon peuple. * Or le pharaon a le cœur endurci, il ne voudra pas laisser partir mon peuple, s'il n'y est forcé par une main puissante. V/. J'ai vu, oui, j'ai vu la détresse de mon peuple qui est en Égypte, j'ai entendu son gémissement, et je suis descendu le délivrer. * Or. V/. Gloire au Père. * Or.
éditer éditer
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Tractátibus sancti Chromátii Aquileiénsis epíscopi in Evangélium Matthæi (Tract. 50, 1-2: CCL 9A, 445-446) Traité de saint Chromace d'Aquilée sur l'Évangile de Matthieu
Lectio I Lecture I
Quómodo potest intráre in domum fortis et vasa eius dirípere, nisi prius alligáverit fortem, et tunc vasa eius dirípiet? Qui non est mecum contra me est. Fortem autem hic ipsum Sátanam príncipem dæmonum Christus osténdit, qui in domo mundi istíus captiváta hóminum córpora velut vasa própria possidébat. Captiváverat enim omne genus hóminum et univérsis per poténtiam peccáti more tyránnico dominabátur. Comment peut-on entrer dans la maison de l'homme fort et piller ses biens, sans avoir auparavant ligoté cet homme? Alors seulement on pourra piller ses biens. Qui n'est pas avec moi est contre moi. Par l'homme fort, le Christ désigne ici Satan, le prince des démons, qui, dans la demeure de ce bas monde, tenait les hommes captifs, comme son bien propre. En effet, il avait fait prisonnier tout le genre humain et régnait universellement par la puissance du péché, comme un tyran.
R/. Paradísi portas apéruit nobis ieiúnii tempus. Suscipiámus illud orántes et deprecántes, * Ut in die resurrectiónis cum Dómino gloriémur. V/. Ecce nunc tempus acceptábile, ecce nunc dies salútis; némini dantes ullam offensiónem. * Ut in die. R/. Les portes du paradis nous ont été ouvertes par un temps de jeûne. Accueillons donc ce temps, dans la prière et la supplication, * Afin qu'au jour de la résurrection, nous soyons glorifiés avec le Seigneur. V/. C'est maintenant le moment favorable, c'est mainte-nant le jour du salut; ne donnons à personne occasion de scandale, * Afin.
Lectio II Lecture II
Fortem ígitur dudum diábolum fuísse, ex his ipsis Dómini dictis agnóscimus, quibus et virtus diáboli et supérbia ac malítia eius sub exémplo allegóricæ comparatiónis osténsa est. De cuius supérbia étiam Isaías rétulit: Tu autem, inquit, dixísti: Ascéndam in altum et ponam super sídera cæli sedem meam et ero símilis Altíssimo. Ad hunc ergo fortem alligándum fórtior venit, id est Unigénitus Dei Fílius, ut ligáto forte nos omnes qui vasa vel spólia quondam diáboli fúimus de potestáte eius erúeret. Ad hunc fortem ligándum ut assúmpto córpore veníre Dóminus dignarétur, dudum iure David per Spíritum Sanctum precátus est dicens: Apprehénde arma et scutum et exsúrge in adiutórium mihi. Que le fort fût donc naguère le diable, nous le reconnaissons aux termes qu'emploie le Seigneur: ils mettent en évidence et la force du diable et son orgueil et sa méchanceté, au moyen d'une allégorie. De son orgueil, Isaïe également a rapporté: Or toi, tu as dit: Je monterai vers les hauteurs du ciel, et je m'installerai au-dessus des astres du ciel, et je serai semblable au Très-Haut. Alors, pour enchaîner ce fort, un plus fort est venu, le Fils unique de Dieu: le fort une fois ligoté, il nous arracherait à son pouvoir, nous tous qui avions été autrefois le bien, ou plutôt le butin du diable. Pour que le fort fût ligoté, pour qu'à cette fin le Seigneur daignât venir en s'incarnant, David a prié jadis sous l'inspiration de l'Esprit Saint: Prends tes armes et ton bouclier, et lève-toi pour me secourir.
R/. Emendémus in mélius quæ ignoránter peccávimus, ne súbito præoccupáti die mortis, quærámus spátium pæniténtiæ, et inveníre non possímus. * Atténde, Dómine, et miserére, quia peccávimus tibi. V/. Peccávimus cum pátribus nostris, iniúste égimus, iniquitátem fécimus. * Atténde. R/. Réparons par une meilleure conduite les péchés de notre aveuglement, de peur que, surpris tout-à-coup par la mort, nous cherchions en vain le temps de faire pénitence. * Vois, Seigneur, prends-nous en pitié: nous avons péché contre toi! V/. Avec nos pères, nous avons péché, nous avons failli, renié. * Vois.
Lectio III Lecture III
Quæ arma Dóminum apprehéndere ad humáni géneris adiutórium vel ad destructiónem persequéntium Prophéta rogábat, nisi ut humánum corpus accíperet, per quod et hómini divínæ misericórdiæ suæ auxílium præbuit, et hostem diábolum persecutórem humáni géneris debellávit? Et mérito áddidit dicens: Qui non est mecum, contra me est; et qui non cólligit mecum, dispérgit, ut longe áliud suum opus, áliud esse diáboli demonstráret. Diábolus enim inimícus humáni salútis. Diáboli est dispérgere in perditiónem, Christi collígere in salútem. Unde maniféstum est non posse esse cum Dómino qui contra Dóminum est. Quelles armes le Prophète prie-t-il le Seigneur de prendre pour secourir le genre humain et pour perdre ceux qui le persécutent, sinon le corps qu'il revêtirait et pour offrir à l'homme l'aide de sa divine miséricorde, et pour mettre en déroute l'ennemi, persécuteur du genre humain? Et c'est dans cette vue que le Seigneur ajouta: Qui n'est pas avec moi est contre moi, et qui ne rassemble pas avec moi, disperse, pour montrer que son œuvre est totalement autre que celle du diable. Le diable, en effet, est ennemi du salut de l'homme. Son œuvre propre est de disperser pour perdre, celle du Seigneur de rassembler pour sauver. D'où cette évidence: ne peut être avec le Seigneur celui qui est contre le Seigneur.
R/. In ieiúnio et fletu orábant sacerdótes, dicéntes: * Parce, Dómine, parce pópulo tuo, et ne des hereditátem tuam in perditiónem. V/. Inter vestíbulum et altáre plorábant sacerdótes, dicéntes: * Parce. V/. Glória Patri. * Parce. R/. Les prêtres du Seigneur suppliaient dans le jeûne et les larmes: * Pitié, Seigneur, épargne ton peuple, ne livre pas ton héritage à la ruine! V/. Entre le portail et l'autel, les prêtres se lamentaient, disant: * Pitié. V/. Gloire au Père. * Pitié.