affiche_liturgia("journee")office = vigiles

Vigiles (OSB) du dimanche 18 mars 2018 - Vème dimanche de Carême

Hebdomada V Quadragesimae Vème semaine de Carême
Dominica Dimanche
Dominica V Quadragesimae Vème dimanche de Carême
éditer éditer
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
De Libro Númeri Du livre des Nombres
Lectio I Lecture I
In diébus illis: Locúta est María et Aaron contra Móysen propter uxórem eius Æthiopíssam et dixérunt: " Num per solum Móysen locútus est Dóminus? Nonne et per nos simíliter est locútus? " Quod cum audísset Dóminus - erat enim Móyses vir humíllimus super omnes hómines qui morabántur in terra - statim locútus est ad eum et ad Aaron et Maríam: " Egredímini vos tantum tres ad tabernáculum convéntus. " Cumque fuíssent egréssi, descéndit Dóminus in colúmna nubis et stetit in intróitu tabernáculi vocans Aaron et Maríam. En ce temps-là, Miryam, ainsi qu'Aaron, parla contre Moïse à cause de la femme kushite qu'il avait prise. Car il avait épousé une femme kushite. Et ils dirent: " Le Seigneur ne parlerait-il donc qu'à Moïse? N'a-t-il pas parlé à nous aussi? " Le Seigneur entendit. Or Moïse était un homme très humble, l'homme le plus humble que la terre ait porté. Soudain, le Seigneur dit à Moïse, à Aaron et à Miryam: " Venez-vous en tous les trois à la Tente du Rendez-vous. " Ils allèrent tous trois, et le Seigneur descendit dans une colonne de nuée et se tint à l'entrée de la Tente. Il appela Aaron et Miryam.
R/. Isti sunt dies quos observáre debétis tempóribus suis: * Quartadécima die ad vésperum Pascha Dómini est, et in quintadécima sollemnitátem celebrábitis Altíssimo Dómino. V/. Locútus est Dóminus ad Móysen dicens: Lóquere fíliis Israel, et dices ad eos: * Quartadécima. R/. Voici les jours de fête que vous devrez observer à leurs dates: * Le quatorzième jour du premier mois, au coucher du soleil, c'est la Pâque du Seigneur; et le quinzième jour vous célébrerez une solennité en l'honneur du Seigneur, le Très-Haut. V/. Le Seigneur adressa la parole à Moïse en ces termes: Parle aux enfants d'Israël et dis leur: * Le quatorzième.
Lectio II Lecture II
Qui cum issent, dixit ad eos: " Audíte sermónes meos! Si quis fúerit inter vos prophéta Dómini, in visióne apparébo ei, vel per sómnium loquar ad illum. At non talis servus meus Móyses, qui in omni domo mea fidelíssimus est! Ore enim ad os loquor ei, et palam et non per ænígmata et figúras Dóminum videt! Quare ergo non timuístis detráhere servo meo Móysi? " Tous deux s'avancèrent. Le Seigneur dit: " Écoutez donc mes paroles: S'il y a parmi vous un prophète, c'est en vision que je me révèle à lui, c'est dans un songe que je lui parle. Il n'en est pas ainsi de mon serviteur Moïse, toute ma maison lui est confiée. Je lui parle face à face dans l'évidence, non en énigmes, et il voit la forme du Seigneur. Pourquoi avez-vous osé parler contre mon serviteur Moïse? "
R/. Multiplicáti sunt qui tríbulant me, et dicunt: Non est salus illi in Deo eius. * Exsúrge, Dómine, salvum me fac, Deus meus. V/. Nequándo dicat inimícus meus: Præválui advérsus eum. * Exsúrge. R/. Qu'ils sont nombreux mes adversaires, nombreux à déclarer à mon sujet: Pour lui, pas de salut auprès de Dieu! * Lève-toi, Seigneur; sauve-moi, mon Dieu! V/. Pour que l'ennemi ne crie pas: Victoire! * Lève-toi.
Lectio III Lecture III
Iratúsque contra eos ábiit, nubes quoque recéssit quæ erat super tabernáculum; et ecce María appáruit candens lepra quasi nix. Cumque respexísset eam Aaron et vidísset perfúsam lepra, ait ad Móysen: " Obsecro, dómine mi, ne impónas nobis hoc peccátum quod stulte commísimus, ne fiat hæc quasi mórtua et ut abortívum quod proícitur de vulva matris suæ; ecce iam médium carnis eius devorátum est a lepra ". La colère du Seigneur s'enflamma contre eux. Il partit et la nuée quitta la Tente. Voilà que Miryam était devenue lépreuse, blanche comme neige. Aaron se tourna vers elle: elle était devenue lépreuse. Aaron dit à Moïse: " À moi, Monseigneur! Veuille ne pas nous infliger la peine du péché que nous avons eu la folie de commettre et dont nous sommes coupables. Je t'en prie, qu'elle ne soit pas comme l'avorton dont la chair est à demi rongée lorsqu'il sort du sein de sa mère! "
R/. Qui custodiébant ánimam meam, consílium fecérunt in unum, dicéntes: Deus derelíquit eum; * Persequímini et comprehéndite eum, quia non est qui líberet eum. Deus meus, ne elónges a me; Deus meus, in adiutórium meum inténde. V/. Omnes inimíci mei advérsum me cogitábant mala mihi; verbum iníquum mandavérunt advérsum me, dicéntes: * Persequímini. R/. Ceux qui en veulent à ma vie se concertent; ils disent: Dieu l'abandonne! * Traquez-le, empoignez-le, il n'a pas de défenseur! Mon Dieu, ne sois pas loin de moi; mon Dieu, viens vite à mon secours! V/. Unis contre moi, mes ennemis murmurent; ils m'a-dressent des paroles maléfiques, ils disent: * Traquez-le.
Lectio IV Lecture IV
Clamavítque Móyses ad Dóminum dicens: " Deus, óbsecro, sana eam! " Cui respóndit Dóminus: " Si pater eius spuísset in fáciem illíus, nonne debúerat saltem septem diébus rubóre suffúndi? Separétur septem diébus extra castra et póstea revocábitur. " Exclúsa est ítaque María extra castra septem diébus, et pópulus non est motus de loco illo donec revocáta est María. Moïse implora le Seigneur: " Ô Dieu, dit-il, daigne la guérir, je t'en prie! " Le Seigneur dit alors à Moïse: " Et si son père lui crachait au visage, ne serait-elle pas sept jours dans la honte? Qu'elle soit pendant sept jours séquestrée hors du camp, et qu'elle y soit admise ensuite à nouveau. " Miryam fut séquestrée pendant sept jours hors du camp. Le peuple ne partit pas avant sa rentrée.
R/. Adiútor et suscéptor meus tu es, Dómine, et in verbum tuum sperávi. * Declináte a me, malígni, et scrutábor mandáta Dei mei. V/. Eripe me de inimícis meis, Deus meus, et ab insurgéntibus in me líbera me. * Declináte. V/. Glória Patri. * Declináte. R/. Toi, mon abri, mon bouclier, Seigneur, j'espère en ta parole. * Écartez-vous de moi, méchants: j'observerai les commandements de mon Dieu. V/. Délivre-moi de mes ennemis, mon Dieu; de mes agresseurs, protège-moi. * Écartez-vous. V/. Gloire au Père. * Écartez-vous.
éditer éditer
In tertio nocturno, anno B Troisième nocturne, année B
Léctio sancti Evangélii secúndum Ioánnem Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean
In illo témpore: Erant Græci quidam ex his qui ascénderant, ut adorárent in die festo. Et réliqua. Parmi les Grecs qui étaient montés à Jérusalem pour adorer Dieu durant la Pâque, quelques-uns abordèrent Philippe, qui était de Bethsaïde en Galilée. Et la suite.
Ex Sermónibus sancti Augustíni epíscopi (Sermo 329, 1-2: PL 38, 1454-1455) Sermon de saint Augustin
Lectio I Lecture I
Per tam gloriósa sanctórum mártyrum gesta, quibus ubíque floret Ecclésia, ipsis óculis nostris probámus quam verum sit quod cantávimus, quia pretiósa in conspéctu Dómini mors sanctórum eius; quando et in conspéctu nostro pretiósa est, et in conspéctu eius, pro cuius nómine facta est. Sed prétium mórtium istárum mors est uníus. Quantas mortes emit unus móriens, qui si non morerétur, granum fruménti non multiplicarétur? Audístis verba eius cum appropinquáret passióni, id est cum nostræ appropinquáret redemptióni: Nisi granum trítici cadens in terram mórtuum fúerit, ipsum solum manet; si autem mórtuum fúerit, multum fructum affert. Les exploits glorieux des martyrs, qui font en tout lieu l'ornement de l'Église, nous permettent de comprendre par nous-mêmes la vérité de ce que nous avons chanté: Aux yeux du Seigneur, la mort de ses saints a un grand prix. En effet, elle a un grand prix à nos yeux, et aux yeux de celui pour le nom duquel ils sont morts. Mais le prix de toutes ces morts, c'est la mort d'un seul. Combien de morts a-t-il achetées, en mourant à lui seul, puisque, s'il n'était pas mort, le grain de blé ne se serait pas multiplié? Vous avez entendu ce qu'il disait lorsqu'il approchait de sa passion, c'est-à-dire lorsqu'il approchait de notre rédemption: Si le grain de blé tombé à terre ne meurt pas, il reste seul; mais s'il meurt, il porte beaucoup de fruit.
R/. Ne avértas fáciem tuam a púero tuo, Dómine; * Quóniam tríbulor, velóciter exáudi me. V/. Eripe me, Dómine, ab hómine malo, a viro iníquo líbera me. * Quóniam. R/. Seigneur, ne cache pas ton visage à ton serviteur: * Je suffoque, vite, réponds-moi. V/. Délivre-moi, Seigneur, de l'homme mauvais; contre l'homme violent, défends-moi. * Je suffoque.
Lectio II Lecture II
Egit enim in cruce grande commércium; ibi solútus est sácculus prétii nostri: quando latus eius apértus est láncea percussóris, emanávit inde prétium totíus orbis. Empti sunt fidéles et mártyres; sed mártyrum fides probáta est; testis est sanguis. Quod illis impénsum est, reddidérunt, et implevérunt quod ait sanctus Ioánnes: Sicut Christus pro nobis ánimam suam pósuit, sic et nos debémus pro frátribus ánimas pónere. Et álibi dícitur: Ad mensam magnam sedísti, diligénter consídera quæ apponúntur tibi, quóniam tália te opórtet præparáre. Mensa magna est, ubi épulæ sunt ipse Dóminus mensæ. Nemo pascit convívas de se ipso; hoc facit Dóminus Christus; ipse invitátor, ipse cibus et potus. Agnovérunt ergo mártyres quid coméderent et bíberent, ut tália rédderent. Car sur la croix s'est réalisée une affaire grandiose. C'est là que s'est ouverte la bourse contenant le prix de notre rançon: quand son côté a été ouvert par la lance qui le frappait, ce qui en a jailli, c'est le prix de l'univers. Les fidèles et les martyrs ont été achetés; mais la foi des martyrs a fait ses preuves, leur sang en est témoin. Ce qui a été dépensé pour eux, ils l'ont rendu, et ils ont accompli la parole de saint Jean: Le Christ a donné sa vie pour nous; nous aussi, nous devons donner notre vie pour nos frères. Il est dit ailleurs: Lorsque tu t'assieds à une table magnifique, regarde bien ce que l'on te sert, car il faut que tu en prépares autant. C'est une table magnifique, celle où l'on mange le maître du banquet lui-même. Personne ne nourrit ses invités avec lui-même: c'est ce que fait le Christ Seigneur. Il est l'hôte qui invite, il est lui-même la nourriture et la boisson. Les martyrs ont donc fait attention à ce qu'ils mangeaient et buvaient, pour pouvoir en rendre autant.
R/. In próximo est tribulátio mea, Dómine, et non est qui ádiuvet, ut fódiant manus meas et pedes meos. * Líbera me de ore leónis, ut narrem nomen tuum frátribus meis. V/. Deus, Deus meus, réspice in me; quare me dereliquísti? Longe a salúte mea. * Líbera. R/. L'angoisse est proche, Seigneur, et je n'ai personne pour m'aider; ils me percent les mains et les pieds. * Sauve-moi de la gueule du lion, que je proclame ton nom devant mes frères. V/. Dieu, mon Dieu, regarde-moi! Pourquoi m'as-tu abandonné? Le salut est loin de moi. * Sauve-moi.
Lectio III Lecture III
Sed unde tália rédderent, nisi ille daret unde rédderent, qui prior impéndit? Unde et psalmus ubi scriptum cantávimus: Pretiósa in conspéctu Dómini mors sanctórum eius, quid nobis comméndat? Considerávit illic homo quanta accépit a Deo; circumspéxit quanta múnera grátiæ Omnipoténtis qui eum creávit, qui pérditum quæsívit, qui invénto véniam dedit, qui pugnántem infírmis víribus iuvit, qui se periclitánti non subtráxit, qui vincéntem coronávit, qui præmium se ipsum dedit: considerávit hæc ómnia et exclamávit et dixit: Quid retríbuam Dómino pro ómnibus quæ retríbuit mihi? Mais comment auraient-ils pu en rendre autant, si celui qui a fait la première dépense ne leur avait donné de quoi lui rendre? Aussi qu'est-ce que nous recommande le psaume où nous avons chanté cette parole: Aux yeux du Seigneur, la mort de ses saints a un grand prix? L'homme a considéré combien il a reçu de Dieu; il a passé en revue combien la grâce du Tout-Puissant l'a comblé: il l'a créé; après sa chute, il l'a cherché; l'ayant trouvé, il lui a pardonné; il a aidé ses pauvres forces dans le combat; il ne l'a pas quitté lorsqu'il défaillait; lorsqu'il a été vainqueur, il l'a couronné et il s'est donné lui-même en récompense. Lorsqu'il a considéré tout cela, l'homme s'est écrié: Comment rendrai-je au Seigneur tout le bien qu'il m'a fait?
R/. In te iactátus sum ex útero, de ventre matris meæ Deus meus es tu; ne discédas a me, * Quóniam tribulátio próxima est, et non est qui ádiuvet. V/. Erue a frámea, Deus, ánimam meam, et de manu canis únicam meam. * Quóniam. R/. À toi je fus confié dès ma naissance; dès le ventre de ma mère, tu es mon Dieu. Ne sois pas loin: * L'angoisse est proche, et je n'ai personne pour m'aider. V/. Préserve ma vie de l'épée, arrache-moi aux griffes du chien! * L'angoisse.
Lectio IV Lecture IV
Quærit ergo quid retríbuat. Cálicem salutáris accípiam et nomen Dómini invocábo. Quis est calix iste? Calix passiónis amárus et salúbris; calix quem nisi prius bíberet médicus, tángere timéret ægrótus. Ipse est calix iste: agnóscimus in ore Christi cálicem istum dicéntis: Pater, si fíeri potest, tránseat a me calix iste. Il s'est demandé ce qu'il pourrait rendre: J'élèverai la coupe du salut et j'invoquerai le nom du Seigneur. Quelle est cette coupe? La coupe amère et salubre de la passion; la coupe que le malade craindrait de toucher, si le médecin n'y avait bu le premier. Voici quelle est cette coupe, nous reconnaissons qu'elle s'approche des lèvres du Christ, lorsqu'il dit: Père, si c'est possible, que cette coupe passe loin de moi!
R/. Pacífice loquebántur mihi inimíci mei, et in ira molésti erant mihi. * Vidísti, Dómine, ne síleas, ne díscedas a me. V/. Omnes inimíci mei advérsum me cogitábant mala mihi, verbum iníquum mandavérunt advérsum me. * Vidísti. V/. Glória Patri. * Vidísti. R/. Mes ennemis ont des paroles de paix, mais dans leur fureur ils me maltraitent. * Tu as vu, Seigneur, sors de ton silence! Seigneur, ne sois pas loin de moi! V/. Unis contre moi, mes ennemis murmurent; ils m'adressent des paroles maléfiques. * Tu as vu. V/. Gloire au Père. * Tu as vu.