affiche_liturgia("journee")office = vigiles

Vigiles (OSB) du samedi 24 mars 2018 -

Hebdomada V Quadragesimae Vème semaine de Carême
Sabbato Samedi
éditer éditer
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
De Libro Númeri Du livre des Nombres
Lectio I Lecture I
In diébus illis: Cum vidísset Bálaam quod placéret Dómino, ut benedíceret Israéli, nequáquam ábiit, ut ante perréxerat, ut augúrium quæreret; sed dírigens contra desértum vultum suum et élevans óculos vidit Israel commorántem per tribus suas et, irruénte in se spíritu Dei, assúmpta parábola sua, ait: " Dixit Bálaam fílius Beor, dixit homo, cuius apértus est óculus, dixit audítor sermónum Dei, qui visiónem Omnipoténtis intúitus est, qui cadit, et sic aperiúntur óculi eius. Quam pulchra tabernácula tua, Iacob, et tentória tua, Israel! Ut valles dilatántur, ut horti iuxta flúvios irrígui, ut áloe quam plantávit Dóminus, quasi cedri prope aquas. " En ce temps-là, Balaam vit que le Seigneur trouvait bon de bénir Israël. Il n'alla pas comme les autres fois à la recherche de présages, mais il se tourna face au désert. Levant les yeux, Balaam vit Israël, établi par tribus; l'esprit de Dieu vint sur lui et il prononça son poème. Il dit: " Oracle de Balaam, fils de Béor, oracle de l'homme au regard pénétrant, oracle de celui qui écoute les paroles de Dieu. Il voit ce que Shaddaï fait voir, il obtient la réponse divine et ses yeux s'ouvrent. Que tes tentes sont belles, Jacob! et tes demeures, Israël! Comme des vallées qui s'étendent, comme des jardins au bord d'un fleuve, comme des aloès que le Seigneur a plantés, comme des cèdres auprès des eaux! "
R/. Deus meus, éripe me de manu peccatóris et de manu contra legem agéntis et iníqui, * Quóniam tu es patiéntia mea. V/. Eripe me de inimícis meis, Deus meus, et ab insurgéntibus in me líbera me. * Quóniam. R/. Mon Dieu, libère-moi des mains de l'impie, des prises du fourbe et du violent, * Car c'est toi mon espérance. V/. Délivre-moi de mes ennemis, mon Dieu; de mes agresseurs, protège-moi. * Car c'est toi.
Lectio II Lecture II
Fluet aqua de sítulis eius, et semen illíus erit in aquis multis. Extollétur super Agag rex eius, et elevábitur regnum illíus. Deus edúxit illum de Ægýpto, sicut córnua búbali est ei. Devorábit gentes, hostes suos, ossáque eórum confrínget et perforábit sagíttis. Accubans dormit ut leo, et quasi leæna, quis suscitáre illum audébit? Qui benedíxerit tibi, erit et ipse benedíctus; qui maledíxerit tibi, maledíctus erit! " Un héros grandit dans sa descendance, il domine sur des peuples nombreux. Son roi est plus grand qu'Agag, sa royauté s'élève. Dieu le fait sortir d'Égypte, il est pour lui comme des cornes de buffle. Il dévore le cadavre de ses adversaires, il leur brise les os. Il s'est accroupi, il s'est couché, comme un lion, comme une lionne: qui le fera lever? Béni soit qui te bénit, et maudit qui te maudit! "
R/. Pacífice loquebántur mihi inimíci mei, et in ira molésti erant mihi. * Vidísti, Dómine, ne síleas, ne díscedas a me. V/. Omnes inimíci mei advérsum me cogitábant mala mihi, verbum iníquum mandavérunt advérsum me. * Vidísti. R/. Mes ennemis ont des paroles de paix, mais dans leur fureur ils me maltraitent. * Tu as vu, Seigneur, sors de ton silence! Seigneur, ne sois pas loin de moi! V/. Unis contre moi, mes ennemis murmurent; ils m'adressent des paroles maléfiques. * Tu as vu.
Lectio III Lecture III
Sumpta ígitur parábola sua, rursum ait: " Dixit Bálaam fílius Beor, dixit homo cuius apértus est óculus, dixit audítor sermónum Dei, qui novit doctrínam Altíssimi et visiónes Omnipoténtis videt, qui cadens apértos habet óculos. Vídeo eum, sed non modo; intúeor illum, sed non prope. Oritur stella ex Iacob, et consúrgit virga de Israel; et pércutit témpora Moab et vérticem ómnium filiórum Seth. Et erit Idumæa posséssio eius et heréditas eius Seir, inimícus eius; Israel vero fórtiter aget. De Iacob erit, qui dominétur et perdat relíquias civitátis. " Alors il prononça son poème. Il dit: " Oracle de Balaam, fils de Béor, oracle de l'homme au regard pénétrant, oracle de celui qui écoute les paroles de Dieu, de celui qui sait la science du Très-Haut. Il voit ce que Shaddaï fait voir, il obtient la réponse divine et ses yeux s'ouvrent. Je le vois - mais non pour maintenant, je l'aperçois - mais non de près: Un astre issu de Jacob devient chef, un sceptre se lève, issu d'Israël. Il frappe les tempes de Moab et le crâne de tous les fils de Seth. Édom devient un pays conquis; pays conquis, Séïr. Israël déploie sa puissance, Jacob domine sur ses ennemis et fait périr les rescapés d'Ar. "
R/. Ne perdas cum ímpiis, Deus, ánimam meam, et cum viris sánguinum vitam meam; * Rédime me, Dómine. V/. Eripe me, Dómine, ab hómine malo, a viro iníquo líbera me. * Rédime. V/. Glória Patri. * Rédime. R/. Ne m'inflige pas, mon Dieu, le sort des pécheurs, le destin de ceux qui versent le sang; * Libère-moi, Seigneur. V/. Délivre-moi, Seigneur, de l'homme mauvais; contre l'homme violent, défends-moi. * Libère-moi. V/. Gloire au Père. * Libère-moi.
éditer éditer
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Sermónibus Eusébii Gallicáni, mónachi(Sermo extr. 5, 1-4: CCL 101B, 853-854) Sermon d'Eusèbe le Gallican
Lectio I Lecture I
Hodie Dóminus noster in statéra crucis prétium nostræ salútis appéndit, et una morte univérsum mundum, sicut ómnium Cónditor, ita ómnium reparátor absólvit. Indubitánter enim credámus quod totum mundum redémit, qui plus dedit quam totus mundus valéret. Méritum enim redémptæ mercédis dígnitas insígnis prétii supergréssa est. Inter redémptum et rediméntem dispensátio fuit, compensátio non fuit. Qui ergo non habébat peccáta própria, digne delévit aliéna; solus hic pia víctima pro ómnibus cécidit, ut omnes leváret. Et quia débitum solus non hábuit, recte fenus misericórdiæ pro debitóribus erogávit. Suscépit mala nostra, ut tribúeret bona sua. Aujourd'hui notre Seigneur, sur la balance de la croix, pesa le prix de notre salut et, par sa seule mort, acquitta le monde entier, se faisant restaurateur de toutes choses, comme il fut de toutes le Créateur. Croyons fermement qu'il a racheté le monde entier, lui qui a donné beaucoup plus que ne valait le monde entier. L'éminente dignité du prix versé excéda la valeur du bien racheté. Entre celui qui rachète et ce qui fut racheté, il y eut munificence, non équivalence. Celui qui seul n'avait pas de péchés, effaça complètement ceux d'autrui; lui seul, victime sainte, succomba pour tous, afin de les relever tous. Et n'ayant, lui seul, aucune dette, il put porter au compte des débiteurs les intérêts de la miséricorde. Il a supporté nos maux afin de nous attribuer ses biens.
R/. Ne avértas fáciem tuam a púero tuo, Dómine; * Quóniam tríbulor, velóciter exáudi me. V/. Eripe me, Dómine, ab hómine malo, a viro iníquo líbera me. * Quóniam. R/. Seigneur, ne cache pas ton visage à ton serviteur: * Je suffoque, vite, réponds-moi. V/. Délivre-moi, Seigneur, de l'homme mauvais; contre l'homme violent, défends-moi. * Je suffoque.
Lectio II Lecture II
Hinc intellegámus quantum hóminem dilígere dignátus sit ante culpam, quem sic díligit post ruínam. Agnósce, homo, quantum váleas et quantum débeas; et dum tantam redemptiónis tuæ pérspicis dignitátem, ipse tibi indícito peccándi pudórem. Ecce pro ímpio píetas flagellátur, pro stulto sapiéntia illúditur, pro mendáce véritas necátur, damnátur iustítia pro iníquo, misericórdia affícitur pro crudéli, pro mísero replétur sincéritas acéto, inebriátur felle dulcédo, addícitur innocéntia pro reo, móritur vita pro mórtuo. Comprenons par là combien, avant la faute, il daigna aimer cet homme auquel, après la chute, il témoigna tant d'amour. Reconnais, ô homme, ce que tu vaux et tout ce que tu dois; et tandis que tu perçois le prix si grand de ta rédemption, conçois pour toi-même la honte du péché. Voici que, pour un impie, la piété est flagellée; pour un insensé, la sagesse bafouée; pour un menteur, la vérité mise à mort; la justice est condamnée pour le coupable, la miséricorde crucifiée pour l'homme sans pitié; pour un misérable, la pureté est abreuvée de vinaigre, la douceur enivrée de fiel; l'innocence est accusée pour le criminel, la vie meurt à la place du mort.
R/. In te iactátus sum ex útero, de ventre matris meæ Deus meus es tu; ne discédas a me, * Quóniam tribulátio próxima est, et non est qui ádiuvet. V/. Erue a frámea, Deus, ánimam meam, et de manu canis únicam meam. * Quóniam. R/. À toi je fus confié dès ma naissance; dès le ventre de ma mère, tu es mon Dieu. Ne sois pas loin: * L'angoisse est proche, et je n'ai personne pour m'aider. V/. Préserve ma vie de l'épée, arrache-moi aux griffes du chien! * L'angoisse.
Lectio III Lecture III
Expávit scelus hóminum natúra rerum, et quem creatúra rebéllis non agnóscit, eum mundi Dóminum tremens terra testátur, et cæli regem sol fúgiens confitétur. Chlámide coccínea indúitur; quia sánguine mártyrum suórum Ecclésiæ corpus ornátur. Coróna spínea cápiti eius impónitur; quia púnctio peccatórum nostrórum quorum remissióne Redemptóris glória strúitur, áridis tríbulis comparátur. Studeámus nunc e divérso, ut membrórum vita cápitis sit coróna. Quod vero sitíre se in cruce pósitus dicit, fidem incrédulæ gentis concupíscit: sed e contra acétum malítiæ pórrigunt; quia vinum sapiéntiæ quod a Deo accéperant, peccándo corrúperant. La nature inanimée s'épouvante du crime des hommes: la créature rebelle n'a pas reconnu son Dieu, mais la terre en tremblant atteste qu'il est Seigneur de l'univers et le soleil en se cachant confesse qu'il est le roi du ciel. On le revêt d'un manteau de pourpre, car le corps de l'Église se pare du sang de ses martyrs. On lui met une couronne sur la tête, car la pointe acérée de nos péchés, dont le pardon tresse la gloire du rédempteur, est semblable à des épines desséchées. Portons nos efforts en sens contraire, afin que, pour notre chef, la vie des membres soit une couronne. Que le Seigneur en croix ait dit: J'ai soif, montre qu'il désire la foi d'un peuple incrédule. Mais ils ne lui offrent que le vinaigre de la malice, parce qu'ils ont corrompu par leur péché le vin de la sagesse reçue de Dieu.
R/. In próximo est tribulátio mea, Dómine, et non est qui ádiuvet, ut fódiant manus meas et pedes meos. * Líbera me de ore leónis, ut narrem nomen tuum frátribus meis. V/. Deus, Deus meus, réspice in me; quare me dereliquísti? Longe a salúte mea. * Líbera. V/. Glória Patri. * Líbera. R/. L'angoisse est proche, Seigneur, et je n'ai personne pour m'aider; ils me percent les mains et les pieds. * Sauve-moi de la gueule du lion, que je proclame ton nom devant mes frères. V/. Dieu, mon Dieu, regarde-moi! Pourquoi m'as-tu abandonné? Le salut est loin de moi. * Sauve-moi. V/. Gloire au Père. * Sauve-moi.