Vigiles (OSB) du vendredi 30 mars 2018 - Vendredi Saint

Sacrum Triduum Paschale Triduum pascal sacré
Feria VI Vendredi
Feria VI hebdomadae sanctae Vendredi Saint
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
Ut in anno I, vel: Comme à l'année I, ou bien:
De libro Zacharíæ prophétæ Du livre de Zacharie,
Lectio I Lecture I
Hæc dicit Dóminus Deus meus: " Pasce pécora occisiónis. Quæ qui emunt, óccidunt et non dolent; et qui vendunt ea, dicunt: "Benedíctus Dóminus! Dives factus sum". Et pastóres eórum non miseréntur eórum. Et ego non miserébor ultra super habitántes terram, dicit Dóminus; ecce ego tradam hómines, unumquémque in manu próximi sui et in manu regis sui; et concídent terram, et non éruam de manu eórum. " Et ego pavi pecus occisiónis pro mercatóribus gregis. Et assumpsi mihi duas virgas: unam vocávi Grátiam et altéram vocávi Funículum; et pavi gregem. Et succídi tres pastóres in mense uno, et tæduit eórum ánimam meam; siquidem et ánimam eórum tduit mei. Ainsi parle Le Seigneur mon Dieu: " Fais paître les brebis d'abattoir, celles que leurs acheteurs abattent sans être châtiés, dont leurs vendeurs disent: "Béni soit le Seigneur, me voilà riche", et que les pasteurs n'épargnent point. Car je n'épargnerai plus les habitants du pays - oracle du Seigneur! - Mais voici que moi, je vais livrer les hommes chacun aux mains de son prochain, aux mains de son roi. Ils écraseront le pays et je ne les délivrerai pas de leurs mains. " Alors je fis paître les brebis d'abattoir qui appartiennent aux marchands de brebis. Je pris pour moi deux bâtons, j'appelai l'un "Faveur" et l'autre "Liens" et je fis paître les brebis. Je fis disparaître les trois pasteurs en un seul mois. Mais je perdis patience avec eux, et quant à eux, ils furent avares envers moi.
R/. In monte Olivéti orávit ad Patrem: Pater, si fíeri potest, tránseat a me calix iste. * Spíritus quidem promptus est, caro autem infírma; fiat volúntas tua. V/. Verúmtamen non sicut ego volo, sed sicut tu vis. * Spíritus. R/. Au mont des Oliviers, Jésus pria le Père: Mon Père, s'il est possible, que cette coupe passe loin de moi! * L'esprit est ardent, mais la chair est faible; que ta volonté soit faite! V/. Cependant, non pas comme je veux, mais comme tu veux. * L'esprit.
Lectio II Lecture II
Et dixi: " Non páscam vos. Quæ moritúra est, moriátur; et quæ succidénda est, succidátur; et réliquæ devórent unaquæque carnem próximæ suæ. " Et tuli virgam meam quæ vocabátur Grátia, et abscídi eam, ut írritum fácerem fœdus meum quod percússi cum ómnibus pópulis. Et írritum factum est in die illa; et cognovérunt mercatóres gregis qui observábant me, quia verbum Dómini est. Et dixi ad eos: " Si bonum est in óculis vestris, afférte mercédem meam et, si non, quiéscite. " Et appendérunt mercédem meam tríginta siclos argénteos. Et dixit Dóminus ad me: " Proíce illud in thesáurum, decórum prétium quo appretiátus sum ab eis. " Et tuli tríginta siclos argénteos et proiéci illos in domum Dómini in thesáurum. Et præcídi virgam meam secúndam quæ appellabátur Funículus, ut dissólverem germanitátem inter Iudam et Israel. Alors je dis: " Je ne vous ferai plus paître. Que celle qui doit mourir meure; que celle qui doit disparaître disparaisse, et que celles qui restent s'entredévorent. " Puis je pris mon bâton "Faveur" et le mis en morceaux pour rompre mon alliance, celle que j'avais conclue avec tous les peuples. Elle fut donc rompue en ce jour-là, et les marchands de brebis qui m'observaient surent que c'était là une parole du Seigneur. Je leur dis alors: " Si cela vous semble bon, donnez-moi mon salaire, sinon n'en faites rien. " Ils pesèrent mon salaire::trente sicles d'argent. Le Seigneur me dit: " Jette-le au fondeur, ce prix splendide auquel ils m'ont apprécié! " Je pris donc les trente sicles d'argent et les jetai à la Maison du Seigneur, pour le fondeur. Puis je mis en morceaux mon deuxième bâton "Liens", pour rompre la fraternité entre Juda et Israël.
R/. Tristis est ánima mea usque ad mortem: sustinéte hic, et vigiláte mecum; * Nunc vidébitis turbam quæ circumdábit me, vos fugam capiétis, et ego vadam immolári pro vobis. V/. Vigiláte et oráte, dicit Dóminus. * Nunc vidébitis. R/. Mon âme est triste à en mourir: demeurez ici et veillez avec moi; * Maintenant, vous allez voir une troupe m'encercler: vous, vous prendrez la fuite; et moi, pour vous, j'irai à l'immolation. V/. Veillez et priez, dit le Seigneur. * Maintenant.
Lectio III Lecture III
Et erit: in die illa confundéntur prophétæ, unusquísque ex visióne sua, cum prophetáverit; nec operiéntur pállio saccíno, ut mentiántur, sed dicet: " Non sum prophéta; homo óperans terram ego sum, quóniam terra est possessio mea ab adulescéntia mea. " Et dicétur ei: " Quid sunt plagæ istæ in médio mánuum tuárum? " Et dicet: " His plagátus sum in domo eórum qui diligébant me. " Frámea, suscitáre super pastórem meum et super virum cohæréntem mihi, dicit Dóminus exercítuum. Pércute pastórem, et dispergéntur oves, et convértam manum meam contra párvulos. Il arrivera, en ce jour-là, que les prophètes rougiront de leur vision quand ils prophétiseront. Ils ne revêtiront plus le manteau de poil avec le dessein de mentir. Mais ils diront: " Je ne suis pas prophète, moi, je suis un homme qui travaille la terre, car la terre est mon bien depuis ma jeunesse. " Et si on lui dit: " Que sont ces blessures sur ta poitrine? " Il dira: " Celles que j'ai reçues chez mes amis. " Épée, éveille-toi contre mon pasteur et contre l'homme qui m'est proche, oracle du Seigneur de l'univers. Frappe le pasteur, que soient dispersées les brebis, et je tournerai la main contre les petits.
R/. Ecce vídimus eum non habéntem spéciem neque decórem; aspéctus eius in eo non est. Hic peccáta nostra portávit, et pro nobis dolet; ipse autem vulnerátus est propter iniquitátes nostras, * Cuius livóre sanáti sumus. V/. Vere languóres nostros ipse ábstulit, et infirmitátes nostras ipse portávit. * Cuius livóre. V/. Glória Patri. * Cuius livóre. R/. Et nous l'avons contemplé! Il n'avait ni grâce, ni beauté pour attirer nos regards. Son aspect ne pouvait nous séduire. Pourtant, c'étaient nos péchés qu'il portait, nos souffrances dont il était chargé. C'est à cause de nos fautes qu'il a été transpercé: * Par ses blessures nous sommes guéris. V/. C'étaient nos maladies qu'il portait, nos douleurs qu'il supportait. * Par ses blessures. V/. Gloire au Père. * Par ses blessures.
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Homília Melitónis Sardiáni epíscopi in Pascha (Nn. 65-71: J. of Th. St. 61, 1960, 78; cf. SC 123, 94-100) Homélie de Méliton de Sardes sur la Pâque
Lectio I Lecture I
Multa a prophétis prædícta sunt in Paschæ mystérium quod est Christus, cui glória in sæcula sæculórum, amen. Ipse venit e cælis in terram propter patiéntem hóminem; eúmdem índuit per Vírginis ventrem et pródiit ut homo; suscépit patiéntis hóminis passiónes per corpus passióni obnóxium et destrúxit carnis passiónes, spíritu autem qui mori non pótuit occídit homicídam mortem. Ipse enim addúctus est ut agnus et occísus ut ovis, véluti ab Ægýpto nos a mundi cultu redémit et servávit nos de servitúte diáboli quasi de manu pharaónis; et consignávit ánimas nostras próprio Spíritu, et membra córporis nostri suo sánguine. Bien des choses ont été annoncées par de nombreux prophètes en vue du mystère de la Pâque qui est le Christ: à lui la gloire dans les siècles. Amen. C'est lui qui est venu des cieux sur la terre en faveur de l'homme qui souffre; il a revêtu cette nature dans le sein de la Vierge et, quand il en est sorti, il était devenu homme; il a pris sur lui les souffrances de l'homme qui souffre, avec un corps capable de souffrir, et il a détruit les souffrances de la chair; par l'esprit incapable de mourir, il a tué la mort homicide. Conduit comme un agneau et immolé comme une brebis, il nous a délivrés de l'idolâtrie du monde comme de la terre d'Égypte; il nous a libérés de l'esclavage du démon comme de la puissance de Pharaon; il a marqué nos âmes de son propre Esprit, et de son sang les membres de notre corps.
R/. Tamquam ad latrónem exístis cum gládiis et fústibus comprehéndere me. Quotídie apud vos eram in templo docens, et non me tenuístis. Et ecce flagellátum dúcitis * Ad crucifigéndum. V/. Fílius quidem hóminis vadit, sicut scriptum est de illo; væ autem illi per quem tradétur * Ad crucifigéndum. R/. Suis-je donc un bandit que vous soyez venus m'arrêter avec des épées et des bâtons? Chaque jour j'étais parmi vous dans le temple où j'enseignais, et vous ne m'avez pas arrêté! Et maintenant, m'ayant flagellé, vous me conduisez * Pour être crucifié? V/. Le Fils de l'homme s'en va, comme il est écrit à son sujet; mais malheureux l'homme par qui le Fils de l'homme est livré * Pour être crucifié.
Lectio II Lecture II
Hic est qui confusióne mortem índuit et diábolum in planctu constítuit, sicut Móyses pharaónem. Hic est qui iniquitátem percússit et iniustítiam, sicut Móyses Ægýptum, sterilitáte damnávit. Hic est qui nos erípuit de servitúte ad libertátem, de ténebris ad lucem, de morte ad vitam, a tyránnide in regnum perpétuum, et fecit nos sacerdótium novum et pópulum eléctum, ætérnum. Hic est Pascha salútis nostræ. Hic est qui in multis multa sustínuit; hic est qui in Abel occísus est, et in Isaac pédibus colligátus est, et in Iacob peregrinátus est, et in Ioseph venúmdatus est, et in Móyse expósitus, et in agno iugulátus, et in David persecútus, et in prophétis exhonorátus est. C'est lui qui a plongé la mort dans la honte et qui a mis le démon dans le deuil, comme Moïse a vaincu Pharaon. C'est lui qui a frappé le péché et a condamné l'injustice à la stérilité, comme Moïse a condamné l'Égypte. C'est lui qui nous a fait passer de l'esclavage à la liberté, des ténèbres à la lumière, de la mort à la vie, de la tyrannie à la royauté éternelle, lui qui a fait de nous un sacerdoce nouveau, un peuple choisi, pour toujours. C'est lui qui est la Pâque de notre salut. C'est lui qui endura bien des épreuves en un grand nombre de personnages qui le préfiguraient. C'est lui qui en Abel a été tué; en Isaac a été lié sur le bois; en Jacob a été exilé; en Joseph a été vendu; en Moïse a été exposé à la mort; dans l'agneau a été égorgé; en David a été en butte aux persécutions; dans les prophètes a été méprisé.
R/. Ténebræ factæ sunt dum crucifixíssent Iesum Iudæi; et circa horam nonam exclamávit Iesus voce magna: Deus, Deus, ut quid me dereliquísti? Et inclináto cápite emísit spíritum. * Tunc unus ex milítibus láncea latus eius perforávit, et contínuo exívit sanguis et aqua. V/. Et velum templi scissum est a summo usque deórsum, et omnis terra trémuit. * Tunc unus. R/. L'obscurité se fit tandis qu'on crucifiait Jésus; et vers la neuvième heure, Jésus cria d'une voix puissante: Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné? Puis, inclinant la tête, il remit l'esprit. * Alors, un des soldats avec sa lance lui perça le côté; et aussitôt, il en sortit du sang et de l'eau. V/. Le voile du temple se déchira du haut en bas, et toute la terre trembla. * Alors.
Lectio III Lecture III
Hic est qui in vírgine incarnátus, super lignum suspénsus, in terra sepúltus est, et resúrgens a mórtuis ad cælórum excélsa conscéndit. Hic est agnus sine voce; hic est agnus occísus; hic est natus ex María pulchra agna; hic est qui de grege assúmptus et ad mactatiónem tractus et véspere immolátus et nocte sepúltus est; qui super lignum non fractus, et subter terram non solútus est; qui resurréxit a mórtuis et de inferióre sepúlcro hóminem resuscitávit. C'est lui qui s'est incarné dans une vierge, a été suspendu au bois, enseveli dans la terre, ressuscité d'entre les morts, élevé dans les hauteurs des cieux. C'est lui, l'agneau muet; c'est lui, l'agneau égorgé; c'est lui qui est né de Marie, la brebis sans tache; c'est lui qui a été pris du troupeau, traîné à la boucherie, immolé sur le soir, mis au tombeau vers la nuit. Sur le bois, ses os n'ont pas été brisés; dans la terre, il n'a pas connu la corruption; il est ressuscité d'entre les morts et il a ressuscité l'humanité gisant au fond du tombeau.
R/. Animam meam diléctam trádidi in manus iniquórum; et facta est mihi heréditas mea sicut leo in silva. Dedit contra me vocem adversárius, dicens: Congregámini et properáte ad devorándum illum. Posuérunt me in desérto solitúdinis, et luxit super me omnis terra, * Quia non est invéntus qui me agnósceret et fáceret bene. V/. Omnes inimíci mei advérsum me cogitábant mala mihi, verbum iníquum mandavérunt advérsum me. * Quia. V/. Glória Patri. * Quia. R/. Ma vie, que je chérissais, je la livre aux mains des pécheurs; mon héritage est devenu pour moi comme un lion dans la forêt. Mon adversaire donne de la voix contre moi, il crie: Rassemblez-vous, hâtez-vous de venir le dévorer. Ils m'ont laissé dans un désert désolé. Toute la terre se lamente sur moi. * Il n'est personne qui me connaisse, et qui cherche à me faire du bien. V/. Unis contre moi, mes ennemis murmurent; ils m'adressent des paroles maléfiques. * Il n'est personne. V/. Gloire au Père. * Il n'est personne.