affiche_liturgia("journee")office = vigiles

Vigiles (OSB) du jeudi 31 mai 2018 - Visitation de la Bienheureuse Vierge Marie

Hebdomada VIII per annum VIIIème semaine dans l'année
Feria V Jeudi
In Visitatione B. Mariae Virginis Visitation de la Bienheureuse Vierge Marie
Festum Fête
éditer éditer
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
De Epístula secúnda beáti Pauli apóstoli ad Corínthios De la seconde lettre de saint Paul aux Corinthiens
Lectio I Lecture I
Numquid peccátum feci meípsum humílians, ut vos exaltémini, quóniam gratis evangélium Dei evangelizávi vobis? Alias ecclésias exspoliávi accípiens stipéndium ad ministérium vestrum, et, cum essem apud vos et egérem, nulli onerósus fui; nam, quod mihi déerat, supplevérunt fratres qui venérunt a Macedónia; et in ómnibus sine ónere me vobis servávi et servábo. Est véritas Christi in me, quóniam hæc glória non infringétur in me in regiónibus Acháiæ. Quare? Quia non díligo vos? Deus scit ! Quod autem fácio et fáciam, ut ámputem occasiónem eórum qui volunt occasiónem, ut in quo gloriántur, inveniántur sicut et nos. Nam eiúsmodi pseudoapóstoli, operárii súbdoli, transfigurántes se in apóstolos Christi. Et non mirum, ipse enim Sátanas transfigúrat se in ángelum lucis; non est ergo magnum, si et minístri eius transfiguréntur velut minístri iustítiæ, quorum finis erit secúndum ópera ipsórum. Aurais-je commis une faute en vous annonçant gratuitement l'Évangile de Dieu, m'abaissant moi même pour vous élever, vous? J'ai dépouillé d'autres Églises, recevant d'elles un salaire pour vous servir. Et quand, une fois chez vous, je me suis vu dans le besoin, je n'ai été à charge à personne: ce sont les frères venus de Macédoine qui ont pourvu à ce qui me manquait. De toutes manières je me suis gardé de vous être à charge, et je m'en garderai. Aussi sûrement que la vérité du Christ est en moi, ce titre de gloire ne me sera pas enlevé dans les régions de l'Achaïe. Pourquoi? Parce que je ne vous aime pas? Dieu le sait. Et ce que je fais, je le ferai encore, afin d'ôter tout prétexte à ceux qui en voudraient un, pour être trouvés nos pareils sur le point où ils se glorifient. Car ces gens-là sont de faux apôtres, des ouvriers trompeurs, qui se déguisent en apôtres du Christ. Et rien d'étonnant: Satan lui-même se déguise bien en ange de lumière. Rien donc de surprenant si ses ministres aussi se déguisent en ministres de justice. Mais leur fin sera conforme à leurs œuvres.
R/. Confitébimur tibi, Deus; confitébimur tibi, * Et invocábimus nomen tuum. V/. Narrábo ómnia mirabília tua. Dum accépero tempus, ego iustítiam iudicábo. * Et invocábimus. R/. À toi, Dieu, nous rendons grâce; nous rendons grâce, * Et ton nom est proche. V/. Je proclamerai tes merveilles! Oui, au moment que j'ai fixé, moi, je jugerai avec droiture. * Et ton nom.
Lectio II Lecture II
Iterum dico, ne quis me putet insipiéntem esse; alióquin velut insipiéntem accípite me, ut et ego módicum quid glórier. Quod loquor, non loquor secúndum Dóminum, sed quasi in insipiéntia in hac substántia gloriatiónis. Quóniam multi gloriántur secúndum carnem, et ego gloriábor. Libénter enim suffértis insipiéntes, cum sitis ipsi sapiéntes; sustinétis enim, si quis vos in servitútem rédigit, si quis dévorat, si quis áccipit, si quis extóllitur, si quis in fáciem vos cædit. Je le répète, qu'on ne me prenne pas pour un insensé; ou bien alors, acceptez-moi au moins comme tel, que je puisse à mon tour me glorifier un peu. Ce que je vais dire, je ne le dirai pas selon le Seigneur, mais comme un insensé, dans l'assurance d'avoir de quoi me glorifier. Puisque tant d'autres se glorifient selon la chair, je vais, moi aussi, me glorifier. Vous supportez si volontiers les insensés, vous qui êtes sensés! Oui, vous supportez qu'on vous asservisse, qu'on vous dévore, qu'on vous pille, qu'on vous traite avec arrogance, qu'on vous frappe au visage.
R/. Cogitávi dies antíquos, et annos ætérnos in mente hábui; et meditátus sum nocte cum corde meo, * Et dixi: Miserére, Deus. V/. Illuxérunt coruscatiónes tuæ orbi terræ, vidit et commóta est terra. * Et dixi. R/. Je repense aux jours d'autrefois, aux années inoubliables de jadis; la nuit, je médite en mon cœur, * Et je dis: Pitié, mon Dieu! V/. Tes éclairs illuminèrent le monde, la terre le vit et s'affola. * Et je dis.
Lectio III Lecture III
Secúndum ignobilitátem dico, quasi nos infírmi fuérimus; in quo quis audet, in insipiéntia dico, áudeo et ego. Hebri sunt? Et ego. Israelítæ sunt? Et ego. Semen Abrahæ sunt? Et ego. Minístri Christi sunt? Minus sápiens dico, plus ego: in labóribus plúrimis, in carcéribus abundántius, in plagis supra modum, in mórtibus frequénter. Je le dis à votre honte; c'est à croire que nous nous sommes montré faible... Mais ce dont on se prévaut - c'est en insensé que je parle - , je puis m'en prévaloir, moi aussi. Ils sont Hébreux? Moi aussi. Ils sont Israélites? Moi aussi. Ils sont postérité d'Abraham? Moi aussi. Ils sont ministres du Christ? (Je vais dire une folie!) Moi, plus qu'eux. Bien plus par les travaux, bien plus par les emprisonnements, infiniment plus par les coups. Souvent j'ai été à la mort.
A Iudæis quínquies quadragénas una minus accépi, ter virgis cæsus sum, semel lapidátus sum, ter naufrágium feci, nocte et die in profúndo maris fui; in itinéribus sæpe, perículis flúminum, perículis latrónum, perículis ex génere, perículis ex géntibus, perículis in civitáte, perículis in solitúdine, perículis in mari, perículis in falsis frátribus, in labóre et ærúmna, in vigíliis sæpe, in fame et siti, in ieiúniis frequénter, in frígore et nuditáte; præter illa, quæ extrínsecus sunt, instántia mea cotidiána, sollicitúdo ómnium ecclesiárum. Quis infirmátur et non infírmor? Quis scandalizátur et ego non uror? Cinq fois j'ai reçu des Juifs les trente-neuf coups de fouet; trois fois j'ai été battu de verges; une fois lapidé; trois fois j'ai fait naufrage. Il m'est arrivé de passer un jour et une nuit dans l'abîme! Voyages sans nombre, dangers des rivières, dangers des brigands, dangers de mes compatriotes, dangers des païens, dangers de la ville, dangers du désert, dangers de la mer, dangers des faux frères! Labeur et fatigue, veilles fréquentes, faim et soif, jeûnes répétés, froid et nudité! Et sans parler du reste, mon obsession quotidienne, le souci de toutes les Églises! Qui est faible, que je ne sois faible? Qui vient à tomber, qu'un feu ne me brûle?
R/. Dómine Deus, propítius esto pópulo tuo, * Et convérte tribulatiónem nostram in gáudium. V/. Adiuva nos, Deus salutáris noster; propter glóriam nóminis tui, Dómine, líbera nos. * Et convérte. V/. Glória Patri. * Et convérte. R/. Seigneur notre Dieu, sois favorable à ton peuple, * Transforme en joie notre épreuve. V/. Aide-nous, Dieu notre Sauveur; délivre-nous, Seigneur, pour la gloire de ton nom! * Transforme. V/. Gloire au Père. * Transforme.
éditer éditer
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Confessiónum libris sancti Augustíni epíscopi (Lib. 10, 25-26: CCL 27, 174-175) Confessions de saint Augustin
Lectio I Lecture I
Ubi manes in memória mea, Dómine, ubi illic manes? Quale cubíle fabricásti tibi? Quale sanctuárium ædificásti tibi? Tu dedísti hanc dignatiónem memóriæ meæ, ut máneas in ea, sed in qua eius parte máneas, hoc consídero. Transcéndi enim partes eius quas habent et béstiæ, cum te recordárer, quia non ibi te inveniébam inter imágines rerum corporálium, et veni ad partes eius ubi commendávi affectiónes ánimi mei, nec illic invéni te. Où séjournes-tu dans ma mémoire, Seigneur? Où y séjournes-tu? Quelle chambre de repos y as-tu façonnée pour toi? Quel sanctuaire as-tu bâti pour toi? Tu as accordé à ma mémoire l'honneur de séjourner en elle; mais dans quelle partie tu y séjournes, voilà ce que j'examine. J'ai dépassé les parties de la mémoire que possèdent aussi les bêtes, quand je rappelais ton souvenir; car je ne te trouvais pas là, parmi les images des choses corporelles. Je suis arrivé aux parties où j'ai déposé les impressions de mon esprit: et là non plus je ne t'ai pas trouvé.
R/. Devastávit víneam tuam aper de silva, et singuláris ferus depástus est eam; vide, Dómine, et éxcita poténtiam tuam, * Ne péreat quod plantávit déxtera tua. V/. Dómine, Deus virtútum, convértere; réspice de cælo et vide, et vísita víneam istam. * Ne péreat. R/. Le sanglier des forêts ravage ta vigne, et les bêtes des champs la broutent. Regarde, Seigneur, réveille ta puissance: * Que ne soit pas détruit le cep que ta main a planté! V/. Seigneur, Dieu de l'univers, reviens! Du haut des cieux, regarde et vois: visite cette vigne, * Que.
Lectio II Lecture II
Et intrávi ad ipsíus ánimi mei sedem, quæ illi est in memória mea, quóniam sui quoque méminit ánimus, nec ibi tu eras, quia sicut non es imágo corporális nec afféctio vivéntis, qualis est, cum lætámur, contristámur, cúpimus, metúimus, memínimus, oblivíscimur et quidquid huius modi est, ita nec ipse ánimus es, quia Dóminus Deus ánimi tu es, et commutántur hæc ómnia, tu autem incommutábilis manes super ómnia et dignátus es habitáre in memória mea, ex quo te dídici. Et quid quæro, quo loco eius hábites, quasi vero loca ibi sint? Hábitas certe in ea, quóniam tui mémini, ex quo te dídici, et in ea te invénio, cum recórdor te. J'ai pénétré jusqu'au siège de mon esprit lui-même, celui qu'il possède dans ma mémoire, puisque l'esprit se souvient aussi de lui-même: tu n'étais pas ici non plus. De même, en effet, que tu n'es pas image corporelle, ni sentiment d'un être vivant, tel que la joie, la tristesse, le désir, la crainte, le souvenir, l'oubli et tout autre de cette sorte; ainsi, tu n'es pas non plus l'esprit lui-même, parce que tu es le Seigneur Dieu de l'esprit; et tout cela est soumis au changement, tandis que toi, inaccessible au changement, tu demeures au-dessus de tout. Et tu as daigné habiter dans ma mémoire, depuis le jour où je t'ai connu. Mais pourquoi suis-je à chercher quel lieu tu habites en elle, comme si vraiment il y avait là des lieux? Tu habites certainement en elle, puisque je me souviens de toi depuis le jour où je t'ai connu; et c'est en elle que je te trouve, quand j'évoque ton souvenir.
R/. Mane exáudies vocem meam, Dómine; * Mane astábo tibi et vidébo te, Deus. V/. Neque habitábit iuxta te malígnus, neque permanébunt iniústi ante óculos tuos. * Mane. R/. Au matin, tu écoutes ma voix, Seigneur; * Au matin, je me tiens devant toi et je te contemple, mon Dieu. V/. Chez toi, le méchant n'est pas reçu; non, l'orgueilleux ne tient pas devant ton regard. * Au matin.
Lectio III Lecture III
Ubi ergo te invéni ut díscerem te? Neque enim iam eras in memória mea priúsquam te díscerem. Ubi ergo invéni te, ut díscerem te, nisi in te supra me? Et nusquam locus, et recédimus et accédimus et nusquam locus. Véritas, úbique, prsides ómnibus consuléntibus te simúlque respóndes ómnibus étiam divérsa consuléntibus. Líquide tu respóndes, sed non líquide omnes áudiunt. Omnes unde volunt cónsulunt, sed non semper quod volunt áudiunt. Optimus miníster tuus est, qui non magis intuétur hoc a te audíre quod ipse volúerit, sed pótius hoc velle quod a te audíerit. Où donc t'ai-je trouvé, pour te connaître? Car je ne te possédais pas encore dans ma mémoire, avant de te connaître. Où donc t'ai-je trouvé pour te connaître, sinon en toi au-dessus de moi? Et nulle part, aucun lieu; nous nous éloignons, nous nous approchons, et nulle part, aucun lieu. Ô vérité, tu sièges partout pour tous ceux qui te consultent; et tu réponds à tous à la fois, même s'ils te consultent sur des sujets différents. Tu réponds clairement, mais tous n'entendent pas clairement. Tous te consultent sur ce qu'ils veulent, mais ils n'entendent pas toujours ce qu'ils veulent. Ton meilleur serviteur, c'est celui qui est plus attentif non pas à entendre de toi ce qu'il veut lui-même, mais plutôt à vouloir ce qu'il entend de toi.
R/. Rogámus te, Dómine Deus, quia peccávimus tibi; véniam pétimus quam non merémur. Si exspéctas non corrípimur, et si víndicas non durámus. * Manum tuam pórrige lapsis, qui latróni confiténti paradísi iánuas aperuísti. V/. Vita nostra in dolóre suspírat, et in ópere non eméndat. * . V/. Glória Patri. * Manum tuam. R/. Nous te prions, Seigneur notre Dieu: nous avons péché contre toi; accorde-nous le pardon que nous n'avons pas mérité. Si tu patientes, nous ne sommes pas touchés; si tu punis, nous ne le supportons pas. * Tends la main à ceux qui tombent, car tu as ouvert les portes du paradis au larron qui te reconnaissait. V/. Notre vie s'écoule dans les soupirs de l'affliction, mais ne fait pas l'effort de s'amender. * Tends la main. V/. Gloire au Père. * Tends la main.