affiche_liturgia("journee")office = vigiles

Vigiles (OSB) du lundi 4 juin 2018 -

Hebdomada IX per annum IXème semaine dans l'année
Feria II Lundi
éditer éditer
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
De Epístula beáti Pauli apóstoli ad Gálatas De la lettre de saint Paul aux Galates
Lectio I Lecture I
Audístis enim conversatiónem meam aliquándo in Iudaísmo quóniam supra modum persequébar ecclésiam Dei et expugnábam illam et proficiébam in Iudaísmo supra multos coætáneos in génere meo, abundántius æmulátor exsístens paternárum meárum traditiónum. Cum autem plácuit Deo, qui me segregávit de útero matris meæ et vocávit per grátiam suam, ut reveláret Fílium suum in me, ut evangelizárem illum in géntibus, contínuo non cóntuli cum carne et sánguine neque ascéndi Hierosólymam ad antecessóres meos apóstolos, sed ábii in Arábiam et íterum revérsus sum Damáscum. Vous avez certes entendu parler de ma conduite jadis dans le judaïsme, de la persécution effrénée que je menais contre l'Église de Dieu et des ravages que je lui causais, et de mes progrès dans le Judaïsme, où je surpassais bien des compatriotes de mon âge, en partisan acharné des traditions de mes pères. Mais quand Celui qui dès le sein maternel m'a mis à part et appelé par sa grâce daigna révéler en moi son Fils pour que je l'annonce parmi les païens, aussitôt, sans consulter la chair et le sang, sans monter à Jérusalem trouver les apôtres mes prédécesseurs, je m'en allai en Arabie, puis je revins encore à Damas.
R/. Benedícam Dómino in omni témpore, * Semper laus eius in ore meo. V/. In Dómino laudábitur ánima mea, áudiant mansuéti et læténtur. * Semper. R/. Je bénirai le Seigneur en tout temps, * Sa louange sans cesse à mes lèvres. V/. Je me glorifierai dans le Seigneur: que les pauvres m'entendent et soient en fête! * Sa louange.
Lectio II Lecture II
Deínde post annos tres ascéndi Hierosólymam vidére Cepham et mansi apud eum diébus quíndecim; álium autem apostolórum non vidi nisi Iacóbum fratrem Dómini. Quæ autem scribo vobis, ecce coram Deo quia non méntior. Deínde veni in partes Sýriæ et Cilíciæ. Eram autem ignótus fácie ecclésiis Iudææ, quæ sunt in Christo; tantum autem audítum habébant: " Qui persequebátur nos aliquándo, nunc evangelízat fidem, quam aliquándo expugnábat ", et in me glorificábant Deum. Ensuite, après trois ans, je montai à Jérusalem rendre visite à Céphas et demeurai auprès de lui quinze jours: je n'ai pas vu d'autre apôtre, mais seulement Jacques, le frère du Seigneur: et quand je vous écris cela, j'atteste devant Dieu que je ne mens point. Ensuite je suis allé en Syrie et en Cilicie, mais j'étais personnellement inconnu des Églises de Judée qui sont dans le Christ; on y entendait seulement dire que le persécuteur de naguère annonçait maintenant la foi qu'alors il voulait détruire; et elles glorifiaient Dieu à mon sujet.
R/. Delectáre in Dómino, * Et dabit tibi petitiónes cordis tui. V/. Revéla Dómino viam tuam et spera in eum, et ipse faciet. * Et dabit. R/. Mets ta joie dans le Seigneur: * Il comblera les désirs de ton cœur. V/. Découvre au Seigneur tes voies, fais-lui confiance, et lui, il agira. * Il comblera.
Lectio III Lecture III
Deínde post annos quattuórdecim íterum ascéndi Hierosólymam cum Bárnaba, assúmpto et Tito; ascéndi autem secúndum revelatiónem; et cóntuli cum illis evangélium, quod prdico in géntibus, seórsum autem his qui observabántur, ne forte in vácuum cúrrerem aut cucurríssem. Sed neque Titus, qui mecum erat, cum esset Græcus, compúlsus est circumcídi. Sed propter subintrodúctos falsos fratres, qui subintroiérunt exploráre libertátem nostram, quam habémus in Christo Iesu, ut nos in servitútem redígerent; quibus neque ad horam céssimus subiciéntes nos, ut véritas evangélii permáneat apud vos. Ab his autem, qui videbántur esse áliquid - quales aliquándo fúerint, nihil mea ínterest; Deus persónam hóminis non áccipit - mihi enim, qui observabántur, nihil contulérunt. Ensuite, au bout de quatorze ans, je montai de nouveau à Jérusalem avec Barnabé et Tite que je pris avec moi. J'y montai à la suite d'une révélation; et je leur exposai l'Évangile que je prêche parmi les païens - mais séparément aux notables, de peur de courir ou d'avoir couru pour rien. Eh bien! de Tite lui-même, mon compagnon qui était grec, on n'exigea pas qu'il se fît circoncire. Mais à cause des intrus, ces faux frères qui se sont glissés pour espionner la liberté que nous avons dans le Christ Jésus, afin de nous réduire en servitude, gens auxquels nous refusâmes de céder, fût-ce un moment, par déférence, afin de sauvegarder pour vous la vérité de l'Évangile... Et de la part de ceux qu'on tenait pour des notables - peu m'importe ce qu'alors ils pouvaient être; Dieu ne fait point acception des personnes -, à mon Évangile, en tout cas, les notables n'ont rien ajouté.
Cum vidíssent quod créditum est mihi evangélium præpútii, sicut Petro circumcisiónis - qui enim operátus est Petro in apostolátum circumcisiónis operátus est et mihi inter gentes - et cum cognovíssent grátiam, quæ data est mihi, Iacóbus et Cephas et Ioánnes, qui videbántur colúmnæ esse, déxteras dedérunt mihi et Bárnabæ communiónis, ut nos in gentes, ipsi autem in circumcisiónem; tantum ut páuperum mémores essémus, quod étiam sollícitus fui hoc ipsum fácere. Voyant que l'évangélisation des incirconcis m'était confiée comme à Pierre celle des circoncis - car Celui qui avait agi en Pierre pour faire de lui un apôtre des circoncis, avait pareillement agi en moi en faveur des païens - et reconnaissant la grâce qui m'avait été départie, Jacques, Céphas et Jean, ces notables, ces colonnes, nous tendirent la main, à moi et à Barnabé, en signe de communion: nous irions, nous aux païens, eux à la Circoncision; nous devions seulement songer aux pauvres, ce que précisément j'ai eu à cœur de faire.
R/. Auribus pércipe, Dómine, lácrimas meas; ne síleas a me, remítte mihi, * Quóniam íncola ego sum apud te et peregrínus. V/. Dixi: Custódiam vias meas, ut non delínquam in lingua mea. * Quóniam. V/. Glória Patri. * Quóniam. R/. Seigneur, ne reste pas sourd à mes pleurs; ne garde pas le silence à mon égard, laisse-moi un peu de répit, * Car je ne suis qu'un hôte chez toi, un simple pèlerin. V/. J'ai dit: Je garderai mon chemin sans laisser ma langue s'égarer. * Car. V/. Gloire au Père. * Car.
éditer éditer
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Expositióne sancti Ambrósii epíscopi in Epístulam ad Gálatas (Prologus: PL 17, 337-338) Commentaire de saint Ambroise sur la Lettre aux Galates
Lectio I Lecture I
Omnis credens in Christum et obsérvans legem factórum, male intéllegit Christum. Si enim Deum intellégerent Christum, nihil de lege factórum sperárent, id est de neoméniis, sábbato, circumcisióne et discretióne escárum; quia qui Deum et Dóminum legis colit, supra legem est: nec potest iudicári a lege, qui cum legislatóre concórdat. Dénique non illórum causa lex data est, qui Deum colébant: sed eórum qui male et credébant et agébant ad contémptum creatóris. Unde dicit ad Timótheum: Nec enim iusto lex pósita est, sed iniústis et male versántibus. Et Móyses sic inquit: Timéntes faciétis fílios Israel. Tous ceux qui, bien que croyant au Christ, observent la loi des œuvres, comprennent mal le Christ. S'ils comprenaient que le Christ est Dieu, ils n'espéreraient rien de la loi des œuvres, à savoir des néoménies, du sabbat, de la circoncision et de la distinction rituelle des nourritures. Car quiconque adore vraiment Dieu, Seigneur de la loi, est au-dessus de la loi; et il ne tombe pas sous le jugement de la loi, puisqu'il est en accord avec le législateur. Enfin, la loi n'a pas été donnée à cause de ceux qui adoraient vraiment Dieu, mais à cause de ceux qui croyaient et agissaient mal au mépris du créateur. C'est pourquoi, l'Apôtre dit à Timothée: Ce n'est pas pour le juste que la loi a été établie, mais pour les injustes et ceux qui vivent mal. Et Moïse dit: Vous ferez que les fils d'Israël me craignent.
R/. Státuit Dóminus supra petram pedes meos, et diréxit gressus meos Deus meus, * Et immísit in os meum cánticum novum. V/. Exspéctans exspectávi Dóminum, et respéxit me; et exaudívit deprecatiónem meam. * Et immísit. R/. Le Seigneur m'a fait reprendre pied sur le roc, mon Dieu a raffermi mes pas; * Dans ma bouche il a mis un chant nouveau. V/. D'un grand espoir j'espérais le Seigneur: il s'est penché vers moi pour entendre mon cri. * Dans ma bouche.
Lectio II Lecture II
Unde et Gálatæ, vel ii qui eos subvertébant, adhuc erróris nébula contéctum cor habéntes, non cernunt sensum Isaíæ prophétæ inter cétera dicéntis: Verbum enim consúmmans et brévians in æquitáte; quia verbum breviátum fáciet Dóminus super terram. Si ergo hæc dicta intellégerent, a lege recéderent, sciéntes a prædicatióne Ioánnis Baptístæ legem iam cessáre; ut sola fides suffíciat ad salútem, abbreviáta ex lege. Donc les Galates ou ceux qui les pervertissaient, ayant encore le cœur voilé par le nuage de l'erreur, ne discernent pas la pensée du prophète Isaïe quand il dit, entre autres choses: Parole qui accomplit et résume dans la justice, car le Seigneur fera sur la terre une parole résumée. S'ils comprenaient cet oracle, ils abandonneraient l'observance de la loi, sachant que, depuis la prédication de Jean-Baptiste, la loi cesse d'être en vigueur, afin que la foi seule, résumé de la loi, suffise pour le salut.
R/. Ego dixi: Dómine, miserére mei; * Sana ánimam meam quia peccávi tibi. V/. Dómine, ne in ira tua árguas me, neque in furóre tuo corrípias me. * Sana. R/. J'avais dit: Pitié pour moi, Seigneur; * Guéris-moi, car j'ai péché contre toi! V/. Seigneur, corrige-moi sans colère, et reprends-moi sans fureur. * Guéris-moi.
Lectio III Lecture III
In lege enim et de Deo Patre et de Christo Fílio eius, et de Spíritu Sancto continétur prædestinátum in témpore, quod manifestátum est in prædicatióne; nam si signáculi causa circumcidebántur fílii Israel, ut exínde apparérent fílii esse Abrahæ iuxta carnem, rite cessáre debet circumcísio; quia signum habent credéntes mortis devíctæ, quo dignoscúntur fílii esse Abrahæ, sed secúndum fidem; Abrahæ enim promíssus est, qui véniens vínceret mortem. Dénique hunc exspectábat Abraham, quem in spíritu séntiens natum, gavísus est, sciens se in brevi introdúci in cælos. Unde dicit Dóminus ad Iudæos: Abraham cupívit vidére diem meum, et vidit et gavísus est. Dans la loi, en effet, au sujet de Dieu le Père, du Christ, son Fils, et du Saint-Esprit, est contenu, marqué d'avance à ce moment, ce qui plus tard fut manifesté dans la prédication. Car, si la circoncision était pour les fils d'Israël comme un sceau qui les faisait reconnaître fils d'Abraham selon la chair, la circoncision doit rituellement cesser pour les chrétiens; en effet, les fidèles possèdent le signe de la mort vaincue, par quoi on les reconnaît fils d'Abraham, mais selon la foi: Abraham reçut la promesse de celui qui viendrait pour vaincre la mort. Enfin, quand Abraham attendait celui qu'en esprit il voyait déjà né, il se réjouit, sachant que bientôt il serait introduit dans les cieux. C'est ainsi que le Seigneur dit aux Juifs: Abraham a désiré voir mon jour; il l'a vu, et il s'est réjoui.
R/. Sedes tua, Deus, in sæculum sæculi; * Virga æquitátis virga regni tui. V/. Dilexísti iustítiam et odísti iniquitátem, proptérea unxit te Deus, Deus tuus. * Virga. V/. Glória Patri. * Virga. R/. Ton trône, Seigneur Dieu, est un trône éternel; * Ton sceptre royal est sceptre de droiture. V/. Tu aimes la justice, tu réprouves le mal, c'est pourquoi Dieu, ton Dieu, t'a conféré l'onction. * Ton sceptre. V/. Gloire au Père. * Ton sceptre.