Vigiles (OSB) du mardi 12 juin 2018 -

Hebdomada X per annum Xème semaine dans l'année
Feria III Mardi
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
Lectio Lecture
De Epístula beáti Pauli apóstoli ad Philippénses De la lettre de saint Paul aux Philippiens
Tantum digne evangélio Christi conversámini, ut sive cum vénero et vídero vos, sive absens áudiam de vobis quia statis in uno Spíritu unánimes concertántes fide evangélii et in nullo pertérriti ab adversáriis, quod est illis indícium perditiónis, vobis autem salútis, et hoc a Deo; quia vobis hoc donátum est pro Christo, non solum ut in eum credátis, sed ut étiam pro illo patiámini idem certámen habéntes, quale vidístis in me et nunc audítis in me. Menez seulement une vie digne de l'Évangile du Christ, afin que je constate, si je viens chez vous, ou que j'entende dire, si je reste absent, que vous tenez ferme dans un même esprit, luttant de concert et d'un cœur unanime pour la foi de l'Évangile, et nullement effrayés par vos adversaires: c'est là un présage certain, pour eux, de la ruine et pour vous du salut. Et cela vient de Dieu: car c'est par sa faveur qu'il vous a été donné, non pas seulement de croire au Christ, mais encore de souffrir pour lui. Par là vous menez le même combat que vous m'avez vu soutenir et que, vous le savez, je soutiens encore.
Si qua ergo consolátio in Christo, si quod solácium caritátis, si qua commúnio spíritus, si quæ víscera et miseratiónes, impléte gáudium meum, ut idem sapiátis, eándem caritátem habéntes, unánimes, id ipsum sapiéntes, nihil per contentiónem neque per inánem glóriam, sed in humilitáte superióres sibi ínvicem arbitrántes, non, quæ sua sunt, sínguli considerántes, sed et ea, quæ aliórum. Aussi je vous en conjure par tout ce qu'il peut y avoir d'appel pressant dans le Christ, de persuasion dans l'Amour, de communion dans l'Esprit, de tendresse compatissante, mettez le comble à ma joie par l'accord de vos sentiments: ayez le même amour, une seule âme, un seul sentiment; n'accordez rien à l'esprit de parti, rien à la vaine gloire, mais que chacun par l'humilité estime les autres supérieurs à soi; ne recherchez pas chacun vos propres intérêts, mais plutôt que chacun songe à ceux des autres.
Hoc sentíte in vobis, quod et in Christo Iesu: qui cum in forma Dei esset, non rapínam arbitrátus est esse se aequálem Deo, sed semetípsum exinanívit formam servi accípiens, in similitúdinem hóminum factus; et hábitu invéntus ut homo, humiliávit semetípsum factus obœdiens usque ad mortem, mortem autem crucis. Propter quod et Deus illum exaltávit et donávit illi nomen, quod est super omne nomen, ut in nómine Iesu omne genu flectátur caeléstium et terréstrium et infernórum, et omnis lingua confiteátur: " Dóminus Iesus Christus! ", in glóriam Dei Patris. Ayez entre vous les mêmes sentiments qui sont dans le Christ Jésus: Lui, de condition divine, ne retint pas jalousement le rang qui l'égalait à Dieu. Mais il s'anéantit lui-même, prenant condition d'esclave, et devenant semblable aux hommes. S'étant comporté comme un homme, il s'humilia plus encore, obéissant jusqu'à la mort, et à la mort sur une croix! Aussi Dieu l'a-t-il exalté et lui a-t-il donné le Nom qui est au-dessus de tout nom, pour que tout, au nom de Jésus, s'agenouille, au plus haut des cieux, sur la terre et dans les enfers, et que toute langue proclame, de Jésus-Christ, qu'il est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père.
R/. Tibi soli peccávi et malum coram te feci; miserére mei, * Ut iustificéris, Dómine, in sermónibus tuis. V/. Amplius lava me, Dómine, ab iniustítia mea, et a delícto meo munda me. * Ut iustificéris. V/. Glória Patri. * Ut iustificéris. R/. Contre toi seul, j'ai péché, ce qui est mal à tes yeux, je l'ai fait. * Ainsi, tu peux parler et montrer ta justice. V/. Lave-moi tout entier de ma faute, Seigneur, purifie-moi de mon offense. * Ainsi. V/. Gloire au Père. * Ainsi.
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Lectio Lecture
Ex Oratiónibus sancti Athanásii epíscopi Contra Ariános (Orat. 1, 42: PG 26, 98-99) Discours de saint Athanase contre les Ariens
Quemádmodum ut homo Christus mórtuus est et exaltátus; sic quátenus homo accípere dícitur quod semper, ut Deus, hábuit, ut scílicet huiúsmodi étiam data grátia ad nos usque pertíngeret. Nec enim Verbum carne assúmpta diminútum est, ut qureret accipiéndam grátiam; sed pótius divínum réddidit quod índuit, eóque humánum genus munífice locupletávit. Homme, le Christ est mort et a été élevé; de même, en tant qu'homme il reçoit ce qu'il possède éternellement comme Dieu, afin que la grâce ainsi accordée parvienne jusqu'à nous. Car le Verbe, en prenant un corps, n'a pas perdu sa plénitude, en sorte qu'il aurait besoin de recevoir la grâce; au contraire, il a divinisé ce qu'il a assumé, et il en a fait don, avec munificence, à la race humaine.
Ut enim quátenus Dei Verbum, et in forma Dei erat, semper fuit adorátum; ita idem étiam quátenus homo factus et vocátus Iesus, univérsas res creátas sub pédibus subiéctas habet, omnésque in hoc nómine ipsi flectunt génua, confitentúrque non ignominiósum eius divinitáti, sed gloriósum Deo Patri esse, quod Verbum caro factum sit, et mortem carne subíerit. Patris scílicet glória est, factum et póstea pérditum reperíri hóminem mortuúmque revocári ad vitam, ac templum Dei fíeri. Lui qu'on adore éternellement comme Verbe, subsistant dans la condition divine, lui-même est devenu homme, et a reçu le nom de Jésus; il n'en continue pas moins d'avoir toute créature sous ses pieds, prosternée devant son Nom. La création entière proclame cela: si le Verbe s'est fait chair et a enduré la mort dans la chair, ce ne fut pas au détriment de sa divinité, mais pour la gloire de Dieu le Père. Et la gloire de Dieu le Père, c'est que l'homme créé par lui, et perdu, ait été retrouvé; c'est qu'il soit revenu de la mort à la vie et qu'il soit devenu le Temple de Dieu.
Cum enim cæli potestátes, ángeli et archángeli qui Dóminum semper adoravére, nunc eum in nómine Iesu adórent, nostra profécto grátia et glória est, quod étiam homo factus Dei Fílius adorétur; nec virtútibus cæléstibus mirum vidébitur, cum nos omnes, qui eiusdem ac ille natúræ córpora habémus, in suam regiónem víderint introdúci. Quod útique áliter non contigísset, nisi ille qui in forma Dei erat, formam servi assumpsísset, seque ádeo humiliásset ut corpus suum mortem pati permíserit. En effet, si les puissances célestes, les anges et les archanges qui adorent toujours le Seigneur, l'adorent aussi désormais sous le nom de Jésus, cette grâce et cette élévation sont pour nous: car le Fils de Dieu est adoré comme l'homme qu'il est devenu, et les puissances célestes ne trouvent rien d'étonnant à nous voir entrer dans leurs régions, nous qui sommes solidaires par notre corps même avec cet homme. Cela n'aurait pu avoir lieu, si celui qui subsistait dans la condition divine n'avait pris la condition humaine et ne s'était humilié jusqu'à faire mourir son corps.
R/. Miserére mei, Deus, miserére mei, quóniam in te confídit ánima mea; et in umbra alárum tuárum sperábo, * Donec tránseat iníquitas. V/. Clamábo ad Deum altíssimum, et ad Dóminum qui benefécit mihi. * Donec. V/. Glória Patri. * Donec. R/. Pitié, mon Dieu, pitié pour moi! J'ai mis en toi ma confiance; j'ai mon refuge à l'ombre de tes ailes, * Aussi longtemps que dure le malheur. V/. Je crie vers Dieu, le Très-Haut, vers Dieu qui fera tout pour moi. * Aussi longtemps. V/. Gloire au Père. * Aussi longtemps.