Vigiles (OSB) du mercredi 13 juin 2018 - St Antoine de Padoue, prêtre et docteur de l'Église.

Hebdomada X per annum Xème semaine dans l'année
Feria IV Mercredi
S. Antonii de Padova, presbyteri et Ecclesiae doctoris St Antoine de Padoue, prêtre et docteur de l'Église.
Memoria Mémoire
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
Lectio Lecture
De Epístula beáti Pauli apóstoli ad Philippénses De la lettre de saint Paul aux Philippiens
Caríssimi mei, sicut semper obœdístis, non ut in præséntia mei tantum sed multo magis nunc in abséntia mea, cum metu et tremóre vestram salútem operámini; Deus est enim, qui operátur in vobis et velle et perfícere pro suo beneplácito. Omnia fácite sine murmuratiónibus et hæsitatiónibus, ut efficiámini sine queréla et símplices, fílii Dei sine reprehensióne in médio generatiónis pravæ et pervérsæ, inter quos lucétis sicut luminária in mundo, verbum vitæ fírmiter tenéntes ad glóriam meam in die Christi, quia non in vácuum cucúrri neque in vácuum laborávi. Mes bien-aimés, avec cette obéissance dont vous avez toujours fait preuve, et qui doit paraître, non seulement quand je suis là, mais bien plus encore maintenant que je suis absent, travaillez avec crainte et tremblement à accomplir votre salut: aussi bien, Dieu est là qui opère en vous à la fois le vouloir et l'opération même, au profit de ses bienveillants desseins. Agissez en tout sans murmures ni contestations, afin de vous rendre irréprochables et purs, enfants de Dieu sans tache au sein d'une génération dévoyée et pervertie, d'un monde où vous brillez comme des foyers de lumière, en lui présentant la Parole de vie. Vous me préparez ainsi un sujet de fierté pour le Jour du Christ, car ma course et ma peine n'auront pas été vaines.
Sed et si delíbor supra sacrifícium et obséquium fídei vestræ, gáudeo et congáudeo ómnibus vobis; idípsum autem et vos gaudéte et congaudéte mihi. Spero autem in Dómino Iesu Timótheum cito me míttere ad vos, ut et ego bono ánimo sim, cógnitis, quæ circa vos sunt. Néminem enim hábeo tam unánimem, qui sincére pro vobis sollícitus sit; omnes enim sua quærunt, non quæ sunt Iesu Christi. Probatiónem autem eius cognóscitis, quóniam sicut patri fílius mecum servívit in evangélium. Hunc ígitur spero me míttere, mox ut vídero, quæ circa me sunt; confído autem in Dómino, quóniam et ipse cito véniam. Au fait, si mon sang même doit se répandre en libation sur le sacrifice et l'oblation de votre foi, j'en suis heureux et m'en réjouis avec vous tous, comme vous devez, de votre côté, en être heureux et vous en réjouir avec moi. J'espère du moins, dans le Seigneur Jésus, vous envoyer bientôt Timothée, afin d'être soulagé moi-même en obtenant de vos nouvelles. Je n'ai vraiment personne qui saura comme lui s'intéresser d'un cœur sincère à votre situation: tous recherchent leurs propres intérêts, non ceux de Jésus-Christ. Mais lui, vous savez qu'il a fait ses preuves: c'est comme un fils auprès de son père qu'il a servi avec moi la cause de l'Évangile. C'est donc lui que je compte vous envoyer, dès que j'aurai vu clair dans mes affaires. J'ai d'ailleurs bon espoir dans le Seigneur de venir bientôt moi-même.
Necessárium autem existimávi Epaphrodítum fratrem et cooperatórem et commilitónem meum, vestrum autem apóstolum et minístrum necessitátis meæ, míttere ad vos, quóniam omnes vos desiderábat et mæstus erat, proptérea quod audierátis illum infirmátum. Nam et infirmátus est usque ad mortem, sed Deus misértus est eius; non solum autem eius, verum et mei, ne tristítiam super tristítiam habérem. Festinántius ergo misi illum, ut, viso eo, íterum gaudeátis, et ego sine tristítia sim. Excípite ítaque illum in Dómino cum omni gáudio et eiúsmodi cum honóre habetóte, quóniam propter opus Christi usque ad mortem accéssit in intéritum tradens ánimam suam, ut suppléret id quod vobis déerat ministérii erga me. Mais je crois nécessaire de vous renvoyer Épaphrodite, ce frère qui m'est un compagnon de travail et de combat, et que vous avez délégué pour assister mon indigence. Car il languit après vous tous, et ne tient plus en place du fait que vous avez appris sa maladie. C'est vrai qu'il a été malade, et bien près de la mort; mais Dieu a eu pitié de lui, et pas seulement de lui, mais aussi bien de moi, m'épargnant d'avoir chagrin sur chagrin. Aussi je m'empresse de vous le renvoyer, afin que sa vue vous remette en joie, et que j'aie moi-même moins de peine. Accueillez-le donc dans le Seigneur en toute joie, et tenez en grande estime des gens tels que lui: c'est pour l'œuvre du Christ qu'il a failli mourir, ayant risqué sa vie pour vous suppléer dans le service que vous ne pouviez me rendre vous-mêmes.
R/. Exáudi, Deus, deprecatiónem meam, inténde oratióni meæ; * A fínibus terræ ad te clamávi, Dómine. V/. Dum anxiarétur cor meum, in petra exaltásti me; deduxísti me, quia factus es adiútor meus. * A fínibus terrae. V/. Glória Patri. * A fínibus terrae. R/. Dieu, entends ma plainte, exauce ma prière; * Des terres lointaines je t'appelle, Seigneur. V/. Quand le cœur me manque, tu m'élèves sur le roc; tu me conduis, car tu es pour moi un refuge. * Des. V/. Gloire au Père. * Des terres lointaines.
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Lectio Lecture
Ex Sermónibus sancti Antónii a Pádua (Sermo in Dom. II Quadr.:ed. Locatelli, Padova, 1895, 1, 56-57) Sermon de saint Antoine de Padoue
Assúmpsit Iesus Petrum et Iacóbum et Ioánnem. Ascénde et tu in montem Thabor. Sed crede mihi, diffícilis est ascénsus, quia mons est excélsus. Vis ergo facíllime ascéndere? Hábeas illam scalam de qua légitur in Génesi: Vidit Iacob in somnis scalam eréctam vel stantem super terram, et cacúmen illíus tangens cælum. Ista scala signíficat Iesum Christum; duo bráchia divínam et humánam natúram; sex gradus sunt ipsíus humílitas et paupértas, sapiéntia et misericórdia, patiéntia et obœdiéntia. Húmilis fuit in nostræ natúræ susceptióne cum respéxit humilitátem ancíllæ suæ. Pauper in sua nativitáte, in qua paupércula Virgo páriens ipsum Dei Fílium non hábuit ubi reclináret, nisi quia pannis invólvit et in præsépio pécoris reclinávit. Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean. Avec eux, monte toi aussi sur le Thabor. Mais, crois-moi, la montée est difficile, car la montagne est très haute. Veux-tu monter facilement? Prends l'échelle dont parle la Genèse: Jacob vit en songe une échelle dressée sur la terre et touchant le ciel. Cette échelle, c'est Jésus-Christ; ses deux montants sont sa nature divine et sa nature humaine; les six degrés de cette échelle: son humilité, sa pauvreté, sa sagesse, sa miséricorde, sa patience et son obéissance. Humble il fut, lorsqu'il prit notre nature: Il a regardé l'humilité de sa servante. Pauvre, en sa naissance: la Vierge toute pauvrette, quand elle mit au monde le Fils de Dieu, n'avait rien pour le déposer; elle ne put que l'envelopper de langes et le coucher dans la crèche des animaux.
Sápiens fuit in sua prædicatióne, quia cœpit fácere et docére. Miséricors fuit in peccatórum affábili susceptióne: Non veni, inquit, vocáre iustos sed peccatóres ad pæniténtiam. Pátiens fuit inter flagélla, álapas et sputa: unde ipse dicit in Isaía: Pósui fáciem meam ut petram duríssimam. Petra cum percútitur, non repércutit nec contra se frangéntem remúrmurat; sic Christus cum maledicerétur, non maledicébat; cum paterétur, non comminabátur. Obœdiens étiam fuit usque ad mortem, mortem autem crucis. Hæc scala super terram stabat, cum prædicatióni et miraculórum operatióni insistébat; cælum tangébat, cum in oratióne Dóminus, ut dicit Lucas, pernoctábat. Sage fut le Christ en sa prédication, car il se mit à faire et à enseigner. Miséricordieux, réservant aux pécheurs un accueil affable: Je ne suis pas venu, disait-il, appeler les justes, mais les pécheurs à la pénitence. Patient, sous les coups, les soufflets, les crachats, ainsi qu'il le dit lui-même dans le livre d'Isaïe: J'ai tenu mon visage comme une pierre très dure. Une pierre, si on la frappe, ne se venge pas; elle ne murmure pas contre celui qui la brise. Ainsi le Christ, quand on le maudissait, ne maudissait pas; quand il souffrait, il ne menaçait pas. Il fut enfin obéissant jusqu'à la mort et à la mort de la croix. Cette échelle s'appuyait sur la terre, où le Christ se livrait à la prédication et opérait des signes. Elle touchait le ciel: le Christ, dit saint Luc, passait la nuit en prière.
Ecce scala est erécta; quare ergo non ascénditis? Quare mánibus et pédibus super terram reptátis? Ascéndite ergo ad contemplándum quam suávis sit Dóminus; descéndite ad subveniéndum, ad consuléndum, quia his índiget próximus. Cur nitímini per áliam viam quam per scalam ascéndere? Undecúmque voluéritis ascéndere, ímminet vobis præcipítium. O stulti et tardi corde; non dico ad credéndum, quia créditis, et dæmones étiam credunt; sed duri et lapídei ad operándum! Confíditis vos posse ascéndere per áliam viam ad montem Thabor, ad réquiem lúminis, ad glóriam cæléstis beatitúdinis, nisi per scalam humilitátis, paupertátis, domínicæ passiónis? Vere non; quia verbum Dómini est: Qui vult post me veníre, ábneget semetípsum, et tollat crucem suam, et sequátur me. Potiónem amáram, ut dicit Augustínus, prius bibit médicus, ne abhórreat bíbere ægrótus. Voilà donc l'échelle dressée. Pourquoi n'y montez-vous pas? Pourquoi rampez-vous des pieds et des mains sur la terre? Montez, pour contempler combien le Seigneur est doux; descendez pour porter secours et conseil au prochain car il en a besoin. Pourquoi vouloir monter autrement que par cette échelle? De quelque côté que vous abordiez la montagne, des précipices vous attendent. Ô cœurs insensés et lents - je ne dis pas à croire, car vous croyez, et les démons croient aussi -, mais lents à agir, cœurs durs, cœurs de pierre! Pensez-vous donc arriver au Thabor, au repos de la lumière, à la gloire du bonheur céleste, par un autre moyen que l'échelle de l'humilité, de la pauvreté, de la Passion du Seigneur? Non. Car c'est le Seigneur qui vous dit: Si quelqu'un veut venir après moi, qu'il se renonce, qu'il prenne sa croix et me suive. Comme le dit saint Augustin, le médecin goûte d'abord la potion amère, pour que le malade ait le courage de la boire.
R/. Glória et honóre coronásti eum, Dómine, et constituísti eum super ópera mánuum tuárum; * Omnia subiecísti sub pédibus eius. V/. Quóniam prævenísti eum in benedictiónibus dulcédinis, posuísti in cápite eius corónam de lápide pretióso. * Omnia. V/. Glória Patri. * Omnia. R/. Seigneur, tu l'as couronné de gloire et d'honneur, tu l'établis sur l'œuvre de tes mains; * Tu mets toute chose à ses pieds. V/. Tu l'as prévenu de la douceur de tes bénédictions, tu poses sur sa tête une couronne sertie de pierres précieuses. * Tu mets. V/. Gloire au Père. * Tu mets.