Vigiles (OSB) du jeudi 14 juin 2018 -

Hebdomada X per annum Xème semaine dans l'année
Feria V Jeudi
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
Lectio Lecture
De Epístula beáti Pauli apóstoli ad Philippénses De la lettre de saint Paul aux Philippiens
Fratres mei, gaudéte in Dómino. Eadem vobis scríbere mihi quidem non pigrum, vobis autem secúrum. Vidéte canes, vidéte malos operários, vidéte concisiónem! Nos enim sumus circumcísio, qui Spíritu Dei servímus et gloriámur in Christo Iesu et non in carne fidúciam habéntes, quamquam ego hábeam confidéntiam et in carne. Si quis álius vidétur confídere in carne, ego magis: circumcísus octáva die, ex génere Israel, de tribu Béniamin, Hebræus ex Hebræis, secúndum legem pharisæus, secúndum æmulatiónem pérsequens ecclésiam, secúndum iustítiam, quæ in lege est, conversátus sine queréla. Mes frères, réjouissez-vous dans le Seigneur... Vous adresser les mêmes avis ne m'est pas à charge, et pour vous c'est une sûreté: Prenez garde aux chiens! Prenez garde aux mauvais ouvriers! Prenez garde aux faux circoncis! Car c'est nous qui sommes les circoncis, nous qui offrons le culte selon l'Esprit de Dieu et tirons notre gloire du Christ Jésus, au lieu de placer notre confiance dans la chair. J'aurais pourtant sujet, moi, d'avoir confiance même dans la chair; si quelque autre croit avoir des raisons de se confier dans la chair, j'en ai bien davantage: circoncis dès le huitième jour, de la race d'Israël, de la tribu de Benjamin, Hébreu fils d'Hébreux; quant à la Loi, un Pharisien; quant au zèle, un persécuteur de l'Église; quant à la justice que peut donner la Loi, un homme irréprochable.
Quæ mihi erant lucra, hæc arbitrátus sum propter Christum detriméntum. Verúmtamen exístimo ómnia detriméntum esse propter eminéntiam sciéntiæ Christi Iesu Dómini mei, propter quem ómnia detriméntum feci et árbitror ut stércora, ut Christum lucrifáciam et invéniar in illo non habens meam iustítiam, quæ ex lege est, sed illam, quæ per fidem est Christi, quæ ex Deo est iustítia in fide, ad cognoscéndum illum et virtútem resurrectiónis eius et communiónem passiónum illíus, confórmans me morti eius, si quo modo occúrram ad resurrectiónem, quæ est ex mórtuis. Tous ces avantages dont j'étais pourvu, je les ai considérés comme un désavantage, à cause du Christ. Bien plus, désormais je considère tout comme désavantageux à cause de la supériorité de la connaissance du Christ Jésus mon Seigneur. À cause de lui j'ai accepté de tout perdre, je considère tout comme déchets, afin de gagner le Christ, et d'être trouvé en lui, n'ayant plus ma justice à moi, celle qui vient de la Loi, mais la justice par la foi au Christ, celle qui vient de Dieu et s'appuie sur la foi; le connaître, lui, avec la puissance de sa résurrection et la communion à ses souffrances, lui devenir conforme dans sa mort, afin de parvenir si possible à ressusciter d'entre les morts.
Non quod iam accéperim aut iam perféctus sim, pérsequor autem si umquam comprehéndam, sicut et comprehénsus sum a Christo Iesu. Fratres, ego me non árbitror comprehendísse; unum autem: quæ quidem retro sunt, oblivíscens, ad ea vero, quæ ante sunt, exténdens me ad destinátum pérsequor, ad bravíum supérnæ vocatiónis Dei in Christo Iesu. Quicúmque ergo perfécti, hoc sentiámus; et si quid áliter sápitis, et hoc vobis Deus revelábit; verúmtamen, ad quod pervénimus, in eódem ambulémus. Non que je sois déjà au but, ni déjà devenu parfait; mais je poursuis ma course pour tâcher de saisir, ayant été saisi moi-même par le Christ Jésus. Non, frères, je ne me flatte point d'avoir déjà saisi; je dis seulement ceci: oubliant le chemin parcouru, je vais droit de l'avant, tendu de tout mon être, et je cours vers le but, en vue du prix que Dieu nous appelle à recevoir là-haut, dans le Christ Jésus. Nous tous qui sommes des " parfaits ", c'est ainsi qu'il nous faut penser; et si, sur quelque point, vous pensez autrement, là encore Dieu vous éclairera. En attendant, quel que soit le point déjà atteint, marchons toujours dans la même ligne.
R/. Confitébimur tibi, Deus; confitébimur tibi, * Et invocábimus nomen tuum. V/. Narrábo ómnia mirabília tua. Dum accépero tempus, ego iustítiam iudicábo. * Et invocábimus. V/. Glória Patri. * Et invocábimus. R/. À toi, Dieu, nous rendons grâce; nous rendons grâce, * Et ton nom est proche. V/. Je proclamerai tes merveilles! Oui, au moment que j'ai fixé, moi, je jugerai avec droiture. * Et ton nom. V/. Gloire au Père. * Et ton nom.
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Lectio Lecture
Ex Epístula sancti Polycárpi epíscopi et mártyris ad Philippénses (Nn. 9-11: Funk 1, 307-311) Lettre de saint Polycarpe aux Philippiens
Rogo vos omnes ut obœdiátis verbo iustítiæ et sustineátis in omni patiéntia, quam et óculis ipsis vidístis non solum in beátis Ignátio et Zósimo et Rufo, sed étiam in áliis qui ex vobis, ac in ipso Paulo ceterísque apóstolis; persuásum vobis habéntes hos omnes non in vácuum cucurrísse, sed in fide ac iustítia, et in débito ipsis loco esse apud Dóminum, cum quo et passi sunt. Non enim præsens sæculum dilexérunt, sed eum qui pro nobis mórtuus est ac propter nos a Deo est resuscitátus. Je vous exhorte tous à obéir à la parole de justice et à persévérer dans la patience que vous avez vue de vos yeux, non seulement dans les bienheureux Ignace, Zosime et Rufus, mais aussi en d'autres qui étaient de chez vous, et en Paul lui-même et les autres apôtres; persuadés que tous ceux-là n'ont pas couru en vain, mais bien dans la foi et la justice, et qu'ils sont dans le lieu qui leur était dû près du Seigneur avec qui ils ont souffert. Ils n'ont pas aimé le siècle présent, mais bien celui qui est mort pour nous et que Dieu a ressuscité pour nous.
In his ergo state et Dómini exémplar sequámini, firmi in fide et immutábiles, fraternitátis amatóres, diligéntes ínvicem, in veritáte sociáti, mansuetúdinem Dómini altérutri præstolántes, nullum despiciéntes. Cum possítis benefácere, nolíte différre, quia eleemósyna de morte líberat. Omnes vobis ínvicem subiécti estóte, conversatiónem vestram irreprehensíbilem habéntes in géntibus, ut ex bonis óperibus vestris et vos laudem accipiátis et Dóminus in vobis non blasphemétur. Sobrietátem ergo docéte omnes, in qua et vos conversámini. Demeurez donc en ces sentiments et suivez l'exemple du Seigneur, fermes et inébranlables dans la foi, aimant vos frères, vous aimant les uns les autres, unis dans la vérité, vous attendant les uns les autres dans la douceur du Seigneur, ne méprisant personne. Quand vous pouvez faire le bien, ne différez pas, car l'aumône délivre de la mort. Soyez tous soumis les uns aux autres, gardant une conduite irréprochable parmi les païens, pour que vos bonnes œuvres vous attirent la louange et que le Seigneur ne soit pas blasphémé à cause de vous. Enseignez à tous la sagesse dans laquelle vous vivez.
Nimis contristátus sum pro Valénte, qui présbyter factus est aliquándo apud vos, quod sic ignóret is locum qui datus est ei. Móneo ítaque ut abstineátis vos ab avarítia et sitis casti et veráces. Abstinéte vos ab omni malo. Qui autem non potest se in his gubernáre, quómodo álii pronúntiat hoc? Si quis non se abstinúerit ab avarítia, ab idololatría coinquinábitur et tamquam inter gentes iudicábitur, qui ignórant iudícium Dómini. Aut nescímus quia sancti mundum iudicábunt? sicut Paulus docet. Ego autem nihil tale sensi in vobis vel audívi, in quibus laborávit beátus Paulus, qui estis in princípio epístulæ eius. De vobis étenim gloriátur in ómnibus Ecclésiis quæ Deum solæ tunc cognóverant; nos autem nondum cognoverámus. J'ai été bien peiné au sujet de Valens, qui avait été quelque temps presbytre chez vous, de voir qu'il méconnaît à ce point la charge qui lui avait été donnée. Je vous avertis donc de vous abstenir de l'avarice et d'être chastes et vrais. Abstenez-vous de tout mal. Celui qui ne peut pas se diriger lui-même en ceci, comment peut-il y exhorter les autres? Si quelqu'un ne s'abstient pas de l'avarice, il se laissera souiller par l'idolâtrie et sera compté parmi les païens qui ignorent le jugement du Seigneur. Ignorons-nous que les saints jugeront le monde, comme l'enseigne Paul? Pour moi, je n'ai rien remarqué ou entendu dire de tel à votre sujet, vous chez qui a travaillé le bienheureux Paul, vous qui êtes au commencement de sa lettre. C'est donc de vous qu'il se glorifie devant toutes les Églises qui, seules alors, connaissaient Dieu, nous autres nous ne le connaissions pas encore.
R/. Cogitávi dies antíquos, et annos ætérnos in mente hábui; et meditátus sum nocte cum corde meo, * Et dixi: Miserére, Deus. V/. Illuxérunt coruscatiónes tuæ orbi terræ, vidit et commóta est terra. * Et dixi. V/. Glória Patri. * Et dixi. R/. Je repense aux jours d'autrefois, aux années inoubliables de jadis; la nuit, je médite en mon cœur, * Et je dis: Pitié, mon Dieu! V/. Tes éclairs illuminèrent le monde, la terre le vit et s'affola. * Et je dis. V/. Gloire au Père. * Et je dis.