Vigiles (OSB) du dimanche 17 juin 2018 - XIème dimanche dans l'année

Hebdomada XI per annum XIème semaine dans l'année
Dominica Dimanche
Dominica XI per annum XIème dimanche dans l'année
éditer éditer
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
De libro Isaíæ prophétæ Du livre d'Isaïe
Lectio I Lecture I
Meménto horum, Iacob et Israel, quóniam servus meus es tu; formávi te, servus meus es tu, Israel, non decípies me. Delévi ut nubem iniquitátes tuas et quasi nébulam peccáta tua; revértere ad me, quóniam redémi te. Exsultáte, cæli, quóniam hoc fecit Dóminus; iubiláte, fundaménta terræ, resonáte, montes, laudatiónem, saltus et omne lignum eius, quóniam redémit Dóminus Iacob et in Israel glorificábitur. Souviens-toi de cela, Jacob, et toi Israël, car tu es mon serviteur. Je t'ai modelé, tu es pour moi un serviteur, Israël, je ne t'oublierai pas. J'ai dissipé tes crimes comme un nuage et tes péchés comme une nuée; reviens à moi, car je t'ai racheté. Criez de joie, cieux, car le Seigneur a agi, hurlez, profondeurs de la terre, poussez, montagnes, des cris de joie, forêt, et tous les arbres qu'elle contient! car le Seigneur a racheté Jacob, il s'est glorifié en Israël.
R/. Audíte verbum Dómini, gentes, et annuntiáte illud in fínibus terræ; * Et in ínsulis, quæ procul sunt, dícite: Salvátor noster advéniet. V/. A solis ortu et occásu, ab aquilóne et mari. * Et. R/. Nations, écoutez la parole du Seigneur, transmettez le message aux limites du monde, * Annoncez dans les îles lointaines: Voici notre Sauveur qui vient! V/. Du nord et du midi, du levant et du couchant, * Annoncez.
Lectio II Lecture II
Hæc dicit Dóminus, redémptor tuus et formátor tuus ex útero: " Ego sum Dóminus, qui feci ómnia, exténdi cælos solus, expándi terram; et quis mecum? Qui írrita fácio signa divinórum, et haríolos stultos reddo; compéllo sapiéntes retrórsum, et sciéntiam eórum vanam fácio; qui súscito verbum servi mei et consílium nuntiórum meórum cómpleo. " Ainsi parle le Seigneur, ton rédempteur, celui qui t'a modelé dès le sein maternel: C'est moi, le Seigneur, qui ai fait toutes choses, qui seul ai déployé les cieux, affermi la terre, sans personne avec moi; qui réduis à néant les signes des augures et fais délirer les devins, qui fais reculer les sages et tourne leur science en folie; qui confirme la parole de mon serviteur et fais réussir les desseins de mes envoyés.
R/. Cánite tuba in Sion, et exsúltent fíliæ Iudæ et læténtur, * Quia Dóminus noster véniet cum salúte magna. V/. Gaudébunt campi et ómnia quæ in eis sunt; tunc exsultábunt ómnia ligna silvárum, * Quia. R/. Sonnez de la trompe en Sion, que les filles de Juda exultent et soient dans l'allégresse, * Car voici notre Dieu: Il vient avec puissance pour nous sauver! V/. Que la campagne tout entière soit en fête; que les arbres des forêts dansent de joie, * Car.
Lectio III Lecture III
Qui dico Ierúsalem: " Habitáberis ", et civitátibus Iudæ: " Ædificabímini ", et desérta eius suscitábo; qui dico profúndo: " Desoláre, et flúmina tua arefáciam "; qui dico de Cyro: " Pastor meus est et omnem voluntátem meam complébit "; qui dico Ierúsalem: " Ædificáberis "; et templo: " Fundáberis ". Je dis à Jérusalem: " Tu seras habitée ", et aux villes de Juda: " Vous serez rebâties et je relèverai les ruines de Jérusalem "; je dis à l'abîme: " Dessèche-toi, je vais tarir tes fleuves "; je dis à Cyrus: " Mon berger. " Il accomplira toute ma volonté, en disant à Jérusalem: " Tu seras reconstruite ", et au Temple: " Tu seras rétabli. "
R/. Clama in fortitúdine, qui annúntias pacem in Ierúsalem; * Dic civitátibus Iudæ et habitatóribus Sion: Ecce Deus noster quem exspectabámus advéniet. V/. Super montem excélsum ascénde, tu, qui evangelízas Sion, exálta in fortitúdine vocem tuam, * Dic. R/. Crie à pleine voix, toi qui annonces la paix pour Jérusalem; * Dis aux villes de Juda, aux habitants de Sion: Voici venir notre Dieu, lui que nous attendions! V/. Gravis les cimes d'une haute montagne, toi qui portes la Bonne Nouvelle à Sion, élève la voix avec force, * Dis.
Lectio IV Lecture IV
Hæc dicit Dóminus de uncto suo Cyro: " Apprehéndi déxteram eius, ut subíciam ante fáciem eius gentes et dorsa regum vertam et apériam coram eo iánuas; et portæ non claudéntur. Ego ante te ibo et montes humiliábo; portas æreas cónteram et vectes férreos confríngam. Et dabo tibi thesáuros abscónditos et divítias occúltas, ut scias quia ego Dóminus, qui vocávi te nómine tuo, Deus Israel. " Ainsi parle le Seigneur à son oint, à Cyrus dont j'ai saisi la main droite, pour faire plier devant lui les nations et désarmer les rois, pour ouvrir devant lui les vantaux, pour que les portes ne soient plus fermées. C'est moi qui vais marcher devant toi, j'aplanirai les hauteurs, je briserai les vantaux de bronze, je ferai céder les verrous de fer et je te donnerai des trésors secrets, des richesses cachées, afin que tu saches que je suis le Seigneur, celui qui t'appelle par ton nom, le Dieu d'Israël.
R/. Docébit nos Dóminus vias suas, et ambulábimus in sémitis eius; * Quia de Sion exíbit lex, et verbum Dómini de Ierúsalem. V/. Veníte, ascendámus ad montem Dómini et ad domum Dei Iacob. * Quia. V/. Glória Patri. * Quia. R/. Le Seigneur nous enseignera ses chemins, et nous suivrons ses sentiers; * Car c'est de Sion que vient la loi, de Jérusalem la parole du Seigneur. V/. Venez, montons à la montagne du Seigneur, au temple du Dieu de Jacob. * Car. V/. Gloire au Père. * Car.
éditer éditer
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Confessiónum libris sancti Augustíni epíscopi (Lib. 10, 68-69: CCL 27, 192-193) Confessions de saint Augustin
Lectio I Lecture I
Verax mediátor, quem secréta tua misericórdia demonstrásti humílibus et misísti ut eius exémplo étiam ipsam díscerent humilitátem, mediátor ille Dei et hóminum, homo Christus Iesus, inter mortáles peccatóres et immortálem iustum appáruit, mortális cum homínibus, iustus cum Deo, ut, quóniam stipéndium iustítiæ vita et pax est, per iustítiam coniúnctam Deo evacuáret mortem iustificatórum impiórum, quam cum illis vóluit habére commúnem. Le véritable médiateur, que dans ta secrète miséricorde tu as révélé aux humbles et envoyé pour leur apprendre aussi, par son exemple, l'humilité même, ce médiateur entre Dieu et les hommes, l'homme Jésus-Christ, est apparu entre les pécheurs mortels et le juste immortel, mortel avec les hommes, juste avec Dieu. Il a pu ainsi, puisque le salaire de la justice est la vie et la paix, en se servant de la justice unie à Dieu, bannir des impies justifiés la mort qu'il a voulu avoir en commun avec eux.
R/. Ecce dies véniunt, dicit Dóminus, et suscitábo David germen iustum; et regnábit rex et sápiens erit et fáciet iudícium et iustítiam in terra. * Et hoc est nomen quod vocábunt eum: Dóminus iustus noster. V/. In diébus illis salvábitur Iuda, et Israel habitábit confidénter. * Et hoc. R/. Voici venir des jours, oracle du Seigneur, où je ferai lever pour David un Germe juste: il régnera en vrai roi, il agira avec sagesse, il exercera le droit et l'équité dans le pays. * Voici le nom qu'on lui donnera: Le-Seigneur-est-notre-justice. V/. En ces jours-là, Juda sera sauvé, Israël habitera en sécurité. * Voici.
Lectio II Lecture II
Hic demonstrátus est antíquis sanctis, ut ita ipsi per fidem futúræ passiónis eius, sicut nos per fidem prætéritæ, salvi fíerent. In quantum enim homo, in tantum mediátor, in quantum autem Verbum, non médius, quia æquális Deo et Deus apud Deum et simul unus Deus. C'est lui qui a été montré aux saints d'autrefois, afin qu'ils puissent ainsi eux-mêmes, par la foi en sa passion future, comme nous, par la foi en sa passion accomplie, obtenir le salut. C'est, en effet, en tant qu'homme qu'il est médiateur; mais en tant que Verbe, il n'est pas intermédiaire puisqu'il est égal à Dieu, Dieu auprès de Dieu, un seul Dieu avec Dieu.
R/. Ecce Rex noster véniet, et omnes sancti eius cum eo, * Réddere illis mercédem labórum ipsórum. V/. Sanctis qui in terra sunt eius, mirificávit omnes voluntátes meas inter illos. * Réddere. R/. Voici venir notre Roi avec tous les saints de son cortège: * Il vient leur donner en retour le salaire de leurs peines. V/. Quant aux saints qui, sur la terre, lui appartiennent, il a mis en moi une étonnante volonté d'être parmi eux: * Il.
Lectio III Lecture III
Quómodo nos amásti, Pater bone, qui Fílio tuo único non pepercísti, sed pro nobis ímpiis tradidísti eum! Quómodo nos amásti, pro quibus ille non rapínam arbitrátus esse æquális tibi factus est súbditus usque ad mortem crucis, unus ille in mórtuis liber, potestátem habens ponéndi ánimam suam et potestátem habens íterum suméndi eam, pro nobis tibi victor et víctima, et ídeo victor, quia víctima, pro nobis tibi sacérdos et sacrifícium, et ídeo sacérdos, quia sacrifícium, fáciens tibi nos de servis fílios de te nascéndo, nobis serviéndo. Comme tu nous as aimés, Père de bonté, toi qui n'as pas épargné ton Fils unique mais l'as livré aux impies que nous étions! Comme tu nous as aimés! Car c'est pour nous que lui, qui sans usurpation se tenait pour ton égal, est devenu soumis jusqu'à mourir en croix, lui, le seul qui fût libre entre les morts! Il avait le pouvoir de déposer sa vie, il avait le pouvoir de la reprendre; il est pour nous devant toi victorieux et victime, et victorieux parce que victime; il est pour nous devant toi sacerdoce et sacrifice, et sacerdoce parce que sacrifice; pour toi, de serviteurs il fait de nous des fils, en naissant de toi, en nous servant nous.
R/. Ecce véniet Dóminus, protéctor noster, Sanctus Israel, * Corónam regni habens in cápite suo. V/. Et dominábitur a mari usque ad mare, et a flúmine usque ad términos orbis terræ. * Corónam. R/. Voici venir le Seigneur, le Saint d'Israël, c'est lui notre secours! * Sa tête est couronnée du diadème royal. V/. Il dominera de la mer à la mer, et du fleuve jusqu'aux extrémités de la terre. * Sa tête.
Lectio IV Lecture IV
Mérito mihi spes válida in illo est, quod sanábis omnes languóres meos per eum qui sedet ad déxteram tuam et te interpéllat pro nobis: alióquin desperárem. Multi enim et magni sunt idem languóres, multi sunt et magni; sed ámplior est medicína tua. Potúimus putáre Verbum tuum remótum esse a coniunctióne hóminis et desperáre de nobis, nisi caro fíeret et habitáret in nobis. À juste titre j'ai le ferme espoir, en lui, que tu guériras toutes mes langueurs, par celui qui est assis à ta droite et intercède auprès de toi pour nous. Autrement je serais au désespoir. Car nombreuses et grandes sont ces langueurs en moi, nombreuses et grandes, mais plus large est ton remède. Nous aurions pu croire que ton Verbe était bien loin de s'unir à l'homme, et désespérer de nous s'il ne s'était fait chair et n'eût habité parmi nous.
R/. Egrediétur Dóminus et prœliábitur contra gentes; * Et stabunt pedes eius supra montes Olivárum ad oriéntem. V/. Et elevábitur super omnes colles, et fluent ad eum omnes gentes. * Et stabunt. V/. Glória Patri. * Et stabunt. R/. Le Seigneur sortira pour combattre les nations; * Ses pieds se poseront à l'orient, sur le mont des Oliviers. V/. Il sera élevé au-dessus de toutes les collines, toutes les nations afflueront vers lui. * Ses pieds. V/. Gloire au Père. * Ses pieds.
éditer éditer
In tertio nocturno, anno B Troisième nocturne, année B
Léctio sancti Evangélii secúndum Marcum Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc
In illo témpore: Dicébat Iesus turbis: " Sic est regnum Dei, quemádmodum si homo iáciat seméntem in terram. " Et réliqua. Parlant à la foule en paraboles, Jésus disait: " Il en est du règne de Dieu comme d'un homme qui jette le grain dans son champ. " Et la suite.
Ex Homilíis sancto Ioánni Chrysóstomo epíscopo attribútis (Hom. 7: PG 64, 21-23) Homélie attribuée à saint Jean Chrysostome
Lectio I Lecture I
Quid est regnum cælórum, nisi plane Christus? Dicit enim de seípso: Ecce regnum Dei intra vos est. Quid autem maius est Christo secúndum deitátem, ut Prophétam audíre est dicéntem: Hic est Deus noster, et non æstimábitur álius advérsus eum. Hic adinvénit omnem viam disciplínæ, et trádidit illam Iacob púero suo, et Israel dilécto suo. Post hæc in terris visus est, et cum homínibus conversátus est. Qu'est-ce que le royaume des cieux, sinon, c'est bien clair, le Christ? Car il dit en parlant de lui-même: Voici que le royaume de Dieu est au milieu de vous. Mais qu'y a-t-il de plus grand que le Christ selon la divinité, comme on peut l'entendre dire au Prophète: C'est lui qui est notre Dieu: aucun autre ne lui est comparable. Il a découvert les chemins de la connaissance et il les a confiés à Jacob son serviteur, à Israël son bien-aimé. Après quoi il est apparu sur la terre, et il a vécu parmi les hommes.
R/. Aspice in me, Dómine, et miserére mei, quóniam únicus et pauper sum. De necessitátibus meis éripe me; * Et dimítte univérsa delícta mea. V/. Secúndum misericórdiam tuam meménto mei tu, propter bonitátem tuam, Dómine; * Et dimítte. R/. Regarde-moi, Seigneur, et prends pitié de moi, de moi qui suis seul et misérable. Tire-moi de la détresse; * Enlève tous mes péchés. V/. Dans ta miséricorde, souviens-toi de moi, en raison de ta bonté, Seigneur; * Enlève.
Lectio II Lecture II
Quid autem minus est Christo secúndum incarnatiónis dispensatiónem, qui factus est ángelis et homínibus inférior? Audi David dicéntem quómodo factus sit ángelis minor: Quid est homo quod memor es eius? Aut fílius hóminis quóniam vísitas eum? Minuísti eum paulo minus ab ángelis. Quod autem David hæc de Christo loquátur, Paulus tibi intérpres est dicens: Eum autem qui módico quam ángeli minorátus est, vidémus Iesum propter passiónem mortis. Mais qu'y a-t-il de moindre que le Christ selon l'économie de l'incarnation, lui qui s'est abaissé au dessous des anges et des hommes? Écoute David dire comment le Christ s'est rendu inférieur aux anges: Qu'est-ce que l'homme pour que tu te souviennes de lui? Ou le fils de l'homme pour que tu le visites, car tu l'as abaissé un peu au-dessous des anges? Que David parle ici du Christ, Paul te le fait comprendre, lui qui dit: Celui qui avait été abaissé un peu au-dessous des anges, nous le voyons, c'est Jésus, parce qu'il a souffert la mort.
R/. Vias tuas, Dómine, demónstra mihi et sémitas tuas édoce me. Dírige me in veritáte tua, * Quia tu es Deus salvátor meus, et te sustínui tota die. V/. Delícta iuventútis meæ et ignorántias meas ne memíneris, Dómine; * Quia. R/. Seigneur, fais-moi connaître ton chemin, enseigne-moi tes voies. Dirige-moi selon ta vérité, * Car tu es le Dieu qui me sauve, c'est toi que j'espère tout le jour. V/. Oublie, Seigneur, mon ignorance et les péchés de ma jeunesse; * Car.
Lectio III Lecture III
Quomodo idem factus est regnum cælórum et granum? Magnus et parvus quómodo idem sunt? Quóniam propter magnitúdinem misericórdiæ erga figméntum suum ómnibus ómnia factus est, ut lucrétur omnes. Deus erat, sicut et est et erit per natúram própriam, et homo factus est propter nostram salútem. O granum, per quod factus est mundus, per quod ténebræ dissipátæ et Ecclésia renováta est! Comment donc le même est-il devenu le royaume des cieux et le grain? Comment le grand et le petit ne font-ils qu'un? Parce que, poussé par sa grande miséricorde envers sa créature, il s'est fait tout à tous, pour les gagner tous. Il était Dieu, il l'est et il le sera en raison de sa propre nature, et il est devenu homme pour notre salut. Ô grain! par qui le monde a été fait, les ténèbres dissipés, l'Église renouvelée!
R/. Audiam, Dómine, vocem laudis tuæ, * Ut enárrem univérsa mirabília tua. V/. Dómine, diléxi decórem domus tuæ, et locum habitatiónis glóriæ tuæ; * Ut enárrem. R/. Que j'entende, Seigneur, proclamer ta louange, * Et je raconterai chacune de tes merveilles. V/. J'aime, Seigneur, la beauté de ta maison, le lieu où demeure ta gloire; * Et je raconterai.
Lectio IV Lecture IV
Hoc granum in cruce suspénsum tantam vim hábuit, ut quamquam ipsum esset vinctum, verbo tantum latrónem a ligno ráperet, et in delícias paradísi circumférret; hoc granum in látere láncea perfóssum, immortalitátis potum sitiéntibus distillávit; hoc granum sinápis a ligno delátum et in horto pósitum, terram omnem ramis obumbrávit. Hoc granum in horto pósitum, radíces suas in inférnum demíttens, et ánimas quæ ibi erant secum abrípiens, intra tríduum in cælum illas rétulit: Símile ígitur est regnum cælórum grano sinápis, quod accípiens homo seminávit in agro suo. Sémina hoc granum sinápis in horto ánimæ tuæ. Si hoc sinápis granum hábeas in horto ánimæ tuæ, dicet tibi quoque prophéta: Et eris quasi hortus irríguus et sicut fons cuius non defícient aquæ. Ce grain fut attaché à la croix, mais il avait une telle puissance que, même lié, il arrachait le larron à la croix par une seule parole, et l'introduisait dans les délices du paradis; ce grain, son côté transpercé par la lance, fit pour les assoiffés tomber goutte à goutte le breuvage d'immortalité; ce grain de sénevé, détaché du bois et déposé dans un jardin, a couvert toute la terre de son ombre. Semé dans le jardin, il a enfoncé ses racines jusqu'aux enfers et arraché les âmes qui s'y trouvaient, pour les ramener au ciel au bout de trois jours: Aussi le royaume des cieux est-il pareil à un grain de sénevé qu'un homme a pris et semé dans son champ. Sème ce grain de sénevé dans le jardin de ton âme. Si tu le possèdes dans ce jardin, le prophète te dira à toi aussi: Tu seras comme un jardin bien arrosé et comme une source dont les eaux ne tariront pas.
R/. Adiútor meus esto, Deus, * Ne derelínquas me. V/. Neque despícias me, Deus salutáris meus. * Ne. V/. Glória Patri. * Ne. R/. Mon Dieu, sois mon secours, * Ne m'abandonne pas! V/. Ne me délaisse pas, Dieu, mon salut! * Ne. V/. Gloire au Père. * Ne.