affiche_liturgia("journee")office = vigiles

Vigiles (OSB) du lundi 18 juin 2018 -

Hebdomada XI per annum XIème semaine dans l'année
Feria II Lundi
éditer éditer
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
Lectio Lecture
Incipit liber Esdræ Du livre d'Esdras
In anno primo Cyri regis Persárum, ut complerétur verbum Dómini ex ore Ieremíæ, suscitávit Dóminus spíritum Cyri regis Persárum qui emísit edíctum in omni regno suo étiam per scriptúram dicens: " La première année de Cyrus, roi de Perse, pour accomplir la parole du Seigneur prononcée par Jérémie, le Seigneur éveilla l'esprit de Cyrus, roi de Perse, qui fit proclamer - et même afficher - dans tout son royaume:
Hæc dicit Cyrus rex Persárum: Omnia regna terræ dedit mihi Dóminus, Deus cæli, et ipse præcépit mihi ut ædificárem ei domum in Ierúsalem quæ est in Iudæa. Quis ex vobis est de omni pópulo eius? Sit Dóminus Deus suus cum eo, et ascéndat in Ierúsalem quæ est in Iuda, et ædíficet domum Dómini, Dei Israel: ipse est Deus qui est in Ierúsalem. " " Ainsi parle Cyrus, roi de Perse: Le Seigneur, le Dieu du ciel, m'a remis tous les royaumes de la terre, c'est lui qui m'a chargé de lui bâtir un Temple à Jérusalem, en Juda. Quiconque, parmi vous, fait partie de tout son peuple, que son Dieu soit avec lui! Qu'il monte à Jérusalem, en Juda, et bâtisse le Temple du Seigneur, le Dieu d'Israël - c'est le Dieu qui est à Jérusalem. "
" Et omnes réliqui in cunctis locis, ubicúmque hábitant, adiuvéntur a viris de loco suo, argénto et auro et substántia et pécore sicut et oblatiónibus spontáneis pro templo Dei quod est in Ierúsalem. " " Qu'à tous les rescapés, partout, la population des lieux où ils résident apporte une aide en argent, en or, en équipement et en montures, en même temps que des offrandes de dévotion pour le Temple de Dieu qui est à Jérusalem. "
Et surrexérunt príncipes familiárum de Iuda et Béniamin et sacerdótes et levítæ et omnis cuius Deus suscitávit spíritum, ut ascénderent ad ædificándum templum Dómini quod erat in Ierúsalem. Universíque, qui erant in circúitu, confortavérunt manus eórum cum vasis argénteis et áureis, substántia, pécore et pensitatiónibus, præter oblatiónes spontáneas. Rex quoque Cyrus prótulit vasa templi Dómini quæ túlerat Nabuchodónosor de Ierúsalem et posúerat ea in templo dei sui; prótulit autem ea Cyrus rex Persárum per manum Mithridátis præpósiti thesáuri, qui enumerávit ea Sasabássar príncipi Iudæ. Alors les chefs de famille de Juda et de Benjamin, les prêtres et les lévites, bref tous ceux dont Dieu avait éveillé l'esprit, se levèrent pour aller bâtir le Temple du Seigneur, à Jérusalem; et tous leurs voisins leur apportèrent toute sorte d'aide: argent, or, équipement, montures et cadeaux précieux, sans compter toutes les offrandes de dévotion. Le roi Cyrus fit prendre les ustensiles du Temple du Seigneur que Nabuchodonosor avait apportés de Jérusalem et offerts au temple de son dieu. Cyrus, roi de Perse, les remit aux mains de Mithridate, le trésorier, qui les dénombra pour Sheshbaççar, le prince de Juda.
Et surréxit Iésua fílius Iósedec et fratres eius sacerdótes et Zoróbabel fílius Saláthiel et fratres eius et ædificavérunt altáre Dei Israel, ut offérrent in eo holocautómata, sicut scriptum est in lege Móysi viri Dei. Collocavérunt autem altáre super bases suas, deterréntibus eos per circúitum pópulis terrárum, et obtulérunt super illud holocáustum Dómino mane et véspere. Fecerúntque sollemnitátem Tabernaculórum, sicut scriptum est, et holocáustum diébus síngulis per órdinem, secúndum præcéptum pro síngulis diébus; et præter holocáustum sempitérnum illa étiam pro caléndis et univérsis sollemnitátibus quæ erant consecrátæ Dómino, et pro ómnibus quæ ultro offerebántur Dómino. Josué, fils de Yoçadaq, avec ses frères les prêtres, et Zorobabel, fils de Shéaltiel, avec ses frères, se mirent à rebâtir l'autel du Dieu d'Israël, pour y offrir des holocaustes, comme il est écrit dans la Loi de Moïse, l'homme de Dieu. On rétablit l'autel en son site - malgré la crainte où l'on était des peuples des pays - et l'on y offrit des holocaustes au Seigneur, holocaustes du matin et du soir; on célébra la fête des Tentes, comme il est écrit, avec autant d'holocaustes quotidiens qu'il est fixé pour chaque jour; puis, outre l'holocauste perpétuel, on offrit ceux prévus pour les sabbats, néoménies et toutes solennités consacrées au Seigneur, plus ceux que chacun voulait offrir par dévotion au Seigneur.
R/. Ierúsalem, cito véniet salus tua. Quare mæróre consúmeris? Numquid consiliárius non est tibi, quia innovábit te dolor? * Salvábo te et liberábo te, noli timére. V/. Israel, si me audíeris, non erit in te deus recens, neque adorábis deum aliénum: ego enim Dóminus. * Salvábo te. V/. Glória Patri. * Salvábo te. R/. Jérusalem, voici qu'arrive ton salut. Pourquoi te consumer de chagrin? N'as-tu donc aucun bon conseiller, que ta douleur se renouvelle? * Ne crains pas! Je suis ton Sauveur, ton libérateur! V/. Écoute, je t'adjure, Israël, tu n'auras pas chez toi d'autres dieux; tu ne serviras aucun dieu étranger: c'est moi le Seigneur! * Ne crains pas. V/. Gloire au Père. * Ne crains pas.
éditer éditer
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Lectio Lecture
Ex Expositióne sancti Bedæ Venerábilis presbýteri in Esdram et Nehemíam (Lib. 1: PL 91, 809) Commentaire de saint Bède le Vénérable sur Esdras et Néhémie
Quod díruto templo, ac destrúcta páriter urbe Ierúsalem, cives eius in Babylóniam transmigráti, sed post annos septuagínta, acta de malis suis pæniténtia, ad pátriam sunt Dómino miseránte remíssi, ac rursus idem templum atque urbem sanctam grandi cum labóre restaurárunt, figuráte desígnat eos qui, decépti a diábolo, non solum fídei sinceritátem atque integritátem boni óperis perdunt, verum étiam per acerbitátem scélerum gentílibus ac publicánis assimilári vidéntur, iuxta illud domínicum: Si autem Ecclésiam non audíerit, sit tibi sicut éthnicus et publicánus. Le temple ruiné, la ville de Jérusalem également détruite, ses habitants exilés en Babylone mais rendus à leur patrie par la miséricorde de Dieu après les soixante-dix ans où ils firent pénitence de leurs fautes, et enfin la restauration très laborieuse du Temple et de la ville sainte, tout cela désigne en figure ceux qui, trompés par le diable, non seulement perdent la sincérité de la foi et l'intégrité de l'œuvre bonne, mais semblent même devenir pareils aux païens et aux publicains par la dureté de leur crime, selon cette parole du Seigneur: S'il n'écoute pas l'Église, qu'il te soit comme un païen et un publicain.
Quorum tamen nonnúlli per divínæ respéctum grátiæ resipiscéntes, ad Ecclésiam revertúntur, cum, illustratióne Sancti Spíritus compúncti, præcépta divínæ legis, quæ relíquerant, dénuo audíre incípiunt et custodíre. Septem namque sunt dona Sancti Spíritus, quæ prophéta Isaías manifésta distinctióne enúmerat. Decem vero præcéptis omnis divínæ legis summa comprehénditur. Et septem multíplica per decem, septuagenárium númerum perfíciunt. Unde apta significatióne, qui per ópera pervérsa in Babylóniam fúerant captiváti, post septuagínta annos liberántur, ac domum Dei et civitátem sanctam reædíficant. Quelques-uns pourtant se reprennent, par grâce divine, et reviennent à l'Église quand, transpercés par la lumière fulgurante de l'Esprit Saint, ils recommencent à écouter et à garder les préceptes de la loi divine qu'ils avaient abandonnés. Il y a en effet sept dons de l'Esprit, et le prophète Isaïe les énumère en les discernant très clairement. D'autre part, la somme entière de la loi divine se condense en dix préceptes. Et sept multiplié par dix donne le nombre de soixante-dix. Les Israëlites déportés à Babylone pour leurs œuvres perverses, puis libérés après soixante-dix ans et reconstruisant la maison de Dieu et la cité sainte, ont ainsi une signification symbolique.
Quia nonnúmquam hi qui, per sua peccáta a communióne ac societáte sanctæ Ecclésiæ separáti, infidélium sorti ac número copulabántur, rursum per donum Sancti Spíritus, stúdio se bonæ operatiónis exércent, ac per hoc consórtium fidélium, domus vidélicet et civitátis Dómini, de qua fúerant eiécti, recípiunt. Notándum enim quod unam eamdémque pæniténtium ad Ecclésiam reversiónem, et domus Dómini reædificáta post incéndium, et cívitas restauráta Ierúsalem post destructiónem, necnon et pópulus post captivitátem pátriam remíssus, et vasa sancta quæ abláta erant, domum redúcta, týpice denúntient. Parfois, en effet, des hommes qui, séparés de la communion et de la société de la sainte Église par leurs péchés, avaient rejoint le sort et la foule des infidèles, s'appliquent de nouveau à l'exercice des œuvres bonnes, par un don du Saint-Esprit, et recouvrent ainsi la communion avec les fidèles, c'est-à-dire avec la ville et la Maison du Seigneur d'où ils avaient été rejetés. Remarquons, en effet, que la Maison du Seigneur reconstruite après l'incendie et la cité de Jérusalem restaurée après sa destruction, et encore le peuple lui-même renvoyé dans sa patrie après la captivité, et les vases sacrés rapportés à leur place après avoir été volés, tout cela annonce, au sens typologique, un seul et même retour des pénitents à l'Église.
R/. Ierúsalem, plantábis víneam in móntibus tuis et exsultábis quia dies Dómini véniet. Surge, Sion, convértere ad Deum tuum; * Gaude et lætáre, Iacob, quia de médio géntium Salvátor tuus véniet. V/. Deus a Líbano véniet, et Sanctus de monte umbróso et condénso. * Gaude. V/. Glória Patri. * Gaude. R/. Jérusalem, tu planteras la vigne sur tes montagnes et tu exulteras de bonheur, car il vient, le Jour du Seigneur. Lève-toi, Sion, et reviens à ton Dieu; * Tressaille de joie et d'allégresse, Jacob: voici ton Sauveur, il vient du milieu des nations! V/. Dieu vient du Liban; le Saint, du mont boisé, ténébreux! * Tressaille de joie. V/. Gloire au Père. * Tressaille de joie.