Vigiles (OSB) du samedi 30 juin 2018 -

Hebdomada XII per annum XIIème semaine dans l'année
Sabbato Samedi
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
Lectio Lecture
De libro Nehemíæ Du livre de Néhémie
Ego Nehemía veni ad duces regiónis trans flumen dedíque eis epístulas regis. Míserat autem rex mecum príncipes mílitum et équites. Et audiérunt Sanabállat Horonítes et Thobías servus Ammanítes et constristáti sunt afflictióne magna, quod venísset homo qui quæreret prosperitátem filiórum Israel. Moi, Néhémie, je me rendis chez les gouverneurs de Transeuphratène et leur remis les lettres du roi. Le roi m'avait fait escorter par des officiers de l'armée et des cavaliers. Quand Sânballat, le Horonite, et Tobiyya, le fonctionnaire ammonite, furent informés, ils se montrèrent fort contrariés qu'un homme fût venu travailler au bien des Israélites.
Et veni Ierúsalem et eram ibi tribus diébus. Et surréxi nocte ego, et viri pauci mecum, et non indicávi cuíquam quid Deus meus dedísset in corde meo, ut fácerem in Ierúsalem; et iuméntum non erat mecum, nisi ánimal cui sedébam. Et egréssus sum per portam Vallis nocte et ad fontem Dracónis et portam Sterquilínii et considerábam murum Ierúsalem dissipátum et portas eius consúmptas igne. Et transívi ad portam Fontis et ad piscínam Regis, et non erat locus iuménto cui sedébam ut transíret. Et ascéndi per torréntem nocte et considerábam murum; et íterum veni ad portam Vallis et revérsus sum. Magistrátus autem nesciébant quo abíssem aut quid ego fácerem, sed et Iudæis et sacerdótibus et optimátibus et magistrátibus et réliquis, qui faciébant opus, usque ad id loci nihil indicáveram. Et dixi eis: Arrivé à Jérusalem, j'y restai trois jours. Puis je me levai, de nuit, accompagné de quelques hommes, sans avoir confié à personne ce que mon Dieu m'avait inspiré d'accomplir pour Jérusalem, et sans avoir avec moi d'autre animal que ma propre monture. La nuit donc, sortant par la porte de la Vallée, je me rendis devant la fontaine du Dragon, puis à la porte du Fumier: je fis l'inspection du rempart de Jérusalem, où il y avait des brèches et dont les portes avaient été incendiées. Je poursuivis mon chemin vers la porte de la Fontaine et l'étang du Roi, et ne trouvai plus de passage pour la bête que je chevauchais. Je remontai donc de nuit par le ravin, inspectant toujours le rempart, et rentrai par la porte de la Vallée. Je m'en revins ainsi, sans que les conseillers sachent où j'étais allé ni ce que je faisais. Jusqu'ici je n'avais rien communiqué aux Juifs: ni aux prêtres, ni aux grands, ni aux magistrats, ni aux autres responsables; je leur dis alors:
"Vos nostis afflictiónem in qua sumus, quia Ierúsalem desérta est, et portæ eius consúmptæ sunt igne; veníte et ædificémus murum Ierúsalem et non simus ultra oppróbrium." Et indicávi eis quod manus Dei mei bona esset super me et verba regis, quæ locútus esset mihi, et dixérunt: "Surgámus et ædificémus!" Et confortátæ sunt manus eórum in bonum. " Vous voyez la détresse où nous sommes: Jérusalem est en ruines, ses portes sont incendiées. Venez! reconstruisons le rempart de Jérusalem, et nous ne serons plus insultés! " Et je leur exposai comment la main bienveillante de mon Dieu avait été sur moi, leur rapportant aussi les paroles que le roi m'avait dites. " Levons-nous! s'écrièrent-ils, et construisons! " et ils affermirent leurs mains pour ce bel ouvrage.
Audiérunt autem Sanabállat Horonítes et Thobías servus Ammanítes et Gosem Arabs et subsannavérunt nos et despexérunt dixerúntque: "Quæ est hæc res quam fácitis? Numquid contra regem vos rebellátis?" Et dedi eis respónsum dicens: "Deus cæli ipse nos facit prosperári, et nos servi eius sumus: surgámus et ædificémus. Vobis autem non est pars et ius et memória in Ierúsalem." À ces nouvelles, Sânballat, le Horonite, Tobiyya, le fonctionnaire ammonite, et Géshem, l'Arabe, se moquèrent de nous et nous regardèrent avec mépris en disant: " Que faites-vous là? Allez-vous vous révolter contre le roi? " Mais je leur répliquai en ces termes: " C'est le Dieu du ciel qui nous fera réussir. Nous, ses serviteurs, nous allons nous mettre à construire. Quant à vous, vous n'avez ni part, ni droit, ni souvenir dans Jérusalem. "
R/. Clama in fortitúdine, qui annúntias pacem in Ierúsalem; * Dic civitátibus Iudæ et habitatóribus Sion: Ecce Deus noster quem exspectabámus advéniet. V/. Super montem excélsum ascénde, tu, qui evangelízas Sion, exálta in fortitúdine vocem tuam, * Dic. V/. Glória Patri. * Dic. R/. Crie à pleine voix, toi qui annonces la paix pour Jérusalem; * Dis aux villes de Juda, aux habitants de Sion: Voici venir notre Dieu, lui que nous attendions! V/. Gravis les cimes d'une haute montagne, toi qui portes la Bonne Nouvelle à Sion, élève la voix avec force, * Dis. V/. Gloire au Père. * Dis.
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Lectio Lecture
Ex Constitutióne dogmática Lumen géntium Concílii Vaticáni secúndi De Ecclésia (Nn. 60-61) Constitution dogmatique Lumen gentium du deuxième Concile du Vatican sur l'Église
Unicus est Mediátor noster secúndum verba Apóstoli: Unus enim Deus, unus et Mediátor Dei et hóminum, homo Christus Iesus, qui dedit redemptiónem semetípsum pro ómnibus. Maríæ autem matérnum munus erga hómines hanc Christi únicam mediatiónem nullo modo obscúrat nec mínuit, sed virtútem eius osténdit. Unique est notre Médiateur selon les paroles de l'Apôtre: Car il n'y a qu'un Dieu, il n'y a aussi qu'un Médiateur entre Dieu et les hommes, le Christ Jésus, homme lui-même, qui s'est donné en rançon pour tous. Mais le rôle maternel de Marie à l'égard des hommes n'offusque et ne diminue en rien cette unique médiation du Christ: il en manifeste au contraire la vertu.
Omnis enim salutáris beátæ Vírginis inflúxus in hómines non ex áliqua rei necessitáte, sed ex beneplácito divíno exóritur, et ex superabundántia meritórum Christi prófluit, eius mediatióni innítitur, ab illa omníno depéndet, ex eádem totam virtútem haurit; uniónem autem immediátam credéntium cum Christo nullo modo ímpedit sed fovet. Car toute influence salutaire de la part de la bienheureuse Vierge sur les hommes a sa source dans une disposition purement gratuite de Dieu: elle ne naît pas d'une nécessité objective, mais découle de la surabondance des mérites du Christ; elle s'appuie sur sa médiation, dont elle dépend en tout et d'où elle tire toute sa vertu; l'union immédiate des croyants avec le Christ ne s'en trouve en aucune manière empêchée, mais au contraire aidée.
Beáta Vírgo, ab ætérno una cum divíni Verbi incarnatióne tamquam Mater Dei prædestináta, divínæ Providéntiæ consílio, his in terris éxstitit alma divíni Redemptóris Mater, singuláriter præ áliis generósa sócia, et húmilis ancílla Dómini. Christum concípiens, génerans, alens, in templo Patri sistens, Filióque suo in cruce moriénti compátiens, óperi Salvatóris singulári prorsus modo cooperáta est, obœdiéntia, fide, spe, et flagránte caritáte, ad vitam animárum supernaturálem restaurándam. Quam ob causam mater nobis in órdine grátiæ éxstitit. La bienheureuse Vierge, prédestinée de toute éternité, à l'intérieur du dessein d'incarnation du Verbe, pour être la Mère de Dieu, fut sur la terre, en vertu d'une disposition de la Providence divine, la vénérable Mère du divin Rédempteur, généreusement associée à son œuvre à un titre absolument unique, humble servante du Seigneur. En concevant le Christ, en le mettant au monde, en le nourrissant, en le présentant dans le Temple à son Père, en souffrant avec son Fils qui mourait sur la croix, elle apporta à l'œuvre du Sauveur une coopération absolument sans pareille par son obéissance, sa foi, son espérance, son ardente charité, pour que soit rendue aux âmes la vie surnaturelle. C'est pourquoi elle est devenue pour nous, dans l'ordre de la grâce, notre mère.
R/. O quam pulchri super montes pedes annuntiántium pacem, * Annuntiántium bona! V/. In omnem terram exívit sonus eórum et in fines orbis terræ verba eórum. * Annuntiántium. V/. Glória Patri. * Annuntiántium. R/. Qu'ils sont beaux, sur les montagnes, les pas des messagers qui annoncent la paix, * Qui annoncent le bonheur! V/. Sur toute la terre en paraît le message et la nouvelle, aux limites du monde.* Qui annoncent. V/. Gloire au Père. * Qui annoncent.