Vigiles (OSB) du dimanche 1 juillet 2018 - XIIIème dimanche dans l'année

Hebdomada XIII per annum XIIIème semaine dans l'année
Dominica Dimanche
Dominica XIII per annum XIIIème dimanche dans l'année
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
De libro Nehemíæ Du livre de Néhémie
Lectio I Lecture I
Factum est cum audísset Sanabállat et Thobías et Arabes et Ammanítæ et Azótii quod prosperarétur restaurátio muri Ierúsalem et quod cœpíssent interrúpta conclúdi, iráti sunt nimis; et conspiravérunt omnes páriter, ut venírent et pugnárent contra Ierúsalem et fácerent confusiónem. Et orávimus Deum nostrum et posúimus custódiam die ac nocte contra eos. Dixit autem Iudas: "Debilitáta est fortitúdo portántis, et humus nímia est; et nos non potérimus ædificáre murum." Et dixérunt hostes nostri: "Nésciant et ignórent, donec veniámus in médium eórum et interficiámus eos et cessáre faciámus opus." Lorsque Sânballat, Tobiyya, les Arabes, les Ammonites et les Ashdodites apprirent que les réparations du rempart de Jérusalem avançaient - que les brèches commençaient à être comblées - , ils se mirent fort en colère; ils se jurèrent tous mutuellement de venir attaquer Jérusalem et de me confondre. Nous invoquâmes alors notre Dieu et, pour protéger la ville, nous établîmes contre eux une garde de jour et de nuit. Juda disait néanmoins: " Les forces des porteurs fléchissent, il y a trop de décombres: nous n'arriverons jamais à relever le rempart! " Et nos ennemis déclaraient: " Avant qu'ils ne sachent et ne voient rien, nous surgirons au milieu d'eux: alors nous les massacrerons et mettrons fin à l'entreprise! "
R/. Vir iste in pópulo suo mitíssimus appáruit, sanctitáte autem et grátia plenus; iste est qui assídue orat * Pro pópulo et pro civitáte ista. V/. Hic est fratrum amátor et pópuli sui, hic est qui multum orat * Pro pópulo. R/. Cet homme s'est montré le plus doux de son peuple, plein de grâce et de sainteté; l'homme qui prie avec instance * Pour le peuple et pour cette cité. V/. Celui qui a de l'amour envers ses frères, envers son peuple, qui intercède sans relâche * Pour.
Lectio II Lecture II
Factum est autem veniéntibus Iudæis, qui habitábant iuxta eos, et dicéntibus nobis per decem vices ex ómnibus locis quibus vénerant ad nos, statúimus nos in inferióribus post murum in locis apértis, et ordinávi pópulum secúndum famílias cum gládiis suis et lánceis suis et árcubus suis. Et perspéxi atque surréxi, et aio ad optimátes et magistrátus et ad réliquam partem vulgi: "Nolíte timére a fácie eórum: Dómini magni et terríbilis mementóte et pugnáte pro frátribus vestris, fíliis vestris et filiábus vestris et uxóribus vestris et dómibus vestris." Or il arrivait des Juifs qui habitaient près d'eux et qui dix fois nous avertirent: " Ils montent contre nous de toutes les localités qu'ils habitent! " On se posta donc en contrebas, dans l'espace derrière le rempart, aux endroits découverts; je disposai le peuple par familles, avec ses épées, ses lances et ses arcs. Voyant leur peur, je me levai et fis aux grands, aux magistrats et au reste du peuple cette déclaration: " Ne craignez pas ces gens! Pensez au Seigneur, grand et redoutable, et combattez pour vos frères, vos fils, vos filles, vos femmes et vos maisons! "
R/. Meménto mei, Deus, in bono, et ne déleas miseratiónes meas quas feci * In domo Dei mei et in cærimóniis eius. V/. Meménto verbi tui servo tuo, in quo mihi spem dedísti; * In domo. R/. Souviens-toi de moi, mon Dieu, dans ta bienveillance; n'efface pas les actes de piété que j'ai accomplis * Pour la maison de mon Dieu et pour son culte. V/. Rappelle-toi ta parole à ton serviteur, celle dont tu fis mon espoir; * Pour.
Lectio III Lecture III
Factum est autem cum audíssent inimíci nostri nuntiátum esse nobis, dissipávit Deus consílium eórum, et revérsi sumus omnes ad murum, unusquísque ad opus suum. Et factum est a die illa, média pars iúvenum meórum faciébat opus, et média tenébat lánceas et scuta et arcus et lorícas, et príncipes post omnem domum Iudæ. Ædificántium in muro et portántium ónera et imponéntium, una manu sua faciébat opus et áltera tenébat gládium; ædificántium enim unusquísque gládio erat accínctus renes, et sic ædificábant; et qui clangébat búcina iuxta me. Quand nos ennemis apprirent que nous étions renseignés et que Dieu avait déjoué leur plan, ils se retirèrent et nous retournâmes tous au rempart, chacun à son travail. Mais, à partir de ce jour, la moitié seulement de mes hommes participaient au travail, les autres, munis de lances, de boucliers, d'arcs et de cuirasses, se tenaient derrière toute la maison de Juda qui bâtissait le rempart. Les porteurs aussi étaient armés: d'une main chacun assurait son travail, l'autre main serrant un javelot. Chacun des bâtisseurs, tandis qu'il travaillait, portait son épée attachée aux reins. Un sonneur de cor se tenait à mon côté.
R/. Muro tuo inexpugnábili circumcínge nos, Dómine, * Et armis tuæ poténtiæ prótege nos semper; líbera, Dómine, Deus Israel, clamántes ad te. V/. Erue nos in mirabílibus tuis, et da glóriam nómini tuo. * Et armis. R/. Entoure-nous, Seigneur, de ton rempart inexpugnable; * Par les armes de ta puissance, garde-nous toujours sous ta protection; libère, Seigneur, Dieu d'Israël, ceux qui font appel à toi! V/. Délivre-nous, car tu accomplis des merveilles; à ton nom, donne la gloire! * Par les armes.
Lectio IV Lecture IV
Et dixi ad optimátes et ad magistrátus et ad réliquam partem vulgi: "Opus grande est et latum, et nos separáti sumus in muro procul alter ab áltero; in loco quocúmque audiéritis clangórem tubæ, illuc concúrrite ad nos. Deus noster pugnábit pro nobis." Et sic nos fécimus opus, et média pars nostrum tenébat lánceas ab ascénsu auróræ, donec egrediántur astra. In témpore quoque illo dixi pópulo: "Unusquísque cum púero suo pernóctet in médio Ierúsalem, et erit nobis custódia per noctem et opus per diem." Ego autem et fratres mei et púeri mei et custódes, qui erant post me, non deponebámus vestiménta nostra; unusquísque tenébat gládium in déxtera sua. Je dis aux grands, aux magistrats et au reste du peuple: " Le chantier est important et étendu et nous sommes dispersés sur le rempart, loin les uns des autres: rassemblez-vous autour de nous à l'endroit d'où vous entendrez le son du cor, et notre Dieu combattra pour nous. " Ainsi menions-nous le travail depuis le lever de l'aurore jusqu'à l'apparition des étoiles. En ce temps-là, je dis encore au peuple: " Chacun, avec son serviteur, devra passer la nuit à Jérusalem: de la sorte, nous utiliserons la nuit pour la surveillance et le jour pour le travail. " Mais ni moi, ni mes frères, ni mes gens, ni les hommes de garde qui me suivaient ne quittions nos vêtements; chacun gardait son javelot à sa droite.
R/. Civitátem istam tu circúmda, Dómine, et ángeli tui custódiant muros eius; * Exáudi, Dómine, pópulum tuum cum misericórdia. V/. Avertátur furor tuus, Dómine, a pópulo tuo et a civitáte sancta tua. * Exáudi. V/. Glória Patri. * Exáudi. R/. Seigneur, entoure toi-même cette cité! Que tes anges gardent ses murailles! * Exauce dans ta bonté, Seigneur, la prière de ton peuple. V/. Détourne ta colère, Seigneur, de ton peuple et de ta ville sainte! * Exauce. V/. Gloire au Père. * Exauce.
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Scala paradísi sancti Ioánnis Climáci abbátis (Gr. 4: PG 88, 678-679.682.723) De L'échelle du paradis de saint Jean Climaque
Lectio I Lecture I
Ad púgiles et athlétas Christi a nobis deínceps orátio instituétur, quæ loco suo ordinéque nobis occúrrit. Ut fructum omnem flos præcédit, ita omnem obœdiéntiam fuga mundi, quæ vel córpore fit, vel voluntáte. His quippe duábus virtútibus, tamquam aúreis quibúsdam alis, ánima sancta ad cælum ardénter enítitur. C'est aux pugilistes et athlètes du Christ qu'il nous faut maintenant adresser la parole, selon le plan bien conçu que nous suivons: comme il y a toujours avant le fruit, la fleur; ainsi avant l'obéissance, le retrait du monde, soit réel, soit d'intention. Par l'élan de ces deux vertus, en effet, comme sur deux ailes d'or, si l'on peut dire, l'âme sainte, avec ardeur, prend son essor vers le ciel.
R/. Lætátus sum in his quæ dicta sunt mihi: * In domum Dómini íbimus. V/. Fiat pax in virtúte tua, et abundántia in túrribus tuis. * In domum. R/. Quelle joie quand on m'a dit: * Nous irons à la maison du Seigneur! V/. Que la paix règne dans tes murs, la prospérité à l'intérieur de tes remparts! * Nous irons.
Lectio II Lecture II
Sed enim, si vidétur, non prætereúndus est hic generosórum bellatórum armatúræ hábitus: dictióne scílicet explicándum quómodo tenére sóleant scutum fídei erga Deum, et religiósæ palæstræ dictatórem, quo omnem, ut sic loquar, infidelitátis et aversiónis cogitatiónem retúndant; et gládium Spíritus semper strictum téneant, quo voluntátis contraveniéntis sensum mactent; thoráces férreos mansuetúdinis et patiéntiæ índuant, quibus omnes contumélias, stímulos, et iácula verbórum repéllant. Gestent et gáleam salútis, prsidis, inquam, pro nobis assídue precántis teguméntum. Stent autem nullis compedíti vínculis líberi, alterúmque pedum ad obeúnda ministéria exténdant; álterum vero ad assíduam precatiónem immótum téneant. Toutefois, si vous le voulez bien, il ne faut pas omettre ici d'examiner la tenue d'armement de ces valeureux guerriers: il faut faire un petit exposé pour expliquer comment ils ont coutume de porter le bouclier de la foi, de la confiance en Dieu et en leur entraîneur au gymnase spirituel, et de s'en servir pour amortir, si je puis m'exprimer ainsi, toute pensée d'infidélité ou de désertion; et comment ils brandissent continuellement le glaive de l'Esprit, pour sacrifier les dispositions d'une volonté rebelle; comment ils revêtent les cuirasses d'airain de la douceur et de la patience, pour détourner toutes les insultes, les piques, et les javelots des paroles blessantes. Ils sont aussi coiffés d'un casque de salut: je veux parler du supérieur spirituel, notre protection par sa prière continuelle. Cependant ils se tiennent libres, embarrassés d'aucune entrave, et avancent un pied pour les services auxquels ils doivent se rendre; tandis qu'ils gardent l'autre immobile pour une prière assidue.
R/. Attendíte, pópule meus, legem meam; * Inclináte aurem vestram in verba oris mei. V/. Apériam in parábolis os meum, loquar propositiónes ab inítio sæculi. * Inclináte. R/. Écoute ma loi, ô mon peuple, * Tends l'oreille aux paroles de ma bouche. V/. J'ouvrirai la bouche pour une parabole, je publierai ce qui fut caché dès l'origine. * Tends l'oreille.
Lectio III Lecture III
Maióres nostri arma religiónis dixére psalmódiam; mœnia, preces; bálnea, sincéras lácrymas; sanctam vero obœdiéntiam confessiónem esse iudicárunt, sine qua nemo, vítiis obnóxius, ad Dei conspéctum admittétur. Nos pères ont dit que les armes de la religion se trouvent dans le chant des psaumes; ses remparts, dans les supplications; son bain, dans les larmes sincères, pures; mais la sainte obéissance, ils l'ont assimilée à la confession de foi; sans elle aucun être humain, esclave de ses vices, n'aura accès à la vision de Dieu.
R/. Adduxísti sanctos tuos in præparatiónem * Quam præparavérunt manus tuæ, Dómine. V/. Altária tua, Dómine virtútum, Rex meus et Deus meus; beáti qui hábitant in domo tua, * Quam. R/. Tu conduis tes fidèles dans la demeure * Que tu leur as préparée de tes mains, Seigneur. V/. Tes autels, Seigneur de l'univers, mon Roi et mon Dieu! Heureux les habitants de ta maison, * Que.
Lectio IV Lecture IV
Tota vi et víribus decertémus omnes, qui Dóminum timémus, ne in palstra virtútis versáti, inde pro virtútibus malítiam, vafrítiam, improbitátem, astútiam et iracúndiam reportémus. Nec est quod miréris si quandóque id usu veníre vídeas. Nam quámdiu inter privátos aut nautas, aut agrícolas degis, hostes tui regis non ita ácriter in te concitántur. At ubi te imperatóris tui insígnia indúere, scutum súmere, et gládium ac rhomphæam, arcum, sagum et vestem militárem conspéxerint; tum enímvero fréndere déntibus, omnibúsque víribus in te insúrgere et fúnditus pérdere conántur. Itaque semper in excúbiis vígiles persistámus. De toute notre vigueur, de toutes nos forces, combattons, nous tous qui craignons Dieu, de peur que, tout en vivant dans le gymnase de la vertu, nous retirions de là, au lieu de vertus, la méchanceté, la ruse, l'effronterie, la fourberie et la colère. Et il n'y a pas lieu d'être étonné si parfois tu vois cela se produire. Car tant que tu fais partie des civils, des matelots ou des cultivateurs, les ennemis de ton roi ne te provoquent pas trop fortement. Mais dès qu'ils s'aperçoivent que tu revêts les insignes de ton chef d'armée, que tu t'armes d'un bouclier, d'un glaive et d'une lance, d'un arc, d'une capote et d'un habit militaires; alors, en vérité, ils grincent des dents, et ils déploient toutes les forces de la violence pour t'assaillir et te perdre complètement. C'est pourquoi, demeurons toujours en faction pour assurer la veille.
R/. Comédite pínguia et bíbite mulsum et míttite partes eis qui non præparavérunt sibi: sanctus enim dies Dómini est; nolíte contristári: * Gáudium étenim Dómini est fortitúdo nostra. V/. Qui regis Israel, inténde, qui dedúcis velut ovem Ioseph, qui sedes super chérubim. * Gáudium. V/. Glória Patri. * Gáudium. R/. Mangez des viandes savoureuses, buvez des boissons douces, et envoyez une part à celui qui n'a rien de prêt: car ce jour est consacré à notre Dieu! Ne vous affligez pas: * La joie du Seigneur est notre rempart! V/. Berger d'Israël, écoute, toi qui conduis Joseph, ta brebis, toi qui trônes au-dessus des kéroubim. * La joie. V/. Gloire au Père. * La joie.
In tertio nocturno, anno B Troisième nocturne, année B
Léctio sancti Evangélii secúndum Marcum Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc
In illo témpore: Cum transcendísset Iesus in navi rursus trans fretum, convénit turba multa ad illum, et erat circa mare. Et réliqua. Jésus regagna en barque l'autre rive, et une grande foule s'assembla autour de lui. Il était au bord du lac. Et la suite.
Ex Commentário sancti Ephræm diáconi in Diatéssaron (Cap. 7, 3-5.9: CSCO 142, 66-68) Commentaire de saint Éphrem sur l'Évangile concordant
Lectio I Lecture I
Turbæ úndique circumdántes sunt et premunt te, et tu dicis: "Quis tétigit me?" Licet Simon Dómino nostro osténderet totam multitúdinem tángere eum, Dóminus tamen noster osténdit Simóni unam solam ex ómnibus tetigísse ipsum. Etsi enim omnes propter compriméntes turbas tangébant eum, tamen, pressa dolóribus, una sola tétigit eum in illa hora. Simon ergo accéssum hóminum ad Dóminum nostrum vóluit significáre Dómino nostro; Dóminus vero noster fidem, quæ accésserat ad ipsum, vóluit significáre Simóni. Les foules t'entourent de tous côtés et te pressent, et tu dis: " Qui m'a touché? " Simon indiquait à notre Seigneur que toute la foule le touchait, mais notre Seigneur indiqua à Simon qu'une seule parmi tous l'avait touché. Tous le touchaient à cause de la bousculade des foules: une seule, cependant, pressée de douleurs, l'avait réellement touché à cet instant. Simon avait voulu indiquer à notre Seigneur combien les gens le touchaient, mais notre Seigneur montra à Simon la foi qui l'avait touché.
R/. Unam pétii a Dómino, hanc requíram: ut inhábitem in domo Dómini * Omnibus diébus vitæ meæ. V/. Ut vídeam voluptátem Dómini et prótegar a templo sancto eius; * Omnibus diébus. R/. J'ai demandé une chose au Seigneur, la seule que je cherche: habiter la maison du Seigneur * Tous les jours de ma vie. V/. Pour admirer le Seigneur dans sa beauté, me réfugier dans son temple saint; * Tous les jours.
Lectio II Lecture II
Sed, licet multi tángerent illum, animadvérte necésse tamen fuísse ex multis qurere unam quæ tetígerat illum. Si ergo omnes tangébant illum, et ex his ómnibus de una inquisítio erat, maniféstum est eum omnes qui comprimébant eum cognovísse, quia ecce nec una ex ómnibus pótuit se abscóndere ab ipso. Et cum omnes mixtim, indiscriminátim tangéndo adírent eum, et ex his ómnibus unam solam visu quæsivísset, liquet, illum omnes sícuti hanc unam cognóscere, eo quod hanc unam quæ inter omnes non erat manifestáta, potúerat discérnere. Beaucoup le touchaient; remarque pourtant qu'il fut nécessaire de rechercher parmi beaucoup la seule qui l'avait réellement touché. Si donc tous le touchaient, et si parmi tous on en rechercha une, il est clair qu'il connaissait tous ceux qui le pressaient, puisque pas même une seule femme n'a pu lui être cachée. Et comme tous indistinctement s'approchaient de lui et le touchaient, et que du regard il en recherchait une seule parmi tous, il est clair qu'il les connaissait tous comme celle-ci, puisqu'il avait pu distinguer celle que rien ne distinguait des autres.
R/. Quam magna multitúdo dulcédinis tuæ, Dómine, * Quam abscondísti timéntibus te! V/. Perfecísti eis qui sperant in te, in conspéctu filiórum hóminum. * Quam abscondísti. R/. Qu'elle est grande, Seigneur, l'abondance de tes douceurs! * Tu la réserves à ceux qui te craignent. V/. Tu combles, au regard des hommes, ceux qui ont en toi leur espérance. * Tu la réserves.
Lectio III Lecture III
Licet enim multi in hac hora tángerent eum, tamen quasi hóminem tangébant eum; ídeo quæsíta est ista quæ tetígerat ipsum tamquam Deum, ut reprehénsi argueréntur ii qui tamquam hóminem tangébant eum. Unam ígitur quæ tetígerat eum cum ómnibus, separávit ex ómnibus, ut omnes uno verbo docéret, se nosse cur aut quómodo unusquísque ex eis tángeret ipsum. Qui ergo adíbat eum corporáliter, tactum corporálem percipiébat, et qui adíbat eum spiritáliter, per palpábilem humanitátem impalpábilem divinitátem palpábat. Qui adíbat eum tamquam hóminem, palpatiónem humanitátis inveniébat in eo, et qui adíbat eum tamquam Deum, thesáuros sanatiónis dolórum suórum inveniébat. Beaucoup le touchaient à ce moment, mais comme un homme; on chercha celle qui l'avait touché comme Dieu, pour dénoncer et réprimander ceux qui le touchaient comme un homme. Il sépara de tous une seule femme qui l'avait touché avec tous, afin d'enseigner à tous, par un seul mot, qu'il savait pourquoi et comment chacun le touchait. Celui donc qui s'approchait de lui corporellement éprouvait un contact corporel, et celui qui s'approchait spirituellement touchait, à travers l'humanité palpable, la divinité impalpable. Celui qui s'approchait de lui comme d'un homme, entrait en contact avec son humanité, et celui qui s'approchait de lui comme de Dieu, trouvait des trésors de guérison pour ses douleurs.
R/. Fiat manus tua ut salvum me fáciat, quia mandáta tua elégi. * Concupívi salutáre tuum, Dómine. V/. Errávi sicut ovis quæ períerat; requíre servum tuum, Dómine, quia mandáta tua non sum oblítus. * Concupívi. R/. Que ta main vienne à mon aide, car j'ai choisi tes préceptes. * J'ai le désir de ton salut, Seigneur! V/. Je m'égare, brebis perdue: viens chercher ton serviteur, je n'oublie pas tes volontés. * J'ai le désir.
Lectio IV Lecture IV
Quare dixit Dóminus noster: Quis tétigit me? Ut cognósceret ea quæ cognóverat sanatiónem suam Dóminum cognóscere fidem ipsíus. Ergo ex recuperáta salúte sua cognóvit illum ipsum esse médicum ómnium, et ex interrogatióne eius cognóvit illum ipsum esse scrutatórem ómnium. Sed cum vidísset ista, ait evangelísta, étiam hoc non esse abscónditum illi, ídeo opinándo opinabátur impossíbile esse ut áliquid latéret eum. Ideo osténdit ei Dóminus noster nihil abscóndi sibi, ne ista decépta ab eo discéderet. Cum ítaque præter hoc didicísset, Dóminum sanáre plagas visíbiles, dídicit íterum rerum occultárum cónscium esse illum. Pourquoi le Seigneur a-t-il dit: Qui m'a touché? C'était afin que celle qui avait perçu sa guérison sût que le Seigneur connaissait sa foi. Par sa santé retrouvée, elle sut qu'il était le médecin de tous, et par sa question elle reconnut qu'il était celui qui scrute tout: Mais comme elle avait vu que cela même, dit l'évangéliste, ne lui était pas caché, elle pensait en elle-même qu'il était impossible que rien lui fût caché. Aussi notre Seigneur lui montra-t-il que rien ne lui était caché, afin qu'elle ne le quittât pas déçue. Elle avait appris que le Seigneur guérissait les plaies visibles; elle apprit en outre qu'il était conscient des choses cachées.
R/. Duo séraphim clamábant alter ad álterum: * Sanctus, Sanctus, Sanctus Dóminus Deus Sábaoth; * Plena est omnis terra glória eius. V/. Tres sunt qui testimónium dant in cælo, Pater, Verbum, et Spíritus Sanctus: et hi tres Unum sunt. * Sanctus. V/. Glória Patri. * Plena est. R/. Deux anges flamboyants se criaient l'un à l'autre: * Il est Saint! Il est Saint! Il est Saint, le Seigneur, Dieu de l'univers! * Toute la terre est remplie de sa gloire. V/. Ils sont trois qui rendent témoignage dans le ciel, le Père, le Verbe, et l'Esprit Saint: et les trois sont Un seul. * Il est Saint. V/. Gloire au Père. * Toute la terre.