Vigiles (OSB) du mardi 3 juillet 2018 - St Thomas, apôtre

Hebdomada XIII per annum XIIIème semaine dans l'année
Feria III Mardi
S. Thomae, apostoli St Thomas, apôtre
Festum Fête
éditer éditer
In primo nocturno, utroque anno Premier nocturne, années I et II
De Epístula prima beáti Pauli apóstoli ad Corínthios De la première lettre de saint Paul aux Corinthiens
Lectio I Lecture I
Sic nos exístimet homo ut minístros Christi et dispensatóres mysteriórum Dei. Hic iam quæritur inter dispensatóres, ut fidélis quis inveniátur. Mihi autem pro mínimo est ut a vobis iúdicer aut ab humáno die. Sed neque meípsum iúdico; nihil enim mihi cónscius sum, sed non in hoc iustificátus sum. Qui autem iúdicat me, Dóminus est! Itaque nolíte ante tempus quidquam iudicáre, quoadúsque véniat Dóminus, qui et illuminábit abscóndita tenebrárum et manifestábit consília córdium; et tunc laus erit unicuíque a Deo. Qu'on nous regarde donc comme des serviteurs du Christ et des intendants des mystères de Dieu. Or, ce qu'en fin de compte on demande à des intendants, c'est que chacun soit trouvé fidèle. Pour moi, il m'importe fort peu d'être jugé par vous ou par un tribunal humain. Bien plus, je ne me juge pas moi-même. Ma conscience, il est vrai, ne me reproche rien, mais je n'en suis pas justifié pour autant; mon juge, c'est le Seigneur. Ainsi donc, ne portez pas de jugement prématuré. Laissez venir le Seigneur; c'est lui qui éclairera les secrets des ténèbres et rendra manifestes les desseins des cœurs. Et alors chacun recevra de Dieu la louange qui lui revient.
R/. Ecce ego mitto vos sicut oves in médio lupórum, dicit Dóminus; * Estóte ergo prudéntes sicut serpéntes et símplices sicut colúmbæ. V/. Dum lucem habétis, crédite in lucem, ut fílii lucis sitis, dicit Dóminus. * Estóte. R/. Voici que je vous envoie comme des brebis au milieu des loups, dit le Seigneur; * Soyez donc adroits comme les serpents, et candides comme les colombes. V/. Pendant que vous avez la lumière, croyez en la lumière: vous serez alors des hommes de lumière, dit le Seigneur. * Soyez donc.
Lectio II Lecture II
Hæc autem, fratres, transfigurávi in me et Apóllo propter vos, ut in nobis discátis illud: "Ne supra quæ scripta sunt", ne unus pro álio inflémini advérsus álterum. Quis enim te discérnit? Quid autem habes, quod non accepísti? Si autem accepísti, quid gloriáris, quasi non accéperis? En tout cela, frères, je me suis pris comme exemple avec Apollos à cause de vous, pour que vous appreniez, en nos personnes, la maxime: " Rien au-delà de ce qui est écrit ", afin que vous ne vous gonfliez pas d'orgueil en prenant le parti de l'un contre l'autre. Qui donc en effet te distingue? Qu'as-tu que tu n'aies reçu? Et si tu l'as reçu, pourquoi te glorifier comme si tu ne l'avais pas reçu?
R/. Tóllite iugum meum super vos, dicit Dóminus, et díscite quia mitis sum et húmilis corde; * Iugum enim meum suáve est, et onus meum leve. V/. Et inveniétis réquiem animábus vestris. * Iugum. R/. Prenez sur vous mon joug, dit le Seigneur; apprenez que je suis doux et humble de cœur; * Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. V/. Et vous trouverez le repos véritable. * Oui.
Lectio III Lecture III
Iam saturáti estis, iam dívites facti estis. Sine nobis regnástis; et útinam regnarétis, ut et nos vobíscum regnarémus. Puto enim, Deus nos apóstolos novíssimos osténdit tamquam morti destinátos, quia spectáculum facti sumus mundo et ángelis et homínibus. Nos stulti propter Christum, vos autem prudéntes in Christo; nos infírmi, vos autem fortes; vos gloriósi, nos autem ignóbiles. Usque in hanc horam et esurímus et sitímus et nudi sumus et cólaphis cædimur et instábiles sumus et laborámus operántes mánibus nostris; maledícti benedícimus, persecutiónem passi sustinémus, blasphemáti obsecrámus; tamquam purgaménta mundi facti sumus, ómnium peripséma, usque adhuc. Déjà, vous êtes rassasiés! déjà vous vous êtes enrichis! sans nous, vous êtes devenus rois! Ah! que ne l'êtes-vous donc, rois, pour que nous partagions, nous aussi, votre royauté! Car Dieu, ce me semble, nous a, nous les apôtres, exhibés au dernier rang, comme des condamnés à mort; oui, nous avons été livrés en spectacle au monde, aux anges et aux hommes. Nous sommes fous, nous, à cause du Christ, mais vous, vous êtes prudents dans le Christ; nous sommes faibles, mais vous, vous êtes forts; vous êtes à l'honneur, mais nous dans le mépris. Jusqu'à l'heure présente, nous avons faim, nous avons soif, nous sommes nus, maltraités et errants; nous nous épuisons à travailler de nos mains. On nous insulte et nous bénissons; on nous persécute et nous l'endurons; on nous calomnie et nous consolons. Nous sommes devenus comme l'ordure du monde, jusqu'à présent l'universel rebut.
R/. Dum stetéritis ante reges et præsides, nolíte cogitáre quómodo aut quid loquámini; * Dábitur enim vobis in illa hora quid loquámini. V/. Non enim vos estis, qui loquímini, sed Spíritus Patris vestri, qui lóquitur in vobis. * Dábitur. R/. Lorsque vous serez accusés, debout devant les rois et les gouverneurs, ne vous tourmentez pas pour savoir ce que vous direz ni comment vous le direz: * Ce que vous aurez à dire vous sera donné à cette heure-là. V/. Car ce n'est pas vous qui parlerez, c'est l'Esprit de votre Père qui parlera en vous. * Ce que.
Lectio IV Lecture IV
Non ut confúndam vos, hæc scribo, sed ut quasi fílios meos caríssimos móneam; nam si decem mília pædagogórum habeátis in Christo, sed non multos patres, nam in Christo Iesu per evangélium ego vos génui. Rogo ergo vos: imitatóres mei estóte! Ce n'est pas pour vous confondre que j'écris cela; c'est pour vous avertir comme mes enfants bien-aimés. Auriez-vous en effet des milliers de pédagogues dans le Christ, que vous n'avez pas plusieurs pères; car c'est moi qui, par l'Évangile, vous ai engendrés dans le Christ Jésus. Je vous en prie donc, montrez-vous mes imitateurs.
R/. Vidi coniúnctos viros, habéntes spléndidas vestes, et ángelus Dómini locútus est ad me, dicens: * Isti sunt viri sancti facti amíci Dei. V/. Vidi ángelum Dei volántem per médium cælum, voce magna clamántem et dicéntem: * Isti sunt. V/. Glória Patri. * Isti sunt. R/. Je vis une réunion d'hommes qui portaient des tuniques somptueuses; un ange du Seigneur me dit alors: * Voici des hommes saints, des amis de Dieu! V/. Je vis un ange de Dieu qui volait au zénith; il proclamait d'une voix forte: * Voici. V/. Gloire au Père. * Voici.
éditer éditer
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Tractátibus sancti Augustíni epíscopi in Epístulam primam Ioánnis (Tract. 3, 1-2: SC 75, 186-188) Traité de saint Augustin sur la première Lettre de saint Jean
Lectio I Lecture I
Corde contíngere Iesum spiritáliter, hoc est cognóscere quia æquális est Patri. Proptérea et Maríam prohibébat se tángere, et dicébat ei: Noli me tángere, nondum enim ascéndi ad Patrem. Quid est hoc? Discípulis se palpándum præbuit, et Maríæ contáctum vitávit? Nonne ipse est qui dubitánti discípulo dixit: Mitte dígitos et palpa cicatríces? Numquid iam ad Patrem ascénderat? Toucher Jésus spirituellement par le cœur, c'est connaître qu'il est égal au Père. Voilà pourquoi il défendait à Marie de le toucher et lui disait: Ne me touche pas, car je ne suis pas encore remonté vers mon Père. Qu'est-ce à dire? Il se laisse toucher par ses disciples et il se dérobe aux mains de Marie? Au disciple qui doutait encore, n'est-ce pas lui qui a dit: Mets ici tes doigts, et touche mes cicatrices? Était-il déjà remonté vers le Père?
R/. Isti sunt triumphatóres et amíci Dei, qui, contemnéntes iussa príncipum, meruérunt præmia ætérna; * Modo coronántur et accípiunt palmam. V/. Isti sunt qui venérunt ex magna tribulatióne et lavérunt stolas suas in sánguine Agni. * Modo. R/. Voici les triomphateurs, les amis de Dieu: pour avoir méprisé les exigences des princes, ils ont gagné des trésors éternels; * Désormais couronnés, ils remportent la palme! V/. Ils viennent de la grande épreuve, ils ont lavé leurs vêtements et les ont purifiés dans le sang de l'Agneau. * Désormais.
Lectio II Lecture II
Quare ergo Maríam próhibet et dicit: Noli me tángere; nondum enim ascéndi ad Patrem? An hoc dictúri sumus quod a viris se tangi non tímuit, et a muliéribus tangi tímuit? Contáctus illíus omnem carnem mundat. Pourquoi dès lors cette défense faite à Marie, et pourquoi lui dire: Ne me touche pas, je ne suis pas encore remonté vers mon Père? Dirons-nous qu'il n'a pas craint de se laisser toucher par des hommes et qu'il a craint de se laisser toucher par des femmes? Mais son contact purifie toute chair!
R/. Isti sunt qui, vivéntes in carne, plantavérunt Ecclésiam sánguine suo; non sunt de terris córpora eórum separáta * Quorum mérita sunt in cælis, ánimæ sanctórum coæquáles. V/. In omnem terram exívit sonus eórum et in fines orbis terræ verba eórum. * Quorum. R/. Voici des hommes qui ont planté l'Église et l'ont arrosée de leur sang alors qu'ils vivaient ici-bas. Leurs corps sont restés semés en terre, * Tandis qu'ils ont aux cieux leur salaire, car ils partagent le sort des saints. V/. Sur toute la terre en paraît le message et la nouvelle, aux limites du monde; * Tandis qu'ils.
Lectio III Lecture III
Quibus primo vóluit manifestári, ab his se tímuit contrectári? Nonne viris resurréctio eius per féminas nuntiáta est, ut contrária arte serpens vincerétur? Quia enim ille mortem primo hómini per féminam nuntiávit; et viris vita per féminam nuntiáta est. Elles, les premières à qui il a voulu se manifester, il aurait craint de se laisser toucher par elles! Les femmes ne furent-elles pas les premières messagères de sa résurrection auprès des hommes, afin que le serpent fût vaincu par sa propre manœuvre jouant en sens contraire? Car c'est par la femme que le serpent fit parvenir au premier homme un message de mort, et c'est par la femme qu'est venu aux hommes le message de vie.
R/. Isti sunt viri sancti, quos elégit Dóminus in caritáte non ficta, et dedit illis glóriam sempitérnam; * Quorum doctrína fulget Ecclésia ut sole luna. V/. Sancti per fidem vicérunt regna, operáti sunt iustítiam. * Quorum doctrína. R/. Voici les saints hommes que le Seigneur s'est choisis dans son amour indéfectible: il leur a donné une gloire éternelle; * L'Église est irradiée par leur enseignement, comme la lune par le soleil. V/. Grâce à leur foi, les saints ont vaincu des royaumes, pratiqué la justice. * L'Église.
Lectio IV Lecture IV
Quare ergo se tangi nóluit, nisi quia contáctum illum spiritálem intéllegi vóluit? Contáctus spiritális est de corde mundo. Ille attíngit de corde mundo Christum, qui eum intéllegit Patri coæquálem. Qui autem nondum intéllegit divinitátem Christi, usque ad carnem venit, usque ad divinitátem non venit. Quid autem magnum est, usque illuc attíngere, usque quo persecutóres qui crucifixérunt? Illud est magnum, intellégere Verbum Deum apud Deum in princípio, per quod facta sunt ómnia: qualem se cognósci volébat, quando ait Philíppo: Tanto témpore vobíscum sum, et non cognovístis me, Philíppe? Qui videt me, videt et Patrem. Pourquoi donc le Christ n'a-t-il pas voulu se laisser toucher, sinon pour nous faire entendre ce qu'est le toucher spirituel? Le toucher spirituel est celui d'un cœur pur. Celui-là touche le Christ d'un cœur pur, qui comprend qu'il est égal au Père. Celui qui, au contraire, n'a pas encore compris que le Christ est Dieu, va jusqu'à la chair, ne va pas jusqu'à la divinité. Est-ce un grand mérite d'aller, dans la connaissance du Christ, jusqu'où sont allés les bourreaux qui le crucifièrent? Ce qui est un grand mérite, c'est de comprendre qu'il est le Verbe, Dieu auprès de Dieu dès le commencement, Créateur de toutes choses. Il voulait être reconnu pour tel, quand il dit à Philippe: Depuis si longtemps je suis avec vous, et vous ne me connaissez pas, Philippe? Qui me voit, voit aussi mon Père.
R/. Cives apostolórum et domestíci Dei advenérunt hodie, portántes pacem, illuminántes pátriam, * Dare pacem géntibus et liberáre pópulum Dómini. V/. In omnem terram exívit sonus eórum et in fines orbis terræ verba eórum. * Dare. V/. Glória Patri. * Dare. R/. Les concitoyens des apôtres, les membres de la famille de Dieu, sont venus aujourd'hui apporter la paix, illustrer leur patrie, * Offrir aux nations la paix, au peuple du Seigneur, la liberté. V/. Sur toute la terre en paraît le message et la nouvelle, aux limites du monde. * Offrir. V/. Gloire au Père. * Offrir.
éditer éditer
In tertio nocturno, anno B Troisième nocturne, année B
Léctio sancti Evangélii secúndum Ioánnem Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean
Thomas, unus ex Duódecim, qui dícitur Dídymus, non erat cum eis quando venit Iesus. Et réliqua. L'un des Douze, Thomas (dont le nom signifie "jumeau"), n'était pas avec les disciples quand Jésus était venu. Et la suite.
Ex Sermónibus sancti Petri Chrysólogi epíscopi (Sermo 84: PL 52, 438) Sermon de saint Pierre Chrysologue
Lectio I Lecture I
Nisi vídero fixúram clavórum et mísero manum meam in latus eius, non credam. Cur Thomas vestígia fídei sic requírit? Cur tam pie patiéntem, tam dure díscutit resurgéntem? Cur ea vúlnera, quæ manus infíxit ímpia, devóta déxtera sic resúlcat? Cur latus, quod ímpii mílitis láncea patefécit, refódere manus nítitur obsequéntis? Cur dolóres persecutórum furóribus irrogátos, famulántis curiósitas rénovat immítis? Cur torméntis Dóminum, cur pœnis Deum, cur cæléstem médicum probatúrus de vúlnere discípulus sic requírit? Si je ne vois pas la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas! Pourquoi Thomas recherche-t-il ainsi des signes de crédibilité? Pourquoi examine-t-il avec tant de ferveur le Christ éprouvé, avec tant de rigueur le Christ ressuscité? Les blessures imprimées par une main sans respect, pourquoi une main pieuse veut-elle les raviver? Le côté ouvert par la lance d'un soldat impie, pourquoi la main d'un apôtre aimant s'efforce-t-elle de le rouvrir? Les souffrances infligées par la violence des persécuteurs, pourquoi la curiosité d'un familier dénué de retenue veut-telle les ranimer? Pourquoi le disciple recherche-t-il ainsi pour s'en convaincre, par les traces des tortures, son Seigneur; des tourments, son Dieu; des blessures, le médecin céleste?
R/. Constítues eos príncipes super omnem terram. Mémores erunt nóminis tui, Dómine, * In omni progénie et generatióne. V/. Proptérea pópuli confitebúntur tibi in ætérnum, et in sæculum sæculi, * In. R/. Sur toute l'étendue de la terre, tu feras d'eux des princes. Ils feront vivre ton nom, Seigneur, * Parmi toutes les nations, à travers tous les âges. V/. Ainsi les peuples te rendront grâce, toujours, à jamais! * Parmi.
Lectio II Lecture II
Cecidit potéstas diáboli, patefáctus est carcer inférni, disrúpta sunt víncula mortuórum, moriénte Dómino sunt evúlsa monuménta, et resurgénte Dómino tota mortis est mutáta condítio. Ab ipso Dómini sacratíssimo sepúlcro lapis revolútus est, linteámina resolúta sunt, et resurgéntis ad glóriam mors fugit, vita rédiit, caro ámplius casum nescitúra surréxit. Il est tombé, le pouvoir du diable; elle s'est ouverte, la prison des enfers; les chaînes qui enserraient les morts sont brisées. À la mort du Seigneur, les tombeaux sont détruits; à la résurrection du Seigneur, la condition mortelle est entièrement transformée. La pierre qui fermait le saint sépulcre même du Seigneur, a été roulée hors de l'entrée; les bandelettes ont été détachées; et la mort s'enfuit devant la gloire du Ressuscité; la vie revient, la nature humaine ressuscite pour ne plus connaître la chute.
R/. Non vos me elegístis, sed ego elégi vos et pósui vos, ut eátis et fructum afferátis, * Et fructus vester máneat, allelúia, allelúia. V/. Non enim vos estis, qui loquímini, sed Spíritus Patris vestri, qui lóquitur in vobis. * Et fructus. R/. Ce n'est pas vous qui m'avez choisi, c'est moi qui vous ai choisis, établis, afin que vous partiez, que vous donniez du fruit, et * Afin que votre fruit demeure, alléluia, alléluia! V/. Car ce n'est pas vous qui parlerez, c'est l'Esprit de votre Père qui parlera en vous, * Afin que.
Lectio III Lecture III
Et cur tibi soli, Thoma, sola vúlnera præsentári ad indícium fídei, nimis cállidus explorátor, expóstulas? Quid si ista cum áliis abólita fuíssent, quod perículum fídei tuæ curiósitas ista peperísset? Nulla pietátis monuménta, nulla domínicæ resurrectiónis inveníri æstimas potuísse documénta, nisi mánibus tuis sulcáres crudelitáte exaráta sic víscera? Quæsívit, fratres, píetas ista, exégit ista devótio, ut resurrexísse Dóminum nec ipsa in pósterum dubitáret impíetas. Et pourquoi, Thomas, solliciter pour toi seul, que te soient montrées les seules blessures, comme indices de crédibilité, ô scrutateur trop habile? Et si jamais les marques de ces blessures avaient été abolies avec les autres, quel danger cette curiosité n'aurait-elle pas fait courir à ta foi? Tu estimes que tu n'aurais pu découvrir aucune marque d'amour, ni aucun indice de la résurrection du Seigneur, sans rouvrir de tes propres mains les plaies creusées par la cruauté? Mais cette piété filiale, mes frères, ce qu'elle recherchait, ce religieux amour, ce qu'il réclamait, c'est qu'à l'avenir, pas même l'impiété des hommes ne vienne à douter de la résurrection du Seigneur.
R/. Non sunt loquélæ neque sermónes, quorum non audiántur voces eórum; * In omnem terram exívit sonus eórum et in fines orbis terræ verba eórum. V/. Nimis honoráti sunt amíci tui, Deus; nimis confortátus est principátus eórum. * In. R/. Point de paroles ni de récits qui ne fassent résonner leurs voix; * Sur toute la terre en paraît le message et la nouvelle, aux limites du monde. V/. Comme elle est grande, ô mon Dieu, la gloire de tes amis; comme elle est assurée, leur suprématie! * Sur.
Lectio IV Lecture IV
Sed Thomas non solum cordis sui, sed ómnium hóminum curábat incértum; et prædicatúrus hæc in géntibus, quemádmodum tantæ fídei astrúeret sacraméntum exsecútor strénuus perquirébat. Certe prophetía magis quam cunctátio fuit. Nam cur tália péteret, nisi a Dómino ad indícium resurrectiónis suæ serváta sola vúlnera prophetáli spíritu cognovísset? Dénique sponte præstitit céteris, quod iste tárdius implórat. Venit, inquit, Iesus et stetit in médio et osténdit eis manus et latus. Car Thomas guérissait ainsi non seulement l'incrédulité de son cœur, mais celle de tous les humains; et, lui qui devait plus tard prêcher ces événements aux païens, persévérait avec zèle à rechercher comment établir les bases du mystère d'un si grand article de foi. Assurément, ce fut là une prophétie, plutôt qu'une hésitation dans la foi. Car, pourquoi aurait-il fait de telles demandes, s'il n'avait pas su, en esprit de prophétie, que le Seigneur avait gardé ses seules plaies, comme gage de sa résurrection? Enfin, spontanément le Seigneur accorda aux autres, ce que celui-ci implore un peu plus tard: Jésus vint, et il était là au milieu d'eux; et il leur montra ses mains et son côté.
R/. Ibant apóstoli gaudéntes a conspéctu concílii, * Quóniam digni hábiti sunt pro nómine Iesu contuméliam pati. V/. Non sunt loquélæ neque sermónes, quorum non audiántur voces eórum. * Quóniam. V/. Glória Patri. * Quóniam. R/. Les apôtres, en sortant du grand conseil, repartaient tout joyeux * D'avoir été jugés dignes de subir des humiliations pour le nom de Jésus. V/. Point de paroles ni de récits où ne s'entendent leurs voix, leurs déclarations * D'avoir. V/. Gloire au Père. * D'avoir.