Vigiles (OSB) du mercredi 4 juillet 2018 - de la férie

Hebdomada XIII per annum XIIIème semaine dans l'année
Feria IV Mercredi
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
Lectio Lecture
De libro Nehemíæ Du livre de Néhémie
In die vicésimo quarto mensis convenérunt fílii Israel in ieiúnio et in saccis, et humus super eos. Et separátum est semen filiórum Israel ab omni alienígena; et stetérunt et confitebántur peccáta sua et iniquitátes patrum suórum. Et dixérunt Levítæ: Le vingt-quatrième jour du septième mois, les Israélites, revêtus de sacs et la tête couverte de poussière, se rassemblèrent pour un jeûne. La race d'Israël se sépara de tous les gens de souche étrangère: debout, ils confessèrent leurs péchés et les iniquités de leurs pères. Et les lévites dirent:
"Súrgite, benedícite Dómino Deo vestro ab ætérno usque in ætérnum, et benedícant nómini glóriæ tuæ excélso super omnem benedictiónem et laudem. Tu ipse, Dómine, solus; tu fecísti cælum et cælum cælórum et omnem exércitum eórum, terram et univérsa quæ in ea sunt, mária et ómnia quæ in eis sunt; et tu vivíficas ómnia hæc, et exércitus cæli te adórat." " Levez-vous, bénissez le Seigneur votre Dieu! " Béni sois-tu, Seigneur notre Dieu, d'éternité en éternité! Et qu'on bénisse ton Nom de gloire qui surpasse toute bénédiction et louange! C'est toi, le Seigneur, qui es l'Unique! Tu fis les cieux, les cieux des cieux et toute leur armée, la terre et tout ce qu'elle porte, les mers et tout ce qu'elles renferment. Tout cela, c'est toi qui l'animes et l'armée des cieux devant toi se prosterne.
"Tu ipse, Dómine Deus, qui elegísti Abram et eduxísti eum de Ur Chaldæórum et posuísti nomen eius Abraham. Et invenísti cor eius fidéle coram te et percussísti cum eo fœdus, ut dares terram Chanani, Hetthæi et Amorri et Pherezæi et Iebusi et Gergesæi, nempe ut dares sémini eius; et implésti verba tua, quóniam iustus es. Et vidísti afflictiónem patrum nostrórum in Ægýpto clamorémque eórum audísti iuxta mare Rubrum. Et dedísti signa atque porténta in pharaóne et in univérsis servis eius et in omni pópulo terræ illíus; cognovísti enim quia supérbe égerant contra eos et fecísti tibi nomen, sicut et in hac die. Et mare divisísti ante eos, et transiérunt per médium maris in sicco; persecutóres autem eórum proiecísti in profúndum, quasi lápidem in aquas válidas. Et in colúmna nubis ductor eórum fuísti per diem et in colúmna ignis per noctem, ut illumináret eis viam per quam ingrediebántur. Ad montem quoque Sínai descendísti et locútus es cum eis de cælo; et dedísti eis iudícia recta et legem rectam, mandáta et præcépta bona." Tu es le Seigneur, Dieu, qui fis choix d'Abram, le tiras d'Ur en Chaldée et lui donnas le nom d'Abraham. Trouvant son cœur fidèle devant toi, tu fis alliance avec lui, pour lui donner le pays du Cananéen, du Hittite et de l'Amorite, du Perizzite, du Jébuséen et du Girgashite, à lui et à sa postérité. Et tu as tenu tes promesses, car tu es juste. Tu vis la détresse de nos pères en Égypte, tu entendis leur cri près la mer des Roseaux. Tu opéras signes et prodiges contre Pharaon, tous ses valets et tout le peuple de son pays; car tu savais quelle fut envers eux leur arrogance. Tu t'acquis un renom qui dure encore. La mer, tu l'ouvris devant eux: ils passèrent au milieu de la mer à pied sec. Dans les abîmes tu précipitas leurs poursuivants, telle une pierre dans des eaux impétueuses. Par une colonne de nuée, tu les guidas le jour; la nuit, par une colonne de feu, pour illuminer devant eux la voie où ils chemineraient. Tu es descendu sur le mont Sinaï, et du ciel leur as parlé; et tu leur as donné des ordonnances justes, des lois sûres, des préceptes et des commandements excellents.
"Tu autem Deus propítius, clemens et miséricors, longánimis et multæ miseratiónis, non dereliquísti eos. Et quidem, cum fecíssent sibi vítulum conflátilem et dixíssent: "Iste est Deus tuus qui edúxit te de Ægýpto" fecerúntque blasphémias magnas; tu autem in misericórdiis tuis multis non dimisísti eos in desérto: colúmna nubis non recéssit ab eis per diem, ut dúceret eos in viam; et colúmna ignis per noctem, ut illumináret eis iter per quod ingrederéntur. Et spíritum tuum bonum dedísti, qui docéret eos, et manna tuum non prohibuísti ab ore eórum et aquam dedísti eis in siti eórum. Quadragínta annis pavísti eos in desérto, nihílque eis défuit; vestiménta eórum non inveteravérunt, et pedes eórum non intumuérunt." Mais tu es le Dieu des pardons, plein de pitié et de tendresse, lent à la colère et riche en bonté: tu ne les as pas abandonnés! Même quand ils se fabriquèrent un veau de métal fondu, déclarèrent: " C'est là ton Dieu qui t'a fait monter d'Égypte! " et commirent de grands blasphèmes, toi, dans ton immense tendresse, tu ne les as pas abandonnés au désert: la colonne de nuée ne s'écarta point d'eux pour les guider de jour sur la route, ni la colonne de feu la nuit, pour illuminer devant eux la route où ils chemineraient. Tu leur as donné ton bon esprit pour les rendre sages, tu n'as pas retenu ta manne loin de leur bouche et tu leur as fourni l'eau pour leur soif. Quarante ans tu en pris soin au désert: ils ne manquèrent de rien, ni leurs habits ne s'usèrent, ni leurs pieds n'enflèrent.
R/. Qui persequebántur pópulum tuum, Dómine, demersísti eos in profúndum; * Et in colúmna nubis ductor eórum fuísti, Dómine. V/. Exclamavérunt fílii Israel in angústia sua ad Dóminum, et misit eis salvatórem. * Et in colúmna. V/. Glória Patri. * Et in colúmna. R/. Ceux qui étaient lancés à la poursuite de ton peuple, Seigneur, tu les as engloutis dans les abîmes de la mer; * Et tu guidais toi-même les tribus d'Israël, Seigneur, par une colonne de nuée. V/. Dans leur angoisse, les enfants d'Israël ont crié vers le Seigneur, et il leur a envoyé un sauveur. * Et tu guidais. V/. Gloire au Père. * Et tu guidais.
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Lectio Lecture
Ex Tractátu sancti Cypriáni epíscopi et mártyris De cathólicæ Ecclésiæ unitáte (Nn. 12-13: CCL 3A, 257-259) Traité de saint Cyprien sur l'unité de l'Église catholique
Non de se quidam vana interpretatióne decípiant, quod díxerit Dóminus: Ubicúmque fúerint duo aut tres collécti in nómine meo, ego cum eis sum. Corruptóres evangélii atque intérpretes falsi extréma ponunt et superióra prætéreunt, partis mémores et partem súbdole compriméntes: ut ipsi ab Ecclésia scissi sunt, ita capítuli uníus senténtiam scindunt. Dóminus enim cum discípulis suis unanimitátem suáderet et pacem: Dico, inquit, vobis quóniam si duóbus ex vobis convénerint in terra, de omni re, quamcúmque petiéritis, contínget vobis a Patre meo qui in cælis est. Ubicúmque enim fúerint duo aut tres collécti in nómine meo, ego cum eis sum, osténdens non multitúdini sed unanimitáti deprecántium plúrimum tríbui. Qu'on n'aille pas se leurrer de vaines exégèses, sous prétexte que le Seigneur a dit: Que deux ou trois soient réunis en mon nom, je suis au milieu d'eux. Ils corrompent l'Évangile et l'interprètent mal, ceux qui n'y prennent que les derniers mots et laissent tomber les premiers, qui se souviennent d'un passage de l'Écriture et en escamotent sournoisement un autre. De même qu'ils se sont retranchés de l'Église, ils retranchent de l'Écriture le sens de certains versets. Le Seigneur, en effet, pour recommander à ses disciples d'avoir un seul cœur et une seule âme, leur avait dit: Je vous le dis en vérité, si deux d'entre vous sur la terre unissent leurs voix pour demander quoi que ce soit, cela leur sera accordé par mon Père qui est aux cieux. Que deux ou trois soient réunis en mon nom, je suis là au milieu d'eux. Il montre ainsi que ce n'est pas au grand nombre, mais à l'unanimité de ceux qui prient, que sont accordées les grâces les plus nombreuses.
Si duóbus, inquit, ex vobis convénerint in terra: unanimitátem prius pósuit, concórdiam pacis ante præmísit; ut convéniat nobis, fidéliter et fírmiter dócuit. Quómodo autem potest ei cum áliquo conveníre, cui cum córpore ipsíus Ecclésiæ et cum univérsa fraternitáte non cónvenit? Quómodo possunt duo aut tres in nómine Christi cólligi, quos constet a Christo et ab eius evangélio separári? Non enim nos ab illis, sed illi a nobis recessérunt et cum hreses et schísmata póstmodum nata sint, dum conventícula sibi divérsa constítuunt, veritátis caput atque oríginem reliquérunt. Si deux d'entre vous sur la terre unissent leurs voix. Le Christ met en premier l'unité des âmes, il met en avant la concorde et la paix. Que nous soyons d'accord, voilà ce qu'il a fidèlement et fermement enseigné. Or, comment peut-il être d'accord avec un autre, celui qui n'est pas d'accord avec le corps de l'Église elle-même et avec l'ensemble des frères? Comment deux ou trois peuvent-ils se réunir au nom du Christ, quand il est constant qu'ils sont séparés du Christ et de son Évangile? En effet, nous n'avons pas rompu avec eux, mais eux se sont séparés de nous. Les hérésies et les schismes sont nés après coup. En se constituant en groupes distincts, ils ont abandonné la source et l'origine de la vérité.
Dóminus autem de Ecclésia sua lóquitur et ad hos qui sunt in Ecclésia lóquitur, ut si ipsi concórdes fúerint, si secúndum quod mandávit et mónuit duo aut tres licet collécti unanímiter oráverint, duo aut tres licet sint, impetráre possint de Dei maiestáte quod póstulant. Ideo et cum orándi legem daret, áddidit dicens: Et cum stetéritis ad oratiónem, remíttite si quid habétis advérsus áliquem, ut et Pater vester qui in cælis est remíttat peccáta vobis, et ad sacrifícium cum dissensióne veniéntem révocat ab altári et iubet prius concordáre cum fratre, tunc cum pace redeúntem Deo munus ófferre, quia nec ad Cain múnera respéxit Deus: neque enim habére pacátum Deum póterat qui cum fratre pacem per zeli discórdiam non habébat. Or, le Seigneur parle de son Église, il parle à ceux qui sont dans l'Église: s'ils sont d'accord entre eux; s'ils font leur prière conformément aux recommandations et aux avis du Seigneur, c'est-à-dire même si à deux ou trois seulement ils prient d'une seule âme, même à deux ou trois seulement, ils peuvent obtenir de la majesté de Dieu ce qu'ils demandent. C'est pour cela que, fixant la loi de la prière, il ajouta cette parole: Quand vous êtes debout pour prier, si vous avez quelque chose contre quelqu'un, pardonnez, afin que votre Père qui est aux cieux vous pardonne lui aussi vos péchés. Et celui qui se présente au sacrifice avec des sentiments de discorde, il l'écarte de l'autel et lui ordonne de se réconcilier d'abord avec son frère, et de revenir alors seulement avec la paix pour faire son offrande. Car Dieu n'a pas non plus jeté les yeux sur les présents de Caïn: celui-ci ne put trouver un Dieu apaisé, alors qu'il n'était pas en paix avec son frère à cause de la jalousie qui lui rongeait le cœur.
R/. Exclamavérunt ad te, Dómine, in témpore afflictiónis suæ, * Et tu de cælo exaudísti eos. V/. Qui regis Israel, inténde, qui dedúcis velut ovem Ioseph, qui sedes super chérubim. * Et. V/. Glória Patri. * Et. R/. Ils ont crié vers toi, Seigneur, au temps de leur détresse, * Et toi, du haut du ciel, tu les as entendus. V/. Berger d'Israël, écoute, toi qui conduis Joseph, ta brebis, toi qui trônes au-dessus des kéroubim. * Et toi. V/. Gloire au Père. * Et toi.