Vigiles (OSB) du dimanche 8 juillet 2018 - XIVème dimanche dans l'année

Hebdomada XIV per annum XIVème semaine dans l'année
Dominica Dimanche
Dominica XIV per annum XIVème dimanche dans l'année
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
Incipit liber Proverbiórum Commencement du livre des Proverbes
Lectio I Lecture I
Parábolæ Salomónis fílii David regis Israel ad sciéndam sapiéntiam et disciplínam, ad intellegénda verba prudéntiæ; ad suscipiéndam eruditiónem doctrínæ, iustítiam et iudícium et æquitátem, ut detur párvulis astútia, adulescénti sciéntia et recogitátio. Audiat sápiens et addet doctrínam, et intéllegens dispósitiónes possidébit: animadvértet parábolam et allegóriam, verba sapiéntium et ænígmata eórum. Timor Dómini princípium sciéntiæ. Sapiéntiam atque doctrínam stulti despíciunt. Proverbes de Salomon, fils de David, roi d'Israël: pour connaître sagesse et discipline, pour pénétrer les discours profonds, pour acquérir une discipline avisée - justice, équité, droiture - pour procurer aux simples le savoir-faire, au jeune homme le savoir et la réflexion. Que le sage écoute, il augmentera son acquis, et l'homme entendu acquerra l'art de diriger: pour pénétrer proverbes et sentences obscures, les dits des sages et leurs énigmes. La crainte du Seigneur, principe de savoir . Les fous dédaignent sagesse et discipline.
R/. Avérsio parvulórum interfíciet eos, et prospéritas stultórum perdet illos. * Qui autem me audíerit, absque terróre quiéscet. V/. O viri, ad vos clámito, et vox mea ad fílios hóminum. * Qui autem. R/. L'égarement des simples, comme le succès des sots, les mènent à leur perte. * Celui qui m'écoute vit tranquille et sans frayeur. V/. C'est vous, les humains, que j'appelle; ma parole s'adresse aux enfants des hommes. * Celui.
Lectio II Lecture II
Sapiéntia foris prædicat, in platéis dat vocem suam, in cápite viárum frequéntium clámitat, in fóribus portárum urbis profert verba sua: "Usquequo, párvuli, dilígitis infántiam, et derisóres sibi derisiónem cúpient, et imprudéntes odíbunt sciéntiam? Convertímini ad correptiónem meam; en próferam vobis spíritum meum et osténdam vobis verba mea." La Sagesse crie par les rues, sur les places elle élève la voix; à l'angle des carrefours, elle appelle, près des portes, dans la ville, elle prononce son discours: " Jusques à quand, ô niais, aimerez-vous la niaiserie? Et les railleurs se plairont-ils à la raillerie? Et les sots haïront-ils le savoir? Convertissez-vous à mon exhortation, pour vous je vais épancher mon cœur et vous faire connaître mes paroles. "
R/. Fili, noli defícere a disciplína Dómini, et ne fatígeris dum ab eo argúeris: * Quem enim díligit, Dóminus corrípit, et quasi pater in fílio complácet sibi. V/. Audi, fili mi, disciplínam patris tui, et ne dimíttas legem matris tuæ. * Quem enim. R/. N'abandonne pas, mon fils, l'éducation du Seigneur, ne te décourage pas lorsqu'il te reprend: * Le Seigneur, en effet, réprimande celui qu'il aime, et trouve en lui sa complaisance comme un père en son fils bien-aimé. V/. Écoute, ô mon fils, l'instruction de ton père, ne néglige pas l'enseignement de ta mère. * Le Seigneur.
Lectio III Lecture III
"Quia vocávi, et renuístis, exténdi manum meam, et non fuit qui aspíceret; despexístis omne consílium meum et increpatiónes meas neglexístis. Ego quoque in intéritu vestro ridébo et subsannábo, cum terror vobis advénerit, cum irrúerit ut procélla terror, et intéritus quasi tempéstas ingrúerit, quando vénerit super vos tribulátio et angústia." "Puisque j'ai appelé et que vous avez refusé, puisque j'ai étendu la main sans que nul y prenne garde, puisque vous avez négligé tous mes conseils et que vous n'avez pas voulu de mon exhortation, à mon tour, je me rirai de votre détresse, je me moquerai quand viendra sur vous l'épouvante, quand l'épouvante viendra sur vous comme l'orage, quand votre détresse arrivera comme un tourbillon, quand l'épreuve et l'angoisse fondront sur vous. "
R/. Habe fidúciam in Dómino ex toto corde tuo, et ne innitáris prudéntiæ tuæ. * In ómnibus viis tuis cógita illum, et ipse díriget gressus tuos. V/. Fili mi, ne obliviscáris legem meam, et præcépta mea custódiat cor tuum. * In. R/. Fie-toi au Seigneur de toute ton âme, ne t'appuie pas sur ton propre discernement. * Dans toutes tes voies garde ton cœur en sa présence, et lui-même guidera tes pas. V/. Mon fils, n'oublie pas mon enseignement, que ton cœur observe mes préceptes. * Dans.
Lectio IV Lecture IV
"Tunc invocábunt me, et non exáudiam, instánter quærent me et non invénient me, eo quod exósam habúerint disciplínam et timórem Dómini non elégerint nec acquiéverint consílio meo et despéxerint univérsam correptiónem meam. Cómedent ígitur fructus viæ suæ suísque consíliis saturabúntur. Avérsio parvulórum interfíciet eos, et secúritas stultórum perdet illos. Qui autem me audíerit, absque terróre requiéscet et tranquíllus erit timóre malórum subláto. "Alors ils m'appelleront, mais je ne répondrai pas; ils me chercheront et ne me trouveront pas. Ils ont détesté le savoir, ils n'ont pas choisi la crainte du Seigneur, ils n'ont pas voulu de mon conseil, ils ont méprisé toutes mes exhortations: ils mangeront donc du fruit de leurs errements, ils se rassasieront de leurs propres conseils! Car l'égarement des niais les tue, l'insouciance des sots les mène à leur perte; mais qui m'écoute demeure en sécurité, il sera tranquille, sans craindre le malheur. "
R/. Audi, fili mi, disciplínam patris tui, et ne dimíttas legem matris tuæ, * Ut multiplicéntur tibi anni vitæ tuæ. V/. Honóra Dóminum de tua substántia, et de primítiis frugum tuárum da paupéribus, * Ut multiplicéntur. V/. Glória Patri. * Ut multiplicéntur. R/. Écoute, ô mon fils, l'instruction de ton père, ne néglige pas l'enseignement de ta mère, * Et tes années de vie se multiplieront. V/. De tes biens honore le Seigneur, distribue aux pauvres les prémices de tes récoltes, * Et. V/. Gloire au Père. * Et.
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Sermónibus sancti Bernárdi abbátis (Sermo de diversis 15, 1-4: EC 6, 140-142) Sermon de saint Bernard
Lectio I Lecture I
Operémur cibum qui non perit; operémur opus salútis nostræ. Operémur in vínea Dómini, ut denárium diúrnum accípere mereámur. Operémur in Sapiéntia, quæ dicit: Qui operántur in me, non peccábunt. Ager est mundus, ait Véritas; fodiámus in eo; thesáurus abscónditus latet, effodiámus eum. Ipsa est enim sapiéntia, quæ tráhitur de occúltis. Omnes eam quærimus, omnes concupíscimus eam. Travaillons , mais en vue d'une nourriture qui ne périt pas, travaillons à l'œuvre de notre salut. Travaillons dans la vigne du Seigneur, afin de mériter le denier promis pour la journée. Travaillons dans la Sagesse; elle qui dit: Ceux qui œuvrent en moi ne pécheront pas. Le champ, c'est le monde, dit la Vérité. Creusons-le: un trésor s'y cache, déterrons-le. Ce trésor, c'est la sagesse, que l'on extrait des profondeurs cachées. Tous nous la cherchons, tous nous la désirons.
R/. In princípio Deus, ántequam terram fáceret, priúsquam abýssos constitúeret, priúsquam prodúceret fontes aquárum, ántequam montes collocaréntur, * Ante omnes colles generávit me Dóminus. V/. Ego in altíssimis hábito, et thronus meus in colúmna nubis. * Ante. R/. Au commencement, Dieu, avant même de créer la terre, avant de fonder les abîmes, de faire jaillir les sources des eaux et d'asseoir les montagnes, * Avant toutes les collines, le Seigneur m'a engendrée. V/. Moi, la Sagesse, j'habite les hauteurs, mon trône est dans la colonne de nuée. * Avant.
Lectio II Lecture II
Si quæritis, inquit, quærite; convertímini et veníte. Quæris unde convertáris? A voluntátibus, inquit, tuis avértere. Et si in voluntátibus meis non invénio, ubi, inquis, invénio sapiéntiam? Veheménter enim eam desíderat ánima mea; nec invenísse suffíciet, si contígerit inveníre, nisi mensúram bonam et confértam et coagitátam et supereffluéntem ponam in sinum meum. Mérito quidem. Beátus enim homo qui invénit sapiéntiam et qui áffluit prudéntia. Quære ergo dum inveníri potest; et dum prope est, ínvoca illam. Si vous cherchez, dit l'Écriture, alors cherchez, convertissez-vous et venez! Tu te demandes d'où il te faut te convertir? De tes volontés propres, détourne-toi, dit l'Écriture. Mais si je ne la trouve pas dans mes volontés, répliques-tu, où trouverai-je la sagesse? C'est qu'en effet mon âme la désire avec violence, et elle ne se contentera pas de la trouver - si tant est qu'elle la trouve - mais elle voudra que je puisse en verser dans mon sein une bonne mesure pressée, secouée, débordante. Avec raison d'ailleurs, car heureux l'homme qui a trouvé la sagesse et déborde d'esprit de discernement. Cherche-la donc pendant qu'on peut la trouver, et tant qu'elle est proche appelle-la.
R/. Præbe, fili, cor tuum mihi, et óculi tui vias meas custódiant, * Ut addátur grátia cápiti tuo. V/. Atténde, fili mi, sapiéntiam meam, et ad elóquium meum inclína aurem tuam, * Ut addátur. R/. Fils, donne-moi ton cœur; que tes yeux observent mes voies: * Ce sera pour ta tête une couronne de grâce. V/. Sois attentif, mon fils, à ma sagesse, et tends l'oreille à ma parole, * Ce sera.
Lectio III Lecture III
Vis audíre quam prope sit? Prope est verbum in corde tuo et in ore tuo; tantum illud recto si quæsíeris corde. Sic enim invénies corde sapiéntiam, ore áfflues prudéntia; sed afflúere, non efflúere vel evómere cura. Nimírum mel invenísti, si invenísti sapiéntiam; tantum ne multum cómedas, ne satiátus évomas illud. Sic cómede ut semper esúrias. Nam ipsa dicit: Qui edunt me adhuc esúrient. Noli multum reputáre quod habes; noli satiári, ne évomas, et hoc ipsum quod vidéris habére, auferátur a te, quippe qui ante tempus qurere destitísti. Veux-tu entendre combien elle est proche? Proche est la Parole, dans ton cœur et sur tes lèvres - pour autant que tu la cherches d'un cœur droit. Voilà comment dans ton cœur tu trouveras la sagesse, voilà comment le discernement abondera sur tes lèvres. Mais attention: qu'il y abonde, et non qu'il s'en écoule ni qu'il en soit vomi. Assurément c'est du miel que tu as trouvé, si tu as trouvé la sagesse. N'en mange pourtant pas trop: écœuré, tu le vomirais. Mange donc de manière à rester toujours sur ta faim. La Sagesse le dit bien: Ceux qui me mangent auront encore faim. Ne considère pas comme une grande quantité ce que tu as, ne t'en gorge pas, tu vomirais; et cela même que tu parais avoir te serait enlevé, puisque avant le temps tu aurais cessé de chercher.
R/. Verbum iníquum et dolósum longe fac a me, Dómine, divítias et paupertátes ne déderis mihi, * Sed tantum víctui meo tríbue necessária. V/. Ne forte satiátus evómam illud, et periúrem nomen Dei mei. * Sed. R/. Éloigne de moi, Seigneur, la parole hostile et trompeuse, ne m'attribue ni richesse ni misère, * Accorde-moi seulement de quoi vivre. V/. Que je ne sois pas rassasié jusqu'au dégoût, ni porté à parjurer le nom de mon Dieu! * Accorde-moi.
Lectio IV Lecture IV
Neque enim dum potest inveníri, dum prope est, ab inquisitióne vel invocatióne cessándum est. Aliter quoque sicut qui mel cómedit multum, ut ait idem Sálomon, non est ei bonum; ita qui scrutátor est maiestátis, opprimétur a glória. Quocírca quærámus nos sapiéntiam in corde, et sapiéntiam quæ ex fide est, quemádmodum Apóstolus ait: Non plus sápere quam opórtet sápere, sed sápere ad sobrietátem. Non, tant qu'on peut trouver la sagesse, tant qu'elle est proche, il ne faut avoir de cesse de la chercher et de l'appeler. D'une autre manière encore, comme le dit aussi Salomon, il n'est pas bon de manger trop de miel, et de même , celui qui veut scruter la majesté de Dieu sera écrasé par sa gloire. En conséquence, et pour ce qui nous concerne, cherchons la sagesse dans notre cœur, mais la sagesse qui naît de la foi, selon cette parole de l'Apôtre: Ne soyez pas sages au-delà de ce qu'il faut, mais soyez sages avec sobriété.
R/. Inítium sapiéntiæ timor Dómini, intelléctus bonus ómnibus faciéntibus eum; * Laudátio eius manet in sæculum sæculi. V/. Dispérsit, dedit paupéribus; iustítia eius manet in sæculum sæculi. * Laudátio. V/. Glória Patri. * Laudátio. R/. La sagesse commence avec la crainte du Seigneur: quiconque la met en œuvre en a l'intelligence éclairée; * À jamais se maintiendra sa louange. V/. À pleines mains, il donne au pauvre; à jamais se maintiendra sa justice. * À jamais. V/. Gloire au Père. * À jamais.
In tertio nocturno, anno B Troisième nocturne, année B
Léctio sancti Evangélii secúndum Marcum Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc
In illo témpore: Venit Iesus in pátriam suam, et sequúntur illum discípuli sui. Et, facto sábbato, cœpit in synagóga docére. Et réliqua. Jésus est parti pour son pays, et ses disciples le suivent. Le jour du sabbat, il se mit à enseigner dans la synagogue. Et la suite.
Ex Tractátibus sancti Augustíni epíscopi in Ioánnem (Tract. 31, 3-4: CCL 36, 294) Traité de Saint Augustin sur l'Évangile de Jean
Lectio I Lecture I
Audíte verbum Dómini, fratres, vidéte quemádmodum confirmávit Iudæis et quod dixérunt: Istum nóvimus unde sit, et quod dixérunt: Christus cum vénerit, nemo scit unde sit. Clamábat ergo docens in templo Iesus: Et me scitis et unde sim scitis, et a meípso non veni, sed est verus qui me misit, quem vos nescítis. Hoc est dícere: "Et me scitis, et me nescítis" ; hoc est dícere: "Et unde sim scitis, et unde sim nescítis. Unde sim scitis, Iesum a Názareth, cuius étiam paréntes nostis." Solus enim in hac causa latébat Vírginis partus, cui tamen testis erat marítus; ipse enim hoc póterat fidéliter indicáre, qui possit maritáliter et zeláre. Écoutez donc, frères, la parole du Seigneur et voyez comment il a confirmé devant les Juifs leurs deux affirmations: Celui-ci, nous savons d'où il est, et: Le Christ, quand il viendra, personne ne saura d'où il est. Donc, enseignant dans le Temple, Jésus proclamait: Vous me connaissez et vous savez d'où je suis; cependant je ne suis pas venu de moi-même, mais il est véritable, celui qui m'a envoyé et que vous ne connaissez pas. C'est leur dire: " Vous me connaissez et vous ne me connaissez pas "; c'est leur dire: " Vous savez d'où je suis et vous ne savez pas d'où je suis. Vous savez d'où je suis, Jésus de Nazareth, dont vous connaissez aussi les parents. " Seule en effet leur échappait dans ce cas la conception virginale, qui avait pourtant le mari comme témoin: il pouvait en effet le révéler fidèlement celui qui aurait pu s'en montrer jaloux en tant que mari.
R/. Qui meditábitur in lege Dómini die ac nocte, * Dabit fructum suum in témpore suo. V/. Et erit tamquam lignum quod plantátum est secus decúrsus aquárum. * Dabit. R/. L'homme qui, jour et nuit, murmure la loi du Seigneur * Donne du fruit en son temps. V/. Comme un arbre planté près d'un ruisseau * Donne du fruit.
Lectio II Lecture II
Hoc ergo excépto Vírginis partu, totum nóverant in Iesu quod ad hóminem pértinet; fácies ipsíus nota erat, pátria ipsíus nota erat, genus ipsíus notum erat, ubi natus est sciebátur. Recte ergo dixit: Et me nostis et unde sim scitis, secúndum carnem et effígiem hóminis quam gerébat; secúndum divinitátem autem: Et a meípso non veni, sed est verus qui me misit, quem vos nescítis. Sed ut eum sciátis, crédite in eum quem misit, et sciétis. Deum enim nemo vidit umquam, nisi unigénitus Fílius qui est in sinu Patris, ipse enarrávit, et Patrem non cognóscit, nisi Fílius et cui volúerit Fílius reveláre. À l'exception par conséquent de la conception virginale, ils connaissaient en Jésus tout ce qui a trait à l'homme: son extérieur était connu, sa patrie était connue, sa famille était connue, on savait le lieu de sa naissance. Ce fut donc avec raison qu'il dit: Vous me connaissez et vous savez d'où je suis, en parlant de la chair et de cette forme humaine qu'il portait. Parlant de la divinité par contre, il ajouta: Cependant je ne suis pas venu de moi-même, mais il est véritable, celui qui m'a envoyé et que vous ne connaissez pas. Pour le connaître, croyez en celui qui l'a envoyé, et vous le connaîtrez. Car Dieu, personne ne l'a jamais vu, sinon le Fils unique qui est dans le sein du Père; lui l'a fait connaître, et encore: Personne ne connaît le Père, si ce n'est le Fils et celui à qui le Fils aura voulu le révéler.
R/. Servíte Dómino in timóre et exsultáte ei cum tremóre. * Apprehéndite disciplínam, nequándo irascátur Dóminus, et pereátis de via iusta. V/. Cum exárserit in brevi ira eius, beáti omnes qui confídunt in eo. * Apprehéndite. R/. Servez le Seigneur avec déférence, rendez-lui votre hommage en tremblant. * Prenez sur vous son joug, de peur qu'il ne s'irrite, et vous seriez perdus, hors du droit chemin. V/. Soudain sa colère éclatera: heureux qui trouve en lui son refuge! * Prenez sur vous.
Lectio III Lecture III
Denique cum dixísset: Sed est verus qui misit me, quem vos nescítis, ut osténderet eis unde possent scire quod nesciébant, subiécit: Ego scio eum. Ergo a me quærite, ut sciátis eum. Quare autem scio eum? Quia ab ipso sum, et ipse me misit. Magnífice utrúmque monstrávit. Ab ipso, inquit, sum; quia Fílius de Patre, et quidquid est Fílius, de illo est cuius est Fílius. En effet après avoir dit: Mais il est véritable, celui qui m'a envoyé et que vous ne connaissez pas, pour leur apprendre comment ils pourraient connaître celui qu'ils ne connaissaient pas, il ajouta: Moi, je le connais. Informez-vous donc auprès de moi pour le connaître. Mais comment se fait-il que je le connaisse? Parce que je suis de lui et qu'il m'a envoyé. Il a donné une démonstration magnifique des deux vérités. Je suis de lui, dit-il, parce que le Fils est du Père et que tout ce qu'est le Fils, il le tient de celui dont il est le Fils.
R/. Dómine, ne in ira tua árguas me, neque in furóre tuo corrípias me. * Miserére mihi, Dómine, quóniam infírmus sum. V/. Timor et tremor venérunt super me, et contexérunt me ténebræ, et dixi: * Miserére. R/. Seigneur, corrige-moi sans colère, et reprends-moi sans fureur. * Pitié, Seigneur, je dépéris! V/. Crainte et tremblement me pénètrent, les ténèbres m'environnent. J'appelle: * Pitié.
Lectio IV Lecture IV
Ideo Dóminum Iesum dícimus Deum de Deo; Patrem non dícimus Deum de Deo, sed tantum Deum; et dícimus Dóminum Iesum Lumen de lúmine; Patrem non dícimus Lumen de Lúmine, sed tantum Lumen. Ad hoc ergo pértinet quod dixit: Ab ipso sum. Quod autem vidétis me in carne, ipse me misit. Ubi audis: Ipse me misit, noli intellégere natúræ dissimilitúdinem, sed generántis auctoritátem. C'est pourquoi nous disons du Seigneur Jésus qu'il est Dieu de Dieu, nous ne disons pas du Père qu'il est Dieu de Dieu, nous disons qu'il est Dieu, et nous disons du Seigneur Jésus qu'il est Lumière de Lumière, nous ne disons pas du Père qu'il est Lumière de Lumière, nous disons seulement qu'il est Lumière. Voilà donc à quoi se rapporte la parole: Je suis de lui. Mais si vous me voyez dans la chair, c'est qu'il m'a envoyé. Quand tu entends: Il m'a envoyé, ne l'interprète pas d'une différence de nature, mais pense que celui qui engendre est le Principe.
R/. Deus qui sedes super thronum et iúdicas æquitátem, esto refúgium páuperum in tribulatióne; * Quia tu solus labórem et dolórem consíderas. V/. Tibi enim derelíctus est pauper, pupíllo tu eris adiútor; * Quia. V/. Glória Patri. * Quia. R/. Tu sièges, ô Seigneur, toi qui juges avec justice: montre-toi la forteresse des malheureux dans leur angoisse; * Car tu regardes, toi, la peine et la souffrance! V/. Sur toi repose le faible, c'est toi qui viens en aide à l'orphelin; * Car. V/. Gloire au Père. * Car.