Vigiles (OSB) du jeudi 19 juillet 2018 -

Hebdomada XV per annum XVème semaine dans l'année
Feria V Jeudi
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
Lectio Lecture
De libro Iob Du livre de Job
Eliphaz Themanítes dixit: Voca ergo, si est qui tibi respóndeat! Ad quem sanctórum convertéris? Vere stultum intérficit iracúndia, et fátuum occídit invídia. Ego vidi stultum firma radíce, et maledíxi sedi eius statim. Longe fient fílii eius a salúte et conteréntur in porta, et non erit qui éruat. Cuius messem famélicus cómedet, et ipsum rápiet armátus, et bibent sitiéntes divítias eius. Quia non egréditur ex púlvere nequítia, et de humo non óritur dolor. Sed homo génerat labórem, et aves élevant volátum. Eliphaz de Témân dit: Appelle maintenant! Est-ce qu'on te répondra? Auquel des saints t'adresseras-tu? En vérité, le dépit tue l'insensé et l'emportement fait mourir le sot. J'ai vu ceci, moi: l'un d'eux prenait racine, quand sa demeure fut soudain maudite. Ses fils sont privés de tout appui, accablés à la Porte sans défenseur; leur moisson nourrit des affamés, car Dieu la leur ôte de la bouche, et des hommes altérés convoitent leurs biens. Non, la misère ne sourd pas de terre, la peine ne germe pas du sol. C'est l'homme qui engendre la peine comme le vol des aigles recherche l'altitude.
Quam ob rem ego deprecábor Dóminum et ad Deum ponam elóquium meum, qui facit magna et inscrutabília et mirabília absque número; qui dat plúviam super fáciem terræ et írrigat aquis rura; qui ponit húmiles in sublíme et mæréntes érigit sospitáte; qui díssipat cogitatiónes malignórum, ne possint implére manus eórum, quod cœperant; qui apprehéndit sapiéntes in astútia eórum et consílium pravórum díssipat. Per diem incúrrent ténebras et, quasi in nocte, sic palpábunt in merídie. Porro salvum fáciet egénum a gládio oris eórum et de manu violénti páuperem; et erit egéno spes, iníquitas autem cóntrahet os suum. Pour moi, j'aurais recours à Dieu, à lui j'exposerais ma cause. Il est l'auteur d'œuvres grandioses et insondables, de merveilles qu'on ne peut compter. Il répand la pluie sur la terre, envoie les eaux sur les campagnes. S'il veut relever les humiliés, pousser les affligés au comble du bonheur, il déjoue les desseins des astucieux, incapables de mener à bien leurs intrigues. Il prend les sages au piège de leurs astuces, rend stupides les conseillers retors. En plein jour ils se heurtent aux ténèbres, ils tâtonnent à midi comme dans la nuit. Il arrache de leur gueule l'homme ruiné et le pauvre des mains du puissant. Alors le faible renaît à l'espoir et l'injustice doit fermer la bouche.
Beátus homo, qui corrípitur a Deo; increpatiónem ergo Omnipoténtis ne réprobes. Quia ipse vúlnerat et medétur, pércutit, et manus eius sanábunt. In sex tribulatiónibus liberábit te, et in septem non tanget te malum. In fame éruet te de morte et in bello de manu gládii. Oui, heureux l'homme que Dieu corrige! Aussi, ne méprise pas la leçon de Shaddaï. Lui, qui blesse, puis panse la plaie, qui meurtrit, puis guérit de sa main, six fois de l'angoisse il te délivrera, et une septième le mal t'épargnera. Dans une famine, il te sauvera de la mort; à la guerre, des atteintes de l'épée.
A flagéllo linguæ abscondéris et non timébis vastatiónem, cum vénerit. In vastitáte et fame ridébis et béstias terræ non formidábis. Sed cum lapídibus campi pactum tuum, et béstiæ terræ pacíficæ erunt tibi. Et scies quod pacem hábeat tabernáculum tuum, et vísitans habitatiónem tuam non falléris. Scies quoque quóniam múltiplex erit semen tuum et progénies tua quasi herba terræ. Ingrediéris in abundántia sepúlcrum, sicut infértur acérvus trítici in témpore suo. Ecce hoc, ut investigávimus, ita est; obœdi illi et tu sápias tibi. Tu seras à l'abri du fouet de la langue, sans crainte à l'approche du pillard. Tu riras de la sécheresse et du gel et tu ne craindras pas les bêtes de la terre. Tu auras un pacte avec les pierres des champs, les bêtes sauvages seront en paix avec toi. Tu trouveras ta tente prospère, ton bercail au complet quand tu le visiteras. Tu verras ta postérité s'accroître, tes rejetons pousser comme l'herbe des champs. Tu entreras dans la tombe bien mûr, comme on entasse la meule en son temps. Tout cela, nous l'avons observé: c'est la vérité! À toi d'écouter et d'en faire ton profit.
R/. Si bona suscépimus de manu Dómini, mala autem quare non sustineámus? * Dóminus dedit, Dóminus ábstulit; sicut Dómino plácuit, ita factum est; sit nomen Dómini benedíctum. V/. In ómnibus his non peccávit Iob lábiis suis, neque stultum quid contra Deum locútus est. * Dóminus dedit. V/. Glória Patri. * Dóminus dedit. R/. Nous acceptons le bonheur de la main de Dieu; et le malheur, ne devons-nous pas le supporter aussi? * Le Seigneur a donné, le Seigneur a pris; ce qui est arrivé correspond au bon plaisir du Seigneur; béni soit le nom du Seigneur! V/. En tout cela, Job ne pécha point en paroles, et ne prononça rien d'insensé contre Dieu. * Le Seigneur a donné. V/. Gloire au Père. * Le Seigneur a donné.
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Lectio Lecture
Ex Enarratiónibus sancti Augustíni epíscopi in psalmos (En. in ps. 85, 11: CCL 39, 1185) Commentaire de saint Augustin sur le psaume 85
Nullus christiánus dicat esse diem in quo non sit tribulátus. Quid ergo, tribulátio est et quando bene est? Utique tribulátio. Unde tribulátio? Quia quámdiu in córpore sumus, peregrinámur a Dómino. Quódlibet hic abúndet, nondum sumus in illa pátria quo redíre festinámus. Cui peregrinátio dulcis est, non amat pátriam; si dulcis est pátria, amára est peregrinátio; si amára peregrinátio, tota die tribulátio. Pour le chrétien il n'est pas de jour où il ne doive se plaindre d'être dans la tribulation. Quoi donc? Quand tout va bien, peut-on dire qu'on est dans la tribulation? Oui, on y est. Et d'où vient-elle? De ce que nous voyageons loin du Seigneur, tant que nous sommes dans le corps. Nous avons beau vivre ici-bas dans l'abondance, nous ne sommes pas encore dans cette patrie vers laquelle nous nous hâtons. Et qui se plaît dans son pèlerinage, n'aime pas la patrie. À qui la patrie est douce, le pèlerinage est amer et, si le pèlerinage est amer, la tribulation dure tout le jour.
Quando non est tribulátio? Quando in pátria delectátio. Delectatiónes in déxtera tua usque in finem. Implébis me lætítia, ait, cum vultu tuo, ut contémpler delectatiónem Dómini. Ibi tránsiet labor et gémitus; ibi non orátio, sed laudátio; ibi Allelúia, Amen ibi, vox cónsona cum ángelis; ibi vísio sine deféctu, et amor sine fastídio. Quámdiu ergo non ibi, vidétis quia non in bono. "Sed abúndant ómnia?" Abúndent ómnia, vide si secúrus es quia non péreunt ómnia. Quand finit la tribulation? Quand commence la joie de la patrie. Il y a des délices sans fin à ta droite; tu me rempliras de joie par ton visage, en me faisant contempler les bontés du Seigneur. Là cesseront le travail et les gémissements; là ce ne sera plus la prière, mais la louange, l'alléluia, l'amen chantés de concert avec les anges, la vision sans défaillance et l'amour sans dégoût. Tant que nous n'en sommes pas là, vous voyez donc que nous ne sommes pas bien. " Mais tout abonde ici "; tout abonde, mais songes-tu à cette crainte que tu as de voir tout périr?
Nemo carnem cónsulat; spíritum consúlite; respóndeat vobis cor vestrum, respóndeat spes, fides, cáritas, quæ in vobis esse cœpit. Ergóne si acciperémus securitátem nos in affluéntia bonórum sæculárium semper futúros, et díceret nobis Deus: "Fáciem meam non vidébitis", gauderémus in illis bonis? Effundámus super nos ánimam nostram, confiteámur in lácrimis, gemámus in confessiónibus, in misériis suspirémus. Quidquid nobis adest præter Deum nostrum, non est dulce; nólumus ómnia quæ dedit, si non dat seípsum qui ómnia dedit. Ne prenez pas conseil de la chair, mais de l'esprit; laissez répondre votre cœur, laissez répondre la foi, l'espérance, la charité qui commencent à naître en vous. Donc, je suppose que nous recevions de Dieu l'assurance d'avoir en abondance les biens de ce monde et d'en jouir éternellement, mais que Dieu nous dise: " Vous ne verrez pas mon visage ", mettriez-vous votre joie dans ces biens? Répandons au-dessus de nous nos âmes, confessons-nous avec larmes, joignons nos gémissements à notre confession et que du fond de notre misère nos soupirs montent vers Dieu. En dehors de Dieu, point de douceur pour nous; périsse tout ce qu'il nous a donné, si celui qui donne tout ne se donne pas lui-même.
R/. Indúta est caro mea putrédine, et sórdibus púlveris cutis mea áruit et contrácta est. * Meménto mei, Dómine, quia ventus est vita mea. V/. Dies mei sicut umbra declinavérunt, et ego sicut fenum árui. * Meménto mei. V/. Glória Patri. * Meménto mei. R/. Ma chair s'est couverte de plaies putrides, et ma peau, parsemée de croûtes terreuses, est devenue sèche et parcheminée. * Souviens-toi de moi, Seigneur, car ma vie n'est qu'un souffle! V/. L'ombre gagne sur mes jours, et moi, je me fane comme l'herbe! * Souviens-toi. V/. Gloire au Père. * Souviens-toi.