Vigiles (OSB) du lundi 23 juillet 2018 - S. Birgittae, religiosae, patronae Europae

Hebdomada XVI per annum XVIème semaine dans l'année
Feria II Lundi
S. Birgittae, religiosae, patronae Europae Ste Brigitte, religieuse et patronne de l'Europe
Festum Fête
éditer éditer
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
Lectio Lecture
De libro Iob Du livre de Job
Respóndens Iob dixit: Ergo vos estis soli hómines, et vobíscum moriétur sapiéntia. Et mihi est cor sicut et vobis, nec inférior vestri sum; quis enim hæc, quæ nostis, ignórat? Qui deridétur ab amíco suo sicut ego, invocábit Deum, et exáudiet eum; deridétur enim iusti intégritas. Lampas contémpta apud cogitatiónes eórum qui secúri sunt, paráta iis qui vacíllant pede. Tranquílla sunt tabernácula prædónum et secúra iis qui próvocant Deum, iis qui Deum tenent manu sua. Job prit la parole et dit: Vraiment, vous êtes la voix du peuple, avec vous mourra la Sagesse. Moi aussi, j'ai de l'intelligence, tout comme vous, je ne vous cède en rien, et qui donc ne sait tout cela? Mais un homme devient la risée de son ami, quand il crie vers Dieu pour avoir une réponse. On se moque du juste intègre. " À l'infortune, le mépris! opinent les gens heureux, un coup de plus à qui chancelle! " Cependant, les tentes des pillards sont en paix: pleine sécurité pour ceux qui provoquent Dieu et pour celui qui met Dieu dans son poing!
Nimírum intérroga iuménta, et docébunt te, et volatília cæli, et indicábunt tibi. Lóquere terræ, et docébit te; et narrábunt pisces maris. Quis ignórat in ómnibus his quod manus Dómini hoc fécerit? In cuius manu ánima omnis vivéntis et spíritus univérsæ carnis hóminis. Nonne auris verba diiúdicat, et palátum cibum sibi gustat? In sénibus est sapiéntia et in longvis prudéntia. Interroge pourtant le bétail pour t'instruire, les oiseaux du ciel pour t'informer. Les reptiles du sol te donneront des leçons, ils te renseigneront, les poissons des mers. Car lequel ignore, parmi eux tous, que la main de Dieu a fait tout cela! Il tient en son pouvoir l'âme de tout vivant et le souffle de toute chair d'homme. L'oreille n'apprécie-t-elle pas les discours, comme le palais goûte les mets? La sagesse est l'affaire des vieillards, le discernement le fait du grand âge.
Apud ipsum est sapiéntia et fortitúdo; ipse habet consílium et intellegéntiam. Si destrúxerit, nemo est qui ædíficet; si inclúserit hóminem, nullus est qui apériat. Si continúerit aquas, aréscent; et, si emíserit eas, subvértent terram. Apud ipsum est fortitúdo et sapiéntia; ipse novit et decipiéntem et eum qui decípitur. En Lui résident sagesse et puissance, à lui le conseil et le discernement. S'il détruit, nul ne peut rebâtir, s'il emprisonne quelqu'un, nul n'ouvrira. S'il retient les eaux, c'est la sécheresse; s'il les relâche, elles bouleversent la terre. En lui vigueur et sagacité, à lui appartiennent l'égaré et celui qui l'égare.
Indúcit consiliários spoliátos et iúdices in stupórem. Bálteum regum dissólvit et præcíngit fune renes eórum. Indúcit sacerdótes spoliátos et optimátes supplántat; commútans lábium verácium et doctrínam senum áuferens. Effúndit despectiónem super príncipes et cíngulum fórtium reláxat. Qui revélat profúnda de ténebris et prodúcit in lucem umbram mortis. Qui multíplicat gentes et perdit eas et subvérsas in íntegrum restítuit. Qui immútat cor príncipum pópuli terræ et décipit eos et erráre eos fáciet per ínvium desértum. Palpábunt quasi in ténebris et non in luce, et erráre eos fáciet quasi ébrios. Il rend stupides les conseillers du pays et frappe les juges de démence. Il délie la ceinture des rois et passe une corde à leurs reins. Il fait marcher nu-pieds les prêtres et renverse les puissances établies. Il ôte la parole aux plus assurés, ravit le discernement aux vieillards. Il déverse le mépris sur les nobles, dénoue le ceinturon des forts. Il dévoile les profondeurs des ténèbres, amène à la lumière l'ombre épaisse. Il agrandit des nations, puis les ruine: il fait s'étendre des peuples, puis les supprime. Il ôte l'esprit aux chefs d'un pays, les fait errer dans un désert sans routes, tâtonner dans les ténèbres, sans lumière, et tituber comme sous l'ivresse.
R/. Numquid Dóminus supplántat iudícium, aut Omnípotens subvértit quod iustum est? Líbera me, Dómine, et pone me iuxta te * Et cuiúsvis manus pugnet contra me. V/. Apprehénde arma et scutum et exsúrge in adiutórium mihi. * Et. V/. Glória Patri. * Et. R/. Dieu ferait-il fléchir le droit, le Tout-Puissant fausserait-il la justice? Délivre-moi, Seigneur, place-moi près de toi, * Et ensuite, que le poing du premier venu essaye de me frapper! V/. Prends une armure, un bouclier, lève-toi pour me défendre. * Et ensuite. V/. Gloire au Père. * Et ensuite.
éditer éditer
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Lectio Lecture
Ex Tractátu sancti Augustíni epíscopi De Trinitáte (Lib. 8, 3: CCL 50, 271-272) Traité de saint Augustin sur la Trinité
Ecce íterum vide, si potes. Non amas certe nisi bonum, quia bona est terra atitúdine móntium et temperaménto cóllium et planítie campórum, et bonum prædium amnum ac fértile, et bona domus páribus membris dispósita et ampla et lúcida, et bona animália animáta córpora, et bonus aer modéstus et salúbris, et bonus cibus suávis atque aptus valetúdini, et bona valetúdo sine dolóribus et lassitúdine, et bona fácies hóminis diménsa paríliter et affécta hiláriter et luculénter coloráta, et bonus ánimus amíci consensiónis dulcédine et amóris fide, et bonus vir iustus, et bonæ divítiæ, quia fácile expédiunt, et bonum cælum cum sole et luna et stellis suis, et boni ángeli sancta obœdiéntia, et bona locútio suáviter docens et congruénter monens audiéntem, et bonum carmen canórum númeris et senténtiis grave. Une fois de plus, comprends, si tu le peux. Tu n'aimes certes que le bien. Car bonne est la terre avec ses hautes montagnes, ses collines mesurées, ses planes campagnes; bon, le domaine agréable et fertile; bonne, la maison vaste et claire, aux proportions harmonieuses; bon, le corps animal doué de vie; bon, l'air tempéré et salubre; bonne, la nourriture savoureuse et saine; bonne, la santé sans souffrances ni fatigues; bon, le visage de l'homme, harmonieux, enjoué, éclatant de fraîcheur; bon, le cœur de l'ami, la douceur de partager les mêmes sentiments, la foi de l'amitié; bon, l'homme juste, et bonnes, les richesses, car elles aident à se tirer d'embarras; bon, le ciel avec le soleil, la lune et les étoiles; bonne, la sainte obéissance des anges; bonne, la parole qui instruit avec agrément et conseille judicieusement qui l'écoute; bon, le poème majestueux en son rythme comme en ses pensées.
Quid plura et plura? Bonum hoc et bonum illud: tolle hoc et illud, et vide ipsum bonum, si potes; ita Deum vidébis, non álio bono bonum, sed bonum omnis boni. Neque enim in his ómnibus bonis, vel quæ commemorávi, vel quæ ália cernúntur sive cogitántur, dicerémus áliud álio mélius cum vere iudicámus, nisi esset nobis impréssa nótio ipsíus boni, secúndum quod et probarémus áliquid, et áliud álii præponerémus. Que dire encore et toujours davantage? Ceci est bien, cela est bien. Supprime le ceci et le cela, et vois, si tu le peux, le bien même: alors tu verras Dieu, qui ne tient pas sa bonté d'un autre bien, mais est la bonté de tout bien. En effet, parmi tous ces biens - ceux que j'ai rappelés ou d'autres que l'on voit ou que l'on imagine, - nous ne pourrions pas dire que l'un est meilleur que l'autre, lorsque nous pensons juste, si n'était imprimée en nous la notion du bien même, règle de nos approbations, règle de nos préférences.
Sic amándus est Deus, non hoc et illud bonum, sed ipsum bonum. Quæréndum enim bonum ánimæ, non cui supervólitet iudicándo, sed cui hreat amándo; et quid hoc, nisi Deus? Non bonus ánimus, aut bonus ángelus, aut bonum cælum; sed bonum bonum. C'est ainsi qu'il nous faut aimer Dieu: non pas comme tel ou tel bien, mais comme le bien même. Tel est le bien de l'âme qu'il nous faut chercher; non celui qu'on survole par le jugement, mais celui auquel on s'attache par amour. Et quel est-il sinon Dieu? Non pas une âme bonne, non pas un ange bon, non pas un ciel bon, mais le Bien qui est bon.
R/. Inclinans fáciem meam ingemísco, commovébor ómnibus membris meis; scio enim, Dómine, quia impunítum me non dimíttis; * Et si sum ímpius, quare non sum mórtuus sed labóro? V/. Quæ est enim fortitúdo mea ut sustíneam, aut quis finis meus ut patiénter agam? * Et. V/. Glória Patri. * Et. R/. Le visage incliné, je soupire, je tremble de tous mes os; je sais bien, Seigneur, que tu ne me laisseras pas aller sans châtiment; * Mais si je suis impie, pourquoi, au lieu d'être mort, suis-je en train de peiner? V/. Quelle est donc ma résistance pour que je tienne bon? Et quelle fin m'attend pour que je garde patience? * Mais. V/. Gloire au Père. * Mais.