Vigiles (OSB) du vendredi 27 juillet 2018 -

Hebdomada XVI per annum XVIème semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
Lectio Lecture
De libro Iob Du livre de Job
Respóndens Elíphaz Themanítes dixit: Numquid Deo prodésse potest homo, cum vix intéllegens sibi ipse próderit? Quid prodest Omnipoténti, si iustus fúeris, aut quid ei confers, si immaculátam féceris viam tuam? Numquid pro tua pietáte árguet te et véniet tecum in iudícium? Et non propter malítiam tuam plúrimam et infinítas iniquitátes tuas? Sumpsísti enim pígnori fratres tuos sine causa et nudos spoliásti véstibus. Aquam lasso non dedísti et esuriénti cohibuísti panem. Numquid viro forti bráchio erit terra, et accéptus sedébit in ea? Víduas dimisísti vácuas et lacértos pupillórum comminuísti. Eliphaz de Témân prit la parole et dit: Un homme peut-il être utile à Dieu, quand un être sensé n'est utile qu'à soi? Shaddaï est-il intéressé par ta justice, tire-t-il profit de ta conduite intègre? Serait-ce à cause de ta piété qu'il te corrige et qu'il entre en jugement avec toi? N'est-ce pas plutôt pour ta grande méchanceté, pour tes fautes illimitées? Tu as exigé de tes frères des gages injustifiés, dépouillé de leurs vêtements ceux qui sont nus; omis de désaltérer l'homme assoiffé et refusé le pain à l'affamé; livré la terre à un homme de main, pour que s'y installe le favori; renvoyé les veuves les mains vides et broyé le bras des orphelins.
Proptérea circúmdatus es láqueis, et contúrbat te súbita formído. Vel ténebras non vides, et ímpetus aquárum ópprimit te. "Nonne Deus excélsior cælo? Et ínspice stellárum vérticem: quam sublímis!" Et dicis: "Quid enim novit Deus et quasi per calíginem iúdicat? Nubes latíbulum eius, nec nostra consíderat; et circa orbem cæli perámbulat." Numquid sémitam sæculórum custodíre cupis, quam calcavérunt viri iníqui? Qui subláti ante tempus suum, et flúvius subvértit fundaméntum eórum. Qui dicébant Deo: "Recéde a nobis!" et: "Quid fáciet Omnípotens nobis?" Cum ille implésset domos eórum bonis, quorum senténtia procul erat ab eo. Vidébunt iusti et lætabúntur, et ínnocens subsannábit eos: "Vere succísus est status eórum, et relíquias eórum devorávit ignis." Acquiésce ígitur ei, et habéto pacem; et per hæc habébis fructus óptimos. Súscipe ex ore illíus legem et pone sermónes eius in corde tuo. Voilà pourquoi des filets t'enveloppent et des frayeurs soudaines t'épouvantent. La lumière s'est assombrie, tu n'y vois plus et la masse des eaux te submerge. Dieu n'est-il pas au plus haut des cieux, ne voit-il pas la tête des étoiles? Et parce qu'il est là-haut tu as dit: " Que connaît Dieu? Peut-il juger à travers la nuée sombre? Les nuages sont pour lui un voile opaque et il circule au pourtour des cieux. " Veux-tu donc suivre la route antique que foulèrent les hommes pervers? Ils furent enlevés avant le temps et un fleuve noya leurs fondations. Car ils disaient à Dieu: " Éloigne-toi de nous! Que peut nous faire Shaddaï? " Et lui comblait de biens leurs maisons, tout en étant tenu à l'écart du conseil des méchants! À ce spectacle, les justes se sont réjouis et l'homme intègre s'est moqué d'eux: " Comme ils ont été supprimés, nos adversaires! et quel feu a dévoré leur abondance! " Allons! Réconcilie-toi avec lui et fais la paix: ainsi ton bonheur te sera rendu. Recueille de sa bouche la doctrine, et place ses paroles dans ton cœur.
Si revérsus fúeris ad Omnipoténtem, ædificáberis et longe fácies iniquitátem a tabernáculo tuo. Comparábis tamquam terram aurum et tamquam gláream torréntis Ophir. Erítque Omnípotens metállum tuum, et argéntum coarcevábitur tibi. Tunc super Omnipoténtem delíciis áfflues et elevábis ad Deum fáciem tuam. Supplex rogábis eum, et exáudiet te, et vota tua reddes. Si tu reviens à Shaddaï en humilié, si tu éloignes de ta tente l'injustice, si tu déposes ton or sur la poussière, l'Ophir parmi les cailloux du torrent, Shaddaï sera pour toi des lingots d'or et de l'argent en monceaux. Alors tu feras de Shaddaï tes délices et tu lèveras vers Dieu ta face. Tes prières, il les exaucera et tu pourras acquitter tes vœux.
Decérnes rem, et véniet tibi, et in viis tuis splendébit lumen. Quia humíliat eum qui lóquitur supérba, et demíssus óculis ipse salvábitur. Erípiet innocéntem, eripiétur autem in mundítia mánuum suárum. Toutes tes entreprises réussiront et sur ta route brillera la lumière. Car il abaisse l'orgueil des superbes, mais il sauve l'homme aux yeux baissés. Il délivre l'homme innocent; aie les mains pures, et tu seras sauvé.
R/. Adésto dolóri meo, Deus, nímium fátigor, et cécidit in luctum cíthara mea, * Et cantátio mea in ploratiónem. V/. Versa est in luctum cíthara mea, et órganum meum in vocem fléntium. * Et cantátio. V/. Glória Patri. * Et cantátio. R/. Assiste-moi dans ma souffrance, mon Dieu, je suis exténué; ma cithare ne rend plus que des sons plaintifs, * Mes cantiques deviennent des lamentations. V/. Ma cithare ne résonne plus que d'accords lugubres; ma flûte, que de tristes mélopées. * Mes cantiques. V/. Gloire au Père. * Mes cantiques.
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Lectio Lecture
Ex Expositióne sancti Thomæ de Aquíno presbýteri in Ioánnem (Cap. 14, lect. 2: Marietti, 351) Commentaire de saint Thomas d'Aquin sur l'Évangile de Jean
ViaA est ipse Christus; et ídeo dicit: Ego sum via. Sed quia ista via non est distans a término, sed coniúncta, addit: Véritas et vita; et sic ipse simul est via, et términus. Via quidem secúndum humanitátem, términus secúndum divinitátem. Sic ergo secúndum quod homo, dicit Ego sum via; secúndum quod Deus, addit Véritas et vita. Per quæ duo términus huius viæ conveniénter designátur. Le chemin, c'est le Christ lui-même, et c'est pourquoi il dit: Moi, je suis le chemin. Mais, parce que ce chemin n'est pas éloigné du terme, parce qu'il y est joint, au contraire, Jésus ajoute: La vérité et la vie; et c'est ainsi que lui-même est à la fois le chemin et le terme, le chemin en tant qu'homme, le terme en tant que Dieu. En tant qu'homme il dit: Moi je suis le chemin; en tant que Dieu il ajoute: la vérité et la vie. Ces deux derniers mots désignent parfaitement le terme du chemin.
Nam términus huius viæ finis est desidérii humáni , homo autem duo præcípue desíderat: primo quidem veritátis cognitiónem quæ est sibi própria; secúndo sui esse continuatiónem, quod est commúne ómnibus rebus. Christus autem est via perveniéndi ad veritátis cognitiónem, cum tamen ipse sit véritas: Deduc me, Dómine, in veritáte, et ingrédiar in via tua. Christus étiam est via perveniéndi ad vitam , cum tamen ipse sit vita: Notas fecísti vias vitæ. Et ídeo huius viæ términum per veritátem et vitam designávit, quæ duo supra de Christo dicta sunt. Primo quidem quod ipse sit vita: In ipso vita erat, deínde quod sit véritas, quia erat lux hóminum; lux autem véritas est. Car le terme de ce chemin, c'est la fin que recherche le désir humain. Or, l'homme désire principalement deux choses: d'abord la connaissance de la vérité, ce qui lui est propre; ensuite la continuation de son existence, ce qui est commun à tous les êtres. Or le Christ est le chemin pour parvenir à la connaissance de la vérité, alors pourtant qu'il est lui-même la vérité: Conduis-moi, Seigneur, dans ta vérité, et j'entrerai sur ton chemin. Et le Christ est le chemin pour parvenir à la vie: Tu m'as fait connaître les chemins de la vie. C'est pourquoi il a désigné le terme de ce chemin par "la vérité et la vie". L'une et l'autre, plus haut, ont été attribuées au Christ. D'abord il est lui-même la vie: En lui était la vie; ensuite, il est la vérité, puisqu'il était la lumière des hommes; or la lumière, c'est la vérité.
Si ergo quæras qua tránseas, áccipe Christum, quia ipse est via: Hæc est via, ambuláte in ea. Si vero quæras quo vadis, adhære Christo, quia ipse est véritas ad quam desiderámus perveníre. Si quæris quo permáneas, adhre Christo, quia ipse est vita. Adhære ergo Christo, si vis esse secúrus: non enim póteris deviáre, quia ipse est via. Item non potest décipi, quia ipse est véritas, et docet omnem veritátem. Item non potest perturbári, quia ipse est vita, et vitam dans. Si donc tu cherches par où passer, prends le Christ, puisque lui-même est le chemin: C'est le chemin, suivez-le. Si tu cherches où aller, sois uni au Christ, parce qu'il est en personne la vérité à laquelle nous désirons parvenir. Si tu cherches où demeurer, sois uni au Christ, parce qu'il est en personne la vie. Sois donc uni au Christ, si tu veux être en sûreté: tu ne pourras pas t'égarer, puisque lui-même est le chemin. En outre, le Christ ne peut pas se tromper, parce qu'il est lui-même la vérité et enseigne toute vérité. Enfin il ne peut être mis en échec, parce que c'est lui-même qui est la vie et qui donne la vie.
R/. Qui consolabátur me recéssit a me; quæro quod vólui, et non invénio; * Fundent óculi mei lácrimas, quia replétus sum amaritúdine. V/. Fletum deduxérunt óculi mei, et pálpebras meas opéruit umbra mortis. * Fundent. V/. Glória Patri. * Fundent. R/. Celui qui était ma consolation s'est éloigné de moi; je cherche ce que j'aimais, je ne le trouve pas; * Mes yeux versent des larmes, car je suis rempli d'amertume. V/. Les pleurs s'échappent de mes yeux, l'ombre de la mort s'étend sur mes paupières. * Mes yeux. V/. Gloire au Père. * Mes yeux.