Vigiles (OSB) du samedi 28 juillet 2018 -

Hebdomada XVI per annum XVIème semaine dans l'année
Sabbato Samedi
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
Lectio Lecture
De libro Iob Du livre de Job
Respóndens Iob ait: Nunc quoque in amaritúdine est queréla mea, et manus eius aggraváta est super gémitum meum. Quis mihi tríbuat, ut cognóscam et invéniam illum et véniam usque ad sólium eius? Ponam coram eo iudícium et os meum replébo increpatiónibus, ut sciam verba quæ mihi respóndeat, et intéllegam quid loquátur mihi. Num multa fortitúdine conténdet mecum? Non! Ipse tantum áudiat! Tunc iustus disceptábit cum illo, et ego eváderem in perpétuo a iúdice meo. Si ad oriéntem íero, non appáret; si ad occidéntem, non intéllegam eum. Si ad sinístram pergam, non apprehéndam eum; si me vertam ad déxteram, non vidébo illum. Ipse vero scit viam meam, et, si probáverit me, quasi aurum egrédiar. Job prit la parole et dit: C'est toujours une révolte que ma plainte; sa main reste pesante, malgré mon gémissement. Oh! Si je savais comment l'atteindre, parvenir jusqu'à sa demeure, j'ouvrirais un procès devant lui, ma bouche serait pleine de griefs. Je connaîtrais les termes de sa réponse, attentif à ce qu'il me dirait. Jetterait-il toute sa force dans ce débat avec moi? Non, il lui suffirait de me prêter attention. Il reconnaîtrait dans son adversaire un homme droit, et je ferais triompher ma cause à jamais. Si je vais vers l'orient, il est absent; vers l'occident, je ne l'aperçois pas. Quand je le cherche au nord, il n'est pas discernable; il reste invisible, si je me tourne au midi. Et pourtant, toutes mes démarches, il les connaît! Qu'il me passe au creuset: or pur j'en sortirai!
Vestígia Omnipoténtis secútus est pes meus, viam eius custodívi et non declinávi ex ea. A mandátis labiórum eius non recéssi et in sinu meo abscóndi verba oris eius. Ipse enim solus est, et quis repéllet eum? Et ánima eius, quodcúmque vóluit, hoc fecit. Cum expléverit in me voluntátem suam, et ália multa simília præsto sunt ei; et idcírco a fácie eius turbátus sum et consíderans eum timóre sollícitor. Deus mollívit cor meum, et Omnípotens conturbávit me. Non enim périi propter imminéntes ténebras, nec fáciem meam opéruit calígo. Mon pied s'est attaché aux pas de Shaddaï, j'ai suivi sa route sans dévier; je n'ai pas négligé le commandement de ses lèvres, j'ai abrité dans mon sein les paroles de sa bouche. Mais lui décide, qui le fera changer? Ce qu'il a projeté, il l'accomplit. Il exécutera donc ma sentence, comme tant d'autres de ses décrets! C'est pourquoi, devant lui, je suis terrifié; plus j'y songe, plus il me fait peur. Dieu a brisé mon courage, Shaddaï me remplit d'effroi. Car je n'ai pas été anéanti devant les ténèbres, mais il a recouvert ma face d'obscurité.
Cur ab Omnipoténte non sunt abscóndita témpora, qui autem novérunt eum, ignórant dies illíus? Alii términos transtulérunt, diripuérunt greges et pavérunt eos. Asinum pupillórum abegérunt et abstulérunt pro pígnore bovem víduæ. Subvertérunt páuperum viam, et simul se occultáre coácti sunt mansuéti terræ. Alii, quasi onágri in desérto, egrediúntur ad opus suum: vigilántes ad prædam in terra árida ad panem líberis. Agrum non suum démetunt et víneam peccatóris vindémiant. Nudi pernóctant sine induménto, nec est eis operiméntum in frígore. Imbre móntium rigántur et non habéntes refúgium adhrent rúpibus. Abripuérunt pupíllum ab úbere et páuperem pígnori sumpsérunt; nudi et incedéntes absque vestítu et esuriéntes portant spicas. Inter muros óleum expressérunt et calcátis torculáribus sítiunt. De civitátibus moriéntes ingemuérunt, et ánima vulneratórum clamávit, et Deus non ponit aurem ad precem. Pourquoi Shaddaï n'a-t-il pas des temps en réserve, et ses fidèles ne voient-ils pas ses jours? Les méchants déplacent les bornes, ils enlèvent troupeau et berger. On emmène l'âne des orphelins, on prend en gage le bœuf de la veuve. Les indigents s'écartent du chemin, les pauvres du pays se cachent tous de même. Tels les onagres du désert, ils sortent à leur travail, cherchant dès l'aube une proie, et le soir, du pain pour leurs petits. Ils moissonnent dans le champ d'un vaurien, ils pillent la vigne d'un méchant. Ils s'en vont nus, sans vêtements, sans couverture contre le froid. L'averse des montagnes les transperce; faute d'abri, ils étreignent le rocher. On arrache l'orphelin à la mamelle, on prend en gage le nourrisson du pauvre. Ils s'en vont nus, sans vêtements; affamés, ils portent les gerbes. En plein midi ils restent entre deux murettes, altérés, ils foulent les cuves. De la ville on entend gémir les mourants, les blessés, dans un souffle, crier à l'aide. Et Dieu reste sourd à la prière!
R/. Qui consolabátur me recéssit a me; quæro quod vólui, et non invénio; * Fundent óculi mei lácrimas, quia replétus sum amaritúdine. V/. Fletum deduxérunt óculi mei, et pálpebras meas opéruit umbra mortis. * Fundent. V/. Glória Patri. * Fundent. R/. Celui qui était ma consolation s'est éloigné de moi; je cherche ce que j'aimais, je ne le trouve pas; * Mes yeux versent des larmes, car je suis rempli d'amertume. V/. Les pleurs s'échappent de mes yeux, l'ombre de la mort s'étend sur mes paupières. * Mes yeux. V/. Gloire au Père. * Mes yeux.
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Lectio Lecture
Ex Constitutióne dogmática Lumen géntium Concílii Vaticáni secúndi De Ecclésia (N. 62) Constitution dogmatique Lumen gentium du deuxième Concile du Vatican sur l'Église
Hæc in grátiæ œconómia matérnitas Maríæ indesinénter perdúrat, inde a consénsu quem in Annuntiatióne fidéliter præbuit, quemque sub cruce incunctánter sustínuit, usque ad perpétuam ómnium electórum consummatiónem. In cælis enim assúmpta salutíferum hoc munus non depósuit, sed multíplici intercessióne sua pergit in ætérnæ salútis donis nobis conciliándis. À partir du consentement qu'elle apporta par sa foi au jour de l'Annonciation et qu'elle maintint dans sa fermeté sous la croix, la maternité de Marie dans le dessein de la grâce se continue sans interruption jusqu'à la consommation définitive de tous les élus. En effet, après son Assomption au ciel, son rôle dans le salut ne s'interrompt pas: par son intercession répétée elle continue à nous obtenir les dons qui assurent notre salut éternel.
Matérna sua caritáte de frátribus Fílii sui adhuc peregrinántibus necnon in perículis et angústiis versántibus curat, donec ad felícem pátriam perducántur. Proptérea beáta Virgo in Ecclésia, títulis advocátæ, auxiliatrícis, adiutrícis, mediatrícis invocátur. Quod tamen ita intellégitur, ut dignitáti et efficacitáti Christi uníus Mediatóris nihil déroget, nihil superáddat. Son amour maternel la rend attentive aux frères de son Fils dont le pèlerinage n'est pas achevé, ou qui se trouvent engagés dans les périls et les épreuves, jusqu'à ce qu'ils parviennent à la patrie bienheureuse. C'est pourquoi la bienheureuse Vierge est invoquée dans l'Église sous les titres d'avocate, d'auxiliatrice, de secourable, de médiatrice, tout cela cependant entendu de telle sorte que nulle dérogation, nulle addition n'en résulte quant à la dignité et à l'efficacité de l'unique Médiateur, le Christ.
Nulla enim creatúra cum Verbo Incarnáto ac Redemptóre connumerári umquam potest; sed sicut sacerdótium Christi váriis modis tum a minístris tum a fidéli pópulo participátur, et sicut una bónitas Dei in creatúris modis divérsis reáliter diffúnditur, ita étiam única mediátio Redemptóris non exclúdit, sed súscitat váriam apud creatúras participátam ex único fonte cooperatiónem. Tale autem munus subordinátum Maríæ Ecclésia profitéri non dúbitat, iúgiter experítur et fidélium cordi comméndat, ut hoc matérno fulti præsídio Mediatóri ac Salvatóri intímius adhæreant. Aucune créature, en effet, ne peut jamais être mise sur le même pied que le Verbe incarné et rédempteur. Mais tout comme le sacerdoce du Christ est participé sous des formes diverses, tant par les ministres que par le peuple fidèle, et tout comme l'unique bonté de Dieu se répand réellement sous des formes diverses dans les créatures, ainsi l'unique médiation du Rédempteur n'exclut pas, mais suscite au contraire une coopération variée de la part des créatures, en dépendance de l'unique source. Ce rôle subordonné de Marie, l'Église le professe sans hésitation; elle ne cesse d'en faire l'expérience; elle le recommande au cœur des fidèles pour que cet appui et ce secours maternels les aident à s'attacher plus intimement au Médiateur et Sauveur.
R/. Numquid Dóminus supplántat iudícium, aut Omnípotens subvértit quod iustum est? Líbera me, Dómine, et pone me iuxta te * Et cuiúsvis manus pugnet contra me. V/. Apprehénde arma et scutum et exsúrge in adiutórium mihi. * Et. V/. Glória Patri. * Et. R/. Dieu ferait-il fléchir le droit, le Tout-Puissant fausserait-il la justice? Délivre-moi, Seigneur, place-moi près de toi, * Et ensuite, que le poing du premier venu essaye de me frapper! V/. Prends une armure, un bouclier, lève-toi pour me défendre. * Et ensuite. V/. Gloire au Père. * Et ensuite.