Vigiles (OSB) du mercredi 1 août 2018 - St Alphonse-Marie de Liguori, évêque et docteur de l'Église

Hebdomada XVII per annum XVIIème semaine dans l'année
Feria IV Mercredi
S. Alfonsi Mariae de Liguori, episcopi et Ecclesiae doctoris St Alphonse-Marie de Liguori, évêque et docteur de l'Église
Memoria Mémoire
éditer éditer
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
Lectio Lecture
De libro Iob Du livre de Job
Respóndens Eliu fílius Bárachel Buzítes dixit: Audi, Iob, elóquia mea et omnes sermónes meos auscúlta. Ecce apérui os meum, loquátur lingua mea in fáucibus meis. Ex recto corde sermónes mei sunt, et senténtiam puram lábia mea loquéntur. Élihou fils de Barakéel le Buzite dit: Veuille, Job, écouter mes dires, tends l'oreille à toutes mes paroles. Voici que j'ouvre la bouche et ma langue articule des mots sur mon palais. Mon cœur délivrera des paroles de science, mes lèvres s'exprimeront avec sincérité.
Spíritus Dei fecit me, et spiráculum Omnipoténtis vivificávit me. Si potes, respónde mihi, prpara te coram me et consíste. Ecce ego sicut tu coram Deo sum et de eódem luto abscíssus sum et ego. Verúmtamen terror meus non te térreat, et onus meum non sit tibi grave. Dixísti ergo in áuribus meis, et vocem verbórum tuórum audívi: "Mundus sum ego et absque delícto; immaculátus, et non est iníquitas in me." C'est l'esprit de Dieu qui m'a fait, le souffle de Shaddaï qui m'anima. Si tu le peux, réponds-moi! Tiens-toi prêt devant moi, prends position! Vois, je suis ton égal, non un dieu; comme toi, d'argile je suis pétri. Aussi ma terreur ne t'effraiera point, ma main ne pèsera pas sur toi. Comment as-tu pu dire à mes oreilles car - j'ai entendu le son de tes paroles: " Je suis pur, sans transgression; je suis intact, sans faute. "
"Quia querélas in me répperit, ídeo arbitrátus est me inimícum sibi; pósuit in nervo pedes meos, custodívit omnes sémitas meas." Hoc est ergo in quo non es iustificátus, respondébo tibi, quia maior est Deus hómine. Quare advérsus eum conténdis, quod non ad ómnia verba respónderit tibi? " Mais il invente des prétextes contre moi et il me considère comme son ennemi. Il met mes pieds dans les ceps et surveille tous mes sentiers? " Or, en cela, je t'en réponds, tu as eu tort, car Dieu dépasse l'homme. Pourquoi lui chercher querelle parce qu'il ne te répond pas mot pour mot?
Semel lóquitur Deus, et secúndo idípsum non répetit. Per sómnium in visióne noctúrna, quando írruit sopor super hómines, et dórmiunt in léctulo, tunc áperit aures virórum et in visiónibus terret eos, ut avértat hóminem ab his quæ facit, et líberet eum de supérbia, éruens ánimam eius a fóvea et vitam illíus, ut non tránseat canálem mortis. Increpat quoque per dolórem in léctulo, et trémitus óssium eius contínuus. Abominábilis ei fit in vita sua panis, et ánimæ illíus cibus ante desiderábilis. Tabéscet caro eius in conspéctu, et ossa quæ non videbántur nudabúntur. Appropinquávit corruptióni fóveæ, et vita illíus mortíferis sédibus. Dieu parle d'une façon et puis d'une autre, sans qu'on prête attention. Par des songes, par des visions nocturnes, quand une torpeur s'abat sur les humains et qu'ils sont endormis sur leur couche, alors il parle à leurs oreilles, il les épouvante par des apparitions, pour détourner l'homme de ses œuvres et mettre fin à son orgueil. Il préserve ainsi son âme de la fosse, sa vie du passage par le Canal. Il le corrige aussi sur son grabat par la souffrance, quand ses os tremblent sans arrêt, quand sa vie prend en dégoût la nourriture et son appétit les friandises; quand sa chair se consume à vue d'œil et que se dénudent les os qui étaient cachés; quand son âme approche de la fosse et sa vie du séjour des morts.
R/. Adésto dolóri meo, Deus, nímium fátigor, et cécidit in luctum cíthara mea, * Et cantátio mea in ploratiónem. V/. Versa est in luctum cíthara mea, et órganum meum in vocem fléntium. * Et cantátio. V/. Glória Patri. * Et cantátio. R/. Assiste-moi dans ma souffrance, mon Dieu, je suis exténué; ma cithare ne rend plus que des sons plaintifs, * Mes cantiques deviennent des lamentations. V/. Ma cithare ne résonne plus que d'accords lugubres; ma flûte, que de tristes mélopées. * Mes cantiques. V/. Gloire au Père. * Mes cantiques.
éditer éditer
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Lectio Lecture
Ex Spéculo Guliélmi abbátis monastérii Sancti Theodoríci (Cap. 6, 71-72: SC 301, 136-138) Miroir de la foi de Guillaume de Saint-Thierry
Tu, o fidélis ánima, cum in fide tua natúræ trepidánti ingerúntur occultióra mystéria, aude et dic, non stúdio occurréndi, sed amóre sequéndi: "Quómodo fiunt ista?" Quæstio tua orátio tua sit, amor sit, píetas et húmile desidérium; non in sublímibus scrutans Dei maiestátem, sed in salutáribus Dei salutárium nostrórum quærens salútem. Toi, âme fidèle, lorsque dans l'exercice de ta foi se présentent à ta nature qui en frémit des mystères plus cachés, dis avec assurance, non par volonté de t'y opposer, mais par affection de t'y prêter: " Comment cela se fait-il? " Que ta question soit ta prière; qu'elle soit amour, piété filiale, humble désir. Qu'elle ne scrute pas avec hauteur la majesté divine, mais qu'elle cherche le salut dans les moyens de salut du Dieu de notre salut.
Festína ergo párticeps esse Spíritus Sancti. Adest cum invocátur; nec nisi iam adsit invocátur. Cumque invocátus venit, in abundántia venit benedictiónis Dei. Flúminis ímpetus est, lætíficans civitátem Dei. Et cum vénerit, si te invénerit húmilem et quiétum et treméntem sermónes Dei, requiéscet super te; et revelábit tibi quod aufert Deus Pater a sapiéntibus et prudéntibus huius sæculi; et illucéscere tibi incípient ea quæ pótuit Sapiéntia discípulis in terra dícere; sed illi non póterant portáre donec veníret Spíritus veritátis qui docéret eos omnem veritátem. Hâte-toi donc de devenir participant de l'Esprit Saint. Il est présent dès qu'on l'invoque; et si on l'invoque, c'est qu'il est déjà présent. Et lorsqu'il vient quand on l'invoque, il vient dans l'abondance des bénédictions divines. C'est lui le fleuve impétueux qui réjouit la cité de Dieu. Et si, lors de sa venue, il te trouve humble et paisible, et tremblant à la parole de Dieu, il reposera sur toi, et il te révélera ce que Dieu le Père cache aux sages et aux prudents de ce monde. Alors commenceront à briller pour toi toutes ces vérités que la Sagesse, alors qu'elle était sur terre, pouvait révéler aux disciples, mais qu'ils ne pouvaient, eux, porter avant la venue de l'Esprit - cet Esprit de vérité qui leur enseignerait la vérité tout entière.
In qua percipiénda vel discénda, frustra hoc exspectátur ab ore cuiúsvis hóminis, quod pércipi non pótuit vel disci ex lingua ipsíus Veritátis. Sicut enim ipsa Véritas dicit: Spíritus est Deus, et sicut necésse est eos qui adórant eum, in spíritu et veritáte adoráre; sic scire eum vel cognóscere desiderántibus, nónnisi in Spíritu Sancto intelléctum fídei et puræ ac meræ illíus veritátis sensum éxpedit quærere. In ténebris enim et ignorántia vitæ huius, paupéribus spíritu ipse est lumen illúminans; ipse trahens cáritas; ipse affíciens suávitas; ipse hóminis ad Deum accéssus; ipse amor amántis; ipse devótio; ipse píetas. Ipse ex fide in fidem revélat fidélibus Dei iustítiam, cum pro grátia dat grátiam, pro fide audítus fidem illuminátam. Pour ce qui est de percevoir ou d'apprendre cette vérité, il est bien vain d'attendre de la bouche d'un homme, quel qu'il soit, la révélation et l'explication de ce qui n'a pu être perçu ou appris de la bouche de la Vérité même. Puisque, la Vérité même nous l'affirme, Dieu est esprit, et que ceux qui l'adorent doivent nécessairement l'adorer en esprit et en vérité, de même ceux qui désirent le connaître ou le comprendre ne doivent attendre que de l'Esprit Saint l'intelligence de la foi, le sens de cette vérité pure et sans mélange. Au milieu de l'ignorance et des ténèbres de cette vie, il est, pour les pauvres en esprit, la lumière qui éclaire; il est la charité qui attire; il est la douceur qui affecte l'âme; il est l'accès de l'homme auprès de Dieu; il est l'amour de qui aime; il est la dévotion; il est la piété. C'est lui qui révèle au fidèle, conduit de la foi à la foi, la justice de Dieu, lorsqu'il donne grâce pour grâce et, pour la foi qui vient de l'écoute, la foi illuminée.
R/. Ecce vir prudens qui ædificávit domum suam supra petram; in cuius ore non est invéntus dolus, * Quia Deus elégit eum in sacerdótem sibi. V/. Ecce vere Israelíta in quo dolus non est. * Quia. V/. Glória Patri. * Quia. R/. Voici un homme prévoyant qui a bâti sa maison sur le roc; jamais il n'a proféré le mensonge: * Dieu l'a choisi pour en faire son prêtre. V/. Voici un véritable fils d'Israël, un homme qui ne sait pas mentir: * Dieu. V/. Gloire au Père. * Dieu.