Vigiles (OSB) du lundi 27 août 2018 - Ste Monique

Hebdomada XXI per annum XXIème semaine dans l'année
Feria II Lundi
S. Monicae Ste Monique
Memoria Mémoire
éditer éditer
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
Lectio Lecture
De Epístula beáti Pauli apóstoli ad Titum De la lettre de saint Paul à Tite
Tu autem, caríssime, lóquere, quæ decent sanam doctrínam. Senes, ut sóbrii sint, pudíci, prudéntes, sani fide, dilectióne, patiéntia. Anus simíliter in hábitu sanctæ, non criminatríces, non vino multo déditæ, bene docéntes, ut prudéntiam dóceant adulescéntulas, ut viros suos ament, fílios díligant, prudéntes sint, castæ, domus curam habéntes, benígnæ, súbditæ suis viris, ut non blasphemétur verbum Dei. Iúvenes simíliter hortáre, ut sóbrii sint. In ómnibus teípsum prbens exémplum bonórum óperum, in doctrína integritátem, gravitátem, in verbo sano irreprehensíbilem, ut is, qui ex advérso est, vereátur, nihil habens malum dícere de nobis. Servos dóminis suis súbditos esse in ómnibus, placéntes esse, non contradicéntes, non fraudántes, sed omnem fidem bonam ostendéntes, ut doctrínam salutáris nostri Dei ornent in ómnibus. Pour toi, enseigne ce qui est conforme à la saine doctrine. Que les vieillards soient sobres, dignes, pondérés, robustes dans la foi, la charité, la constance. Que pareillement les femmes âgées aient le comportement qui sied à des saintes: ni médisantes, ni adonnées au vin, mais de bon conseil; ainsi elles apprendront aux jeunes femmes à aimer leur mari et leurs enfants, à être réservées, chastes, femmes d'intérieur, bonnes, soumises à leur mari, en sorte que la parole de Dieu ne soit pas blasphémée. Exhorte également les jeunes gens à garder en tout la pondération, offrant en ta personne un exemple de bonne conduite: pureté de doctrine, dignité, enseignement sain, irréprochable, afin que l'adversaire, ne pouvant dire aucun mal de nous, soit rempli de confusion. Que les esclaves soient soumis en tout à leurs maîtres, cherchant à leur donner satisfaction, évitant de les contredire, ne commettant aucune indélicatesse, se montrant au contraire d'une parfaite fidélité: ainsi feront-ils honneur en tout à la doctrine de Dieu notre Sauveur.
Appáruit grátia Dei salutáris ómnibus homínibus erúdiens nos, ut abnegántes impietátem et sæculária desidéria sóbrie et iuste et pie vivámus in hoc sæculo, exspectántes beátam spem et advéntum glóriæ magni Dei et salvatóris nostri Iesu Christi, qui dedit semetípsum pro nobis, ut nos redímeret ab omni iniquitáte et mundáret sibi pópulum peculiárem, sectatórem bonórum óperum. La grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, s'est manifestée, nous enseignant à renoncer à l'impiété et aux convoitises de ce monde, pour vivre en ce siècle présent dans la réserve, la justice et la piété, attendant la bienheureuse espérance et l'Apparition de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur, le Christ Jésus qui s'est livré pour nous afin de nous racheter de toute iniquité et de purifier un peuple qui lui appartienne en propre, zélé pour le bien.
Hæc lóquere et exhortáre et árgue cum omni império. Nemo te contémnat! Admone illos princípibus, potestátibus súbditos esse, dicto obœdíre, ad omne opus bonum parátos esse, néminem blasphemáre, non litigiósos esse, modéstos, omnem ostendéntes mansuetúdinem ad omnes hómines. C'est ainsi que tu dois parler, exhorter, reprendre avec une autorité entière. Que personne ne te méprise. Rappelle à tous qu'il faut être soumis aux magistrats et aux autorités, pratiquer l'obéissance, être prêt à toute bonne œuvre, n'outrager personne, éviter les disputes, se montrer bienveillant, témoigner à tous les hommes une parfaite douceur.
R/. Delectáre in Dómino, * Et dabit tibi petitiónes cordis tui. V/. Revéla Dómino viam tuam et spera in eum, et ipse faciet. * Et dabit. V/. Glória Patri. * Et dabit. R/. Mets ta joie dans le Seigneur: * Il comblera les désirs de ton cœur. V/. Découvre au Seigneur tes voies, fais-lui confiance, et lui, il agira. * Il comblera. V/. Gloire au Père. * Il comblera.
éditer éditer
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Lectio Lecture
Ex Confessiónum libris sancti Augustíni epíscopi (Lib. 6, 1: CCL 27, 73) Confessions de saint Augustin
Iam vénerat ad me mater pietáte fortis, terra maríque me sequens, et in perículis ómnibus de te secúra. Nam et per marína discrímina ipsos nautas consolabátur, a quibus rudes abýssi viatóres, cum perturbántur, consolári solent: póllicens eis perventiónem cum salúte, quia hoc ei tu per visum pollícitus eras. Et invénit me periclitántem quidem gráviter desperatióne indagándæ veritátis. Déjà ma mère était venue auprès de moi: forte de sa piété, elle m'avait suivi sur terre et sur mer, trouvant dans tous les périls sa sécurité en toi. Ainsi, même dans les moments critiques de la traversée, elle donnait courage aux matelots eux-mêmes, auprès de qui les voyageurs novices de l'abîme trouvent d'ordinaire courage quand ils sont en désarroi: elle leur promettait l'arrivée au port et la vie sauve, parce que toi tu le lui avais promis en vision. Et elle me trouva dans un grand danger sans doute, puisque j'avais perdu tout espoir de découvrir le chemin de la vérité.
Sed tamen ei cum indicássem non me quidem iam esse manichæum, sed neque cathólicum christiánum, non quasi inopinátum áliquid audíerit, exilívit lætítia; cum iam secúra fíeret ex ea parte misériæ meæ, in qua me tamquam mórtuum sed resuscitándum tibi flebat, et ferétro cogitatiónis offerébat, ut díceres fílio víduæ: Iúvenis, tibi dico, surge, et revivísceret et incíperet loqui et tráderes illum matri suæ. Néanmoins, quand je lui appris qu'en vérité je n'étais plus manichéen, mais que je n'étais pas non plus chrétien catholique, elle ne sursauta pas de joie, comme à une nouvelle inattendue; désormais pourtant, elle était rassurée sur cette partie de ma misère, où j'étais comme un mort, mais un mort à ressusciter qu'elle pleurait devant toi et te présentait sur la civière de sa pensée, voulant te faire dire au fils de la veuve: Jeune homme, je te le dis, lève-toi, afin qu'il revînt à la vie et se mît à parler et que tu le rendisses à sa mère.
Nulla ergo turbulénta exsultatióne trepidávit cor eius cum audísset ex tanta parte iam factum, quod tibi cotídie plangébat ut fíeret, veritátem me nondum adéptum, sed falsitáti iam eréptum; immo vero quia certa erat et quod restábat te datúrum, qui totum promíseras, placidíssime et péctore pleno fidúciæ respóndit mihi crédere se in Christo, quod priúsquam de hac vita emigráret, me visúra esset fidélem cathólicum. Et hoc quidem mihi. Tibi autem, fons misericordiárum, preces et lácrimas densióres, ut acceleráres adiutórium tuum et illumináres ténebras meas, et studiósius ad ecclésiam cúrrere et in Ambrósii ora suspéndi ad fontem saliéntis aquæ in vitam ætérnam. Aucune joie tumultueuse ne fit donc sursauter son cœur quand elle apprit que, pour une part si importante, déjà s'était accompli ce que chaque jour en pleurant elle te demandait d'accomplir: je n'avais pas encore atteint la vérité, mais déjà j'étais arraché à l'erreur. Bien mieux, parce qu'elle était certaine que ce qui restait, tu l'accorderais aussi, toi qui avais promis le tout, avec le plus grand calme et le cœur plein de confiance, elle me fit cette réponse: elle avait foi, dans le Christ, qu'avant de sortir de cette vie, elle me verrait fidèle catholique. Oui, voilà ce qu'elle dit devant moi; mais devant toi, source des miséricordes, c'étaient des flots plus denses de prières et de larmes, pour te faire hâter ton aide et illuminer mes ténèbres, et une ardeur plus grande pour courir à l'église et se suspendre aux paroles sorties des lèvres d'Ambroise, à la source de l'eau jaillissant pour la vie éternelle.
R/. Propter veritátem et mansuetúdinem et iustítiam, * Et dedúcet te mirabíliter déxtera tua. V/. Dilexísti iustítiam et odísti iniquitátem. * Proptérea unxit te Deus, Deus tuus.* Et. V/. Glória Patri. * Et. R/. Pour la justice, la clémence et la vérité, * Ta droite admirablement te guidera. V/. Tu as aimé la justice et réprouvé le mal: aussi, Dieu, ton Dieu, t'a consacrée. * Ta droite. V/. Gloire au Père. * Ta droite.