Vigiles (OSB) du lundi 3 décembre 2018 - St François-Xavier, prêtre

In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
De libro Isaíæ prophétæ Du livre d'Isaïe
Lectio I Lecture I
Factum est in diébus Achaz fílii Ióatham fílii Ozíæ, regis Iudæ, ascéndit Rasin rex Sýriæ et Phácee fílius Romelíæ rex Israel in Ierúsalem ad præliándum contra eam; et non potuérunt debelláre eam. Et nuntiavérunt dómui David dicéntes: " Requiévit Sýria super Ephraim ". Et commótum est cor eius et cor pópuli eius, sicut movéntur ligna silvárum a fácie venti. Et dixit Dóminus ad Isaíam: "Egrédere in occúrsum Achaz, tu et Seariásub fílius tuus, ad extrémum aquædúctus piscínæ superióris in viam agri fullónis; et dices ad eum: Vide, ut síleas; noli timére, et cor tuum ne formídet a duábus caudis titiónum fumigántium istórum, ob ardórem iræ Rasin et Sýriæ et fílii Romelíæ, eo quod consílium malum iníerit contra te Sýria, Ephraim et fílius Romelíæ dicéntes: "Ascendámus ad Iudam et terrórem iniciámus ei et avellámus eum ad nos et ponámus regem in médio eius fílium Tábeel" ". Au temps d'Achaz, fils de Yotam, fils d'Ozias, roi de Juda, Raçôn, roi d'Aram, monta avec Péqah, fils de Remalyahu, roi d'Israël, vers Jérusalem pour porter l'attaque contre elle, mais il ne put l'attaquer. On annonça à la maison de David: « Aram a fait halte sur le territoire d'Ephraïm. » Alors son cœur et le cœur de son peuple se mirent à chanceler comme chancellent les arbres de la forêt sous le vent. Et le Seigneur dit à Isaïe: « Sors au-devant d'Achaz, toi et Shéar-Yashub ton fils, vers l'extrémité du canal de la piscine supérieure, vers le chemin du champ du Foulon. Tu lui diras: Prends garde et calme-toi. Ne crains pas et que ton cœur ne défaille pas devant ces deux bouts de tisons fumants, à cause de l'ardente colère de Raçôn, d'Aram et du fils de Remalyahu, parce qu'Aram, Ephraïm et le fils de Remalyahu ont tramé contre toi un mauvais coup en disant: "Montons contre Juda, détruisons-le, brisons-le pour le ramener vers nous, et nous y établirons comme roi le fils de Tabeel". »
R/. Missus est Gábriel angelus ad Maríam Vírginem desponsátam Ioseph, núntians ei verbum; et expavéscit Virgo de lúmine: Ne tímeas, María, invenísti grátiam apud Dóminum. * Ecce concípies et páries et vocábitur Altíssimi Fílius. V/. Ave, María, grátia plena, Dóminus tecum. * Ecce. R/. L'ange Gabriel fut envoyé à Marie, la vierge accordée en mariage à Joseph, pour lui annoncer un message de Dieu; et la vierge fut saisie d'effroi devant la lumière: Ne crains pas, Marie, tu as trouvé grâce auprès du Seigneur: * Voici que tu vas concevoir et enfanter un Fils. On l'appellera le Fils du Très-Haut. V/. Réjouis-toi, Marie, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi. * Voici.
Lectio II Lecture II
Hæc dicit Dóminus Deus: " Non stabit et non erit! Caput enim Sýriæ Damáscus, et caput Damásci Rasin; et adhuc sexagínta et quinque anni, et désinet Ephraim esse pópulus; et caput Ephraim Samaría, et caput Samaríæ fílius Romelíæ. Si non credidéritis, non permanébitis. " Ainsi parle le Seigneur Dieu: « Cela ne tiendra pas, cela ne sera pas; car la tête d'Aram c'est Damas, et la tête de Damas c'est Raçôn; encore soixante-cinq ans, et Ephraïm cessera d'être un peuple. La tête d'Ephraïm c'est Samarie, et la tête de Samarie c'est le fils de Remalyahu. Si vous ne croyez pas, vous ne vous maintiendrez pas. »
R/. Ave, María, grátia plena, Dóminus tecum. * Spíritus Sanctus supervéniet in te et virtus Altíssimi obumbrábit tibi; quod enim ex te nascétur Sanctum, vocábitur Fílius Dei. V/. Quómodo fiet istud, quóniam virum non cognósco? Et respóndens Angelus, dixit ei. * Spíritus Sanctus. R/. Réjouis-toi, Marie, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi. * L'Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre; c'est pourquoi celui qui naîtra de toi sera saint, il sera appelé: Fils de Dieu. V/. Comment cela va-t-il se faire, puisque je suis vierge? Et l'ange lui répondit: * L'Esprit Saint.
Lectio III Lecture III
Et adiécit Dóminus loqui ad Achaz dicens: " Pete tibi signum a Dómino Deo tuo in profúndum inférni sive in excélsum supra. " Et dixit Achaz: " Non petam et non tentábo Dóminum. " Et dixit: " Audíte ergo, domus David; numquid parum vobis est moléstos esse homínibus, quia molésti estis et Deo meo? Propter hoc dabit Dóminus ipse vobis signum. Ecce, virgo concípiet et páriet fílium et vocábit nomen eius Emmánuel; butýrum et mel cómedet, ut ipse sciat reprobáre malum et elígere bonum. Quia ántequam sciat puer reprobáre malum et elígere bonum, desolábitur terra, cuius tu formídas duos reges; addúcet Dóminus super te et super pópulum tuum et super domum patris tui dies qui non venérunt a diébus separatiónis Ephraim a Iuda, regem Assyriórum." Le Seigneur parla encore à Achaz en disant: « Demande un signe au Seigneur ton Dieu, au fond, dans le shéol, ou vers les hauteurs, au-dessus. » Et Achaz dit: « Je ne demanderai rien, je ne tenterai pas le Seigneur. » Il dit alors: « Écoutez donc, maison de David! Est-ce trop peu pour vous de lasser les hommes, que vous lassiez aussi mon Dieu? C'est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe: Voici, la jeune femme est enceinte, elle va enfanter un fils et elle lui donnera le nom d'Emmanuel. Il mangera du lait caillé et du miel jusqu'à ce qu'il sache rejeter le mal et choisir le bien. Car avant que l'enfant sache rejeter le mal et choisir le bien elle sera abandonnée, la terre dont les deux rois te jettent dans l'épouvante. Le Seigneur fera venir sur toi, sur ton peuple et sur la maison de ton père des jours tels qu'il n'en est pas venu depuis la séparation d'Ephraïm et de Juda (le roi d'Assur). »
R/. Salvatórem exspectámus Dóminum Iesum Christum, * Qui reformábit corpus humilitátis nostræ configurátum córpori claritátis suæ. V/. Præoccupémus fáciem eius in confessióne, et in psalmis iubilémus ei. * Qui reformábit. V/. Glória Patri. * Qui reformábit. R/. Nous attendons pour Sauveur le Seigneur Jésus- Christ, * Il va transfigurer notre corps de misère pour le rendre semblable à son corps de gloire. V/. Allons jusqu'à lui en rendant grâces, par nos hymnes de fête acclamons-le. * Il va. V/. Gloire au Père. * Il va.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Libro Cur Deus homo sancti Ansélmi epíscopi (Lib. 2, c. 8: SC 91, 368-370) Livre de saint Anselme Cur Deus homo
Lectio I Lecture I
Restat quærere unde et quómodo assúmet Deus humánam natúram. Aut enim assúmet eam de Adam, aut fáciet novum hóminem, quemádmodum fecit Adam de nullo álio hómine. Sed si novum hóminem facit non ex Adæ génere, non pertinébit ad genus humánum quod natum est de Adam. Quare non debébit satisfácere pro eo, quia non erit de illo. Sicut enim rectum est, ut pro culpa hóminis homo satisfáciat, ita necésse est ut satisfáciens idem sit qui peccátor aut eiúsdem géneris. Aliter namque nec Adam nec genus eius satisfáciet pro se. Ergo sicut de Adam et Eva peccátum in omnes hómines propagátum est, ita nullus nisi vel ipsi vel qui de illis náscitur, pro peccáto hóminum satisfácere debet. Quóniam ergo illi néqueunt, necésse est ut de illis sit qui hoc fáciet. Il reste à chercher maintenant d'où et comment Dieu assumera une nature humaine. Ou bien il la prendra d'Adam, ou bien il créera un homme nouveau à la manière dont il a créé Adam, sans recourir à aucun autre être humain. Mais s'il crée un homme nouveau qui ne soit pas de la race d'Adam, cet homme n'appartiendra pas au genre humain qui est né d'Adam et, par conséquent ne devra pas satisfaire pour lui, parce qu'il ne sera pas issu de lui. Car, s'il est juste que l'homme satisfasse pour la faute de l'homme, il est également nécessaire que celui qui satisfait soit le même que le pécheur ou de la même race que lui. Autrement, en effet, ni Adam ni sa race ne satisferaient pour eux-mêmes. En conséquence, de même qu'Adam et Eve sont à l'origine du péché qui s'est propagé dans tous les hommes, pareillement nul autre qu'eux-mêmes ou quelqu'un de leur descendance ne doit satisfaire pour le péché des hommes. Et puisqu'ils ne le peuvent pas eux-mêmes, il est nécessaire que celui qui accomplira cette satisfaction appartienne à leur descendance.
R/. Aspiciébam in visu noctis, et ecce in núbibus cæli Fílius hóminis veniébat; et datum est ei regnum et honor. * Et omnis pópulus, tribus et linguæ sérvient ei. V/. Potéstas eius, potéstas ætérna, quæ non auferétur: et regnum eius, quod non corrumpétur. * Et omnis. R/. Je regardais au cours des visions de la nuit, et voici: sur les nuées du ciel, s'avançait comme un fils d'homme; il lui fut remis le règne et l'honneur. * Tous les peuples, tribus et langues viendront le servir. V/. Sa puissance est une puissance éternelle, qui ne passera pas, et son règne, un règne qui ne sera pas détruit. * Tous les peuples.
Lectio II Lecture II
Amplius. Sicut Adam et totum genus eius per se stetísset sine sustentatióne altérius creatúræ, si non peccásset: ita opórtet ut, si idem genus resúrgit post casum, per se resúrgat et relevétur. Nam per quemcúmque in statum suum restituátur: per illum útique stabit, per quem statum suum recuperábit. Deus étiam quando humánam natúram prímitus fecit in solo Adam, nec féminam, ut de utróque sexu multiplicaréntur hómines, fácere vóluit nisi de ipso, apérte monstrávit se non nisi de Adam voluísse fácere, quod de natúra humána factúrus erat. Ce n'est pas tout. De même qu'Adam avec la totalité de sa race serait resté ferme dans la justice, par lui-même et sans l'aide d'une autre créature, s'il n'avait pas péché, pareillement, si cette même race se redresse après sa chute, c'est par elle-même qu'elle doit se redresser et se relever. Car, quelle que soit la personne qui la restaure dans son état de justice, c'est certainement par cette même personne qui lui permettra de retrouver cet état, que la race d'Adam pourra s'y maintenir. De plus, quand, au commencement, Dieu créa la nature humaine par la seule création d'Adam et ne voulut pas créer la femme, qui devait rendre possible la multiplication des hommes à partir de l'un et l'autre sexe, autrement qu'à partir d'Adam lui-même, il montra de manière évidente sa volonté d'accomplir à partir d'Adam seul tout ce qu'il se proposait d'accomplir dans la nature humaine.
R/. Obsecro, Dómine, mitte quem missúrus es: vide afflictiónem pópuli tui; * Sicut locútus es, veni, et líbera nos. V/. A solis ortu et occásu, ab aquilóne et mari. * Sicut. R/. Seigneur, nous t'en supplions, envoie celui que tu dois envoyer: regarde l'affliction de ton peuple; * Viens nous délivrer selon ta parole! V/. Du nord et du midi, du levant et du couchant, * Viens.
Lectio III Lecture III
Quaprópter si genus Adæ per áliquem relevátur hóminem qui non sit de eódem génere: non in illam dignitátem, quam habitúrum erat, si non peccásset Adam, et ídeo non íntegre restaurábitur et Dei propósitum defícere vidébitur; quæ duo inconveniéntia sunt. Ergo necésse est ut de Adam assumátur homo, per quem restaurándum est genus Adæ. C'est pourquoi si la race d'Adam est relevée par un homme qui ne soit pas issu de cette même race, elle ne sera pas restaurée dans cette dignité qui aurait dû être la sienne si Adam n'avait pas péché, et, par suite, elle ne sera pas intégralement restaurée et le dessein de Dieu semblera échouer: deux choses qui ne conviennent pas. Il est donc nécessaire que soit pris dans la descendance d'Adam l'homme qui doit restaurer la race d'Adam.
R/. Ecce virgo concípiet et páriet fílium, dicit Dóminus: * Et vocábitur nomen eius Admirábilis, Deus, Fortis. V/. Tóllite portas, príncipes, vestras, et elevámini, portæ æternáles, et introíbit Deus. * Et vocábitur. V/. Glória Patri. * Et vocábitur. R/. Voici: une vierge va concevoir et enfanter un fils, déclare le Seigneur, * On l'appellera: Admirable, Dieu, Fort. V/. Princes, élevez vos portes, levez-vous, portes éternelles, et Dieu fera son entrée. * On l'appellera. V/. Gloire au Père. * On l'appellera.