Vigiles (OSB) du jeudi 6 décembre 2018 - de la férie

Hebdomada I Adventus Ière semaine de l'Avent
Feria V Jeudi
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
De libro Isaíæ prophétæ Du livre d'Isaïe
Lectio I Lecture I
Et erit: cum impléverit Dóminus cuncta ópera sua in monte Sion et in Ierúsalem, visitábo super fructum supérbiæ cordis regis Assýriæ, et super arrogántiam altitúdinis oculórum eius. Dixit enim: " In fortitúdine manus meæ feci et in sapiéntia mea, prudens sum enim; et ábstuli términos populórum, et scrínia eórum deprædátus sum et detráxi quasi potens in sublími sedéntes; et apprehéndit quasi nidum manus mea fortitúdinem populórum; et sicut colligúntur ova derelícta, sic univérsam terram ego congregávi, et non fuit qui movéret pennam aut aperíret os et ganníret. " Lorsque le Seigneur achèvera toute son œuvre sur la montagne de Sion et à Jérusalem, il châtiera le fruit du cœur orgueilleux du roi d'Assur et la morgue de ses regards arrogants. Car il a dit: « C'est par ma main puissante que j'ai fait cela, par ma sagesse, car j'ai agi avec intelligence. Je supprimais les frontières des peuples; j'ai saccagé leurs trésors; comme un puissant je soumettais les habitants. Ma main a cueilli, comme au nid, les richesses des peuples, et comme on ramasse des œufs abandonnés, j'ai ramassé toute la terre; pas un n'a battu des ailes, ni ouvert le bec pour pépier. »
R/. Obsecro, Dómine, mitte quem missúrus es: vide afflictiónem pópuli tui; * Sicut locútus es, veni, et líbera nos. V/. A solis ortu et occásu, ab Aquilóne et mari. * Sicut. R/. Seigneur, nous t'en supplions, envoie celui que tu dois envoyer: regarde l'affliction de ton peuple; * Viens nous délivrer selon ta parole! V/. Du nord et du midi, du levant et du couchant, * Viens.
Lectio II Lecture II
Numquid gloriábitur secúris contra eum qui secat in ea? Quómodo si ágitet virga elevántem eam, et exáltet báculus eum qui non est lignum. Propter hoc mittet Dominátor Dóminus exercítuum in pingues eius tenuitátem; et subtus glóriam eius ardor ardébit quasi combústio ignis. Et erit Lumen Israel ignis, et Sanctus eius flamma; et succendétur et devorábit spinas eius et vepres in die una. Et glóriam saltus eius et horti eius ab ánima usque ad carnem consúmet, et erit sicut æger tabéscens; et relíquiæ ligni saltus eius tam paucæ erunt, ut puer scribat ea. Se glorifie-t-elle, la scie, aux dépens de celui qui la manie? Comme si le bâton faisait mouvoir ceux qui le lèvent, comme si le gourdin levait ce qui n'est pas de bois! C'est pourquoi le Seigneur Dieu des armées enverra contre ses hommes gras la maigreur, et sous sa gloire un brasier s'embrasera, comme s'embrase le feu. La lumière d'Israël deviendra un feu et son Saint une flamme, elle brûlera et consumera ses épines et ses ronces en un jour. La luxuriance de sa forêt et de son verger, il l'anéantira corps et âme, et ce sera comme un malade qui s'éteint. Le reste des arbres de sa forêt sera un petit nombre, un enfant l'écrirait.
R/. Ecce virgo concípiet et páriet fílium, dicit Dóminus, * Et vocábitur nomen eius Admirábilis, Deus, Fortis. V/. Tóllite portas, príncipes, vestras, et elevámini, portæ æternáles, et introíbit Deus. * Et vocábitur. R/. Voici: une vierge va concevoir et enfanter un fils, déclare le Seigneur, * On l'appellera: Admirable, Dieu, Fort. V/. Princes, élevez vos portes, levez-vous, portes éternelles, et Dieu fera son entrée. * On l'appellera.
Lectio III Lecture III
Et erit in die illa: non adíciet resíduum Israel et qui effúgerint de domo Iacob, inníti super eo qui pércutit eos, sed inniténtur super Dóminum Sanctum Israel in veritáte. Relíquiæ reverténtur, relíquiæ, inquam, Iacob ad Deum fortem. Ce jour-là, le reste d'Israël et les survivants de la maison de Jacob cesseront de s'appuyer sur qui les frappe; ils s'appuieront en vérité sur le Seigneur, le Saint d'Israël. Un reste reviendra, le reste de Jacob, vers le Dieu fort.
R/. Aspiciébam in visu noctis, et ecce in núbibus cæli Fílius hóminis veniébat; et datum est ei regnum et honor. * Et omnis pópulus, tribus et linguæ sérvient ei. V/. Potéstas eius, potéstas ætérna, quæ non auferétur: et regnum eius, quod non corrumpétur. * Et omnis. V/. Glória Patri. * Et omnis. R/. Je regardais au cours des visions de la nuit, et voici: sur les nuées du ciel, s'avançait comme un fils d'homme; il lui fut remis le règne et l'honneur. * Tous les peuples, tribus et langues viendront le servir. V/. Sa puissance est une puissance éternelle, qui ne passera pas, et son règne, un règne qui ne sera pas détruit. * Tous les peuples. V/. Gloire au Père. * Tous les peuples.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Sermónibus sancti Cæsárii Arelaténsis epíscopi (Sermo 188, 1-2: CCL 104, 767-768) Sermon de saint Césaire d'Arles
Lectio I Lecture I
Sanctam et desiderábilem, gloriósam ac singulárem sollemnitátem, hoc est, nativitátem Dómini Salvatóris, fratres caríssimi, devotióne fidelíssima susceptúri, totis víribus nos debémus cum ipsíus adiutório præparáre, et omnes látebras ánimæ nostræ diligénter aspícere; ne forte sit in nobis áliquod peccátum abscónditum, quod et consciéntiam confúndat ac mórdeat, et óculos divínæ maiestátis offéndat. Nam licet Christus Dóminus noster post passiónem suam resurréxerit, et in cælum ascénderit, consíderat tamen, ut crédimus, et diligénter atténdit, quáliter se unusquísque servórum eius sine avarítia, sine ira, sine supérbia atque luxúria, ad celebrándum eius natalícium stúdeat præparáre atque compónere; et secúndum quod unumquémque ornátum bonis opéribus víderit, ita illi grátiam suæ misericórdiæ dispensábit. Si nous voulons, frères bien-aimés, recevoir avec toute la dévotion de notre foi la solennité sainte, désirable, glorieuse, sans pareille je veux dire la Nativité du Seigneur Sauveur , il faut nous préparer de toutes nos forces, aidés par lui-même, et scruter attentivement les replis de notre âme, afin qu'il ne trouve pas en nous quelque faute cachée rongeant même notre conscience et blessant la divine majesté. Car, bien que le Christ notre Seigneur, après sa passion, soit ressuscité et monté au ciel, il considère pourtant, croyons-nous, et ne laisse pas de remarquer comment chacun de ses serviteurs a soin de se préparer, en écartant toute avarice, colère, orgueil et sensualité, à célébrer son jour de naissance et à s'y bien disposer. Et selon qu'il aura vu l'un ou l'autre orné de bonnes œuvres, il lui donnera part à la grâce de sa miséricorde.
R/. Salvatórem exspectámus Dóminum Iesum Christum, * Qui reformábit corpus humilitátis nostræ configurátum córpori claritátis suæ. V/. Præoccupémus fáciem eius in confessióne, et in psalmis iubilémus ei. * Qui reformábit. R/. Nous attendons pour Sauveur le Seigneur Jésus- Christ, * Il va transfigurer notre corps de misère pour le rendre semblable à son corps de gloire. V/. Allons jusqu'à lui en rendant grâces, par nos hymnes de fête acclamons-le. * Il va.
Lectio II Lecture II
In natále enim Dómini, fratres dilectíssimi, quasi in núptiis spiritálibus sponsæ suæ Ecclésiæ Christus adiúnctus est: tunc véritas de terra orta est, tunc iustítia de cælo prospéxit, tunc procéssit sponsus de thálamo suo, hoc est, Verbum Dei de útero virgináli. Procéssit enim cum sponsa sua, id est humánam carnem suscépit. Ad istas ergo tam sanctas núptias invitáti, et ad convívium Patris et Fílii et Spíritus Sancti intratúri, vidéte quálibus induméntis debeámus ornári. Et ídeo mundémus, quantum póssumus, cum Dei adiutório, corda simul et córpora nostra: ut cæléstis ille invitátor nihil in nobis sórdidum, nihil fœdum, nihil obscúrum, nihil óculis suis deprehéndat indígnum. Dans la nativité du Seigneur, en effet, frères bien-aimés, le Christ s'est uni à l'Église son Épouse, comme en des épousailles spirituelles: alors la vérité a germé de la terre, alors la justice s'est penchée du haut du ciel, alors l'Époux s'est avancé, sortant de la chambre nuptiale, c'est-à-dire que le Verbe de Dieu est né du sein virginal. Il s'est avancé avec son Épouse, c'est-à-dire qu'il a pris une chair humaine. Invités à ces noces sacrées, et sur le point d'entrer au festin du Père et du Fils et de l'Esprit-Saint, voyez de quels vêtements nous devons être parés! Purifions donc, autant qu'il est possible, avec l'aide de Dieu, nos cœurs et nos corps, afin que le céleste maître de maison ne surprenne en nous rien de souillé, rien de difforme, rien de trouble, rien qui soit indigne de ses regards.
R/. Ave, María, grátia plena, Dóminus tecum. * Spíritus Sanctus supervéniet in te et virtus Altíssimi obumbrábit tibi; quod enim ex te nascétur Sanctum, vocábitur Fílius Dei. V/. Quómodo fiet istud, quóniam virum non cognósco? Et respóndens Angelus, dixit ei. * Spíritus Sanctus. R/. Réjouis-toi, Marie, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi. * L'Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre; c'est pourquoi celui qui naîtra de toi sera saint, il sera appelé: Fils de Dieu. V/. Comment cela va-t-il se faire, puisque je suis vierge? Et l'ange lui répondit: * L'Esprit Saint.
Lectio III Lecture III
Hæc ergo, fratres dilectíssimi, non transitórie, sed cum ingénti tremóre debémus atténdere. Invitáti enim sumus ad núptias ubi nos ipsi, si bene ágimus, sponsa érimus. Cogitémus ad quales núptias, considerémus ad qualem sponsum, vel ad quale convívium invitáti sumus. Invitáti enim sumus ad mensam, ubi non invenítur cibus hóminum, sed panis pónitur angelórum. Et ídeo videámus ne forte intus in ánima, ubi deberémus bonórum óperum margarítis ornári, ibi appareámus vitiórum pannis vetéribus involúti; et quando eos, qui boni sunt, in óculis Dei cástitas reddet cándidos, tunc eos, qui mali sunt, reddat luxúria sordidátos. Cela, frères bien-aimés, nous devons l'attendre non avec l'attention que l'on prête en passant, mais avec un grand tremblement. Car nous sommes invités à des noces où nous-mêmes serons l'épouse, si nous agissons bien. Considérons à quelles noces, à quel Époux, à quel festin nous sommes appelés. Nous sommes conviés à une table où ne se trouve pas la nourriture des hommes, mais où sera servi le pain des anges. Prenons donc garde qu'à l'intérieur, dans l'âme, où nous devrions être ornés des perles de nos bonnes œuvres, nous n'apparaissions enveloppés des vieilles guenilles de nos vices. Quand les bons se tiendront devant Dieu, éblouissants de chasteté, prenons garde que la débauche rende ignobles les mauvais!
R/. Missus est Gábriel angelus ad Maríam Vírginem desponsátam Ioseph, núntians ei verbum; et expavéscit Virgo de lúmine: Ne tímeas, María, invenísti grátiam apud Dóminum. * Ecce concípies et páries et vocábitur Altíssimi Fílius. V/. Ave, María, grátia plena, Dóminus tecum. * Ecce. V/. Glória Patri. * Ecce. R/. L'ange Gabriel fut envoyé à Marie, la vierge accordée en mariage à Joseph, pour lui annoncer un message de Dieu; et la vierge fut saisie d'effroi devant la lumière: Ne crains pas, Marie, tu as trouvé grâce auprès du Seigneur: * Voici que tu vas concevoir et enfanter un Fils. On l'appellera le Fils du Très-Haut. V/. Réjouis-toi, Marie, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi. * Voici. V/. Gloire au Père. * Voici.