Vigiles (OSB) du dimanche 9 décembre 2018 - IIème dimanche de l'Avent

Hebdomada II Adventus IIème semaine de l'Avent
Dominica Dimanche
Dominica II Adventus IIème dimanche de l'Avent
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
De libro Isaíæ prophétæ Du livre d'Isaïe
Lectio I Lecture I
Miserébitur Dóminus Iacob et éliget adhuc de Israel et requiéscere eos fáciet super humum suam; adiungétur ádvena ad eos et adhærébit dómui Iacob. Et tenébunt eos pópuli et addúcent eos in locum suum; et possidébit eos domus Israel super terram Dómini in servos et ancíllas; et erunt capiéntes eos qui se céperant, et subícient exactóres suos. Et erit in die illa: cum réquiem déderit tibi Dóminus a labóre tuo et a concussióne tua et a servitúte dura qua ante servísti, próferes parábolam istam contra regem Babylónis et dices: " Quómodo cessávit exáctor, quiévit oppréssio? Contrívit Dóminus báculum impiórum, virgam dominántium, cædéntem pópulos in indignatióne plaga sine remissióne, subiciéntem in furóre gentes persecutióne sine fine. " Oui, le Seigneur aura pitié de Jacob, il choisira de nouveau Israël. Il les réinstallera sur leur sol. L'étranger se joindra à eux pour s'associer à la maison de Jacob. Des peuples les prendront et les ramèneront chez eux. La maison d'Israël les assujettira sur le sol du Seigneur, pour en faire des esclaves et des servantes. Ils asserviront ceux qui les avaient asservis, ils maîtriseront leurs oppresseurs. Et il arrivera qu'au jour où le Seigneur te soulagera de ta souffrance, de tes tourments et de la dure servitude à laquelle tu étais asservi, tu entonneras cette satire sur le roi de Babylone, et tu diras: « Comment a fini le tyran, a fini son arrogance? Le Seigneur a brisé le bâton des méchants, le sceptre des souverains, lui qui rouait de coups les peuples, avec emportement et sans relâche, qui maîtrisait avec colère les nations, les pourchassant sans répit. »
R/. Ierúsalem, cito véniet salus tua: quare mæróre consúmeris? Numquid consiliárius non est tibi, quia innovávit te dolor? * Salvábo te et liberábo te, noli timére. V/. Israel, si me audíeris, non erit in te deus recens, neque adorábis deum aliénum: ego enim Dóminus. * Salvábo te. R/. Jérusalem, voici qu'arrive ton salut: pourquoi te consumer de chagrin? N'as-tu donc aucun bon conseiller, que ta douleur se renouvelle? * Ne crains pas! je suis ton Sauveur, ton libérateur! V/. Écoute, je t'adjure Israël, tu n'auras pas chez toi d'autres dieux; tu ne serviras aucun dieu étranger; c'est moi le Seigneur! * Ne crains pas.
Lectio II Lecture II
Conquiévit et síluit omnis terra, gavísa est, et exsultavérunt. Abíetes quoque lætátæ sunt super te et cedri Líbani: "Ex quo dormísti, non ascéndit qui succídat nos". Inférnus subter conturbátus est in occúrsum advéntus tui; súscitat tibi umbras, omnes príncipes terræ súrgere fecit de sóliis suis, omnes reges natiónum. Univérsi respondébunt et dicent tibi: "Et tu vulnerátus es sicut nos, nostri símilis efféctus es". " « Toute la terre repose dans le calme, on pousse des cris de joie. Les cyprès même se réjouissent à ton sujet, et les cèdres du Liban: "Depuis que tu t'es couché, on ne monte plus pour nous abattre!" En bas, le shéol a tressailli à ton sujet pour venir à ta rencontre, il a réveillé pour toi les ombres, tous les potentats de la terre, il a fait lever de leur trône tous les rois des nations. Tous prennent la parole pour te dire: "Toi aussi, tu es déchu comme nous, devenu semblable à nous". »
R/. Ecce Dóminus véniet et omnes sancti eius cum eo, et erit in die illa lux magna; et exíbunt de Ierúsalem sicut aqua munda: * Et regnábit Dóminus in ætérnum super omnes gentes. V/. A solis ortu et occásu, ab aquilóne et mari. * Et. R/. Voici venir le Seigneur avec tous les saints de son cortège; en ce jour-là resplendira une grande lumière, et il sortira de Jérusalem comme une eau pure: * Le Seigneur régnera pour l'éternité sur toutes les nations. V/. Du nord et du midi, du levant et du couchant, * Le Seigneur.
Lectio III Lecture III
Detrácta est ad ínferos supérbia tua, sónitus nablórum tuórum; subter te stérnitur tínea, et operiméntum tuum sunt vermes. Quómodo cecidísti de cælo, lúcifer, fili auróræ? Deiéctus es in terram, qui deiciébas gentes, qui dicébas in corde tuo: "In cælum conscéndam, super astra Dei exaltábo sólium meum, sedébo in monte convéntus in latéribus aquilónis; ascéndam super altitúdinem núbium, símilis ero Altíssimo". Verúmtamen ad inférnum detráctus es, in profúndum laci. " « Ton faste a été précipité au shéol, avec la musique de tes cithares. Sous toi s'est formé un matelas de vermine, les larves te recouvrent. Comment es-tu tombé du ciel, étoile du matin, fils de l'aurore? As-tu été jeté à terre, vainqueur des nations? Toi qui avais dit dans ton cœur: "J'escaladerai les cieux, au-dessus des étoiles de Dieu j'élèverai mon trône, je siégerai sur la montagne de l'Assemblée, aux confins du septentrion. Je monterai au sommet des nuages, je m'égalerai au Très-Haut". Mais tu as été précipité au shéol, dans les profondeurs de l'abîme. »
R/. Ierúsalem, surge, et sta in excélso, et vide * Iucunditátem quæ véniet tibi a Deo tuo. V/. Leva in circúitu óculos tuos, et vide et contempláre. * Iucunditátem quæ. R/. Debout, Jérusalem! Tiens-toi sur la hauteur et considère * La joie qui te vient de ton Dieu! V/. Lève les yeux tout alentour, et contemple * La joie.
Lectio IV Lecture IV
Qui te víderint, te intuéntur teque prospícient: "Numquid iste est vir qui conturbávit terram, qui concússit regna, qui pósuit orbem desértum et urbes eius destrúxit, vinctis eius non apéruit cárcerem? Omnes reges géntium univérsi dórmiunt in glória , vir in domo sua; tu autem proiéctus es de sepúlcro tuo quasi stirps abominábilis, obvolútus cum his qui interfécti sunt gládio et descendérunt ad lápides sepúlcri, quasi cadáver conculcátum. Non habébis consórtium cum eis in sepultúra; tu enim terram tuam disperdidísti, tu pópulum tuum occidísti: non vocábitur in ætérnum semen malefactórum. Præparáte fílios eius occisióni, ob iniquitátem patrum suórum; ne consúrgant, ut heréditent terram, neque ímpleant fáciem orbis civitátum" ". « Ceux qui t'aperçoivent te considèrent, ils fixent leur regard sur toi. "Est-ce bien l'homme qui faisait trembler la terre, qui ébranlait les royaumes? Il a réduit le monde en désert, rasé les villes, il ne renvoyait pas chez eux les prisonniers. Tous les rois des nations, tous, reposent avec honneur, chacun chez soi. Toi, on t'a jeté hors de ton sépulcre, comme un rameau dégoûtant, au milieu de gens massacrés, transpercés par l'épée, jetés sur les pierres de la fosse, comme une charogne foulée aux pieds. Tu ne leur seras pas uni dans la tombe, car tu as ruiné ton pays, fait périr ton peuple. Plus jamais on ne prononcera le nom de la race des méchants. Préparez le massacre de ses fils pour la faute de leur père. Qu'ils ne se lèvent plus pour conquérir la terre et couvrir de villes la face du monde". »
R/. Cívitas Ierúsalem, noli flere: quóniam dóluit Dóminus super te, * Et áuferet a te omnem tribulatiónem. V/. Ecce dominátor Dóminus cum virtúte véniet. * Et áuferet. V/. Glória Patri. * Et áuferet. R/. Jérusalem, cesse de pleurer: le Seigneur t'a prise en pitié; * Il écartera de toi l'opprobre et la tristesse. V/. Le Seigneur des seigneurs s'avance avec puissance. * Il écartera. V/. Gloire au Père. * Il écartera.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Sermónibus sancto Petro Damiáno epíscopo attribútis (Sermo 23: PL 144, 633-634. 636-637) Sermon attribué à saint Pierre Damien
Lectio I Lecture I
Singuláris humílitas: Verbum caro factum , et in perféctum egrédiens virum, relícta hóminum universitáte, Ioánnem quærit, Ioánnem desíderat, ad Ioánnem vadit. Terríbilis in consíliis Deus super fílios hóminum, portánsque ómnia verbo virtútis suæ, purgatiónem peccatórum fáciens, venit a Galilæa in Iordánem ad Ioánnem, ut baptizarétur ab eo. Stupet Ioánnes et timóre concútitur, totúmque patriárcham infinítus horror insúmit. Ego, inquit, a te débeo baptizári, et tu venis ad me. Dicit ei Salvátor: Sine modo, sic enim decet nos implére omnem iustítiam. Ô singulière humilité: le Verbe fait chair et devenu homme parfait a laissé l'ensemble des hommes et cherche Jean, désire Jean, va vers Jean. Le Dieu terrible en ses conseils à l'égard des fils des hommes, qui porte toutes choses par le verbe de sa puissance, qui accomplit la purification des péchés, vient de Galilée au Jourdain jusqu'à Jean pour se faire baptiser par lui. Jean est stupéfait, tremblant de crainte; une terreur infinie saisit tout le patriarche. C'est moi, dit-il, qui devrais être baptisé par toi, et c'est toi qui viens à moi. Le Sauveur lui dit: Laisse pour le moment; c'est de cette manière qu'il nous faut accomplir toute justice.
R/. Ecce véniet Dóminus, protéctor noster, Sanctus Israel, * Corónam regni habens in cápite suo. V/. Ecce dominátor Dóminus cum virtúte véniet. * Corónam. R/. Voici venir le Seigneur, le Saint d'Israël, c'est lui notre secours! * Sa tête est couronnée du diadème royal. V/. Le Seigneur des seigneurs s'avance avec puissance, * Sa tête.
Lectio II Lecture II
Acquiéscitur utrímque salutáribus mónitis, et accíngit se Ioánnes ad baptizándum et ad suspiciéndum Dóminum angelórum. Exúitur vestiméntis suis Rex glóriæ, splendor lúminis, et figúra substántiæ Dei, Ioánnis mánibus attrectátur. Caro illa sumpta de Vírgine, candidioréque deriváta matéria, nudátur in flúmine, felícibus Baptístæ mánibus infundénda. De part et d'autre on acquiesce aux prophéties du salut, et Jean se ceint pour baptiser et admirer le Maître des anges. Le Roi de gloire, resplendissement de la lumière et image de la substance de Dieu, est dépouillé de ses vêtements, il est touché par les mains de Jean. Cette chair prise de la Vierge, faite de la plus pure et radieuse matière, est dénudée dans le fleuve, pour que Jean, de ses mains bienheureuses, verse l'eau sur elle.
R/. Sicut mater consolátur fílios suos, ita consolábor vos, dicit Dóminus; et de Ierúsalem civitáte quam elégi, véniet vobis auxílium: * Et vidébitis et gaudébit cor vestrum. V/. Dabo in Sion salútem, et in Ierúsalem glóriam meam. * Et vidébitis. R/. Comme une mère console ses enfants, je vous consolerai, dit le Seigneur; et de Jérusalem, cité que j'ai choisie, viendra pour vous le secours attendu: * Vous le verrez, vous serez dans la joie! V/. À Sion, je donnerai le salut; à Jérusalem, je donnerai ma gloire! * Vous le verrez.
Lectio III Lecture III
Quid est, Ioánnes? Tibi datum est quod ómnibus est negátum, baptizáre eum qui baptízat in Spíritu Sancto et igne, virginémque Vírginis Fílium virgíneis mánibus irroráre. Totus astúpeo baptizánti, hominémque Dei magístrum revéreor, dignántem admíror, véneror dignatiónem, et hóminem vídeo violéntiam ipsis cælis inférre. Porro illud quale est quo in isto baptísmate terminátur lex, finem áccipit prophetía et omnis illa sacrificiórum multitúdo propulsátur et péllitur? Hic íncipit et stabilítur novæ regeneratiónis perduránda purgátio, et in unam baptísmatis formam legálium tránseunt dispéndia figurárum. Que se passe-t-il, Jean? À toi est donné ce qui est refusé à tous: baptiser celui qui baptise dans l'Esprit Saint et le feu, répandre l'eau avec tes mains vierges sur le Fils de la Vierge, vierge lui-même. Je demeure stupéfait devant celui qui baptise et révère l'homme devenu un maître pour Dieu. J'admire qui fait un tel honneur, je m'incline devant cet honneur, je vois qu'un homme fait violence au ciel même. Mais quelle merveille encore que, dans ce baptême, la Loi s'achève, les prophéties arrivent à leur terme et que la multitude des sacrifices de jadis soit rejetée et bannie! Ici commence et s'établit la purification définitive de la création nouvelle; l'économie des figures légales passe dans le seul rite du baptême.
R/. Ierúsalem, plantábis víneam in móntibus tuis et exsultábis quia dies Dómini véniet: surge, Sion, convértere ad Deum tuum; gaude et lætáre Iacob, * Quia de médio géntium Salvátor tuus véniet. V/. Deus a Líbano véniet et Sanctus de monte umbróso et condénso. * Quia de. R/. Jérusalem, tu planteras la vigne sur tes montagnes, et tu exulteras de bonheur, car il vient, le Jour du Seigneur. Lève-toi, Sion, et reviens à ton Dieu; Jacob, tressaille de joie et d'allégresse: * Voici ton Sauveur; il vient du milieu des nations! V/. Dieu vient du Liban; le Saint, du mont boisé, ténébreux! * Voici.
Lectio IV Lecture IV
Audi: Ioánnes patriárcha, immo patriarchárum finis et caput; Ioánnes prophéta, immo plus quam prophéta, quia quem veniéntem núntiat dígito demónstrat; Ioánnes ángelus, sed et inter ángelos eléctus, Salvatóre testánte qui dicit: Ecce mitto ángelum meum qui praeparábit viam meam ante fáciem meam; Ioánnes apóstolus, sed et apostolórum primus et princeps; quia fuit homo missus a Deo; Ioánnes evangelísta, sed et Evangélii primus messor, prdicans Evangélium regni; Ioánnes virgo, immo virginitátis insígne, pudicítiæ títulus, castitátis exémplum; Ioánnes martyr, sed et mártyrum lumen, inter nativitátem mortémque Christi constantíssimi forma martýrii; Ioánnes ipse est Elías, lucérna ardens, lucens, amícus Sponsi, Sponsæ praeparátor. ÉCoute: Jean est patriarche, bien plus il est l'aboutisse ment et le sommet des patriarches; il est prophète et plus que prophète, car celui dont il annonce la venue, il le montre du doigt; il est ange, et même l'élu parmi les anges, et le Seigneur en témoigne lui-même, en disant: Voici que j'envoie mon ange pour préparer la voie devant ma face. Jean est apôtre, il est même le premier et le prince des apôtres, car il y eut un homme envoyé de Dieu; il est évangéliste, et encore le premier moissonneur de l'Évangile, le premier à prêcher l'Évangile du Royaume; il est vierge, et même emblème de virginité, signe de pudeur, modèle de chasteté; il est martyr, et aussi lumière des martyrs, forme du martyre le plus constant entre la naissance et la mort du Christ ; Jean est lui-même Élie, la lampe qui brûle et brille, l'ami de l'Époux, celui qui prépare l'Épouse.
R/. Egrediétur Dóminus de Samaría ad portam quæ réspicit ad oriéntem; et véniet in Béthlehem, ámbulans super aquas redemptiónis Iudæ: * Tunc salvus erit omnis homo, quia ecce véniet. V/. Et præparábitur in misericórdia sólium eius, et sedébit super illud in æquitáte. * Tunc salvus. V/. Glória Patri. * Tunc salvus. R/. Le Seigneur sortira de Samarie par la porte qui regarde vers l'orient; et il viendra jusqu'à Bethléem, en marchant sur les eaux de la rédemption de Juda: * Alors, tout homme sera sauvé, car il vient! V/. Dans la miséricorde s'affermira son trône: il y siégera dans la justice. * Alors, tout homme. V/. Gloire au Père. * Alors, tout homme.
In tertio nocturno, anno C Troisième nocturne, année C
Léctio sancti Evangélii secúndum Lucam Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc
Anno quinto décimo impérii Tibérii Csaris, procuránte Póntio Piláto Iudæam, tetrárcha autem Galilæ Heróde, Philíppo autem fratre eius tetrárcha Iturææ et Trachonítidis regiónis, et Lysánia Abilínæ tetrárcha, sub príncipe sacerdótum Anna et Cáipha, factum est verbum Dei super Ioánnem Zacharíæ fílium in desérto. Et réliqua. L'an quinze du règne de l'empereur Tibère, Ponce Pilate étant gouverneur de la Judée, Hérode, prince de Galilée, son frère Philippe, prince du pays d'Iturée et de Traconitide, Lysanias, prince d'Abilène, les grands prêtres étant Anne et Caïphe, la parole de Dieu fut adressée dans le désert à Jean, fils de Zacharie. Et la suite.
Ex Homilíis Orígenis presbýteri in Lucam(Hom. 22, 1-3: SC 87, 300-302) Homélie d'Origène sur l'Évangile de Luc
Lectio I Lecture I
Videámus quæ in Christi prædicéntur advéntu, inter quæ primum de Ioánne scríbitur: Vox clamántis in desérto: Paráte viam Dómini, rectas fácite sémitas eius. Et quod séquitur, próprie de Dómino Salvatóre est. Neque enim a Ioánne omnis vallis impléta est, sed a Dómino Salvatóre. Se ipsum unusquísque consíderet quis erat, ántequam créderet, et tunc animadvértet vallem húmilem, vallem se fuísse præcípitem et in ima demérsam. Quando vero venit Dóminus Iesus et misit Spíritum Sanctum vicárium suum, vallis omnis expléta est. Expléta est autem opéribus bonis et frúctibus Spíritus Sancti. Cáritas non sinit permanére in te vallem, quod, si pacem habúeris et patiéntiam et bonitátem, non solum vallis esse desístes, sed étiam mons esse incípies Dei. Examinons ce qui est prêché à l'avènement du Christ. Entre autres, pour commencer, il est écrit au sujet de Jean: Voix de celui qui crie dans le désert: Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers. La suite concerne uniquement le Seigneur notre Sauveur. Car ce n'est pas Jean qui a comblé toute vallée, mais le Seigneur notre Sauveur. Que chacun considère ce qu'il était avant d'avoir la foi: il constatera qu'il était une vallée basse, une vallée en pente, plongeant dans les abîmes. Mais le Seigneur Jésus est venu et a envoyé l'Esprit Saint à sa place; alors toute vallée a été comblée. Elle a été comblée avec les bonnes œuvres et les fruits du Saint-Esprit. La charité ne laisse pas subsister en toi de vallée et, si tu possèdes la paix, la patience et la bonté, non seulement tu cesseras d'être vallée, mais tu commenceras à devenir montagne de Dieu.
R/. Rex noster advéniet Christus, * Quem Ioánnes prædicávit Agnum esse ventúrum. V/. Ecce Agnus Dei, ecce qui tollit peccáta mundi. * Quem Ioánnes. R/. Il viendra le Christ, notre roi; * Il est l'Agneau dont Jean avait annoncé la venue: V/. Voici l'Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde! * Il est.
Lectio II Lecture II
Tam de géntibus cotídie fíeri vidémus atque compléri: Omnis vallis implébitur, quam de pópulo Israel, qui de excélso depósitus est: Omnis mons et collis humiliábitur. Illórum delícto salus géntibus data est, ad æmulándum eos. Quod si et contrárias fortitúdines, quæ advérsus mortáles erigebántur, díxeris montes et colles esse depósitos, non peccábis. Ut enim impleántur huiuscémodi valles, contráriæ fortitúdines, montes et colles, humiliándæ sunt. Ces mots: Toute vallée sera comblée, nous constatons qu'ils se réalisent et s'accomplissent autant pour les païens que pour le peuple d'Israël, renversé de ses privilèges: Toute montagne et toute colline seront abaissées. Sa faute a procuré le salut aux païens pour provoquer leur émulation. D'ailleurs, si on le veut, dans ces montagnes et ces collines abaissées, on peut voir, sans se tromper, les puissances ennemies qui se dressaient contre les hommes. En effet, pour que les vallées dont nous parlons soient comblées, les puissances ennemies, montagnes et collines, devront être abaissées.
R/. Salus nostra, Redémptor noster modo véniet, quem Gábriel nuntiávit et María Virgo concépit; * Ipse venit liberáre hóminem pérditum quem plasmávit in mundum. V/. Princeps Gábriel magne, testis fidélis, iam véniet qui ventúrus est. * Ipse venit. R/. Notre Sauveur, notre Rédempteur, le voici qui vient maintenant! Annoncé par Gabriel, conçu de la Vierge Marie, * Il vient libérer l'homme qu'il avait modelé, placé dans le monde, et qui était perdu! V/. Archange Gabriel, tu en es le témoin fidèle: il vient, maintenant, celui qui doit venir, * Il vient libérer.
Lectio III Lecture III
Sed et hoc quod in advéntu Christi prophetátum est, utrum explétum sit, contemplémur. Séquitur enim: et ómnia prava erunt in dirécta. Unusquísque nostrum pravus erat, si tamen erat et non usque hódie persevérat, et per advéntum Christi, qui factus est ad ánimam nostram, prava quæque dirécta sunt. Quid enim tibi prodest, si Christum quondam venit in carne, nisi ad tuam quoque ánimam vénerit? Mais voyons si la prophétie suivante concernant l'avènement du Christ s'est accomplie. De fait, le texte poursuit: Et tout ce qui était tortueux deviendra droit. Chacun de nous était tortueux si du moins il l'était sans le rester encore aujourd'hui et la venue du Christ qui s'accomplit jusqu'en notre âme a redressé tout ce qui était tortueux. À quoi peut te servir, en effet, que le Christ soit jadis venu dans la chair, s'il n'est pas venu jusqu'en ton âme?
R/. Ecce ab austro vénio, ego Dóminus Deus vester, * Visitáre vos in pace. V/. Aspíciam vos et créscere fáciam; multiplicabímini et firmábo pactum meum vobíscum. * Visitáre vos. R/. Me voici, j'arrive du désert, je suis le Seigneur votre Dieu, * Je viens vous visiter dans la paix. V/. Je poserai sur vous mon regard, et vous fructifierez ; vous vous multiplierez, et j'affermirai mon alliance avec vous. * Je viens.
Lectio IV Lecture IV
Orémus ut illíus cotídie nobis advéntus fiat et possímus dícere: Vivo autem, iam non ego, vivit autem in me Christus. Si enim Christus vivit in Paulo et non vivit in me, quid mihi próderit? Cum autem et ad me vénerit et frúitus illo fúero, sicut frúitus est Paulus, tunc et ego possum Paulo simíliter loqui: Vivo, iam non ego, vivit autem in me Christus. Prions pour que chaque jour son avènement s'accomplisse en nous et que nous puissions dire: Je vis, mais ce n'est plus moi, c'est le Christ qui vit en moi. Car si le Christ vit en Paul et s'il ne vit pas en moi, quel avantage y a-t-il pour moi? Mais lorsqu'il sera également venu à moi et que j'en aurai joui comme Paul en a joui, moi aussi je pourrai dire comme Paul: Je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est le Christ qui vit en moi.
R/. Ecce Dóminus véniet cum splendóre descéndens, et virtus eius cum eo, * Visitáre pópulum suum in pace, et constitúere super eum vitam sempitérnam. V/. Ecce Dóminus noster cum virtúte véniet, * Visitáre pópulum. V/. Glória Patri. * Visitáre pópulum. R/. Voici venir le Seigneur, il descend, entouré de sa splendeur, il vient, accompagné de sa puissance, * Visiter son peuple dans la paix, lui assurer la vie éternelle. V/. Voici notre Seigneur, il vient avec puissance, * Visiter. V/. Gloire au Père. * Visiter.