Vigiles (OSB) du dimanche 23 décembre 2018 - IVème dimanche de l'Avent

In primo nocturno Premier Nocturne
Lectiones sumuntur e die currente, ut infra, et ex tribus lectionibus fiunt quatuor, cum responsoriis sequentibus: Les lectures sont à prendre au jour correspondant à la date de ce dimanche. On divise alors ces lectures en quatre et on prend les répons suivants:
Responsorium I Répons I
R/. Cánite tuba in Sion, vocáte gentes, annuntiáte pópulis. * Et dícite: Ecce Deus, Salvátor noster, advéniet. V/. A solis ortu et occásu, ab aquilóne et mari. * Et dícite. R/. Sonnez de la trompe en Sion, convoquez les nations, délivrez un message aux peuples. Dites-leur, annoncez-leur: * Voici notre Dieu, notre Sauveur qui vient! V/. Proclamez à ceux du nord et du midi, à ceux du levant et du couchant: * Voici.
Responsorium II Répons II
R/. Veni, Dómine, et noli tardáre, reláxa facínora plebi tuæ; * Et révoca dispérsos in terram suam. V/. Excita, Dómine, poténtiam tuam, et veni, ut salvos fácias nos. * Et révoca. R/. Viens, Seigneur, ne tarde pas! Efface le péché de ton peuple; * Rassemble sur leur terre les enfants de Dieu dispersés. V/. Réveille ta vaillance, et viens nous sauver! * Rassemble.
Responsorium III Répons III
R/. Non auferétur sceptrum de Iuda et dux de femóre eius, donec véniat qui mitténdus est. * Et ipse erit exspectátio géntium. V/. Pulchrióres sunt óculi eius vino, et dentes eius lacte candidióres. * Et ipse. R/. Le sceptre ne s'écartera pas de Juda, ni le commandement, de sa descendance, jusqu'à ce que vienne celui qui doit être envoyé: * Le désiré des nations! V/. Il a les yeux plus brillants que le vin; les dents, plus blanches que le lait, * Le désiré.
Responsorium IV Répons IV
R/. Me opórtet mínui, illum autem créscere; * Qui post me venit, ante me factus est, cuius non sum dignus corrígiam calceaménti sólvere. V/. Hoc est testimónium quod perhíbuit Ioánnes: * Qui. V/. Glória Patri. * Qui. R/. Lui, il faut qu'il grandisse, moi, que je diminue; * Celui qui vient après moi, avant moi, il était; et je ne suis pas digne de délier la courroie de sa sandale! V/. Tel fut le témoignage de Jean, le Baptiste: * Celui. V/. Gloire au Père. * Celui.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Libro sancti Hildefónsi epíscopi De Virginitáte perpétua (Cap. 12: PL 96, 105-106) Livre de saint Ildefonse sur la virginité perpétuelle
Lectio I Lecture I
At nunc vénio ad te, sola Virgo Mater Dei, prócido coram te, sola opus incarnatiónis Dei mei; humílior coram te, sola invénta Mater Dómini mei; rogo te, sola invénta ancílla Fílii tui, ut obtíneas deléri facta peccáti mei, ut iúbeas mundári me ab iniquitáte óperis mei, ut fácias me dilígere glóriam virtútis tuæ, ut revéles mihi multitúdinem dulcédinis Fílii tui, ut des mihi loqui et deféndere fídei sinceritátem Fílii tui; concédas étiam mihi adhærére Deo et tibi, servíre Fílio tuo et tibi, famulári Dómino tuo et tibi; illi sicut factóri meo, tibi sicut Genetríci factóris mei; illi sicut Dómino virtútum, tibi sicut ancíllæ Dómini ómnium; illi sicut Deo, tibi sicut Matri Dei; illi sicut redemptóri meo, tibi sicut óperi redemptiónis meæ. Je viens à toi, seule Vierge Mère de Dieu, je me prosterne devant toi, seule à avoir coopéré à l'incarnation de mon Dieu; je m'humilie devant toi, qui t'es seule trouvée la Mère de mon Seigneur; je t'en prie, toi qui seule t'es trouvée la servante de ton Fils: ordonne que je sois purifié de l'iniquité de mes œuvres, fais-moi aimer la gloire de ta vertu, révèle-moi « l'abondance de la douceur » de ton Fils, donne-moi d'exprimer et de défendre la vraie foi concernant ton Fils; accorde-moi aussi d'adhérer à Dieu et à toi, de servir ton Fils et toi-même, d'être soumis à ton Seigneur et à toi; à lui comme à mon Créateur, à toi comme à la Mère de mon Créateur; à lui, comme au Seigneur des puissances angéliques, à toi comme à la servante du Seigneur de l'univers; à lui comme à Dieu, à toi comme à la Mère de Dieu; à lui comme à mon Rédempteur, à toi, comme à l'aide de ma rédemption.
R/. Ecce iam venit plenitúdo témporis, in quo misit Deus Fílium suum in terras, natum de Vírgine, factum sub lege, * Ut eos qui sub lege erant, redímeret. V/. Prope est ut véniat tempus eius, et dies eius non elongabúntur. * Ut eos. R/. Voici: les temps sont accomplis: Dieu envoie son Fils dans notre monde. Il doit naître d'une vierge, être sujet de la loi, * Pour accomplir la rédemption des hommes, sujets de la loi. V/. Le temps de sa visite est proche, son jour ne sera pas différé; il vient * Pour.
Lectio II Lecture II
Quod enim in mea redemptióne est operátus, in tuæ persónæ veritáte formávit. Quod mihi redémptor factus est, tibi fílius fuit. Quod prétium emptiónis meæ factus est, ex carne tua eius incanátio fuit. In quo vúlnera mea sanávit, ex carne tua vulnerándum corpus exhíbuit; in quo mortem meam tólleret, a mortalitátis tuæ córpore mortále corpus attráxit; in quo mea deléret peccáta, quod tulit a te corpus, sine peccáto suscépit; natúram meam, quam in præcessóre mihi ad regnum suum in glória patérnæ sedis super ángelos collocávit, ex veritáte córporis tui humiliátus assúmpsit. Par ce qu'il a réalisé pour me racheter, c'est en toute vérité de ta personne qu'il l'a formé. Pour se faire mon Rédempteur, il est devenu ton Fils. Pour se faire le prix de mon rachat, il s'est incarné dans ta chair. Le corps dans lequel il a guéri nos blessures il l'a tiré de ta chair pour qu'il pût être blessé; ce corps dans lequel il devait détruire ma mort, il l'a pris, mortel, de ton corps mortel; ce corps dans lequel il devait anéantir mes péchés, et qu'il a tiré de toi, il l'a reçu sans péché; ma nature, qu'il a placée en lui, qui me précède dans son royaume, dans la gloire du trône de son Père au-dessus des anges, il l'a assumée, dans son humilité, de ton corps véritable.
R/. Virgo Israel, revértere ad civitátes tuas: úsquequo dolens avertéris? Generábis Dóminum Salvatórem, oblatiónem novam in terra: * Ambulábunt hómines in salvatiónem. V/. A solis ortu et occásu, ab aquilóne et mari. * Ambulábunt hómines. R/. Reviens, vierge d'Israël, reviens à tes cités: jusques à quand, désolée, vas-tu rester à l'écart? Tu donneras naissance au Seigneur, ton Sauveur, oblation nouvelle sur notre terre: * Toute la famille humaine marchera vers le salut. V/. Du levant et du couchant, du nord et du midi, * Toute.
Lectio III Lecture III
Ideo ego servus tuus, quia tuus fílius Dóminus meus. Ideo tu dómina mea, quia tu ancílla Dómini mei. Ideo servus ancíllæ Dómini mei, quia tu dómina mea facta es Mater Dómini tui. Ideo factus servus tuus, quia tu facta es Mater factóris mei. Oro te, oro te, sancta Virgo, ut de illo Spíritu hábeam Iesum, de quo tu genuísti Iesum. Per illum Spíritum accípiat ánima mea Iesum, per quem concépit caro tua eúmdem Iesum. Si je suis ton serviteur, c'est que mon Seigneur est ton Fils. Si tu es ma Dame, c'est que tu es la servante de mon Seigneur. Si je suis le serviteur de la servante de mon Seigneur, c'est que toi, ma Dame, tu es devenue la Mère de ton Seigneur. Et si je me suis fait ton serviteur, c'est que tu es devenue la Mère de mon Créateur. Je te prie, je te prie, ô Vierge sainte: que l'Esprit m'obtienne de posséder Jésus, cet Esprit qui t'obtint d'enfanter Jésus. Que l'Esprit donne à mon âme de recevoir Jésus, cet Esprit qui te donne de concevoir en ta chair ce même Jésus.
R/. Iurávi, dicit Dóminus, ut ultra iam non iráscar super terram. * Montes enim et colles suscípiant iustítiam meam, et testaméntum pacis erit in Ierúsalem. V/. Iuxta est salus mea, ut véniat; et iustítia mea, ut revelétur. * Montes. R/. Je l'ai juré, déclare le Seigneur: ce n'est pas pour toujours que ma colère frappera le pays! * Montagnes et collines, portez ma justice, et je scellerai avec Jérusalem une alliance de paix. V/. Mon salut est tout prêt d'arriver; ma justice, de se révéler! * Montagnes.
Lectio IV Lecture IV
Ab illo Spíritu sit mihi nosse Iesum, a quo tibi ádfuit nosse habére et parturíre Iesum. In illo Spíritu húmilis excélsa loquar de Iesu, in quo confitéris esse te ancíllam Dómini, optans fíeri tibi secúndum verbum ángeli. In illo Spíritu díligam Iesum, in quo tu hunc adóras, ut Dóminum, intuéris ut fílium. Tam vere tímeam hunc Iesum, quam vere idem cum esset Deus, erat súbditus paréntibus suis. Que l'Esprit me fasse connaître Jésus, cet Esprit qui te fit connaître ce que c'est que de posséder, d'enfanter Jésus. Que l'Esprit m'accorde de proclamer humblement les grandeurs de Jésus, cet Esprit en qui tu te déclares servante du Seigneur, et tu désires qu'il te soit fait selon la parole de l'ange. Que l'Esprit m'enseigne l'amour de Jésus, cet Esprit qui te donne de l'adorer comme ton Seigneur, et de le regarder comme ton Fils. Et puissé-je avoir réellement, pour ce Jésus, le même respect filial que celui qu'il a eu pour ses parents , bien qu'il fut réellement Dieu.
R/. Non discédimus a te, vivificábis nos, Dómine, et nomen tuum invocábimus. * Osténde nobis fáciem tuam, et salvi érimus. V/. Dómine, Deus virtútum, convérte nos. * Osténde nobis. V/. Glória Patri. * Osténde nobis. R/. Seigneur, jamais plus nous n'irons loin de toi: fais nous vivre et invoquer ton nom! * Que ton visage s'éclaire et nous serons sauvés! V/. Seigneur, Dieu de l'univers, fais-nous revenir! * Que ton visage. V/. Gloire au Père. * Que ton visage.
In tertio nocturno, anno C Troisième nocturne, année C
Léctio sancti Evangélii secúndum Lucam Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc
Exsúrgens María in diébus illis ábiit in montána cum festinatióne in civitátem Iudæ et intrávit in domum Zacharíæ et salutávit Elísabeth. Et réliqua. En ces jours-là, Marie se mit en route rapidement vers une ville de la montagne de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Et la suite.
Ex Sermónibus beáti Guerríci abbátis (Sermo 2 de Adventus, 1. 2-3: SC 166, 104. 108) Sermon du bienheureux Guerric
Lectio I Lecture I
Ecce venit Rex: occurrámus óbviam Salvatóri nostro. Pulchre Sálomon ait: Aqua frígida ánimæ sitiénti núntius bonus de terra longínqua. Bonus útique núntius, qui advéntum Salvatóris núntiat, reconciliatiónem mundi, bona superventúri sæculi. Quam pulchri pedes annuntiántium pacem, annuntiántium bona. Multi síquidem, non unus, multi, inquam, sed in uno spíritu longa série ab inítio sæculi nobis supervenére núntii; et ómnium vox símilis, una senténtia: Venit, ecce venit. Voici le Roi qui vient, allons au-devant de notre Sauveur. Salomon a fort bien dit: Eau fraîche pour l'âme assoiffée que le messager d'une bonne nouvelle venant d'une terre lointaine. Bon messager, certes, que celui qui annonce la venue du Sauveur, la réconciliation du monde, les biens du siècle à venir. Qu'ils sont beaux les pas de ceux qui annoncent la paix, qui annoncent de bonnes nouvelles! En effet, ce n'est pas un unique messager, c'en est un grand nombre, mais animés d'un unique esprit, qui nous sont venus depuis le commencement du monde, formant une longue chaîne; et tous n'ont eu qu'une seule voix, un seul message: Il vient. Voici qu'il vient.
R/. Intuémini quantus sit iste, qui ingréditur ad salvándas gentes: ipse est Rex iustítiæ, * Cuius generátio non habet finem. V/. Et dominábitur a mari usque ad mare. * Cuius generátio. R/. Admirez quel est celui qui s'avance pour sauver les nations! C'est lui le Roi de Justice, * Il régnera pour la suite des âges. V/. Il dominera de la mer à la mer. * Il régnera.
Lectio II Lecture II
Veni ergo, Dómine, salvum me fac et salvus ero; veni et osténde fáciem tuam et salvi érimus. Te enim exspectávimus; esto salus nostra in témpore tribulatiónis. Sic prophétæ et iusti desidério et afféctu tanto ante Christo ventúro occurrébant, desiderántes si fíeri posset óculis vidére quod spíritu prævidébant. Viens donc, Seigneur; sauve-moi et je serai sauvé! Viens, montre-nous ta face, et nous serons sauvés! C'est toi que nous avons attendu; sois notre salut au temps de la tribulation! Ainsi les prophètes et les justes allaient à la rencontre du Christ avec un tel désir, un tel élan d'amour, qu'ils auraient voulu, si cela avait été possible, voir de leurs yeux ce que déjà ils voyaient en esprit.
R/. Nascétur nobis párvulus et vocábitur Deus, Fortis. * Ipse sedébit super thronum David patris sui et imperábit: cuius potéstas super húmerum eius. V/. Ecce ádvenit dominátor Dóminus et regnum in manu eius et potéstas et impérium. * Ipse sedébit. R/. Un petit enfant va naître pour nous. On proclamera son nom: Dieu, Fort! * Il sera établi sur le trône de David, son père, et il régnera, portant l'insigne du pouvoir sur son épaule. V/. Voici venir le Seigneur des Seigneurs: il tient en main la royauté, la puissance et l'empire. * Il sera établi.
Lectio III Lecture III
Unde Dóminus discípulis dicébat: Beáti óculi, qui vident quæ vos vidétis. Dico enim vobis, quod multi prophétæ et iusti voluérunt vidére quæ vos vidétis et non vidérunt. Abraham quoque pater noster exultávit ut vidéret diem Christi. Vidit, sed apud ínferos, et gavísus est. In quo útique tepor et durítia cordis nostri sugillátur: si non vidélicet cum gáudio spiritáli Christi nascéntis diem anniversárium exspectámus, qui nobis in próximo vidéndus, Dómino annuénte, promíttitur. C'est pourquoi le Seigneur disait à ses disciples: Bienheureux les yeux qui voient ce que vous voyez! Car je vous le dis, bien des prophètes et des justes ont voulu voir ce que vous voyez et ne l'ont pas vu! Abraham aussi, notre père, exulta à la pensée de voir le jour du Christ; il le vit, mais dans les enfers, et il s'en réjouit. Il y a bien là de quoi nous faire rougir de la tiédeur et de la dureté de notre cœur, si nous n'attendons pas dans la joie spirituelle le jour anniversaire de la naissance du Christ que l'on nous promet de voir bientôt, s'il plaît au Seigneur.
R/. Egrediétur virga de radíce Iesse, et flos de radíce eius ascéndet, * Et erit iustítia cíngulum lumbórum eius, et fides cinctórium renum eius. V/. Ex Sion spécies decóris eius, Deus noster maniféste véniet. * Et erit. R/. Un rameau sortira de la souche de Jessé, un rejeton jaillira de ses racines, * Justice est la ceinture de ses hanches, fidélité, le baudrier de ses reins. V/. De Sion, joyau de sa splendeur, notre Dieu vient se manifester. * Justice.
Lectio IV Lecture IV
Hoc sane gáudium nostrum tale vidétur exígere Scriptúra, ut spíritus noster levans se super se Christo veniénti quodámmodo occúrrere géstiat, desidério se exténdens in anterióra, impatiénsque morárum iam vidére conténdat futúra. Ego namque non solum ad secúndum advéntum sed étiam ad primum árbitror pertinére, quod tot locis Scripturárum ei monémur occúrrere. Quómodo? inquis. Quia vidélicet, sicut secúndo advéntui occurrémus motu et exsultatióne córporis, sic et primo occurréndum est afféctu et exsultatióne cordis. Et, de fait, l'Écriture semble exiger que notre joie soit si grande que notre esprit, s'élevant au-dessus de lui-même, brûle de s'élancer, en quelque sorte, à la rencontre du Christ qui vient, et que, se portant en avant par le désir, il s'efforce, sans souffrir aucun retard, de voir déjà ce qui est à venir. Je pense, en effet, que ce n'est pas seulement à propos du second avènement, mais même à propos du premier, que nous sommes invités en tant de passages des Écritures à aller à sa rencontre. Comment cela? Voici: de même que nous irons au-devant du second avènement par un mouvement et un bondissement de notre corps, ainsi, c'est par un élan d'amour et un bondissement de notre cœur que nous devons aller au-devant du premier.
R/. Ave María, grátia plena, Dóminus tecum, * Benedícta tu in muliéribus et benedíctus fructus ventris tui. V/. Spíritus Sanctus supervéniet in te, et virtus Altíssimi obumbrábit tibi. * Benedícta tu. V/. Glória Patri. * Benedícta tu. R/. Réjouis-toi, Marie, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi, * Tu es bénie entre les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. V/. L'Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre. * Tu es bénie. V/. Gloire au Père. * Tu es bénie.