Vigiles (OSB) du mercredi 2 janvier 2019 - Sts. Basile et Grégoire de Nazianze, évêques et docteurs de l'Église

Hebdomada II post Nativitatem IIème semaine après la Nativité
Feria IV Mercredi
Ss. Basilii et Gregorii Nazianzeni, episcoporum et Ecclesiae doctorum Sts. Basile et Grégoire de Nazianze, évêques et docteurs de l'Église
Memoria Mémoire
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
De Epístula beáti Pauli apóstoli ad Colossénses De la lettre de saint Paul aux Colossiens
Lectio I Lecture I
Fratres, nemo vos iúdicet in cibo aut in potu aut ex parte diéi festi aut neoméniæ aut sabbatórum, quæ sunt umbra futurórum, corpus autem Christi. Nemo vos bravío defráudet cómplacens sibi in humilitáte et religióne angelórum propter ea quæ vidit, ingrédiens, frustra inflátus sensu carnis suæ et non tenens caput, ex quo totum corpus per nexus et coniunctiónes subministrátum et compaginátum crescit in augméntum Dei. Dès lors, que nul ne s'avise de vous critiquer sur des questions de nourriture et de boisson, ou en matière de fêtes annuelles, de nouvelles lunes ou de sabbats. Tout cela n'est que l'ombre des choses à venir, mais la réalité, c'est le corps du Christ. Que personne n'aille vous en frustrer, en se complaisant dans d'humbles pratiques, dans un culte des anges: celui-là donne toute son attention aux choses qu'il a vues, bouffi qu'il est d'un vain orgueil par sa pensée charnelle, et il ne s'attache pas à la Tête, dont le Corps tout entier reçoit nourriture et cohésion, par les jointures et ligaments, pour réaliser sa croissance en Dieu.
R/. Beáta Dei Génetrix María, cuius víscera intácta pérmanent ; * Hódie génuit Salvatórem sæculi. V/. Beáta, quæ crédidit: quóniam perfécta sunt ómnia, quæ dicta sunt ei a Dómino. * Hódie. R/. Bienheureuse est Marie, la Mère de Dieu: son sein demeure inviolé; * Elle enfante aujourd'hui le Sauveur des mondes! V/. Bienheureuse est celle qui a cru! Tout ce qui lui a été dit de la part du Seigneur s'est accompli. * Elle.
Lectio II Lecture II
Si mórtui estis cum Christo ab eleméntis mundi, quid tamquam vivéntes in mundo decrétis subicímini: " Ne tetígeris neque gustáveris neque contrectáveris ", quæ sunt ómnia in corruptiónem ipso usu secúndum præcépta et doctrínas hóminum? Du moment que vous êtes morts avec le Christ aux éléments du monde, pourquoi vous plier à des ordonnances comme si vous viviez encore dans ce monde? « Ne prends pas, ne goûte pas, ne touche pas », tout cela pour des choses vouées à périr par leur usage même! Voilà bien les prescriptions et doctrines des hommes!
R/. Sancta et immaculáta virgínitas, quibus te láudibus réferam, néscio: * Quia quem cæli cápere non póterant, tuo grémio contulísti. V/. Benedícta tu in muliéribus, et benedíctus fructus ventris tui. * Quia. R/. Ô virginité sainte et immaculée, je ne sais comment te louer: * Celui que les cieux ne sauraient contenir, tu l'as tenu enfermé dans ton sein! V/. Tu es bénie entre les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. * Celui.
Lectio III Lecture III
Igitur si conresurrexístis Christo, quæ sursum sunt quærite, ubi Christus est in déxtera Dei sedens; quæ sursum sunt sápite, non quæ supra terram. Mórtui enim estis, et vita vestra abscóndita est cum Christo in Deo! Cum Christus apparúerit, vita vestra, tunc et vos apparébitis cum ipso in glória. Du moment donc que vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les choses d'en-haut, là où se trouve le Christ, assis à la droite de Dieu. Songez aux choses d'en-haut, non à celles de la terre. Car vous êtes morts, et votre vie est désormais cachée avec le Christ en Dieu: quand le Christ sera manifesté, lui qui est votre vie, alors vous aussi vous serez manifestés avec lui pleins de gloire.
R/. Beáta víscera Maríæ Vírginis, quæ portavérunt ætérni Patris Fílium, et beáta úbera quæ lactavérunt Christum Dóminum: * Quia hódie pro salúte mundi de Vírgine nasci dignátus est. V/. Dies sanctificátus illúxit nobis: veníte, Gentes, et adoráte Dóminum. * Quia. V/. Glória Patri. * Quia. R/. Bienheureuse la Vierge Marie, qui a porté dans ses entrailles le Fils du Père éternel, et a nourri de son lait le Seigneur Christ! * Il a daigné, aujourd'hui, naître d'une Vierge pour le salut du monde. V/. Un jour sanctifié nous illumine: venez, nations, adorer le Seigneur. * Il. V/. Gloire au Père. * Il.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Lectiones sumi possunt e proprio de tempore die 2 ianuarii, vel sequentes; responsoria, ut infra. Les lectures peuvent être prises, soit au Propre du temps, au 2 janvier, soit ci-dessous. Les répons ci-après doivent être pris dans les deux cas.
Ex Oratiónibus sancti Gregórii Nazianzéni epíscopi (Orat. 43, 19-21: PG 36, 519-523) Sermon de saint Grégoire de Nazianze
Lectio I Lecture I
Ut Athénæ témporis progréssu desidérium nostrum mútuo inter nos conféssi sumus, ac philosophíam id esse quod a nobis expeterétur, tum vero iam utérque álteri quidvis erámus, conturbernáles, convictóres, concórdes, unum idémque spectántes, fervéntius cotídie ac fírmius desidérium nobis ínvicem colligéntes. À Athènes, lors de nos études, au bout d'un certain temps, nous nous étions avoué notre passion commune, à savoir que nous n'avions d'ardeur que pour la philosophie. Alors nous fûmes tout l'un pour l'autre; ayant même toit, même table, même vie, même horizon, unissant chaque jour notre commun désir avec plus de chaleur et plus de force.
R/. Propter testaméntum Dómini et leges patérnas astitérunt sancti Dei in amóre fraternitátis: * Quia unus fuit semper spíritus in eis, et una fides. V/. Ecce quam bonum et quam iucúndum habitáre fratres in unum! * Quia. R/. Fidèles à l'alliance du Seigneur et aux lois de leurs pères, les saints de Dieu ont vécu dans l'amour fraternel: * Il n'y eut toujours, entre eux, qu'un seul esprit, une seule foi. V/. Oui, il est bon, il est doux pour des frères de vivre ensemble et d'être unis! * Il n'y eut.
Lectio II Lecture II
Par spes doctrínæ, hoc est, rei ómnium invidiosíssimæ, nos ducébat; et tamen áberat invídia, æmulátio autem in prétio habebátur. Hoc utríque certámen, non uter primas ferret, sed uter álteri eas concéderet; utérque enim altérius glóriam pro sua ducébat. Una utríque ánima videbátur, duo córpora ferens. Quod si fides iis mínime habénda est, qui ómnia in ómnibus rebus sita esse dicunt; at nobis certe credéndum est quod utérque in áltero et apud álterum siti erámus. Nous étions conduits par les mêmes espérances envers la richesse la plus enviée: la science. Mais il n'y avait entre nous aucune envie, nous ne cherchions que l'émulation. Il y avait lutte entre nous deux, non pas à qui obtiendrait la première place, mais comment chacun la céderait à l'autre. Car chacun considérait l'éloge obtenu par l'autre comme étant le sien. On aurait cru que nous avions à nous deux une seule âme, responsable de deux corps. Et s'il ne faut pas croire ceux qui prétendent que tout est dans tout, il faut nous croire quand nous disons que nous étions l'un dans l'autre et l'un auprès de l'autre.
R/. Isti sunt íncliti præsules Christi, qui mónita Dei cernéntes, spernéndo mundum, * Secúti sunt Dómini Iesu Christi pia vestígia. V/. Nihil terrénum, nihil carnále concupiscéntes, sed corónam immortálem accípere cupiéntes. * Secúti. R/. Voici les glorieux pasteurs établis par le Christ; discernant la valeur des conseils évangéliques et méprisant l'esprit du monde, * Ils ont suivi amoureusement les traces du Seigneur Jésus-Christ. V/. Ne cherchant rien de terrestre, rien de périssable, mais désirant obtenir la couronne de l'immortalité, * Ils ont suivi.
Lectio III Lecture III
Unum utríque opus et stúdium, virtus erat, et ad futúras spes vívere, nosque ita comparáre, ut, ante discéssum ex hac vita, hinc migrarémus. Quod quidem nobis ob óculos ponéntes, vitam actionésque omnes nostras dirigebámus, tum divíni præcépti ductum sequéntes, tum alter álteri virtútis stúdium exacuéntes; atque, nisi hoc arrogántius dícere vídear, utérque álteri norma et amússis erámus, qua rectum a pravo discérnitur. Et cum áliis ália quædam cognoménta sint, vel a paréntibus accépta, vel ex seípsis, hoc est, ex própriis vitæ stúdiis institutísque comparáta: nobis contra, magna res et magnum nomen erat, christiános et esse et nominári. Nous n'avions tous deux qu'une seule affaire: la vertu, et notre vie était dirigée vers les espérances futures, pour nous préparer à quitter ce monde en y renonçant déjà. C'est dans cette perspective que nous organisions toute notre vie et notre manière de faire. Nous nous laissions conduire par la loi de Dieu en nous excitant mutuellement à l'amour de la vertu. Et si ce n'est pas trop me vanter que de le dire, chacun de nous était pour l'autre une règle et un modèle permettant de distinguer le bien et le mal. Chacun porte un surnom qui lui vient de ses parents ou de son propre fonds, d'après ses goûts particuliers ou ses occupations. Mais pour nous, la grande affaire et le grand nom, c'était d'être chrétiens et d'en porter le nom.
R/. Isti sunt viri sancti quos elégit Dóminus in caritáte non ficta, et dedit illis glóriam sempitérnam; * Quorum doctrína fulget Ecclésia ut sole luna. V/. Sancti per fidem vicérunt regna, operáti sunt iustítiam. * Quorum doctrína. V/. Glória Patri. * Quorum doctrína. R/. Voici les saints hommes que le Seigneur s'est choisis dans son amour indéfectible: il leur a donné une gloire éternelle; * L'Église est irradiée par leur enseignement, comme la lune par le soleil. V/. Grâce à leur foi, les saints ont vaincu des royaumes, pratiqué la justice. * L'Église. V/. Gloire au Père. * L'Église.