Vigiles (OSB) du samedi 5 janvier 2019 -

Hebdomada II post Nativitatem IIème semaine après la Nativité
Sabbato Samedi
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
De Epístula ad Colossénses De la lettre de saint Paul aux Colossiens
Lectio I Lecture I
Fratres, oratióni instáte, vigilántes in ea in gratiárum actióne, orántes simul et pro nobis, ut Deus apériat nobis óstium sermónis ad loquéndum mystérium Christi, propter quod étiam vinctus sum, ut maniféstem illud ita ut opórtet me loqui. In sapiéntia ambuláte ad eos qui foris sunt, tempus rediméntes. Sermo vester semper in grátia, sale condítus, ut sciátis quómodo opórteat vos unicuíque respondére. Soyez assidus à la prière; qu'elle vous tienne vigilants, dans l'action de grâces. Priez pour nous en particulier, afin que Dieu ouvre un champ libre à notre prédication et que nous puissions annoncer le mystère du Christ; c'est à cause de lui que je suis dans les fers; obtenez-moi de le publier en parlant comme je le dois. Conduisez-vous avec sagesse envers ceux du dehors; sachez tirer parti de la période présente. Que votre langage soit toujours aimable, plein d'à-propos, avec l'art de répondre à chacun comme il faut.
R/. In própria venit et sui eum non recepérunt ; quotquot autem recepérunt eum, dedit eis potestátem fílios Dei fíeri. * Qui non ex sanguínibus neque ex voluntáte carnis, neque ex voluntáte viri, sed ex Deo nati sunt. V/. Si autem fílii, et herédes, herédes quidem Dei, coherédes autem Christi. * Qui. R/. Il est venu chez les siens, et les siens ne l'ont pas reçu; mais tous ceux qui l'ont reçu, il leur a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu. * Ils ne sont pas nés de la chair et du sang, ni d'une volonté d'homme: ils sont nés de Dieu! V/. Enfants, et donc héritiers; mais héritiers de Dieu, cohéritiers du Christ! * Ils.
Lectio II Lecture II
Salútat vos Epáphras, qui ex vobis est, servus Christi Iesu, semper certans pro vobis in oratiónibus, ut stetis perfécti et impléti in omni voluntáte Dei. Testimónium enim illi perhíbeo quod habet multum labórem pro vobis et pro his qui sunt Laodicíæ et qui Hierápoli. Salútat vos Lucas, médicus caríssimus, et Demas. Salutáte fratres qui sunt Laodicíæ, et Nympham et quæ in domo eius est ecclésiam. Épaphras, votre compatriote, vous salue; ce serviteur du Christ Jésus ne cesse de lutter pour vous dans ses prières, afin que vous teniez ferme, parfaits et bien établis dans tous les vouloirs divins. Oui, je lui rends ce témoignage qu'il prend beaucoup de peine pour vous, ainsi que pour ceux de Laodicée et pour ceux de Hiérapolis. Vous avez les salutations de Luc, le cher médecin, et de Démas. Saluez les frères qui sont à Laodicée, avec Nymphas et l'Église qui s'assemble dans sa maison.
R/. Párvulus natus est nobis, et Fílius datus est nobis, et factus est principátus super húmerum eius ; * Et vocábitur Admirábilis, Deus, Fortis. V/. Multiplicábitur eius impérium, et pacis non erit finis. * Et. R/. Un petit enfant nous est né, un fils nous a été donné: l'insigne du pouvoir est sur son épaule; * On proclame son nom: Merveilleux, Dieu, Fort. V/. Étendu sera son empire, dans une paix sans fin. * On.
Lectio III Lecture III
Et cum lecta fúerit apud vos epístula, fácite ut et in Laodicénsium Ecclésia legátur, et eam quæ ex Laodicía est vos quoque legátis. Et dícite Archíppo: " Vide ministérium quod accepísti in Dómino, ut illud ímpleas ". Salutátio mea manu Pauli. Mémores estóte vinculórum meórum. Grátia vobíscum. Quand cette lettre aura été lue chez vous, faites qu'on la lise aussi dans l'Église des Laodicéens, et procurez-vous celle de Laodicée, pour la lire à votre tour. Dites à Archippe: « Prends garde au ministère que tu as reçu dans le Seigneur, et tâche de bien l'accomplir. » Voici le salut de ma main, à moi, Paul. Souvenez-vous de mes chaînes! La grâce soit avec vous!
R/. Beáta es, Virgo María, quæ ómnium portásti Creatórem sæculórum. * Genuísti qui te fecit, et in ætérnum pérmanes virgo. V/. Ave, María, grátia plena, Dóminus tecum. * Genuísti. V/. Glória Patri. * Genuísti. R/. Bienheureuse es-tu, Vierge Marie, tu as porté le Créateur de l'univers, * Tu as enfanté celui qui t'a créée, et tu demeures vierge à jamais. V/. Réjouis-toi, Marie, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi. * Tu. V/. Gloire au Père. * Tu.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Sermónibus sancti Augustíni epíscopi (Sermo 194, 3: PL 38, 1016-1017) Sermon de saint Augustin
Lectio I Lecture I
Quis hóminum omnes thesáuros sapiéntiæ et sciéntiæ nóverit in Christo occúltos atque in paupertáte carnis eius abscónditos? Quia propter nos pauper factus est, cum dives esset, ut illíus paupertáte ditarémur. Cum enim mortalitátem assúmeret mortémque consúmeret, in paupertáte se osténdit: sed divítias dilátas promísit, non ablátas amísit. Quam multa multitúdo dulcédinis eius, quam abscóndit timéntibus se, pérficit autem sperántibus in se! Qui donc, parmi les hommes, connaît tous les trésors de sagesse et de science cachés dans le Christ, et enfouis dans la pauvreté de sa chair? Car lui qui est riche est devenu pauvre à cause de nous, pour que nous devenions riches par sa pauvreté. Puisqu'il venait pour endosser la condition mortelle et pour terrasser la mort elle-même, il s'est montré dans l'état de pauvre; mais lui qui nous a promis des richesses lointaines, n'a pas réellement perdu celles dont il s'est éloigné. Comme ils sont surabondants, ses bienfaits! Il les tient en réserve pour ceux qui le craignent, il en comble ceux qui espèrent en lui!
R/. Beáta et venerábilis, Virgo, quæ sine tactu pudóris invénta est Mater Salvatóris. * Iacébat in præsépio et fulgébat in cælo. V/. Dómine, audívi audítum tuum et tímui, considerávi ópera tua et expávi; in médio duórum animálium. * Iacébat. R/. Tu es bienheureuse et vénérable, ô sainte Vierge Marie, car sans offense à ta pudeur, tu es devenue la Mère du Sauveur. * Il reposait dans une mangeoire, celui qui resplendissait aux cieux. V/. Seigneur, j'ai entendu parler de toi, et je suis saisi de crainte; j'ai réfléchi à tes œuvres, et je frémis: te voir entre deux animaux! * Il.
Lectio II Lecture II
Ex parte enim scimus, donec véniat quod perféctum est. Cui capiéndo ut idónei præstarémur, ille æquális Patri in forma Dei, in forma servi factus símilis nobis, refórmat nos ad similitúdinem Dei: et factus fílius hóminis únicus Fílius Dei, multos fílios hóminum facit fílios Dei; et nutrítos servos per visíbilem formam servi, pérficit líberos ad vidéndam formam Dei. Car notre connaissance est partielle, jusqu'à ce que vienne l'achèvement. Afin que nous devenions capables de le saisir, celui qui est égal au Père comme ayant la nature de Dieu, est devenu semblable à nous en prenant la nature du serviteur, et il nous recrée à la ressemblance de Dieu. Devenu fils d'homme, l'unique Fils de Dieu transforme de nombreux hommes en fils de Dieu. Et après avoir nourri les serviteurs par sa nature visible de serviteur, il les rend libres pour qu'ils puissent contempler la nature de Dieu.
R/. Beáta progénies unde Christus natus est! * O quam gloriósa est Virgo, quæ cæli Regem génuit! V/. Felix namque es, sacra Virgo María, et omni laude digníssima. * O quam. R/. Bienheureux lignage d'où est né le Messie! * Qu'elle est glorieuse la Vierge qui a enfanté le Roi du ciel! V/. Heureuse es-tu, sainte Vierge Marie, et très digne de toute louange! * Qu'elle.
Lectio III Lecture III
Filii Dei sumus, et nondum appáruit quid érimus. Et scimus quóniam cum apparúerit, símiles ei érimus, quóniam vidébimus eum sícuti est. Nam qui sunt illi sapiéntiæ scientiæque thesáuri, quæ illæ divítiæ divínæ, nisi quia suffíciunt nobis? Et quæ illa multitúdo dulcédinis, nisi quia sátiat nos? Osténde ergo nobis Patrem et súfficit nobis. Et in quodam psalmo quidam ex nobis, vel in nobis, vel pro nobis, ait illi: Satiábor, dum manifestábitur glória tua. Ipse autem et Pater unum sunt: et qui ipsum videt, videt et Patrem. Ergo Dóminus virtútum, ipse est rex glóriæ. Convértens nos, osténdet nobis fáciem suam; et salvi érimus, et satiábimur, et suffíciet nobis. Car nous sommes enfants de Dieu, mais ce que nous serons ne paraît pas encore clairement. Nous le savons, lorsque le Fils de Dieu paraîtra, nous serons semblables à lui parce que nous le verrons tel qu'il est. En quoi consistent, en effet, ces trésors de sagesse et de science, ces richesses divines? Tout ce que nous savons, c'est qu'ils nous suffisent pleinement. Et cette surabondance de ses bienfaits? Tout ce que nous savons, c'est qu'elle nous rassasie. Montre-nous donc le Père et cela nous suffit. Et dans les psaumes, l'un d'entre nous, l'un de ceux qui sont en nous, ou parlant de nous, dit au Seigneur: Je serai rassasié lorsque se manifestera ta gloire. Lui-même et le Père ne sont qu'un, et celui qui le voit voit aussi le Père. Donc le Seigneur de l'univers, c'est lui, le roi de gloire. Nous faisant revenir, il nous montrera son visage; nous serons sauvés, nous serons rassasiés, et cela nous suffira.
R/. Verbum caro factum est, et habitávit in nobis. * Et vídimus glóriam eius, glóriam quasi Unigéniti a Patre, plenum grátiæ et veritátis. V/. In princípio erat Verbum, et Verbum erat apud Deum et Deus erat Verbum. * Et. V/. Glória Patri. * Et. R/. Le Verbe s'est fait chair, il a habité parmi nous. * Et nous avons vu sa gloire, la gloire qu'il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité. V/. Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. * Et. V/. Gloire au Père. * Et.