Vigiles (OSB) du dimanche 6 janvier 2019 - EPIPHANIE DU SEIGNEUR

Hebdomada II post Nativitatem IIème semaine après la Nativité
Dominica Dimanche
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
De libro Isaíæ prophétæ Du livre d'Isaïe
Lectio I Lecture I
Surge, illumináre, Ierúsalem, quia venit lumen tuum, et glória Dómini super te orta est. Quia ecce ténebræ opérient terram et calígo pópulos; super te autem oriétur Dóminus et glória eius in te vidébitur. Et ambulábunt gentes in lúmine tuo et reges in splendóre ortus tui. Debout! Resplendis! Jérusalem car voici ta lumière, et sur )toi se lève la gloire du Seigneur. Tandis que les ténèbres s'étendent sur la terre et l'obscurité sur les peuples, sur toi se lève le Seigneur, et sa gloire sur toi paraît. Les nations marcheront à ta lumière et les rois à ta clarté naissante.
R/. Hódie, in Iordáne baptizáto Dómino, apérti sunt cæli, et sicut colúmba super eum Spíritus mansit, et vox Patris intónuit: * Hic est Fílius meus diléctus, in quo mihi complácui. V/. Cæli apérti sunt super eum, et vox Patris audíta est: * Hic. R/. Aujourd'hui, le Seigneur est baptisé dans le Jourdain, les cieux s'entrouvrent; l'Esprit, tel une colombe, descend et demeure sur lui. La voix du Père retentit: * Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en lui j'ai mis tout mon amour. V/. Les cieux s'entrouvrent au-dessus de lui, et la voix du Père se fait entendre: * Celui-ci.
Lectio II Lecture II
Leva in circúitu óculos tuos et vide: omnes isti congregáti sunt, venérunt tibi; fílii tui de longe véniunt et fíliæ tuæ in ulnis gestántur. Tunc vidébis et illumináberis, et palpitábit et dilatábitur cor tuum, quia cónfluet ad te multitúdo maris, fortitúdo géntium véniet tibi; inundátio camelórum opériet te, dromedárii Mádian et Epha; omnes de Saba vénient, aurum et tus deferéntes et laudem Dómini annuntiántes. Lève les yeux aux alentours et regarde: tous sont rassemblés, ils viennent à toi. Tes fils viennent de loin, et tes filles sont portées sur la hanche. Alors, tu verras et seras radieuse, ton cœur tressaillira et se dilatera, car les richesses de la mer afflueront vers toi, et les trésors des nations viendront chez toi. Des multitudes de chameaux te couvriront, des jeunes bêtes de Madiân et d'Epha; tous viendront de Saba, apportant l'or et l'encens et proclamant les louanges du Seigneur.
R/. In colúmbæ spécie Spíritus Sanctus visus est, patérna vox audíta est: * Hic est Fílius meus diléctus, in quo mihi bene complácui. V/. Cæli apérti sunt super eum, et vox Patris intónuit. * Hic. R/. L'Esprit Saint se manifeste sous l'apparence d'une colombe, la voix du Père se fait entendre: * Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en lui j'ai mis tout mon amour. V/. Les cieux s'entrouvrent au-dessus de lui, la voix du Père retentit : * Celui-ci.
Lectio III Lecture III
Omne pecus Cedar congregábitur tibi, aríetes Nábaioth ministrábunt tibi; offeréntur super placábili altári meo, et domum glóriæ meæ glorificábo. Quæ sunt istæ quæ ut nubes volant et quasi colúmbæ ad fenéstras suas? Me enim ínsulæ exspectábunt, et in princípio naves Tharsis, ut addúcant fílios tuos de longe, argéntum eórum et aurum eórum cum eis, nómini Dómini Dei tui et Sancto Israel, quia glorificávit te. Tous les troupeaux de Qédar se rassembleront chez toi, les béliers de Nebayot seront à ton service, ils monteront à mon autel en sacrifice agréable, et je glorifierai ma maison de splendeur. Qu'est-ce que cela qui vole comme un nuage, comme des colombes vers leurs colombiers? C'est en moi que les îles espèrent: les bateaux de Tarsis ont pris la tête pour ramener de loin tes fils, avec leur argent et leur or, à cause du nom du Seigneur ton Dieu, du Saint d'Israël qui t'a glorifiée.
R/. Reges Tharsis et ínsulæ múnera ófferent, * Reges Arabum et Saba dona Dómino Deo addúcent. V/. Omnes de Saba vénient, aurum et tus deferéntes. * Reges. R/. Les rois de Tharsis et des îles apporteront des présents, * Les rois d'Arabie et de Saba feront leur offrande au Seigneur Dieu. V/. Tous les gens de Saba viendront, apportant l'or et l'encens. * Les rois.
Lectio IV Lecture IV
Et ædificábunt fílii peregrinórum muros tuos, et reges eórum ministrábunt tibi; in indignatióne enim mea percússi te, sed in beneplácito meo misértus sum tui. Les fils de l'étranger rebâtiront tes remparts, et leurs rois te serviront. Car dans ma colère je t'avais frappée, mais dans ma bienveillance j'ai eu pitié de toi.
R/. Dies sanctificátus illúxit nobis: veníte, gentes, et adoráte Dóminum, * Quia hódie appáruit lux magna in terris. V/. Veníte, adorémus eum; quia ipse est Dóminus Deus noster. * Quia. V/. Glória Patri. * Quia. R/. Un jour sanctifié nous illumine: venez, nations, adorer le Seigneur; * Aujourd'hui, sur la terre, a resplendi une grande lumière. V/. Venez, adorons-le; c'est lui le Seigneur notre Dieu. * Aujourd'hui. V/. Gloire au Père. * Aujourd'hui.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Sermónibus beáti Guerríci abbátis (Sermo 2 de Epiphania, 1-2: SC 166, 254-256) Sermon de Guerric d'Igny
Lectio I Lecture I
Surge, illumináre, Ierúsalem, quia venit lumen tuum. Hodiérnum diem lúminum illuminávit nobis et consecrávit lumen de lúmine; quod hódie, cum latéret incógnitum, ad illuminatiónem ómnium géntium sese dignátum est mundo reveláre. Hódie namque se revelávit Chaldæis novi síderis indício, cum in eórum primítiis ómnium fidem géntium dedicávit. Hódie se revelávit Iudis, non modo Ioánnis sed et Patris et Spíritus Sancti testimónio, ubi in Iordáne baptizátus baptísma ómnium consecrávit. Lève-toi, resplendis, Jérusalem, car elle est venue ta lumière! Ce jour des lumières que nous célébrons aujourd'hui fut pour nous revêtu de lumière et sanctifié par celui qui est lumière de lumière; car en ce jour, lui qui était encore caché et inconnu, il daigna se révéler au monde pour illuminer toutes les nations. Aujourd'hui, en effet, il se révéla aux Chaldéens au moyen d'un astre nouveau, lorsque dans ces prémices il inaugura la foi de tous les peuples. Aujourd'hui, il se révéla aux Juifs, non plus seulement sur le témoignage de Jean, mais sur celui du Père et de l'Esprit Saint, quand, par son baptême dans le Jourdain, il consacra le baptême de tous.
R/. Illumináre, illumináre Ierúsalem, venit lux tua, * Et glória Dómini super te orta est. V/. Et ambulábunt gentes in lúmine tuo, et reges in splendóre ortus tui. * Et. R/. Resplendis, Jérusalem, resplendis: voici venir ta lumière! * Sur toi se lève la gloire du Seigneur! V/. Les nations marcheront vers ta lumière, et les rois vers la clarté de ton aurore. * Sur toi.
Lectio II Lecture II
Hodie manifestávit glóriam suam coram discípulis suis, quando mutatióne aquæ in vinum illud ineffábile præosténdit mystérium, in quo verbo ipsíus substántiæ mutántur rerum. His ómnibus Dei apparitiónibus prævidens Spíritus illuminándam Ecclésiæ fidem, allóquitur eam sub typo et nómine Ierúsalem dicens: Surge, illumináre, Ierúsalem, quia venit lumen tuum. Aujourd'hui, il manifesta sa gloire devant ses disciples, lorsque, par le changement de l'eau en vin, il préfigura le mystère ineffable où, sur sa parole, la substance des êtres est changée. Aussi, prévoyant que la foi de l'Église serait illuminée par ces différentes manifestations de Dieu, l'Esprit Saint l'exhorte en ces termes, sous la figure de Jérusalem: Lève-toi, resplendis, Jérusalem, car elle est venue, ta lumière!
R/. Omnes de Saba vénient, aurum et tus deferéntes, et laudem Dómino annuntiántes, * Allelúia, allelúia, allelúia. V/. Reges Tharsis et ínsulæ múnera ófferent, reges Arabum et Saba dona addúcent. * Allelúia. R/. Tous les gens de Saba viendront, apportant l'or et l'encens, et proclamant les louanges du Seigneur: * Alléluia, alléluia, alléluia! V/. Les rois de Tharsis et des îles apporteront des présents, les rois d'Arabie et de Saba feront leur offrande. * Alléluia.
Lectio III Lecture III
Venerat quidem lumen; in mundo erat, et mundus per ipsum factus erat; sed mundus ipsum non cognoscébat. Erat natus, sed non erat notus, donec declaráre eum cœpit luminósa dies ista. Ait ergo Prophéta: O Ierúsalem nova, cívitas magna novi regis, surge, illumináre, quia venit lumen tuum. Súrgite, qui sedétis in ténebris; inténdite lúmini quod exórtum est in ténebris, sed non comprehénditur a ténebris. Accédite ad eum et illuminámini, et in lúmine eius vidébitis lumen, dicetúrque vobis: Fuístis aliquándo ténebræ, nunc autem lux in Dómino. Inténdite lúmini ætérno quod se vestris aspéctibus temperávit, ut qui lucem hábitat inaccessíbilem infírmis quoque et lippiéntibus óculis possit accédi. Advértite lumen in lucérna testæ, solem in nube, Deum in hómine, in lúteo vásculo carnis vestræ splendórem glóriæ, candorémque lucis ætérnæ. Elle était venue, en effet, la lumière; elle était dans le monde, et le monde fut fait par elle, et le monde ne l'a pas connue. L'enfant était né, mais il resta inconnu, jusqu'à ce que ce jour de lumière commençât à le révéler. Jérusalem nouvelle, dit par conséquent le Prophète, grande cité du nouveau roi, lève-toi, resplendis, car elle est venue ta lumière! Levez-vous, vous qui êtes assis dans les ténèbres! Regardez la lumière qui s'est levée dans les ténèbres, mais que les ténèbres n'ont pas saisie! Approchez-la, et vous serez illuminés! Dans sa lumière, vous verrez la lumière, et l'on vous dira: Autrefois vous étiez ténèbres; désormais vous êtes lumière dans le Seigneur. Regardez la lumière éternelle, qui s'est accommodée à votre vue: celui qui habite une lumière inaccessible s'est rendu accessible à vos yeux faibles et chassieux. Découvrez la lumière dans une lampe d'argile, le soleil dans une nuée, Dieu dans un homme, la splendeur de la gloire et l'éclat de la lumière éternelle dans votre chair, ce vase de boue!
R/. Magi véniunt ab Oriénte Hierosólymam, quæréntes et dicéntes: Ubi est qui natus est, cuius stellam vídimus? * Et vénimus adoráre Dóminum. V/. Vídimus stellam eius in Oriénte. * Et. R/. Des mages venus d'Orient arrivent à Jérusalem et demandent: Où est celui qui vient de naître? Nous avons vu son étoile, * Et nous sommes venus adorer le Seigneur. V/. Nous avons vu son étoile à l'Orient. * Et.
Lectio IV Lecture IV
Latet quidem maiéstas in humanitáte, virtus in humilitáte; sed signa virtútum erumpéntia unde hæc pródeant non sinunt ambígere. Opera, inquit, quæ ego fácio testimónium pérhibent de me. Magnum quidem testimónium Ioánnis qui venit ut testimónium perhibéret, lucérna de lúmine. At enim multo maius illud testimónium cæléste quod Pater et Spíritus Sanctus Fílio perhibuére, Pater in voce, Spíritus in spécie, cum in ore duórum téstium stet omne verbum. Son humanité, il est vrai, cache sa majesté, et son humble apparence dérobe sa puissance, mais les signes et les prodiges qui en jaillissent ne laissent place à aucun doute sur leur source. Mes œuvres, dit-il, me rendent témoignage. Le témoignage de Jean, certes, fut grand; il vint, comme un flambeau, rendre témoignage à la lumière. Cependant, bien plus considérable fut le témoignage céleste que le Père et l'Esprit Saint rendirent au Fils, le Père en faisant entendre sa voix, l'Esprit en se montrant sous la forme d'une colombe; car la voix de deux témoins décide d'une affaire.
R/. Interrogábat magos Heródes: Quod signum vidístis super natum regem? Stellam magnam fulgéntem, cuius splendor illúminat mundum. * Et nos cognóvimus, et vénimus adoráre Dóminum. V/. Magi véniunt ab Oriénte, inquiréntes fáciem Dómini et dicéntes. * Et. V/. Glória Patri. * Et. R/. Hérode interrogeait les mages: Quel signe avez vous observé au sujet du roi qui vient de naître? Un astre resplendissant dont l'éclat illumine le monde. * Nous l'avons reconnu, et nous sommes venus adorer le Seigneur. V/. Des mages arrivent d'Orient, ils cherchent la face du Seigneur et ils disent: * Nous. V/. Gloire au Père. * Nous.
In tertio nocturno, anno C Troisième nocturne, année C
Léctio sancti Evangélii secúndum Matthæum Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu
Cum natus esset Iesus in Béthlehem Iudææ in diébus Heródis regis, ecce magi ab oriénte venérunt Hierosólymam dicéntes: " Ubi est qui natus est rex Iudæórum? " Et réliqua. Jésus était né à Bethléem en Judée, au temps du roi Hérode le Grand. Or, voici que des mages venus d'Orient arrivèrent à Jérusalem et demandèrent: « Où est le roi des Juifs qui vient de naître? » Et la suite.
Ex Sermónibus sancti Leónis Magni papæ (Sermo 32, 1.4: SC 22bis , 218-220.224) Sermon de saint Léon le Grand
Lectio I Lecture I
Gaudéte in Dómino, dilectíssimi, íterum dico, gaudéte: quóniam brevi intervállo témporis, post sollemnitátem nativitátis Christi, festívitas declaratiónis eius illúxit: et quem in illo die Virgo péperit, in hoc mundus agnóvit. Verbum enim caro factum sic susceptiónis nostræ temperávit exórdia, ut natus Iesus et credéntibus maniféstus, et persequéntibus esset occúltus. Réjouissez-vous dans le Seigneur, bien-aimés, je le dis encore, réjouissez-vous; car, très peu de temps après la solennité de la naissance du Christ, voici que la fête de sa manifestation nous a inondés de sa lumière; et celui que le Vierge enfanta en ce jour-là, le monde, en celui-ci, le connaît. Le Verbe fait chair, en effet, régla si bien les débuts de sa vie dans notre nature que la naissance de Jésus fut à la fois manifestée aux croyants et cachée à ses persécuteurs.
R/. Stella quam víderant magi in Oriénte antecedébat eos, donec venírent ad locum ubi puer erat. * Vidéntes autem eam, gavísi sunt gáudio magno. V/. Et intrántes domum, invenérunt púerum cum María Matre eius, et procidéntes adoravérunt eum. * Vidéntes. R/. L'étoile que les mages avaient vue à l'Orient les précéda, jusqu'à leur arrivée au lieu où se trouvait l'enfant. * À la vue de l'astre, ils éprouvèrent une très grande joie. V/. Pénétrant dans la demeure, ils trouvèrent l'enfant avec Marie, sa Mère; et, tombant à genoux, ils se prosternèrent devant lui. * À la vue.
Lectio II Lecture II
Iam tunc ergo cæli enarravérunt glóriam Dei, et in omnem terram sonus veritátis exívit, quando et pastóribus exércitus angelórum Salvatóris éditi annuntiátor appáruit, et magos ad eum adorándum prævia stella perdúxit, ut a solis ortu usque ad occásum veri regis generátio coruscáret, cum rerum fidem et regna Oriéntis per magos díscerent, et románum impérium non latéret. Alors les cieux racontèrent la gloire de Dieu et par toute la terre se répandit le bruit de la vérité, lorsque l'armée des anges apparut aux bergers pour leur annoncer la naissance d'un Sauveur et qu'une étoile guida les mages en allant devant eux pour qu'ils viennent l'adorer. Ainsi, de l'aurore au couchant, la naissance du vrai roi brilla de tout son éclat, puisque, en même temps, les royaumes de l'Orient en apprirent le récit fidèle par les mages, et que les faits ne furent pas cachés à l'empire romain.
R/. Vidéntes stellam magi, gavísi sunt gáudio magno; et intrántes domum, invenérunt púerum cum María Matre eius, et procidéntes adoravérunt eum. * Et apértis thesáuris suis, obtulérunt ei múnera, aurum, tus et myrrham. V/. Stella quam víderant in Oriénte antecedébat eos, usque dum véniens staret supra ubi erat puer. * Et. R/. Quand ils virent l'étoile, les mages éprouvèrent une très grande joie. Pénétrant dans la demeure, ils trouvèrent l'enfant avec Marie, sa Mère, et tombant à genoux, ils se prosternèrent devant lui. * lls ouvrirent leurs coffrets, et lui offrirent leurs présents: de l'or, de l'encens et de la myrrhe. V/. L'étoile qu'ils avaient vue à l'Orient les précédait; elle vint s'arrêter au-dessus du lieu où se trouvait l'enfant. * lls.
Lectio III Lecture III
Nam et sævítia Heródis, volens primórdia suspécti sibi regis exstínguere, huic dispensatióni nésciens serviébat; ut dum atróci inténtus facínori, ignótum sibi púerum indiscréta infántium cæde perséquitur, annuntiátum clitus dominatóris ortum insígnior ubíque fama loquerétur, quam promptiórem ad narrándum diligentiorémque faciébat et supérnæ significatiónis nóvitas, et cruentíssimi persecutóris impíetas. Tunc autem Ægýpto Salvátor illátus est, ut gens antíquis erróribus dédita, iam ad vicínam salútem per occúltam grátiam vocarétur: et quæ nondum eiécerat ab ánimo superstitiónem, iam hospítio recíperet veritátem. Car même la cruauté d'Hérode, qui voulait supprimer dès ses premiers instants celui qu'il soupçonnait être roi, favorisait sans le savoir ce plan divin; en effet, tandis que, tout entier à son atroce forfait, il poursuivait un enfant inconnu en massacrant indistinctement tous les nouveau-nés, une renommée singulière répandait partout la nouvelle, annoncée par le ciel, de la naissance du souverain, renommée que rendaient à la fois plus prompte en ses effets et plus rapide et la nouveauté du signe céleste et l'impiété du persécuteur assoiffé de sang. Mais c'est alors que le Sauveur fut transporté en Égypte, afin que ce peuple, adonné à de vieilles erreurs, fût déjà appelé par une grâce cachée au salut tout proche, et que, sans avoir encore rejeté de son cœur la superstition, il n'en donnât pas moins l'hospitalité à la vérité.
R/. Hic est dies præclárus, in quo Salvátor mundi appáruit, quem prophétæ prædixérunt, ángeli adoravérunt, * Cuius stellam magi vidéntes gavísi sunt et múnera ei obtulérunt. V/. Dies sanctificátus illúxit nobis: veníte, gentes, et adoráte Dóminum. * Cuius. R/. Voici le jour glorieux où se manifesta le Sauveur du monde, annoncé par les prophètes, adoré par les anges, * À qui les mages, comblés de joie en voyant son étoile, ont offert des présents. V/. Un jour sanctifié nous illumine: venez, nations, adorer le Seigneur. * À qui.
Lectio IV Lecture IV
Agnoscámus ergo, dilectíssimi, in magis adoratóribus Christi, vocatiónis nostræ fideíque primítias, et exsultántibus ánimis beátæ spei inítia celebrémus. Exínde enim in ætérnam hereditátem cóepimus introíre; exínde nobis Christum loquéntia Scripturárum arcána patuérunt; et véritas, quam Iudæórum obcæcátio non récipit, ómnibus natiónibus lumen suum invéxit. Honorétur ítaque a nobis sacratíssimus dies, in quo salútis nostræ auctor appáruit; et quem magi infántem veneráti sunt in cunábulis, nos omnipoténtem adorémus in cælis. Ac sicut illi de thesáuris suis mýsticas Dómino múnerum spécies obtulérunt, ita et nos de córdibus nostris, quæ Deo sunt digna promámus. Reconnaissons donc, bien-aimés, dans les mages adorateurs du Christ, les prémices de notre vocation et de notre foi, et célébrons, l'âme débordante de joie, les débuts de notre bienheureuse espérance. C'est alors, en effet, que nous avons commencé à entrer en possession de notre héritage éternel; c'est alors que se sont ouverts à nous les secrets des Écritures qui nous parlent du Christ, et que la vérité, refusée par les Juifs aveugles, a répandu sa lumière sur tous les peuples. Honorons donc le jour très saint où s'est manifesté l'auteur de notre salut, et adorons tout-puissant dans les cieux celui que les mages vénérèrent nouveau-né dans un berceau. Comme ils offrirent au Seigneur, tirés de leurs trésors, des dons, symboles mystiques, nous aussi tirons de notre cœur des dons dignes de Dieu.
R/. Tria sunt múnera pretiósa, quæ obtulérunt magi Dómino in die ista, et habent in se divína mystéria: * In auro, ut ostendátur regis poténtia, in ture, sacerdótem magnum consídera, et in myrrha, domínicam sepultúram. V/. Salútis nostræ auctórem magi veneráti sunt in cunábulis, et de thesáuris suis mýsticas ei múnerum spécies obtulérunt. * In. V/. Glória Patri. * In. R/. Ils sont au nombre de trois, les dons précieux que les mages ont offerts au Seigneur en ce jour, et ils symbolisent des mystères divins. * L'or manifeste la puissance du roi, l'encens désigne le grand-prêtre, et la myrrhe, l'ensevelissement du Seigneur. V/. L'auteur de notre salut, les mages l'ont vénéré au berceau, et, de leurs richesses, ils lui ont offert des présents mystiques : * L'or. V/. Gloire au Père. * L'or.