Vigiles (OSB) du vendredi 11 janvier 2019 -

Hebdomada I per annum Ière semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
De Epístula beáti Pauli apóstoli ad Romános De la lettre de saint Paul aux Romains
Lectio I Lecture I
Quid ergo ámplius est Iudo, aut quæ utílitas circumcisiónis? Multum per omnem modum. Primum quidem, quia crédita sunt illis elóquia Dei. Quid enim, si quidam non credidérunt? Numquid incredúlitas illórum fidem Dei evacuábit? Absit! Exstet autem Deus verax, omnis autem homo mendax, sicut scriptum est: Ut iustificéris in sermónibus tuis et vincas cum iudicáris. Quelle est la supériorité du Juif? Quelle est l'utilité de la circoncision? Grande à tous égards. D'abord c'est à eux que furent confiés les oracles de Dieu. Quoi donc si d'aucuns furent infidèles? Leur infidélité va-t-elle annuler la fidélité de Dieu? Certes non! Il faut que Dieu soit véridique et tout homme menteur, comme dit l'Écriture: Afin que tu sois justifié dans tes paroles, et triomphes si l'on te met en jugement.
R/. Confitébor tibi, Dómine Deus, in toto corde meo, et honorificábo nomen tuum in ætérnum, * Quia misericórdia tua, Dómine, magna est super me. V/. Et eripuísti ánimam meam ex inférno inferióri, * Quia. R/. Je te rends grâce de tout mon cœur, Seigneur mon Dieu, toujours je rendrai gloire à ton nom; * Il est grand, Seigneur, ton amour pour moi! V/. Tu m'as tiré de l'abîme des morts: * Il est grand.
Lectio II Lecture II
Si autem iniustítia nostra iustítiam Dei comméndat, quid dicémus? Numquid iniústus Deus, qui infert iram? Secúndum hóminem dico. Absit! Alióquin quómodo iudicábit Deus mundum? Si enim véritas Dei in meo mendácio abundávit in glóriam ipsíus, quid adhuc et ego tamquam peccátor iúdicor? Et non sicut blasphemámur, et sicut aiunt quidam nos dícere: " Faciámus mala, ut véniant bona? " Quorum damnátio iusta est. Mais si notre injustice met en relief la justice de Dieu, que dire? Dieu serait-il injuste en nous frappant de sa colère? Je parle en homme. Certes non! Sinon, comment Dieu jugera-t-il le monde? Mais si mon mensonge a rehaussé la vérité de Dieu pour sa gloire, de quel droit suis-je jugé moi aussi comme un pécheur? Ou bien, comme certains nous accusent outrageusement de le dire, devrions-nous faire le mal pour qu'en sorte le bien? Ceux-là méritent leur condamnation.
R/. Misericórdia tua, Dómine, magna est super me, * Et liberásti ánimam meam ex inférno inferióri. V/. Deus, iníqui insurrexérunt in me, et fortes quæsiérunt ánimam meam. * Et liberásti. R/. Il est grand, Seigneur, ton amour pour moi: * Tu m'as délivré de l'abîme des morts! V/. Mon Dieu, des orgueilleux se lèvent contre moi, des puissants cherchent ma perte. * Tu m'as délivré.
Lectio III Lecture III
Quid ígitur? Præcéllimus eos? Nequáquam! Antea enim causáti sumus Iudæos et Græcos omnes sub peccáto esse, sicut scriptum est: Non est iustus quisquam, non est intéllegens, non est requírens Deum. Omnes declinavérunt, simul inútiles facti sunt; non est qui fáciat bonum, non est usque ad unum. Sepúlcrum patens est guttur eórum, linguis suis dolóse agébant, venénum áspidum sub lábiis eórum, quorum os maledictióne et amaritúdine plenum est; velóces pedes eórum ad effundéndum sánguinem, contrítio et infelícitas in viis eórum, et viam pacis non cognovérunt. Non est timor Dei ante óculos eórum. Scimus autem quóniam, quæcúmque lex lóquitur, his, qui in lege sunt, lóquitur, ut omne os obstruátur, et obnóxius fiat omnis mundus Deo; quia ex opéribus legis non iustificábitur omnis caro coram illo, per legem enim cognítio peccáti. Quoi donc? L'emportons-nous? Pas du tout. Car nous avons établi que Juifs et Grecs, tous sont soumis au péché, comme il est écrit: Il n'est pas de juste, pas un seul, il n'en est pas de sensé, pas un qui recherche Dieu. Tous ils sont dévoyés, ensemble pervertis; il n'en est pas qui fasse le bien, non, pas un seul. Leur gosier est un sépulcre béant, leur langue trame la ruse. Un venin d'aspic est sous leurs lèvres, la malédiction et l'aigreur emplissent leur bouche. Agiles sont leurs pieds à verser le sang; ruine et misère sont sur leurs chemins. Le chemin de la paix, ils ne l'ont pas connu, nulle crainte de Dieu devant leurs yeux. Or, nous le savons, tout ce que dit la Loi, elle le dit pour ceux qui sont sous la Loi, afin que toute bouche soit fermée, et le monde entier reconnu coupable devant Dieu, puisque personne ne sera justifié devant lui par la pratique de la Loi: la Loi ne fait que donner la connaissance du péché.
R/. Miserére mei, Dómine, quóniam ad te clamábo tota die. Lætífica ánimam servi tui, quóniam ad te, Dómine, ánimam meam levávi. * Quóniam tu, Dómine, suávis ac mitis es ómnibus invocántibus te. V/. Non est símilis tui in diis, Dómine, et non est secúndum ópera tua; * Quóniam. V/. Glória Patri. * Quóniam. R/. Prends pitié de moi, Seigneur, toi que j'appelle tout le jour. Seigneur, réjouis ton serviteur: vers toi, j'élève mon âme! * Toi qui es doux et bienveillant, plein d'amour pour tous ceux qui t'invoquent. V/. Aucun parmi les dieux n'est comme toi, Seigneur, et rien n'égale tes œuvres; * Toi. V/. Gloire au Père. * Toi.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Expositióne sancti Ambrósii epíscopi in psalmum quadragésimum tértium (Nn. 77-78.79: CSEL 64, 316-317.318) Commentaire de saint Ambroise sur le psaume 43
Lectio I Lecture I
Non negáre póssumus quod multis humiliétur et caro, loco ipso, illécebris ipsis, fragilitáte quoque qua pátuit erróri. Quæ licet non a mediócri adversário serpénte decépta sit, habébat tamen sui non mediócrem grátiam, ántequam peccátum irréperet: in conspéctu erat Dei Adam, in paradíso vigébat, cælésti grátia refulgébat, loquebátur cum Deo. Num eum humiliátum ante legísti nisi posteáquam prævaricátio eum humiliávit sua? Cuius vítii hereditátem ad nos útique transmísit, ut in hoc córpore constitúti nolímus peregrinári de córpore et adésse Deo. Nous ne pouvons nier que la chair elle-même soit humiliée, en bien des points: le lieu, les penchants, la fragilité avec laquelle elle s'ouvrit à l'erreur. Il est vrai que le serpent n'était pas un médiocre adversaire, mais la grâce que la chair avait en elle avant le péché n'était pas médiocre non plus: Adam était sous le regard de Dieu, il vivait dans le paradis, il rayonnait de grâce céleste, il parlait avec Dieu. As-tu lu qu'il fût humilié avant que sa propre prévarication ne l'humiliât? Et il nous a transmis l'héritage de son infirmité: prisonniers dans ce corps, nous ne pouvons nous en évader et être avec Dieu.
R/. Quis est homo qui vivit et non vidébit mortem? * Aut quis éruet ánimam suam de manu ínferi? V/. Quis novit potestátem iræ tuæ aut præ timóre tuo iram tuam dinumeráre? * Aut. R/. Qui donc peut vivre et ne pas voir la mort? * Qui s'arracherait à l'emprise des enfers? V/. Qui comprendra la force de ta colère? Qui peut t'adorer dans tes fureurs? * Qui s'arracherait.
Lectio II Lecture II
Et ídeo humiliámus ánimam nostram, quæ se ad Deum gestit attóllere; sed corruptíbile corpus gravat ánimam terrenáque habitácula præpónderant, ut mens devóta Deo frequénter inclinétur nec se subícere Deo possit, quóniam subiectiónem sui sapiéntia carnis ignórat, quæ nostrum invólvit afféctum. Dicéntes hæc de nobis, quid de carne Dómini nostri Iesu Christi dícimus? Qui útique suscépit carnis istíus veritátem et ídeo semetípsum humiliávit usque ad mortem, mortem autem crucis. Diligénter atténde et consídera síngula. Vide quia volens suscépit hanc formam córporis nostri et tuæ obséquia servitútis, in similitúdinem hóminum factus, non in similitúdinem carnis, sed in similitúdinem hóminum peccatórum; omnis enim homo sub peccáto. C'est pourquoi nous humilions notre âme: elle s'efforce de s'élever vers Dieu, mais le corps corruptible alourdit l'âme et les habitations terrestres pèsent si lourd que l'esprit, tout en voulant se donner à Dieu, cède souvent et ne peut se soumettre à Dieu, parce que la sagesse de la chair ne sait pas se soumettre et qu'elle nous prend en ses lacets. Voilà pour nous. Mais que dire de la chair de notre Seigneur Jésus-Christ? Oui, sans conteste, il assuma la vérité de cette chair, et c'est pourquoi il s'humilia jusqu'à la mort, et à la mort sur une croix. Regarde attentivement, considère chaque point. Vois: c'est volontairement qu'il a pris cette forme de notre corps et les contraintes de ta servitude. Il s'est fait semblable aux hommes: non seulement semblable à la chair, mais semblable à des hommes pécheurs; car tout homme est sous le péché.
R/. Factus est mihi Dóminus in refúgium, * Et Deus meus in auxílium spei meæ. V/. Deus ultiónum Dóminus, Deus ultiónum líbere egit. * Et. R/. Le Seigneur est mon refuge, * Mon Dieu, l'espoir de mon salut. V/. Le Dieu qui fait justice, le Seigneur, le Dieu qui fait justice agit librement. * Mon Dieu.
Lectio III Lecture III
Ideo et spécie invéntus ut homo - ut scriptum est de eo: et homo est, et quis cognóscet eum? Homo secúndum carnem, sed ultra hóminem secúndum operatiónem -, ut homo, inquit, humiliávit semetípsum quia ad eos Deus venit qui humiliáti fúerant liberándos. Ipse se ergo humiliávit propter nos. Ecce vide grátiam Christi, vide benefícia eius. Posteáquam Christus advénit, hæc caro quæ erat umbra mortis cœpit per grátiam Dómini refulgére et habére lumen próprium, unde et dictum est: Lucérna córporis tui est óculus tuus. C'est pourquoi il fut trouvé comme un homme dans toute sa manière d'être, ainsi qu'il est écrit de lui: Il est un homme et qui le reconnaîtra? Homme selon la chair, mais au-dessus de l'homme selon l'opération. Comme un homme, dit l'Écriture, et elle poursuit: Il s'est humilié, parce que Dieu est venu libérer des humiliés. Lui-même donc s'humilia pour nous. Vois la grâce du Christ, vois ses bienfaits: après l'avènement du Christ, cette chair qui était ombre de mort commença, par la grâce du Seigneur, à resplendir, ayant sa lumière propre. Car l'évangile dit: La lampe de ton cœur, c'est ton œil.
R/. Misericórdiam et iudícium cantábo tibi, Dómine; psallam et intélligam * In via immaculáta, quando vénies ad me. V/. Perambulábam in innocéntia cordis mei, in médio domus meæ, * In via. V/. Glória Patri. * In via. R/. À toi, Seigneur, je chanterai justice et bonté; je chanterai mes hymnes et j'irai avec intelligence * Sur le chemin de la perfection, lorsque tu viendras jusqu'à moi. V/. Je marcherai dans l'innocence de mon cœur avec ceux de ma maison, * Sur le chemin. V/. Gloire au Père. * Sur le chemin.