Vigiles (OSB) du samedi 12 janvier 2019 -

Hebdomada I per annum Ière semaine dans l'année
Sabbato Samedi
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
De Epístula beáti Pauli apóstoli ad Romános De la lettre de saint Paul aux Romains
Lectio I Lecture I
Nunc sine lege iustítia Dei manifestáta est, testificáta a Lege et Prophétis, iustítia autem Dei per fidem Iesu Christi, in omnes qui credunt. Non enim est distínctio: omnes enim peccavérunt et egent glória Dei, iustificáti gratis per grátiam ipsíus per redemptiónem quæ est in Christo Iesu; quem propósuit Deus propitiatórium per fidem in sánguine ipsíus ad ostensiónem iustítiæ suæ, cum prætermisísset præcedéntia delícta in sustentatióne Dei, ad ostensiónem iustítiæ eius in hoc témpore, ut sit ipse iustus et iustíficans eum qui ex fide est Iesu. Maintenant, sans la Loi, la justice de Dieu s'est manifestée, attestée par la Loi et les Prophètes, justice de Dieu par la foi en Jésus-Christ, à l'adresse de tous ceux qui croient - car il n'y a pas de différence: tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu - et ils sont justifiés par la faveur de sa grâce en vertu de la rédemption accomplie dans le Christ Jésus: Dieu l'a exposé, instrument de propitiation par son propre sang moyennant la foi; il voulait montrer sa justice, du fait qu'il avait passé condamnation sur les péchés commis jadis au temps de la patience de Dieu; il voulait montrer sa justice au temps présent, afin d'être juste et de justifier celui qui se réclame de la foi en Jésus.
R/. Dómine, exáudi oratiónem meam, et clamor meus ad te véniat; * Quia non spernis, Deus, preces páuperum. V/. De profúndis clamávi ad te, Dómine; Dómine exáudi vocem meam. * Quia. R/. Seigneur, entends ma prière: que mon cri parvienne jusqu'à toi! * Car tu ne méprises pas, mon Dieu, la prière des humbles. V/. Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur; Seigneur, écoute mon appel! * Car.
Lectio II Lecture II
Ubi est ergo gloriátio? Exclúsa est. Per quam legem? Operum? Non, sed per legem fídei. Arbitrámur enim iustificári hóminem per fidem sine opéribus legis. Où donc est le droit de se glorifier? Il est exclu. Par quel genre de loi? Celle des œuvres? Non, par une loi de foi. Car nous estimons que l'homme est justifié par la foi sans la pratique de la Loi.
R/. Velóciter exáudi me, Dómine, * Quia defecérunt sicut fumus dies mei. V/. Dies mei sicut umbra declinavérunt, et ego sicut fœnum árui; * Quia. R/. Vite, réponds-moi, Seigneur, * Car mes jours s'en vont en fumée. V/. L'ombre gagne sur mes jours, et moi, je me dessèche comme l'herbe; * Car.
Lectio III Lecture III
An Iudæórum Deus tantum? Nonne et géntium? Immo et géntium, quóniam quidem unus Deus, qui iustificábit circumcisiónem ex fide et præpútium per fidem. Legem ergo destrúimus per fidem? Absit, sed legem statúimus. Ou alors Dieu est-il le Dieu des Juifs seulement, et non point des païens? Certes, également des païens; puisqu'il n'y a qu'un seul Dieu, qui justifiera les circoncis en vertu de la foi comme les incirconcis par le moyen de cette foi. Alors, par la foi nous privons la Loi de sa valeur? Certes non! Nous la lui conférons.
R/. Salvos nos fac, Dómine Deus noster, et cóngrega nos de natiónibus, * Ut confiteámur nómini tuo et gloriémur in laude tua. V/. Meménto nostri, Dómine, in beneplácito pópuli tui; vísita nos in salutári tuo: * Ut confiteámur. V/. Glória Patri. * Ut confiteámur. R/. Sauve-nous, Seigneur notre Dieu; rassemble-nous du milieu des païens: * Que nous rendions grâce à ton nom, fiers de chanter ta louange! V/. Souviens-toi de nous, Seigneur, dans ta bienveillance pour ton peuple; toi qui le sauves, visite-nous: * Que nous rendions grâce. V/. Gloire au Père. * Que nous rendions grâce.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Sermónibus sancti Fulgéntii Ruspénsis epíscopi (Sermo 2 de Nativitate, 6-7.8: CCL 91A, 901-903) Homélie de saint Fulgence de Ruspe
Lectio I Lecture I
Deus unigénitus humánam natúram tantum diléxit ut eam non solum a potestáte mali ángeli liberáret, verum étiam in seípso super omnes bonos ángelos in Patris déxtera collocáret. Natúra enim quæ in primo hómine a malo ángelo captiváta fúerat, ipsa nunc in secúndo hómine super omnes bonos ángelos regnat. Natúra quæ in primo hómine mundum peccáto pólluit, ipsa in secúndo hómine mundum a peccáto mundávit: Primus homo de terra terrénus, secúndus homo de cælo cæléstis. Primum hóminem múlier corrúpta mente decépit, secúndum hóminem virgo incorrúpta virginitáte concépit. Dieu, le Fils unique a aimé la nature humaine à un point tel, que non seulement il l'a libérée du pouvoir de l'ange de perversion, mais qu'en sa personne il l'a même placée à la droite du Père au-dessus de tous les bons anges. La même nature qui, dans le premier homme, avait été réduite en captivité par l'ange du mal, règne maintenant dans le second Adam sur tous les bons anges. La même nature qui, dans le premier homme, souilla le monde par son péché a purifié, dans le second Adam, le monde de ce péché. Le premier homme était de la terre, terrestre; le second est du ciel, céleste. Une femme, par son intelligence pervertie, a trompé le premier Adam; une vierge sans souillure a, par sa virginité, conçu le second.
R/. Cum cecíderit, iustus non conturbábitur, * Quia Dóminus firmat manum eius. V/. Iúnior fui, étenim sénui, et non vidi iustum derelíctum, nec semen eius quærens panem. * Quia . R/. Lorsqu'il trébuche, le juste ne vacille pas, * Car le Seigneur lui tient la main. V/. Jamais, de ma jeunesse à mes vieux jours, je n'ai vu le juste abandonné ni ses enfants mendier leur pain. * Car.
Lectio II Lecture II
Atténdite, fratres, medicinális grátiæ líneas, divína nobis benignitáte monstrátas. Tunc ad Evam ángelus malus accéssit, ut per eam homo, quem Deus fécerat, a Deo separarétur; nunc autem ad Maríam bonus ángelus venit, ut in ea humánæ natúræ Deus unigénitus unirétur. Venit ad Evam diábolus, ut vitam nobis malígnus auférret; venit ad Maríam Gábriel, ut vitam reddéndam homínibus nuntiáret. Per primi hóminis culpam cœpit diábolus hómini dominári, per secúndi hóminis grátiam cœpit ab hómine superári: super primum supérbus, sub secúndo captívus. Notez, mes frères, les grandes lignes de cette grâce médicinale que nous montre la bonté divine. Jadis, l'ange du mal s'approcha d'Ève afin que, par elle, l'homme que Dieu avait créé abandonne son auteur. Maintenant, l'ange du bien vient à Marie pour qu'en elle Dieu, le Fils unique, s'unisse à la nature humaine. Le diable s'infiltra jusqu'à Ève pour, dans sa méchanceté, nous frustrer de la vie; Gabriel vient à Marie pour lui annoncer que la vie allait être rendue aux hommes. Par la faute du premier homme, le démon se mit à dominer l'humanité; par la grâce du second Adam, il commença à être dominé par un homme. Ivre d'orgueil par son pouvoir sur le premier, il devint captif sous le second.
R/. Rugiébam a gémitu cordis mei, * Ante te omne desidérium meum, et gémitus meus a te non est abscónditus. V/. Cor meum conturbátum est in me, derelíquit me virtus mea. * Ante te. R/. Mon cœur gronde et rugit, Seigneur, * Tout mon désir est devant toi, et rien de ma plainte ne t'échappe. V/. Le cœur me bat, ma force m'abandonne, * Tout.
Lectio III Lecture III
Unigénitus Deus, sicut pro nobis dignátus est nasci, sic pro nobis secúndum carnem dignátus est mori, dignátus est étiam suscitári. Iste quippe dies est visitatiónis, ille redemptiónis. Opus enim grátiæ, qua nos Deus Unigénitus salvos fecit, concéptus in útero cœpit; ipsúmque opus grátiæ de sepúlcro resuscitátus implévit. Concéptus in útero factus est párticeps mortis nostræ; resúrgens de sepúlcro, fecit nos partícipes vitæ suæ. Dieu, le Fils unique, a daigné mourir pour nous et ressusciter selon la chair comme il était né pour nous. L'un de ces jours est celui de sa venue, l'autre celui de notre rédemption. C'est dès sa conception, en effet, que le Dieu, Fils unique, commença l'œuvre de la grâce de notre salut. Et c'est à sa résurrection du sépulcre qu'il acheva cette même œuvre de sa grâce. Par sa conception, il vint participer à notre mort; par sa résurrection, il nous fit partager sa vie.
R/. Exáudi oratiónem meam, Dómine, et deprecatiónem meam; et ab ómnibus iniquitátibus meis érue me, * Quóniam íncola ego sum apud te et peregrínus. V/. Compláceat tibi, Dómine, ut éruas me; Dómine, ad adiuvándum me réspice. * Quóniam. V/. Glória Patri. * Quóniam. R/. Entends ma prière, Seigneur, écoute ma supplication; délivre-moi de tous mes péchés, * Car je ne suis qu'un hôte chez toi, un simple pèlerin. V/. Daigne, Seigneur, me délivrer; regarde-moi, aide-moi, Seigneur! * Car. V/. Gloire au Père. * Car.