Vigiles (OSB) du dimanche 20 janvier 2019 - IIIème dimanche dans l'année

Hebdomada III per annum IIIème semaine dans l'année
Dominica Dimanche
Dominica III per annum IIIème dimanche dans l'année
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
De Epístula beáti Pauli apóstoli ad Romános De la lettre de saint Paul aux Romains
Lectio I Lecture I
Fratres: Nihil ergo nunc damnatiónis est his qui sunt in Christo Iesu; lex enim Spíritus vitæ in Christo Iesu liberávit te a lege peccáti et mortis. Nam, quod impossíbile erat legi, in quo infirmabátur per carnem, Deus Fílium suum mittens in similitúdine carnis peccáti et pro peccáto, damnávit peccátum in carne, ut iustítia legis implerétur in nobis, qui non secúndum carnem ambulámus, sed secúndum Spíritum. Frères, il n'y a plus maintenant de condamnation pour ceux qui sont dans le Christ Jésus. La loi de l'Esprit qui donne la vie dans le Christ Jésus t'a affranchi de la loi du péché et de la mort. De fait, chose impossible à la Loi, impuissante du fait de la chair, Dieu, en envoyant son propre Fils avec une chair semblable à celle du péché et en vue du péché, a condamné le péché dans la chair, afin que le précepte de la Loi fût accompli en nous dont la conduite n'obéit pas à la chair mais à l'esprit.
R/. Qui meditábitur in lege Dómini die ac nocte, * Dabit fructum suum in témpore suo. V/. Et erit tamquam lignum quod plantátum est secus decúrsus aquárum. * Dabit. R/. L'homme qui, jour et nuit, murmure la loi du Seigneur * Donne du fruit en son temps. V/. Comme un arbre planté près d'un ruisseau * Donne .
Lectio II Lecture II
Qui enim secúndum carnem sunt, quæ carnis sunt, sápiunt; qui vero secúndum Spíritum, quæ sunt Spíritus. Nam sapiéntia carnis mors, sapiéntia autem Spíritus vita et pax; quóniam sapiéntia carnis inimicítia est in Deum, legi enim Dei non subícitur nec enim potest. Qui autem in carne sunt, Deo placére non possunt. En effet, ceux qui vivent selon la chair désirent ce qui est charnel; ceux qui vivent selon l'esprit, ce qui est spirituel. Car le désir de la chair, c'est la mort, tandis que le désir de l'esprit, c'est la vie et la paix, puisque le désir de la chair est inimitié contre Dieu: il ne se soumet pas à la loi de Dieu, il ne le peut même pas, et ceux qui sont dans la chair ne peuvent plaire à Dieu.
R/. Servíte Dómino in timóre et exsultáte ei cum tremóre. * Apprehéndite disciplínam, nequándo irascátur Dóminus, et pereátis de via iusta. V/. Cum exárserit in brevi ira eius, beáti omnes qui confídunt in eo. * Apprehéndite. R/. Servez le Seigneur avec déférence, rendez-lui votre hommage en tremblant. * Prenez sur vous son joug, de peur qu'il ne s'irrite, et vous seriez perdus, hors du droit chemin. V/. Soudain sa colère éclatera: heureux qui trouve en lui son refuge! * Prenez sur vous.
Lectio III Lecture III
Vos autem in carne non estis, sed in Spíritu, si tamen Spíritus Dei hábitat in vobis. Si quis autem Spíritum Christi non habet, hic non est eius. Si autem Christus in vobis est, corpus quidem mórtuum est propter peccátum, Spíritus vero vita propter iustítiam. Quod si Spíritus eius qui suscitávit Iesum a mórtuis, hábitat in vobis, qui suscitávit Christum a mórtuis, vivificábit et mortália córpora vestra per inhabitántem Spíritum suum in vobis. Vous, vous n'êtes pas dans la chair mais dans l'esprit, puisque l'Esprit de Dieu habite en vous. Qui n'a pas l'Esprit du Christ ne lui appartient pas, mais si le Christ est en vous, bien que le corps soit mort déjà en raison du péché, l'Esprit est vie en raison de la justice. Et si l'Esprit de Celui qui a ressuscité Jésus d'entre les morts habite en vous, Celui qui a ressuscité le Christ Jésus d'entre les morts donnera aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous.
R/. Dómine, ne in ira tua árguas me, neque in furóre tuo corrípias me. * Miserére mihi, Dómine, quóniam infírmus sum. V/. Timor et tremor venérunt super me, et contexérunt me ténebræ, et dixi: * Miserére. R/. Seigneur, corrige-moi sans colère, et reprends-moi sans fureur. * Pitié, Seigneur, je dépéris! V/. Crainte et tremblement me pénètrent, les ténèbres m'environnent. J'appelle: * Pitié.
Lectio IV Lecture IV
Ergo, fratres, debitóres sumus non carni, ut secúndum carnem vivámus. Si enim secúndum carnem vixéritis, moriémini; si autem Spíritu ópera córporis mortificátis, vivétis. Quicúmque enim Spíritu Dei agúntur, hi fílii Dei sunt. Non enim accepístis spíritum servitútis íterum in timórem, sed accepístis Spíritum adoptiónis filiórum, in quo clamámus: " Abba, Pater! " Ipse Spíritus testimónium reddit una cum spíritu nostro quod sumus fílii Dei. Si autem fílii, et herédes: herédes quidem Dei, coherédes autem Christi, si tamen compátimur, ut et conglorificémur. Ainsi donc, mes frères, nous sommes débiteurs, mais non point envers la chair pour devoir vivre selon la chair. Car si vous vivez selon la chair, vous mourrez. Mais si par l'Esprit vous faites mourir les œuvres du corps, vous vivrez. En effet, tous ceux qu'anime l'Esprit de Dieu sont fils de Dieu. Aussi bien n'avez-vous pas reçu un esprit d'esclaves pour retomber dans la crainte; vous avez reçu un esprit de fils adoptifs qui nous fait nous écrier: Abba! Père! L'Esprit en personne se joint à notre esprit pour attester que nous sommes enfants de Dieu. Enfants, et donc héritiers; héritiers de Dieu, et cohéritiers du Christ, puisque nous souffrons avec lui pour être aussi glorifiés avec lui.
R/. Deus qui sedes super thronum et iúdicas æquitátem, esto refúgium páuperum in tribulatióne; * Quia tu solus labórem et dolórem consíderas. V/. Tibi enim derelíctus est pauper, pupíllo tu eris adiútor; * Quia. V/. Glória Patri. * Quia. R/. Tu sièges, ô Seigneur, toi qui juges avec justice: montre-toi la forteresse des malheureux dans leur angoisse; * Car tu regardes, toi, la peine et la souffrance! V/. Sur toi repose le faible, c'est toi qui viens en aide à l'orphelin; * Car. V/. Gloire au Père. * Car.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Homilíis sancti Ioánnis Chrysóstomi epíscopi in Epístulam ad Romános (Hom. 4, 3: PG 60, 527) Homélie de saint Jean Chrysostome sur la Lettre aux Romains
Lectio I Lecture I
Accepístis spíritum adoptiónis filiórum, in quo clamámus: " Abba, Pater! " Hoc autem quantum sit sciunt initiáti, quod in mýstica precatióne hæc primo dícere iubeántur. Quid ergo, ínquies, annon et Iudæi Deum vocábant Patrem? Non audis Móysen dicéntem: Deum qui te génuit dereliquísti? Non audis Malachíam exprobrántem ac dicéntem: Deus unus creávit nos, et unus Pater est ómnium nostrum? Vous avez reçu un esprit de fils adoptifs, qui nous fait nous écrier: " Abba, Père! " Les nouveaux baptisés comprennent ce que cela veut dire, eux qu'on invite heureusement à faire de ce nom leur premier mot en récitant notre prière mystérieuse. Mais, dira-t-on, les Juifs n'appelaient-ils pas Dieu leur Père, eux aussi? N'entendons-nous pas Moïse dire au peuple: Tu ne te souviens plus du Dieu qui t'a engendré? N'entendons-nous pas Malachie leur adresser ce reproche: Un seul Dieu nous a créés, nous avons tous un seul et même Père?
R/. Exsúrge, Dómine Deus meus, et exaltétur manus tua, * Ne obliviscáris páuperum in finem. V/. Tibi enim derelíctus est pauper. * Ne obliviscáris. R/. Lève-toi, Seigneur mon Dieu! Étends la main! * Que le pauvre ne soit pas oublié pour toujours! V/. Oui, sur toi repose le faible: * Que le pauvre.
Lectio II Lecture II
Verum licet hæc et multo plura dicta fúerint, nusquam invénimus eos hoc nómine Deum vocántes, neque sic precántes. Nos autem omnes, et sacerdótes et idiótæ, et príncipes et súbditi, sic precári iussi sumus, et hanc primam emíttimus vocem, post mirábiles illos natáles, post novam et stupéndam incunabulórum legem. Pourtant, on aura beau invoquer ces textes, et même multiplier les citations, on ne verra jamais les Juifs donner à Dieu ce nom de Père, et le lui donner dans la prière. Or, c'est ce que tout le monde fait chez nous: prêtres et laïcs, supérieurs et inférieurs, tous nous recevons l'ordre de prier ainsi, et ce mot de Père est le premier qui s'échappe de nos lèvres après l'admirable naissance du baptême et la communication aux nouveau-nés d'une loi nouvelle et inespérée.
R/. Iustus Dóminus, et iustítias diléxit: * Æquitátem vidit vultus eius. V/. In Dómino confído; quómodo dícitis ánimæ meæ: Transmígra in montem sicut passer! * Æquitátem. R/. Le Seigneur est juste, il aime toute justice: * La face du Seigneur considère l'équité. V/. Auprès du Seigneur j'ai mon refuge; comment pouvez-vous me dire: Fuis dans la montagne, comme un passereau! * La face du Seigneur.
Lectio III Lecture III
Alióquin vero etsi illi nonnúmquam sic vocárunt, sed ex própria mente: qui autem in grátia vivunt, ex spiritáli operatióne moti. Quemádmodum enim spíritus sapiéntiæ est, per quem insipiéntes sapiéntes effécti sunt, id quod a doctrína indicátur; et spíritus virtútis est, per quem infírmi mórtuos suscitárunt et dæmonas eiecérunt; et spíritus est grátiæ curatiónum, et spíritus prophetíæ, et spíritus linguárum: sic et spíritus adoptiónis. Tout différent eût été le cas, même si certains avaient, une fois ou l'autre, mais de leur propre chef, donné ce nom au Seigneur. Les baptisés, eux, l'appellent Père dans la grâce, mûs par la force de l'Esprit. De même qu'il existe un esprit de sagesse, qui fait des insensés des sages, et qui se manifeste dans leur doctrine; un esprit de puissance, grâce auquel des faibles ont ressuscité des morts et chassé des démons; un esprit de guérison, un esprit de prophétie, un esprit d'usage des langues, de même il existe aussi un esprit d'adoption.
R/. A dextris est mihi Dóminus ne commóvear; * Propter hoc dilatátum est cor meum, et exsultávit lingua mea. V/. Consérva me, Dómine, quóniam in te sperávi. Dixi Dómino: Deus meus es tu. * Propter hoc. R/. Le Seigneur est à ma droite: je suis inébranlable; * C'est pourquoi j'ai le cœur au large, la joie sur les lèvres. V/. Garde-moi, Seigneur, j'ai fait de toi mon refuge. J'ai dit au Seigneur: Tu es mon Dieu! * C'est pourquoi.
Lectio IV Lecture IV
Ac sicut nóvimus spíritum prophetíæ, quátenus qui habet illum futúra prædícit, non ex própria mente loquens, sed a grátia motus: sic et spíritus adoptiónis, quátenus is qui accépit eum, Patrem vocat Deum, a Spíritu motus. Hic vero ut genuínum esse osténderet, hebráica usus est lingua: non enim tantum dixit Pater, sed Abba, Pater, quod verbum a genuínis fíliis dícitur, patrem vocántibus. Et comme on reconnaît l'esprit de prophétie à ce que l'homme qui le possède prédit l'avenir, non de son propre chef, mais sous la motion de la grâce, on reconnaît aussi l'esprit d'adoption à ce que l'homme qui a reçu ce charisme appelle Dieu son Père sous la motion de l'Esprit Saint. Saint Paul a voulu souligner la vérité de ce langage en usant ici de l'hébreu: il n'écrit pas seulement Père, mais Abba, Père, car ce mot Abba est tout spécialement réservé aux enfants, et aux enfants véritables qui s'adressent à leur vrai père.
R/. Notas mihi fecísti, Dómine, vias vitæ; adimplébis me lætítia cum vultu tuo, * Delectatiónes in déxtera tua usque in finem. V/. Consérva me, Dómine, quoniam in te sperávi. Dixi Dómino: Deus meus es tu. * Delectatiónes. V/. Glória Patri. * Delectatiónes. R/. Tu m'apprends, Seigneur, le chemin de la vie: devant ta face, débordement de joie! * À ta droite, éternité de délices! V/. Garde-moi, Seigneur, j'ai fait de toi mon refuge. J'ai dit au Seigneur: Tu es mon Dieu! * À ta droite. V/. Gloire au Père. * À ta droite.
In tertio nocturno, anno C Troisième nocturne, année C
Léctio sancti Evangélii secúndum Lucam Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc
Quóniam quidem multi conáti sunt ordináre narratiónem quæ in nobis complétæ sunt rerum, sicut tradidérunt nobis qui ab inítio ipsi vidérunt et minístri fuérunt verbi. Et réliqua. Plusieurs ont entrepris de composer un récit des événements qui se sont accomplis parmi nous, tels que nous les ont transmis ceux qui, dès le début, furent les témoins oculaires et sont devenus les serviteurs de la Parole. Et la suite.
Ex Homilíis Orígenis presbýteri in Lucam (Hom. 32, 1-2.3.6: SC 87, 386.388.390-392) Homélie d'Origène sur l'Évangile de Luc
Lectio I Lecture I
Revérsus est Iesus in virtúte Spíritus in Galilæam terram, et fama exívit per omnem circa regiónem de eo. Et ipse docébat in synagógis eórum et glorificabátur ab ómnibus. Quando legis: Docébat in synagógis eórum et glorificabátur ab ómnibus, cave ne beátos tantum illos iúdices et te arbitréris privátum esse doctrína. Si vera sunt quæ scripta sunt, non solum tunc in congregatiónibus Iudæórum, sed et hódie in hac congregatióne Dóminus lóquitur: et non solum in hac, sed étiam in álio cœtu et in toto orbe docet Iesus, quærens órgana per quæ dóceat. Oráte ut me quoque compósitum ad canéndum aptúmque repériat! Jésus s'en retourna en Galilée dans la puissance de l'Esprit et sa réputation se répandit dans toute la région avoisinante. Il enseignait lui-même dans leurs synagogues et tous célébraient ses louanges. Quand tu lis: Il enseignait dans leurs synagogues et tous célébraient ses louanges, prends garde de n'estimer heureux que les auditeurs du Christ et de te juger, toi, privé de son enseignement. Si l'Écriture est la vérité, Dieu n'a pas seulement parlé jadis dans les assemblées juives, mais il parle aujourd'hui encore dans notre assemblée, et non seulement ici, dans la nôtre, mais dans d'autres réunions et dans le monde entier. Jésus enseigne et cherche des instruments pour transmettre son enseignement. Priez pour qu'il me trouve également disposé et apte à le chanter.
R/. Custódi me, Dómine, ut pupíllam óculi; * Sub umbra alárum tuárum prótege me. V/. Mirífica misericórdias tuas, qui salvos facis sperántes in te. * Sub umbra. R/. Garde-moi, Seigneur, comme la prunelle de l'œil; * À l'ombre de tes ailes, protège-moi. V/. Déploie les merveilles de ta grâce, toi qui sauves ceux qui espèrent en toi. * À l'ombre.
Lectio II Lecture II
Deínde venit in Názareth, ubi nutrítus fúerat, et ingréssus iuxta morem in synagógam die sabbatórum surréxit légere; et datus est ei liber prophétæ Isaíæ; et revólvens librum invénit locum ubi erat scriptum: Spíritus Dómini super me; propter quod unxit me. Non fortúitu revólvit librum et caput de se vatícinans réperit lectiónis, sed et hoc providéntiæ Dei fuit. Sicut enim scriptum est: In láqueum non cadit passer sine voluntáte Patris, et quia capílli cápitis apostolórum omnes numeráti sunt, sic fórsitan et hoc quod Isaíæ potíssimum liber invéntus est et léctio non ália, sed hæc quæ Christi mystérium loquebátur: Spíritus Dómini super me; propter quod unxit me. Il vint ensuite à Nazareth, où il avait été élevé, entra, selon la coutume, le jour du sabbat, dans la synagogue et se leva pour faire la lecture. On lui remit le livre du prophète Isaïe et, déroulant le livre, il tomba sur le passage où il était écrit: L'Esprit du Seigneur est sur moi, et c'est pourquoi il m'a consacré par l'onction. Ce n'est pas simple hasard, mais intervention de la divine providence, si Jésus déroula le livre et trouva dans le texte le chapitre qui prophétisait à son sujet. S'il est écrit qu'un moineau ne tombe pas dans un filet sans la volonté du Père et que les cheveux de la tête des apôtres sont tous comptés, serait-ce un effet du hasard que le choix du livre d'Isaïe de préférence à un autre et la lecture de ce texte qui précisément exprimait le mystère du Christ: L'Esprit du Seigneur est sur moi, c'est pourquoi il m'a consacré par l'onction?
R/. Inténde deprecatiónem meam, Dómine, et inclína aurem tuam ad precem meam. * Custódi me ut pupíllam óculi, sub umbra alárum tuárum prótege me. V/. Pérfice gressus meos in sémitis tuis, ut non moveántur vestígia mea. * Custódi me. R/. Seigneur, accueille ma supplication, prête l'oreille à ma prière. * Garde-moi comme la prunelle de l'œil; à l'ombre de tes ailes, protège-moi. V/. Conduis mes pas sur tes traces: que mon pied ne trébuche pas! * Garde-moi.
Lectio III Lecture III
Cum autem hæc legísset Iesus, invólvens librum dedit minístro et sedit, et ómnium óculi erant in synagóga attendéntes in eum. Et nunc, si vultis, in hac synagóga cœtúque possunt óculi vestri atténdere Salvatórem. Cum enim principálem cordis tui diréxeris áciem ad sapiéntiam et veritátem Deíque Unigénitum contemplándum, óculi tui intuéntur Iesum. Après avoir lu ces paroles et roulé le livre, Jésus le rendit au servant et s'assit; et tous, dans la synagogue, avaient les yeux fixés sur lui. Même actuellement, si vous le voulez, dans notre synagogue, dans notre assemblée vous pouvez fixer les yeux sur le Sauveur. Dès lors que vous dirigez le regard le plus profond de votre cœur vers la contemplation de la Sagesse, de la Vérité et du Fils unique de Dieu, vous avez les yeux fixés sur Jésus.
R/. Díligam te, Dómine, virtus mea. * Dóminus firmaméntum meum et refúgium meum. V/. Laudans invocábo Dóminum, et ab inimícis meis salvus ero. * Dóminus. R/. Je t'aime, Seigneur, ma force! * Le Seigneur est mon rocher, ma forteresse. V/. J'invoque le Seigneur par des louanges, et je suis délivré de mes ennemis. * Le Seigneur.
Lectio IV Lecture IV
Beáta congregátio, de qua Scriptúra testátur quod ómnium óculi erant attendéntes in eum! Quam vellem istum cœtum símile habére testimónium, ut ómnium óculi, et catechumenórum et fidélium, et mulíerum et virórum et infántium, non córporis óculi, sed ánimæ aspícerent Iesum! Cum enim respexéritis ad eum, de lúmine eius et intúitu clarióres vestri vultus erunt et dícere potéritis: Signátum est super nos lumen vultus tui, Dómine, cui est glória et impérium in sæcula sæculórum. Amen. Bienheureuse assemblée, dont l'Écriture atteste que tous avaient les yeux fixés sur lui! Que je voudrais que cette assemblée puisse recevoir un témoignage semblable, que tous, catéchumènes et fidèles, femmes, hommes et enfants, y aient les yeux, non pas ceux du corps mais ceux de l'âme, occupés à regarder Jésus! Quand vous le regarderez, sa lumière et sa contemplation rendront vos visages plus lumineux et vous pourrez dire: Elle a laissé sur nous son empreinte, la lumière de ta face, ô Seigneur! À lui appartiennent la gloire et la puissance dans les siècles des siècles. Amen.
R/. Firmaméntum meum et refúgium meum et liberátor meus; * Deus meus adiútor meus. V/. Protéctor meus et cornu salútis meæ et suscéptor meus. * Deus meus. V/. Glória Patri. * Deus meus. R/. Seigneur, mon rocher, ma forteresse, mon libérateur; * Dieu, mon secours! V/. Mon bouclier, la force qui me sauve, mon abri! * Dieu. V/. Gloire au Père. * Dieu.