Vigiles (OSB) du jeudi 24 janvier 2019 - St François de Sales, évêque et docteur de l'Église.

Hebdomada III per annum IIIème semaine dans l'année
Feria V Jeudi
S. Francisci de Sales, episcopi et Ecclesiae doctoris St François de Sales, évêque et docteur de l'Église.
Memoria Mémoire
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
De Epístula beáti Pauli apóstoli ad Romános De la lettre de saint Paul aux Romains
Lectio I Lecture I
Fratres, volúntas quidem cordis mei et obsecrátio ad Deum pro Iudæis in salútem. Testimónium enim perhíbeo illis quod æmulatiónem Dei habent, sed non secúndum sciéntiam; ignorántes enim Dei iustítiam et suam iustítiam quæréntes statúere, iustítiæ Dei non sunt subiécti; finis enim legis Christus ad iustítiam omni credénti. Móyses enim scribit de iustítia, quæ ex lege est: Qui fécerit homo, vivet in eis. Quæ autem ex fide est iustítia, sic dicit: Ne díxeris in corde tuo: Quis ascéndet in cælum? id est Christum dedúcere; aut: Quis descéndet in abýssum? hoc est Christum ex mórtuis revocáre. Sed quid dicit? Prope te est verbum, in ore tuo et in corde tuo; hoc est verbum fídei, quod prædicámus. Quia si confiteáris in ore tuo: Dóminum Iesum! et in corde tuo credíderis quod Deus illum excitávit ex mórtuis, salvus eris. Corde enim créditur ad iustítiam, ore autem conféssio fit in salútem. Dicit enim Scriptúra: " Omnis, qui credit in illo, non confundétur". Frères, certes l'élan de mon cœur et ma prière à Dieu pour les Juifs, c'est qu'ils soient sauvés. Car je leur rends témoignage qu'ils ont du zèle pour Dieu; mais c'est un zèle mal éclairé. Méconnaissant la justice de Dieu et cherchant à établir la leur propre, ils ont refusé de se soumettre à la justice de Dieu. Car la fin de la Loi, c'est le Christ pour la justification de tout croyant. Moïse écrit en effet de la justice née de la Loi qu'en l'accomplissant l'homme vivra par elle, tandis que la justice née de la foi, elle, parle ainsi: Ne dis pas dans ton cœur: Qui montera au ciel? entends: pour en faire descendre le Christ; ou bien: Qui descendra dans l'abîme? entends: pour faire remonter le Christ de chez les morts. Que dit-elle donc? La parole est tout près de toi, sur tes lèvres et dans ton cœur, entends: la parole de la foi que nous prêchons. En effet, si tes lèvres confessent que Jésus est Seigneur et si ton cœur croit que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé. Car la foi du cœur obtient la justice, et la confession des lèvres, le salut. L'Écriture ne dit-elle pas: Quiconque croit en lui ne sera pas confondu?
R/. Confitébimur tibi, Deus; confitébimur tibi, * Et invocábimus nomen tuum. V/. Narrábo ómnia mirabília tua. Dum accépero tempus, ego iustítiam iudicábo. * Et invocábimus. R/. À toi, Dieu, nous rendons grâce; nous rendons grâce, * Et ton nom est proche. V/. Je proclamerai tes merveilles! Oui, au moment que j'ai fixé, moi, je jugerai avec droiture. * Et ton nom.
Lectio II Lecture II
NON enim est distínctio Iudæi et Græci, nam idem Dóminus ómnium, dives in omnes qui ínvocant illum: Omnis enim, quicúmque invocáverit nomen Dómini, salvus erit. Quómodo ergo invocábunt, in quem non credidérunt? Aut quómodo credent ei, quem non audiérunt? Quómodo autem áudient sine prædicánte? Quómodo vero prædicábunt nisi mittántur? Sicut scriptum est: Quam speciósi pedes evangelizántium bona. Aussi bien n'y a-t-il pas de distinction entre Juif et Grec: tous ont le même Seigneur, riche envers tous ceux qui l'invoquent. En effet, quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé. Mais comment l'invoquer sans d'abord croire en lui? Et comment croire sans d'abord l'entendre? Et comment entendre sans prédicateur? Et comment prêcher sans être d'abord envoyé? Selon le mot de l'Écriture: Qu'ils sont beaux les pieds des messagers de bonnes nouvelles!
R/. Cogitávi dies antíquos, et annos ætérnos in mente hábui; et meditátus sum nocte cum corde meo, * Et dixi: Miserére, Deus. V/. Illuxérunt coruscatiónes tuæ orbi terræ, vidit et commóta est terra. * Et dixi. R/. Je repense aux jours d'autrefois, aux années inoubliables de jadis; la nuit, je médite en mon cœur, * Et je dis: Pitié, mon Dieu! V/. Tes éclairs illuminèrent le monde, la terre le vit et s'affola. * Et je dis.
Lectio III Lecture III
Sed non omnes obœdiérunt evangélio; Isaías enim dicit: Dómine, quis crédidit audítui nostro? Ergo fides ex audítu, audítus autem per verbum Christi. Sed dico: Numquid non audiérunt? Quin immo, in omnem terram éxiit sonus eórum, et in fines orbis terræ verba eórum. Sed dico: Numquid Israel non cognóvit? Primus Móyses dicit: Ego ad æmulatiónem vos addúcam per Non gentem: per gentem insipiéntem ad iram vos provocábo. Isaías autem audet et dicit: Invéntus sum in non quæréntibus me; palam appárui his, qui me non interrogábant. Ad Israel autem dicit: Tota die expándi manus meas ad pópulum non credéntem et contradicéntem. Mais tous n'ont pas obéi à la Bonne Nouvelle. Car Isaïe l'a dit: Seigneur, qui a cru à notre prédication? Ainsi la foi naît de la prédication et la prédication se fait par la parole du Christ. Or je demande: n'auraient-ils pas entendu? Et pourtant leur voix a retenti par toute la terre et leurs paroles jusqu'aux extrémités du monde. Mais je demande: Israël n'aurait-il pas compris? Déjà Moïse dit: Je vous rendrai jaloux de ce qui n'est pas une nation, contre une nation sans intelligence j'exciterai votre dépit. Et Isaïe ose ajouter: J'ai été trouvé par ceux qui ne me cherchaient pas, je me suis manifesté à ceux qui ne m'interrogeaient pas, tandis qu'il dit à l'adresse d'Israël: Tout le jour j'ai tendu les mains vers un peuple désobéissant et rebelle.
R/. Dómine Deus, propítius esto pópulo tuo, * Et convérte tribulatiónem nostram in gáudium. V/. Adiuva nos, Deus salutáris noster; propter glóriam nóminis tui, Dómine, líbera nos. * Et convérte. V/. Glória Patri. * Et convérte. R/. Seigneur notre Dieu, sois favorable à ton peuple, * Transforme en joie notre épreuve. V/. Aide-nous, Dieu notre Sauveur; délivre-nous, Seigneur, pour la gloire de ton nom! * Transforme. V/. Gloire au Père. * Transforme.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Entretiens spirituels de saint François de Sales, dernier entretien (Dernier entretien: éd. d'Annecy, t.VI, 429 Entretiens spirituels de saint François de Sales
Legitur in lingua vernacula. (Quando legitur textus cuius authentica lingua est gallica, non proponitur interpretatio latina.)
Lecture I Lecture I
Ce n'est pas par la grandeur de nos actions que nous plaisons à Dieu, mais par l'amour avec lequel nous les faisons ; car une Sœur qui sera en sa cellule, ne faisant qu'un petit ouvrage, méritera plus qu'une autre qui aura bien de la peine, si elle le fait avec moins d'amour. C'est l'amour qui donne la perfection et le prix à nos œuvres. Je vous dis bien plus : voilà une personne qui souffre le martyre pour Dieu avec une once d'amour, elle mérite beaucoup, car on ne saurait donner davantage que sa vie ; mais une autre personne qui ne souffrira qu'une chiquenaude avec deux onces d'amour aura beaucoup plus de mérite parce que c'est la charité et l'amour qui donne le prix à tout. Ce n'est pas par la grandeur de nos actions que nous plaisons à Dieu, mais par l'amour avec lequel nous les faisons; car une Sœur qui sera en sa cellule, ne faisant qu'un petit ouvrage, méritera plus qu'une autre qui aura bien de la peine, si elle le fait avec moins d'amour. C'est l'amour qui donne la perfection et le prix à nos œuvres. Je vous dis bien plus: voilà une personne qui souffre le martyre pour Dieu avec une once d'amour, elle mérite beaucoup, car on ne saurait donner davantage que sa vie; mais une autre personne qui ne souffrira qu'une chiquenaude avec deux onces d'amour aura beaucoup plus de mérite parce que c'est la charité et l'amour qui donne le prix à tout.
R/. Affábilis ita erat in sermónibus, et mansuetúdine atque hábitu mitis, * Ut Deus in ipso collaudarétur ab ómnibus ad se veniéntibus. V/. Ita exsistébat álacer, ut mox ad eum properárent Dómino créderent Iesu Christo. * Ut Deus. R/. Il était si affable dans ses paroles, si doux, si courtois dans ses manières, que * Dieu lui-même était loué en sa personne par tous ceux qui venaient à lui. V/. Il se montrait si allègre, qu'il suffisait de l'approcher pour croire en Jésus, Christ et Seigneur. * Dieu.
Lecture II Lecture II
Vous savez que la contemplation est meilleure que l'action et vie active ; mais si en la vie active il s'y trouve plus d'union, elle est meilleure. Que si une Sœur étant en la cuisine, tenant la poële sur le feu, a plus d'amour et de charité que l'autre, le feu matériel ne le lui ôtera point, au contraire, il lui aidera à être plus agréable à Dieu. Il arrive assez souvent qu'on est aussi uni à Dieu par l'action que dans la solitude ; mais en fin, je reviens toujours : où il y a plus d'amour, il y a plus de perfection. Vous savez que la contemplation est meilleure que l'action et vie active; mais si en la vie active il s'y trouve plus d'union, elle est meilleure. Que si une Sœur étant en la cuisine, tenant la poële sur le feu, a plus d'amour et de charité que l'autre, le feu matériel ne le lui ôtera point, au contraire, il lui aidera à être plus agréable à Dieu. Il arrive assez souvent qu'on est aussi uni à Dieu par l'action que dans la solitude; mais en fin, je reviens toujours: où il y a plus d'amour, il y a plus de perfection.
R/. Sacerdótes eius índuant iustítiam, * Et sancti eius exsultatióne exsultábunt. V/. Illuc prodúcam cornu David, parávi lucérnam christo meo. * Et sancti. R/. Que ses prêtres soient vêtus de justice, * Et ses fidèles crieront, crieront de joie! V/. Là, je ferai germer la force de David; pour mon messie, j'ai allumé une lampe. * Et ses fidèles.
Lecture III Lecture III
C'est le meilleur de ne rien désirer et ne rien refuser. Tous ces désirs ne proviennent que de la nature et ne servent que d'inquiétude aux esprits et à contenter notre amour-propre, sous le prétexte de faire beaucoup pour Dieu. Que si vous êtes bien aise par lâcheté de courage de coudre en votre cellule, à fin de n'avoir pas tant de peine, ce désir n'a pas une bonne fin. Il ne faut pas désirer sa cellule quand on n'y peut pas être, mais faire ce que l'on fait pour Dieu et retrancher de son esprit tous ces désirs. Ô mon Dieu, quand sera-ce que nos Sœurs n'auront plus tant de désirs, et qu'elles s'amuseront à faire et à ne rien vouloir que ce que Dieu veut, la volonté duquel nous est signifiée par nos Règles et Supérieurs ! C'est le meilleur de ne rien désirer et ne rien refuser. Tous ces désirs ne proviennent que de la nature et ne servent que d'inquiétude aux esprits et à contenter notre amour-propre, sous le prétexte de faire beaucoup pour Dieu. Que si vous êtes bien aise par lâcheté de courage de coudre en votre cellule, à fin de n'avoir pas tant de peine, ce désir n'a pas une bonne fin. Il ne faut pas désirer sa cellule quand on n'y peut pas être, mais faire ce que l'on fait pour Dieu et retrancher de son esprit tous ces désirs. Ô mon Dieu, quand sera-ce que nos Sœurs n'auront plus tant de désirs, et qu'elles s'amuseront à faire et à ne rien vouloir que ce que Dieu veut, la volonté duquel nous est signifiée par nos Règles et Supérieurs!
R/. Vir Dei Francíscus totum vitæ suæ tempus mitis degébat, * Ab infántia purus, ínnocens, Deum fidéliter colens. V/. Verax, mansuétus, ab omni ópere pravo ábstinens. * Ab infántia. V/. Glória Patri. * Ab infántia. R/. L'homme de Dieu, François, durant sa vie entière a fait preuve de douceur. * Depuis son enfance il avait un cœur pur, innocent, et rendait fidèlement honneur à Dieu. V/. Véridique, bienveillant, se gardant de toute œuvre défectueuse. * Depuis son enfance. V/. Gloire au Père. * Depuis son enfance.