Vigiles (OSB) du vendredi 25 janvier 2019 - Conversion de Saint Paul, apôtre.

Hebdomada III per annum IIIème semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
In conversione S. Pauli, apostoli Conversion de Saint Paul, apôtre.
Festum Fête
In primo nocturno,utroque anno Premier nocturne, années I et II
De Epístula beáti Pauli apóstoli ad Gálatas De la lettre de saint Paul aux Galates
Lectio I Lecture I
Notum vobis fácio, fratres, evangélium quod evangelizátum est a me, quia non est secúndum hóminem; neque enim ego ab hómine accépi illud neque dídici, sed per revelatiónem Iesu Christi. Sachez-le, mes frères, l'Évangile que j'ai annoncé n'est pas à mesure humaine: ce n'est pas non plus d'un homme que je l'ai reçu ou appris, mais par une révélation de Jésus-Christ.
R/. Saulus adhuc spirans minárum et cædis in discípulos Dómini, ábiit ad príncipes sacerdótum, et pétiit illos * Ut ubi inveníret huius viæ viros, vinctos perdúceret Ierúsalem. V/. Ibat ígitur Saulus, fúria invéctus, dirúmque toto péctore virus efflábat; * Ut. R/. Saul, toujours animé d'une rage meurtrière contre les disciples du Seigneur, alla trouver les chefs des prêtres pour leur demander, * Là où il pourrait en découvrir, de pouvoir conduire captifs à Jérusalem les adeptes de la Voie de Jésus. V/. Saul allait donc, transporté de fureur, exhalant de tout son être une funeste amertume; ayant demandé, * Là.
Lectio II Lecture II
Audístis enim conversatiónem meam aliquándo in Iudaísmo quóniam supra modum persequébar Ecclésiam Dei et expugnábam illam et proficiébam in Iudaísmo supra multos coætáneos meos in génere meo, abundántius æmulátor exsístens paternárum meárum traditiónum. Vous avez certes entendu parler de ma conduite jadis dans le judaïsme, de la persécution effrénée que je menais contre l'Église de Dieu et des ravages que je lui causais, et de mes progrès dans le judaïsme, où je surpassais bien des compatriotes de mon âge, en partisan acharné des traditions de mes pères.
R/. Ibat ígitur Saulus, fúria invéctus, dirúmque toto péctore virus efflábat * Et sanctórum sánguine sine intermissióne sitiébat. V/. Per totam Iudæam insánia ferebátur, ut Christi nomen laniáret in terris. * Et sanctórum. R/. Saul allait donc, transporté de fureur, exhalant de tout son être une funeste amertume, * Sans relâche assoiffé du sang des fidèles. V/. Cette conduite insensée gagnait toute la Judée: le nom du Christ était déchiré dans le pays. * Sans relâche.
Lectio III Lecture III
Cum autem plácuit Deo, qui me segregávit ex útero matris meæ et vocávit per grátiam suam, ut reveláret Fílium suum in me, ut evangelizárem illum in géntibus, contínuo non cóntuli cum carne et sánguine neque ascéndi Hierosólymam ad antecessóres meos apóstolos, sed ábii in Arábiam et íterum revérsus sum Damáscum. Deínde post annos tres ascéndi Hierosólymam vidére Cepham et mansi apud eum diébus quíndecim; álium autem apostolórum non vidi nisi Iacóbum fratrem Dómini. Quæ autem scribo vobis, ecce coram Deo quia non méntior. Mais quand celui qui dès le sein maternel m'a mis à part et appelé par sa grâce daigna révéler en moi son Fils pour que je l'annonce parmi les païens, aussitôt, sans consulter la chair et le sang, sans monter à Jérusalem trouver les apôtres mes prédécesseurs, je m'en allai en Arabie, puis je revins encore à Damas. Ensuite, après trois ans, je montai à Jérusalem rendre visite à Céphas et demeurai auprès de lui quinze jours: je n'ai pas vu d'autre apôtre, mais seulement Jacques, le frère du Seigneur; et quand je vous écris cela, j'atteste devant Dieu que je ne mens point.
R/. Damásci præpósitus gentis Arétæ regis vóluit me comprehéndere; * A frátribus per murum submíssus sum in sporta, et sic evási manus eius in nómine Dómini. V/. Deus et Pater Dómini mei Iesu Christi scit quia non méntior. * A frátribus. R/. À Damas, le gouverneur de la ville, représentant du roi Arétas, voulut s'emparer de moi; * Les frères me firent descendre dans une corbeille de l'autre côté du rempart; ainsi ai-je échappé à ses mains, au nom du Seigneur. V/. Dieu, le Père de mon Seigneur Jésus-Christ, sait que je ne mens pas. * Les frères.
Lectio IV Lecture IV
Deínde veni in partes Sýriæ et Cilíciæ. Eram autem ignótus fácie Ecclésiis Iudæ quæ sunt in Christo; tantum autem audítum habébant: " Qui persequebátur nos aliquándo, nunc evangelízat fidem quam aliquándo expugnábat ", et in me glorificábant Deum. Ensuite je suis allé en Syrie et en Cilicie, mais j'étais personnellement inconnu des Églises de Judée qui sont dans le Christ; on y entendait seulement dire que le persécuteur de naguère annonçait maintenant la foi qu'alors il voulait détruire; et elles glorifiaient Dieu à mon sujet.
R/. A Christo de cælo vocátus et in terra prostrátus, ex persecutóre efféctus est vas electiónis; et plus ómnibus labórans, multo látius inter omnes verbi grátiam seminávit, * Atque doctrínam evangélicam sua prædicatióne complévit. V/. Inter apóstolos vocatióne novíssimus, prædicatióne primus, nomen Christi multárum manifestávit géntium pópulis. * Atque. V/. Glória Patri. * Atque. R/. Du ciel appelé par le Christ, et renversé à terre, le persécuteur qu'il était devient l'instrument de choix; et plus il a peiné pour tous, plus il a semé largement parmi tous la grâce de la parole, * Et complété par sa prédication la doctrine de l'Évangile. V/. Par sa vocation le dernier parmi les apôtres, le premier par sa prédication, il a révélé le nom du Christ aux peuples de nombreuses nations, * Et complété. V/. Gloire au Père. * Et complété.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Sermónibus sancto Fulgéntio epíscopo attribútis (Sermo 59: PL 65, 929-930) Sermon attribué à saint Fulgence de Ruspe
Lectio I Lecture I
Saulus Iudæus, qui exspectábat ut Paulus fíeret christiánus, dum perséquitur quod erat futúrus, méruit ut esset apóstolus. Hic ergo a senióribus suis míttitur ad eum cuius erat pœna salvándus, míttitur excæcándus. Cæcátur ergo ut vidéret viam veram. Cæcátur carne, luminátur in corde, ut óculi cordis luminaréntur et carnis. Missus est ergo, ut quem persequebátur Saulus, créderet Paulus. Mittebátur in se ut quæreret se. Errábat secum viátor ignárus, et non se inveniébat, quia viam in seípso perdíderat. Saul, le Juif, en attendant de devenir Paul, le chrétien, persécutait ce qu'il allait être lui-même; et voici que, soudain, il fut transformé en apôtre. Il est envoyé par les anciens de son peuple vers celui qui allait le sauver par la souffrance: il est envoyé pour devenir aveugle. Car s'il est aveuglé, c'est pour voir le vrai chemin. Il perd la vue corporelle, mais son cœur est illuminé pour que la vraie lumière brille à la fois aux yeux de son cœur et à ceux de son corps. Il est envoyé pour que ce Paul que Saul persécutait embrasse enfin la foi. Il est envoyé au-dedans de lui-même pour se chercher lui-même. Il errait en sa propre compagnie, voyageur inconscient, et il ne se trouvait pas car, intérieurement, il avait perdu le chemin.
R/. Repósita est mihi coróna iustítiæ, quam reddet mihi Dóminus in illum diem * Iustus iudex. V/. Scio cui crédidi, et certus sum quia potens est depósitum meum serváre in illum diem, * Iustus. R/. Déjà m'est réservée la couronne de justice que me remettra le Seigneur au jour de sa venue, * Lui, le juge impartial. V/. Je sais bien à qui je me fie, et, j'en ai la conviction, il est assez puissant pour sauvegarder mon dépôt jusqu'à ce jour-là, * Lui.
Lectio II Lecture II
Ideo audit vocem dicéntem sibi: Quid me perséqueris? Id est: Saule, quid perséqueris Paulum? Córrige ítaque, córrige pedes tuos ab itinéribus Sauli, ut invénias fidem Pauli. Exue, Paule, túnicam cæcitátis, et stolam tandem índue Salvatóris. Próice quod es, ut possis esse quod non es. Osténdere enim tibi vólui in carne, quod habes in corde, ut quod non vidébas vídeas, ne símilis sis illis qui óculos habent et non vident, aures habent et non áudiunt. Rédeat ergo cum supérfluis epístulis Saulus, ut scribat necessárias epístulas Paulus. Rédeat ad cæcos cæcitas Sauli, ut profíciat credéntibus lumen Pauli; hic vas est electiónis. C'est pourquoi il entendit une voix qui lui disait: Pourquoi me persécuter?, c'est-à-dire Saul, pourquoi persécuter Paul? Détourne, oui, détourne tes pas du chemin de Saul, pour trouver la foi de Paul. Enlève, Paul, la tunique de ton aveuglement, et revêts-toi du Sauveur. Rejette ce que tu es, pour devenir ce que tu n'es pas encore. J'ai voulu manifester dans ta chair l'aveuglement de ton cœur, afin que tu puisses voir ce que tu ne voyais pas et que tu ne sois pas semblable à ceux qui ont des yeux et ne voient pas, des oreilles et n'entendent pas. Que Saul s'en retourne avec ses lettres inutiles, pour que Paul écrive ses épîtres si nécessaires. Que Saul l'aveugle disparaisse, pour que Paul devienne la lumière des croyants; car voici pour moi un instrument de choix.
R/. Vade Ananía et quære Saulum, quia vas electiónis est mihi, ut portet nomen meum * Coram géntibus et régibus et fíliis Israel. V/. Ego enim osténdam illi quanta opórteat eum pro nómine meo pati, * Coram. R/. Ananie, va! et recherche Saul, car cet homme est l'instrument que j'ai choisi pour faire parvenir mon Nom * Auprès des nations païennes, auprès des rois et des fils d'Israël. V/. Et moi, je lui ferai découvrir tout ce qu'il lui faudra souffrir pour mon Nom; * Auprès.
Lectio III Lecture III
Ecce est Síloe, Saule, lava óculos tuos. Ecce fons, Paule, répara óculos tuos. Tu, Saule, lava lutum ; tu, Paule, vide Christum. Ambo laváte, ambo vidéte, ut et tu, Saule, vídeas quia es in luto, et tu, Paule, quia regnas in Christo. Nunc ergo vos interrogáte, senióres, Saulum cæcum oríginis vestræ, quis eum fécerit Paulum lúminis sui. - Quis te fecit Paulum? - Quis me fecit Paulum vultis audíre? Homo qui dícitur Christus. Unxit óculos meos et dixit mihi: " Vade ad Siloe natatória, et lava et vide. " Et ivi, et lavi, et vídeo. Sed quid mirámini? Qui me fecit, ipse me refécit; unde fecit, inde curávit; unde peccáveram, inde mundávit. Saul, la fontaine de Siloé est là, toute proche, purifie tes yeux. Voici la source, Paul, recouvre la vue. Toi, Saul, lave ta boue; toi, Paul, vois le Christ. Tous les deux, lavez-vous; tous les deux, ouvrez les yeux: alors, Saul, tu verras que tu es dans la boue et toi, Paul, que tu règnes avec le Christ. Et maintenant, vous, les anciens, interrogez donc Saul, aveugle de naissance comme vous, pour savoir qui l'a fait Paul, porteur de lumière. - Paul, qui t'a transformé ainsi? - Vous voulez savoir qui a fait cela? Cet homme qu'on appelle le Christ. Il a oint mes yeux et il m'a dit: " Va à la piscine de Siloé, lave-toi et vois. " J'y suis allé, je me suis lavé et maintenant je vois. Pourquoi cet étonnement? Celui qui m'a créé, voici qu'il m'a recréé; avec la même puissance il m'a créé, et maintenant il m'a guéri; moi, j'avais péché, mais lui m'a purifié.
R/. Ingréssus Paulus in synagóga, prædicábat Iesum Iudæis,* Affírmans quia hic est Christus. V/. Stupébant autem omnes qui eum audiébant. * Affírmans. R/. Entré dans la synagogue, Paul annonçait Jésus aux Juifs, * Affirmant qu'il est le Messie. V/. Tous étaient déconcertés de l'entendre parler de Jésus, * Affirmant.
Lectio IV Lecture IV
Ergo veni, Paule, ex véteri Saulo, quia non est longe ut inveníre mereáris et Petrum. Veni, tangat te Ananías, ut iam non tímeat christiánus lupum. Tange, Ananías, Saulum et da nobis Paulum. Expélle persecutórem et mitte prædicatórem, in quo non tímeant agni, sed gáudeant oves Christi. Tange lupum qui rapiébat Christum, ut pascat modo oves cum Petro. Viens donc, Paul, laisse-là le vieux Saul, bientôt tu vas mériter de voir Pierre aussi. Oui, viens, qu'Ananie t'impose la main pour que le chrétien ne craigne plus le loup déchaîné. Ananie, touche Saul et donne-nous Paul; chasse au loin le persécuteur, envoie en mission le prédicateur: les agneaux n'auront plus peur, les brebis du Christ seront dans la joie. Touche le loup qui poursuivait le Christ pour que maintenant, avec Pierre, il mène paître les brebis.
R/. Sancte Paule apóstole, prædicátor veritátis et doctor géntium, * Intercéde pro nobis ad Deum qui te elégit, ut digni efficiámur grátia Dei. V/. Tu es vas electiónis, sancte Paule apóstole, prædicátor veritátis in univérso mundo. * Intercéde. V/. Glória Patri. * Intercéde. R/. Paul, apôtre saint, qui annonces la vérité, docteur des nations, * Intercède en notre faveur auprès de Dieu qui t'a choisi: que nous puissions recevoir la grâce divine! V/. Tu es l'instrument choisi, Paul, apôtre saint, pour rendre témoignage à la vérité dans le monde entier. * Intercède. V/. Gloire au Père. * Intercède.
In tertio nocturno, anno C Troisième nocturne, année C
Léctio sancti Evangélii secúndum Marcum Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc
In illo témpore: Appárens Iesus Undecim, dixit eis: " Eúntes in mundum univérsum prædicáte evangélium omni creatúræ. " Et réliqua. Jésus ressuscité dit aux onze apôtres: " Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création. " Et la suite.
Ex Homilíis sancti Gregórii Magni papæ in Evangélia (Hom. 29, 3-4: PL 76, 1214-1215) Homélie de saint Grégoire le Grand sur l'Évangile
Lectio I Lecture I
Qui credíderit et baptizátus fúerit salvus erit; qui vero non credíderit condemnábitur. Fortásse unusquísque apud semetípsum dicat: " Ego iam crédidi, salvus ero. " Verum dicit, si fidem opéribus tenet. Vera étenim fides est quæ in hoc quod verbis dicit, móribus non contradícit. Hinc est enim quod de quibúsdam falsis fidélibus Paulus dicit: Qui confiténtur se nosse Deum, factis autem negant. Hinc Ioánnes ait: Qui dicit se nosse Deum et mandáta eius non custódit, mendax est. Quod cum ita sit, fídei nostræ veritátem in vitæ nostræ consideratióne debémus agnóscere. Celui qui croira et aura été baptisé, sera sauvé, mais celui qui n'aura pas cru sera condamné. Peut-être l'un ou l'autre se dit-il à part soi: " Moi, j'ai cru, je serai sauvé. " Il dit vrai si sa foi se maintient dans la pratique. En effet, la foi véritable est celle qui ne laisse pas contredire par des actes ce qu'elle professe dans les mots. D'où cette affirmation de Paul au sujet de quelques pseudo-fidèles: Ils professent qu'ils connaissent Dieu mais le nient dans leurs œuvres; et ces mots de Jean: Celui qui dit connaître Dieu et ne garde pas ses commandements est un menteur. Puisqu'il en est ainsi, c'est en considérant notre vie que nous devons estimer l'authenticité de notre foi.
R/. Tu es vas electiónis, sancte Paule apóstole, prædicátor veritátis in univérso mundo, * Per quem omnes gentes cognovérunt grátiam Dei. V/. Magnus sanctus Paulus, vas electiónis, vere digne est glorificándus,* Per quem. R/. Tu es un instrument de choix, Paul, apôtre saint, qui annonces la vérité dans le monde entier: * C'est par toi que les nations païennes ont eu connaissance de la grâce divine. V/. Saint Paul, grand apôtre, instrument de choix, tu es vraiment digne de gloire: * C'est par toi.
Lectio II Lecture II
Tunc enim veráciter fidéles sumus, si quod verbis promíttimus opéribus implémus. In die quippe baptísmatis ómnibus nos antíqui hostis opéribus atque ómnibus pompis abrenuntiáre promísimus. Itaque unusquísque vestrum ad consideratiónem suam mentis óculos redúcat; et si servat post baptísmum quod ante baptísmum spopóndit, certus iam quia fidélis est, gáudeat. Sed ecce quod promísit mínime servávit, si ad exercénda prava ópera, ad concupiscéndas mundi pompas, dilápsus est; videámus si iam scit plángere quod errávit. Apud misericórdem namque iúdicem nec ille fallax habébitur, qui ad veritátem revértitur, étiam postquam mentítur, quia omnípotens Deus dum libénter nostram pæniténtiam súscipit, ipse suo iudício hoc quod errávimus abscóndit. Nous ne sommes réellement des fidèles que si nous maintenons dans nos actions ce que nous promettons en paroles. Le jour de notre baptême, nous avons promis de renoncer à toutes les œuvres du démon et à toutes ses pompes. C'est pourquoi, que chacun d'entre nous examine mentalement son propre cas; si depuis le baptême, il garde ce qu'il a promis avant de le recevoir, qu'il se réjouisse: il est certainement un fidèle. Mais s'il tombe dans la pratique de mauvaises actions et convoite les plaisirs du monde, il n'est qu'un parjure. Reste alors pour nous à considérer s'il sait pleurer son erreur, car près du juge miséricordieux, celui qui revient à la vérité même après avoir menti ne sera pas tenu pour perfide, parce que, en recevant avec plaisir notre pénitence, le Dieu tout-puissant perd lui-même de vue, dans son verdict, ce qui fit notre erreur.
R/. Beátus es, vas electiónis, beáte Paule, * Qui meruísti arcána verba audíre. V/. Beátus es, egrégie Dei doctor, beáte Paule, * Qui. R/. Tu es heureux, bienheureux Paul, instrument de choix, * Tu as entendu des paroles inexprimables! V/. Tu es heureux, docteur illustre du Seigneur Dieu, bienheureux Paul, * Tu as entendu.
Lectio III Lecture III
Nunquídnam, fratres mei, quia signa non fácitis, mínime créditis? Sed hæc necessária in exórdio Ecclésiæ fuérunt. Ut enim fides crésceret, miráculis fúerat nutriénda, quia et nos cum arbústa plantámus, támdiu eis aquam infúndimus, quoúsque ea in terra iam convaluísse videámus: et si semel radícem fíxerint, in rigándo cessámus. Est-ce à dire, mes frères, que vous n'ayez pas la foi puisque vous ne faites pas de miracles? Non, mais ces miracles ont été nécessaires au début de l'Église. En effet, pour que la foi grandisse, il fallait qu'elle fût soutenue par des miracles; nous aussi, quand nous plantons des arbustes, nous les arrosons pendant toute la période où nous les voyons produire en terre leurs racines, mais une fois les racines fixées, nous cessons de les arroser.
R/. Audístis enim conversatiónem meam aliquándo in Iudaísmo, quóniam proficiébam * Supra multos coætáneos meos in génere meo. V/. Abundántius enim æmulátor exsístens paternárum meárum traditiónum, * Supra. R/. Vous avez certainement entendu parler de l'activité que j'avais dans le judaïsme: j'allais plus loin * Que la plupart des gens de mon peuple qui avaient mon âge. V/. Et, plus que les autres, je défendais avec une ardeur jalouse les traditions de mes pères; plus encore * Que.
Lectio IV Lecture IV
Hinc est enim quod Paulus dicit: Linguæ in signum sunt non fidélibus, sed infidélibus. Habémus de his signis atque virtútibus quæ adhuc subtílius consideráre debeámus. Sancta quippe Ecclésia quotídie spiritáliter facit quod tunc per apóstolos corporáliter faciébat. Nam sacerdótes eius cum per exorcísmi grátiam manum credéntibus impónunt, et habitáre malígnos spíritus in eórum mente contradícunt, quid áliud fáciunt nisi dæmónia eíciunt? C'est aussi le sens de ce mot de Paul: Les langues sont un signe, non pour les fidèles, mais pour les infidèles. Nous avons à approfondir un peu l'allusion à ces miracles et à leur puissance. En fait, la sainte Église accomplit tous les jours spirituellement ce qu'elle accomplissait alors matériellement par les apôtres. Lorsque ses prêtres, en imposant les mains aux croyants pour leur conférer la grâce de l'exorcisme, s'opposent à ce que les esprits mauvais habitent leur âme, que font-ils d'autre que de chasser des démons?
R/. Celebrémus conversiónem sancti Pauli apóstoli, * Quia hódie ex persecutóre efféctus est vas electiónis. V/. Gaudent ángeli atque lætántur archángeli, et colláudant in cælis Fílium Dei, * Quia. V/. Glória Patri. * Quia. R/. Célébrons la conversion de saint Paul apôtre: * Aujourd'hui, le persécuteur qu'il était devient l'instrument de choix. V/. Les anges sont dans la joie, les archanges exultent. Ensemble, dans les cieux, ils proclament les louanges du Fils de Dieu; * Aujourd'hui. V/. Gloire au Père. * Aujourd'hui.