Vigiles (OSB) du lundi 28 janvier 2019 - St Thomas d'Aquin, prêtre et docteur de l'Église

Hebdomada III per annum IIIème semaine dans l'année
Feria II Lundi
S. Thomae de Aquino, presbyteri et Ecclesiae doctoris St Thomas d'Aquin, prêtre et docteur de l'Église
Memoria Mémoire
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
De Epístula beáti Pauli apóstoli ad Romános De la lettre de saint Paul aux Romains
Lectio I Lecture I
Fratres: Exístimo quod non sunt condígnæ passiónes huius témporis ad futúram glóriam, quæ revelánda est in nobis. Nam exspectátio creatúræ revelatiónem filiórum Dei exspéctat; vanitáti enim creatúra subiécta est, non volens sed propter eum qui subiécit, in spem, quia et ipsa creatúra liberábitur a servitúte corruptiónis in libertátem glóriæ filiórum Dei. Scimus enim quod omnis creatúra congemíscit et compárturit usque adhuc; non solum autem, sed et nos ipsi primítias Spíritus habéntes, et ipsi intra nos gémimus adoptiónem filiórum exspectántes, redemptiónem córporis nostri. Spe enim salvi facti sumus; spes autem, quæ vidétur, non est spes; nam, quod videt, quis sperat? Si autem, quod non vidémus, sperámus, per patiéntiam exspectámus. J'estime, frères, que les souffrances du temps présent ne sont pas à comparer à la gloire qui doit se révéler en nous. Car la création en attente aspire à la révélation des fils de Dieu: si elle fut assujettie à la vanité, - non qu'elle l'eût voulu, mais à cause de celui qui l'y a soumise, - c'est avec l'espérance d'être elle aussi libérée de la servitude de la corruption pour entrer dans la liberté de la gloire des enfants de Dieu. Nous le savons en effet, toute la création jusqu'à ce jour gémit en travail d'enfantement. Et non pas elle seule: nous-mêmes qui possédons les prémices de l'Esprit, nous gémissons nous aussi intérieurement dans l'attente de la rédemption de notre corps. Car notre salut est objet d'espérance; et voir ce qu'on espère, ce n'est plus l'espérer: ce qu'on voit, comment pourrait-on l'espérer encore? Mais espérer ce que nous ne voyons pas, c'est l'attendre avec constance.
R/. Benedícam Dómino in omni témpore, * Semper laus eius in ore meo. V/. In Dómino laudábitur ánima mea, áudiant mansuéti et læténtur. * Semper. R/. Je bénirai le Seigneur en tout temps, * Sa louange sans cesse à mes lèvres. V/. Je me glorifierai dans le Seigneur: que les pauvres m'entendent et soient en fête! * Sa louange.
Lectio II Lecture II
Simíliter autem et Spíritus ádiuvat infirmitátem nostram; nam quid orémus, sicut opórtet, nescímus, sed ipse Spíritus interpéllat gemítibus inenarrabílibus; qui autem scrutátur corda, scit quid desíderet Spíritus, quia secúndum Deum póstulat pro sanctis. Scimus autem quóniam diligéntibus Deum ómnia cooperántur in bonum, his qui secúndum propósitum vocáti sunt. Nam, quos præscívit, et prædestinávit confórmes fíeri imáginis Fílii eius, ut sit ipse primogénitus in multis frátribus; quos autem prædestinávit, hos et vocávit; et quos vocávit, hos et iustificávit; quos autem iustificávit, illos et glorificávit. Pareillement l'Esprit vient au secours de notre faiblesse; car nous ne savons que demander pour prier comme il faut; mais l'Esprit lui-même intercède pour nous en des gémissements ineffables, et Celui qui sonde les cœurs sait quel est le désir de l'Esprit et que son intercession pour les saints correspond aux vues de Dieu. Et nous savons qu'avec ceux qui l'aiment, Dieu collabore en tout pour leur bien, avec ceux qu'il a appelés selon son dessein. Car ceux que d'avance il a discernés, il les a aussi prédestinés à reproduire l'image de son Fils, afin qu'il soit l'aîné d'une multitude de frères; et ceux qu'il a prédestinés, il les a aussi appelés; ceux qu'il a appelés, il les a aussi justifiés; ceux qu'il a justifiés, il les a aussi glorifiés.
R/. Delectáre in Dómino, * Et dabit tibi petitiónes cordis tui. V/. Revéla Dómino viam tuam et spera in eum, et ipse faciet. * Et dabit. R/. Mets ta joie dans le Seigneur: * Il comblera les désirs de ton cœur. V/. Découvre au Seigneur tes voies, fais-lui confiance, et lui, il agira. * Il comblera.
Lectio III Lecture III
Quid ergo dicémus ad hæc? Si Deus pro nobis, quis contra nos? Qui Fílio suo non pepércit, sed pro nobis ómnibus trádidit illum, quómodo non étiam cum illo ómnia nobis donábit? Quis accusábit advérsus eléctos Dei? Deus, qui iustíficat? Quis est qui condémnet? Christus Iesus, qui mórtuus est, immo qui suscitátus est, qui et est ad déxteram Dei, qui étiam interpéllat pro nobis? Quis nos separábit a caritáte Christi? Tribulátio an angústia an persecútio an fames an núditas an perículum an gládius? Sicut scriptum est: Propter te mortificámur tota die, æstimáti sumus ut oves occisiónis. Sed in his ómnibus supervíncimus per eum qui diléxit nos. Certus sum enim quia neque mors neque vita neque ángeli neque principátus neque instántia neque futúra neque virtútes neque altitúdo neque profúndum neque ália quælibet creatúra póterit nos separáre a caritáte Dei, quæ est in Christo Iesu Dómino nostro. Que dire après cela? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous? Lui qui n'a pas épargné son propre Fils mais l'a livré pour nous tous, comment avec lui ne nous accordera-t-il pas toute faveur? Qui se fera l'accusateur de ceux que Dieu a élus? C'est Dieu qui justifie. Qui donc condamnera? Le Christ Jésus, celui qui est mort, que dis-je? ressuscité, qui est à la droite de Dieu, qui intercède pour nous? Qui nous séparera de l'amour du Christ? La tribulation, l'angoisse, la persécution, la faim, la nudité, les périls, le glaive? Selon le mot de l'Écriture: À cause de toi, l'on nous met à mort tout le long du jour; nous avons passé pour des brebis d'abattoir. Mais en tout cela nous sommes les grands vainqueurs par celui qui nous a aimés. Oui, j'en ai l'assurance, ni mort ni vie, ni anges ni principautés, ni présent ni avenir, ni puissances, ni hauteur ni profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté dans le Christ Jésus notre Seigneur.
R/. Auribus pércipe, Dómine, lácrimas meas; ne síleas a me, remítte mihi, * Quóniam íncola ego sum apud te et peregrínus. V/. Dixi: Custódiam vias meas, ut non delínquam in lingua mea. * Quóniam. V/. Glória Patri. * Quóniam. R/. Seigneur, ne reste pas sourd à mes pleurs; ne garde pas le silence à mon égard, laisse-moi un peu de répit, * Car je ne suis qu'un hôte chez toi, un simple pèlerin. V/. J'ai dit: Je garderai mon chemin sans laisser ma langue s'égarer. * Car. V/. Gloire au Père. * Car.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Sermónibus sancti Augustíni epíscopi (Sermo 158, 1: PL 38, 862-863) Sermon de saint Augustin
Lectio I Lecture I
Apóstolum beátum audívimus exhortántem et confirmántem nos, cum díceret nobis: Si Deus pro nobis, quis contra nos? Pro quibus autem sit Deus, supérius osténdit, ubi ait: Quos autem prædestinávit, illos et vocávit; quos autem vocávit, illos et iustificávit; quos autem iustificávit, illos et glorificávit. Quid ergo dicémus ad hæc? Si Deus pro nobis, quis contra nos? Deus pro nobis ut prædestináret nos; Deus pro nobis, ut vocáret nos; Deus pro nobis, ut iustificáret nos; Deus pro nobis ut glorificáret nos. Le bienheureux Apôtre, nous venons de l'entendre, nous adresse des paroles bien propres à nous encourager et à nous affermir: Si Dieu est pour nous, dit-il, qui sera contre nous? Or, il nous a fait connaître précédemment ceux pour qui Dieu se déclare: Ceux qu'il a prédestinés, il les a appelés, et ceux qu'il a appelés, il les a justifiés, et ceux qu'il a justifiés, il les a glorifiés. Après cela, que dirons-nous? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous? Dieu est pour nous, en nous prédestinant; Dieu est pour nous, en nous appelant; Dieu est pour nous, en nous justifiant; Dieu est pour nous en nous glorifiant.
R/. Státuit Dóminus supra petram pedes meos, et diréxit gressus meos Deus meus, * Et immísit in os meum cánticum novum. V/. Exspéctans exspectávi Dóminum, et respéxit me; et exaudívit deprecatiónem meam. * Et immísit. R/. Le Seigneur m'a fait reprendre pied sur le roc, mon Dieu a raffermi mes pas; * Dans ma bouche il a mis un chant nouveau. V/. D'un grand espoir j'espérais le Seigneur: il s'est penché vers moi pour entendre mon cri. * Dans ma bouche.
Lectio II Lecture II
Si Deus pro nobis, quis contra nos? Prædestinávit, ántequam essémus; vocávit, cum avérsi essémus; iustificávit, cum peccatóres essémus; glorificávit, cum mortáles essémus. Si Deus pro nobis, quis contra nos? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous? Il nous a prédestinés avant que nous existions; il nous a appelés lorsque nous étions loin de lui; il nous a justifiés, lorsque nous étions pécheurs; il nous a glorifiés, quand nous étions mortels. Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous?
R/. Ego dixi: Dómine, miserére mei; * Sana ánimam meam quia peccávi tibi. V/. Dómine, ne in ira tua árguas me, neque in furóre tuo corrípias me. * Sana. R/. J'avais dit: Pitié pour moi, Seigneur; * Guéris-moi, car j'ai péché contre toi! V/. Seigneur, corrige-moi sans colère, et reprends-moi sans fureur. * Guéris-moi.
Lectio III Lecture III
Prædestinátis a Deo, vocátis, iustificátis, glorificátis, qui vult adversári, paret se, si potest belláre advérsus Deum. Ubi enim audívimus: Si Deus pro nobis, quis contra nos? nisi qui Deum vincit! non lædit nos. Et quis est qui vincit Omnipoténtem? Quicúmque reluctári volúerit, sibi nocet. Hoc est, quod et Paulo adhuc Saulo de cœlo Christus clamávit: Non tibi éxpedit contra stímulum calcitráre. Sæviat, sæviat quantum potest; qui calces advérsus stímulum mittit, nonne in se ipsum sævit? Quelqu'un veut-il s'opposer à ceux que Dieu a prédestinés, appelés, justifiés, glorifiés? Qu'il se prépare, s'il le peut, à combattre contre Dieu lui-même. Dès lors en effet que nous avons entendu: Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous? celui-là seul qui vaincrait Dieu pourrait nous atteindre. Et qui donc est vainqueur du Tout-Puissant? Vouloir lutter contre lui, c'est se nuire à soi-même. Voilà ce que, du ciel, criait le Seigneur Christ à Paul, qui n'était encore que Saul: Il ne t'est pas bon de regimber contre l'aiguillon. Qu'il se déchaîne, qu'il se déchaîne autant qu'il peut, celui qui regimbe contre l'aiguillon, ne se déchaîne-t-il pas contre lui-même?
R/. Sedes tua, Deus, in sæculum sæculi; * Virga æquitátis virga regni tui. V/. Dilexísti iustítiam et odísti iniquitátem, proptérea unxit te Deus, Deus tuus. * Virga. V/. Glória Patri. * Virga. R/. Ton trône, Seigneur Dieu, est un trône éternel; * Ton sceptre royal est sceptre de droiture. V/. Tu aimes la justice, tu réprouves le mal, c'est pourquoi Dieu, ton Dieu, t'a conféré l'onction. * Ton sceptre. V/. Gloire au Père. * Ton sceptre.