Vigiles (OSB) du vendredi 1 février 2019 -

Hebdomada III per annum IIIème semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
De Epístula beáti Pauli apóstoli ad Romános De la lettre de saint Paul aux Romains
Lectio I Lecture I
Dico: Numquid réppulit Deus pópulum suum? Absit! Nam et ego Israelíta sum, ex sémine Abraham, tribu Béniamin. Non réppulit Deus plebem suam, quam præscívit. An nescítis in Elía quid dicit Scriptúra? Quemádmodum interpéllat Deum advérsus Israel: Dómine, prophétas tuos occidérunt, altária tua suffodérunt, et ego relíctus sum solus, et quærunt ánimam meam. Sed quid dicit illi respónsum divínum? Relíqui mihi septem mília virórum, qui non curvavérunt genu Baal. Je demande: Dieu aurait-il rejeté son peuple? Certes non! Ne suis-je pas moi-même Israélite, de la race d'Abraham, de la tribu de Benjamin? Dieu n'a pas rejeté le peuple que d'avance il a discerné. Ou bien ignorez-vous ce que dit l'Écriture à propos d'Élie, quand il s'entretient avec Dieu pour accuser Israël: Seigneur, ils ont tué tes prophètes, rasé tes autels, et moi je suis resté seul et ils en veulent à ma vie! Eh bien, que lui répond l'oracle divin? Je me suis réservé sept mille hommes qui n'ont pas fléchi le genou devant Baal.
R/. Confitébor tibi, Dómine Deus, in toto corde meo, et honorificábo nomen tuum in ætérnum, * Quia misericórdia tua, Dómine, magna est super me. V/. Et eripuísti ánimam meam ex inférno inferióri, * Quia. R/. Je te rends grâce de tout mon cœur, Seigneur mon Dieu, toujours je rendrai gloire à ton nom; * Il est grand, Seigneur, ton amour pour moi! V/. Tu m'as tiré de l'abîme des morts: * Il est grand.
Lectio II Lecture II
Sic ergo et in hoc témpore relíquiæ secúndum electiónem grátiæ factæ sunt. Si autem grátia, iam non ex opéribus, alióquin grátia iam non est grátia. Quid ergo? Quod quærit Israel, hoc non est consecútus, eléctio autem consecúta est; céteri vero excæcáti sunt, sicut scriptum est: Dedit illis Deus spíritum sopóris, óculos, ut non vídeant, et aures, ut non áudiant, usque in hodiérnum diem. Ainsi pareillement aujourd'hui il subsiste un reste, élu par grâce. Mais si c'est par grâce, ce n'est plus en raison des œuvres; autrement la grâce n'est plus grâce. Que conclure? Ce que recherche Israël, il ne l'a pas atteint; mais ceux-là l'ont atteint qui ont été élus. Les autres, ils ont été endurcis, selon le mot de l'Écriture: Dieu leur a donné un esprit de torpeur: ils n'ont pas d'yeux pour voir, d'oreilles pour entendre jusqu'à ce jour.
R/. Misericórdia tua, Dómine, magna est super me, * Et liberásti ánimam meam ex inférno inferióri. V/. Deus, iníqui insurrexérunt in me, et fortes quæsiérunt ánimam meam. * Et liberásti. R/. Il est grand, Seigneur, ton amour pour moi: * Tu m'as délivré de l'abîme des morts! V/. Mon Dieu, des orgueilleux se lèvent contre moi, des puissants cherchent ma perte. * Tu m'as délivré.
Lectio III Lecture III
Et David dicit: Fiat mensa eórum in láqueum et in captiónem et in scándalum et in retributiónem illis. Obscuréntur óculi eórum, ne vídeant, et dorsum illórum semper incúrva! Dico ergo: Numquid sic offendérunt, ut cáderent? Absit! Sed illórum casu salus géntibus, ut illi ad æmulatiónem adducántur. Quod si casus illórum divítiæ sunt mundi et deminútio eórum divítiæ géntium, quanto magis plenitúdo eórum! David dit aussi: Que leur table soit un piège, un lacet, une cause de chute, et leur serve de salaire! Que leurs yeux s'enténèbrent pour ne point voir et fais-leur sans arrêt courber le dos! Je demande donc: serait-ce pour une vraie chute qu'ils ont bronché? Certes non! mais leur faux pas a procuré le salut aux païens, afin que leur propre jalousie en fût excitée. Et si leur faux pas a fait la richesse du monde et leur amoindrissement la richesse des païens, que ne fera pas leur totalité!
R/. Miserére mei, Dómine, quóniam ad te clamábo tota die. Lætífica ánimam servi tui, quóniam ad te, Dómine, ánimam meam levávi. * Quóniam tu, Dómine, suávis ac mitis es ómnibus invocántibus te. V/. Non est símilis tui in diis, Dómine, et non est secúndum ópera tua; * Quóniam. V/. Glória Patri. * Quóniam. R/. Prends pitié de moi, Seigneur, toi que j'appelle tout le jour. Seigneur, réjouis ton serviteur: vers toi, j'élève mon âme! * Toi qui es doux et bienveillant, plein d'amour pour tous ceux qui t'invoquent. V/. Aucun parmi les dieux n'est comme toi, Seigneur, et rien n'égale tes œuvres; * Toi. V/. Gloire au Père. * Toi.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Oratiónibus sancti Gregórii Nazianzéni epíscopi (Orat. 31, 28-29: PG 36, 163-167) Sermon de saint Grégoire de Nazianze
Lectio I Lecture I
Colámus Deum Patrem, Deum Fílium, Deum Spíritum Sanctum, tres proprietátes, unam divinitátem, nec glória, nec honóre, nec esséntia, nec regno divísam. Si Spíritus adorándus non est, quómodo me Deum per baptísmum effécit? Si autem adorándus, annon coléndus et venerándus? Si porro venerándus, annon Deus? Unum uni cohret, ac vere áurea quædam et salutáris est hæc caténa. Et quidem a Spíritu regeneratiónem habémus, a regeneratióne instauratiónem, ab instauratióne cognitiónem dignitátis illíus, a quo instauráti sumus. Vénérons Dieu le Père, Dieu le Fils, Dieu le Saint-Esprit, trois propriétés, une divinité, sans division de gloire, d'honneur, de substance ni de royauté! Si l'Esprit ne doit pas être adoré, comment me divinise-t-il par le baptême? Et s'il doit être adoré, comment n'est-il pas digne de culte? Et s'il est digne de culte, comment n'est-il pas Dieu? L'un est lié à l'autre; et c'est vraiment une chaîne d'or et de salut. Et de l'Esprit nous vient la régénération; de la régénération, le rétablissement en notre premier état; et de ce rétablissement, la connaissance de celui qui nous a rétablis.
R/. Quis est homo qui vivit et non vidébit mortem? * Aut quis éruet ánimam suam de manu ínferi? V/. Quis novit potestátem iræ tuæ aut præ timóre tuo iram tuam dinumeráre? * Aut. R/. Qui donc peut vivre et ne pas voir la mort? * Qui s'arracherait à l'emprise des enfers? V/. Qui comprendra la force de ta colère? Qui peut t'adorer dans tes fureurs? * Qui s'arracherait.
Lectio II Lecture II
Iam tibi auctoritátum exámen prodíbit, ex quibus Scriptúræ testimónio ádmodum confirmátam esse Spíritus divinitátem ostendétur, iis quidem certe, qui non nimis stólidi et obtúsi fúerint, atque a Spíritu avérsi. Sic autem expénde: Náscitur Christus: præcúrrit Spíritus. Baptizátur ille: hic testimónium affert. Tentátur ille: hic abdúcit. Mirácula edit ille: hic comitátur. Ascéndit ille: hic succédit. Quid enim ádeo magnum et divínum est, quod non ipse possit? Quod tam divínum nomen est, quo non, excépto Ingéniti et Géniti nómine, appellétur? Maintenant, tu vas voir venir à toi l'essaim des témoignages qui démontreront que la divinité de l'Esprit est fort bien dans l'Écriture, pour ceux qui ne sont pas stupides à l'excès ni étrangers à l'Esprit. Considère ce qui suit: Le Christ vient au monde, l'Esprit le précède; le Christ est baptisé, il rend témoignage; le Christ est tenté, il le ramène; le Christ accomplit des prodiges, il l'accompagne; le Christ s'en va, il lui succède. Que ne peut-il, en effet, parmi les grandes choses divines et les choses que Dieu peut faire? Quel nom ne reçoit-il pas parmi ceux que l'on donne à Dieu, en dehors de ceux de Père ou de Fils?
R/. Factus est mihi Dóminus in refúgium, * Et Deus meus in auxílium spei meæ. V/. Deus ultiónum Dóminus, Deus ultiónum líbere egit. * Et. R/. Le Seigneur est mon refuge, * Mon Dieu, l'espoir de mon salut. V/. Le Dieu qui fait justice, le Seigneur, le Dieu qui fait justice agit librement. * Mon Dieu.
Lectio III Lecture III
Spíritus Dei dícitur, Spíritus Christi, mens Christi, Spíritus Dómini ac Dóminus ipse, Spíritus adoptiónis, veritátis, libertátis, Spíritus sapiéntiæ, prudéntiæ, consílii, fortitúdinis, sciéntiæ, pietátis, timóris Dei, útpote horum ómnium effíciens, ómnia esséntia sua implens, ómnia cóntinens, mundum quantum ad esséntiam implens, ínterim ipse maior quam ut mundus vim illíus et poténtiam cápere possit; bonus, rectus, principális, natúra non grátia sanctíficans, non sanctificátus, métiens, non diménsus, impértiens, non párticeps, implens, non implétus, cóntinens, non conténtus, hereditáte accéptus, glorificátus, Patri et Fílio connumerátus, mináciter denuntiátus, Dei dígitus, ignis tamquam Deus, ad ostendéndum, ut opínor, quod eiúsdem esséntiæ sit: Spíritus qui cóndidit, qui per baptísmum et resurrectiónem dénuo creat. Il est dit Esprit de Dieu, Esprit du Christ, intelligence du Christ, Esprit du Seigneur, Seigneur lui-même, Esprit d'adoption, de vérité, de liberté; Esprit de sagesse, d'intelligence, de conseil, de force, de science, de piété, de crainte de Dieu, car c'est lui qui a fait tout cela; il remplit tout par sa substance, il contient tout, il remplit le monde quant à sa substance, il n'est pas limité par le monde quant à sa puissance; il est bon, droit, il dirige; il sanctifie par nature et non par attribution, il n'est pas sanctifié; il mesure, il n'est pas mesuré; on participe à lui, il ne participe pas; il remplit, il n'est pas rempli; il contient, il n'est pas contenu; il est reçu en héritage, il est glorifié, il est compté avec le Père et le Fils; il donne lieu à une menace; il est le doigt de Dieu; il est un feu, comme Dieu, pour montrer, je pense, qu'il est consubstantiel; il est l'Esprit qui fait exister, qui recrée par le baptême et par la résurrection.
R/. Misericórdiam et iudícium cantábo tibi, Dómine; psallam et intélligam * In via immaculáta, quando vénies ad me. V/. Perambulábam in innocéntia cordis mei, in médio domus meæ, * In via. V/. Glória Patri. * In via. R/. À toi, Seigneur, je chanterai justice et bonté; je chanterai mes hymnes et j'irai avec intelligence * Sur le chemin de la perfection, lorsque tu viendras jusqu'à moi. V/. Je marcherai dans l'innocence de mon cœur avec ceux de ma maison, * Sur le chemin. V/. Gloire au Père. * Sur le chemin.