Vigiles (OSB) du mardi 5 février 2019 - Ste Agathe, vierge et martyre

Hebdomada V per annum Vème semaine dans l'année
Feria III Mardi
S. Agathae, virginis et martyris Ste Agathe, vierge et martyre
Memoria Mémoire
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
De Epístula prima beáti Pauli apóstoli ad Corínthios De la première lettre de saint Paul aux Corinthiens
Lectio I Lecture I
Et ego, cum veníssem ad vos, fratres, veni non per sublimitátem sermónis aut sapiéntiæ annúntians vobis mystérium Dei. Non enim iudicávi scire me áliquid inter vos nisi Iesum Christum et hunc crucifíxum. Et ego in infirmitáte et timóre et tremóre multo fui apud vos, et sermo meus et prædicátio mea non in persuasibílibus sapiéntiæ verbis, sed in ostensióne Spíritus et virtútis, ut fides vestra non sit in sapiéntia hóminum sed in virtúte Dei. Pour moi, quand je suis venu chez vous, frères, je ne suis pas venu vous annoncer le mystère de Dieu avec le prestige de la parole ou de la sagesse. Non, je n'ai rien voulu savoir parmi vous, sinon Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié. Moi-même, je me suis présenté à vous faible, craintif et tout tremblant, et ma parole et mon message n'avaient rien des discours persuasifs de la sagesse; c'était une démonstration d'Esprit et de puissance, pour que votre foi reposât, non sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu.
R/. Tibi soli peccávi et malum coram te feci; miserére mei, * Ut iustificéris, Dómine, in sermónibus tuis. V/. Amplius lava me, Dómine, ab iniustítia mea, et a delícto meo munda me. * Ut iustificéris. R/. Contre toi seul, j'ai péché, ce qui est mal à tes yeux, je l'ai fait. * Ainsi, tu peux parler et montrer ta justice. V/. Lave-moi tout entier de ma faute, Seigneur, purifie-moi de mon offense. * Ainsi.
Lectio II Lecture II
Sapiéntiam autem lóquimur inter perféctos, sapiéntiam vero non huius sæculi neque príncipum huius sæculi, qui destruúntur, sed lóquimur Dei sapiéntiam in mystério, quæ abscóndita est, quam prædestinávit Deus ante sæcula in glóriam nostram, quam nemo príncipum huius sæculi cognóvit; si enim cognovíssent, numquam Dóminum glóriæ crucifixíssent. Sed sicut scriptum est: Quod óculus non vidit, nec auris audívit, nec in cor hóminis ascéndit, quæ præparávit Deus his qui díligunt illum. Pourtant, c'est bien de sagesse que nous parlons parmi les parfaits, mais non d'une sagesse de ce monde ni des princes de ce monde, voués à la destruction. Ce dont nous parlons, au contraire, c'est d'une sagesse de Dieu, mystérieuse, demeurée cachée, celle que, dès avant les siècles, Dieu a par avance destinée pour notre gloire, celle qu'aucun des princes de ce monde n'a connue - s'ils l'avaient connue, en effet, ils n'auraient pas crucifié le Seigneur de la Gloire - mais, selon qu'il est écrit, nous annonçons ce que l'œil n'a pas vu, ce que l'oreille n'a pas entendu, ce qui n'est pas monté au cœur de l'homme, tout ce que Dieu a préparé pour ceux qui l'aiment.
R/. Miserére mei, Deus, miserére mei, quóniam in te confídit ánima mea; et in umbra alárum tuárum sperábo, * Donec tránseat iníquitas. V/. Clamábo ad Deum altíssimum, et ad Dóminum qui benefécit mihi. * Donec. R/. Pitié, mon Dieu, pitié pour moi! J'ai mis en toi ma confiance; j'ai mon refuge à l'ombre de tes ailes, * Aussi longtemps que dure le malheur. V/. Je crie vers Dieu, le Très-Haut, vers Dieu qui fera tout pour moi. * Aussi longtemps.
Lectio III Lecture III
Nobis autem revelávit Deus per Spíritum; Spíritus enim ómnia scrutátur, étiam profúnda Dei. Quis enim scit hóminum, quæ sint hóminis, nisi spíritus hóminis, qui in ipso est? Ita et, quæ Dei sunt, nemo cognóvit nisi Spíritus Dei. Nos autem non spíritum mundi accépimus, sed Spíritum qui ex Deo est, ut sciámus quæ a Deo donáta sunt nobis; quæ et lóquimur non in doctis humánæ sapiéntiæ, sed in doctis Spíritus verbis, spiritálibus spiritália comparántes. Animális autem homo non pércipit, quæ sunt Spíritus Dei, stultítia enim sunt illi, et non potest intellégere, quia spiritáliter examinántur; spiritális autem iúdicat ómnia, et ipse a némine iudicátur. Quis enim cognóvit sensum Dómini, qui ínstruat eum? Nos autem sensum Christi habémus. Car c'est à nous que Dieu l'a révélé par l'Esprit; l'Esprit en effet sonde tout, jusqu'aux profondeurs de Dieu. Qui donc entre les hommes sait ce qui concerne l'homme, sinon l'esprit de l'homme qui est en lui? De même, nul ne connaît ce qui concerne Dieu, sinon l'Esprit de Dieu. Or, nous n'avons pas reçu, nous, l'esprit du monde, mais l'Esprit qui vient de Dieu, pour connaître les dons gracieux que Dieu nous a faits. Et nous en parlons non pas avec des discours enseignés par l'humaine sagesse, mais avec ceux qu'enseigne l'Esprit, exprimant en termes spirituels des réalités spirituelles. L'homme psychique n'accueille pas ce qui est de l'Esprit de Dieu: c'est folie pour lui et il ne peut le connaître, car c'est spirituellement qu'on en juge. L'homme spirituel, au contraire, juge de tout, et lui-même n'est jugé par personne. Qui en effet a connu la pensée du Seigneur, pour pouvoir l'instruire? Et nous l'avons, nous, la pensée du Christ.
R/. Parátum cor meum, Deus, parátum cor meum, * Cantábo et psalmum dicam Dómino. V/. Exsúrge, glória mea; exsúrge psaltérium et cíthara; exsúrgam dilúculo. * Cantábo. V/. Glória Patri. * Cantábo. R/. Mon cœur est prêt, mon Dieu, mon cœur est prêt, * Je veux chanter, jouer des hymnes au Seigneur. V/. Éveille-toi, ma gloire; éveillez-vous, harpe, cithare, que j'éveille l'aurore! * Je veux chanter. V/. Gloire au Père. * Je veux chanter.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Tractátu sancti Gregórii Nysséni epíscopi De virginitáte (Cc. 1.2: PG 46, 319-322.323) Traité de saint Grégoire de Nysse sur la virginité
Lectio I Lecture I
Augústa virginitátis quædam quasi fácies, quæ cum in prétio est apud omnes qui de bono sincére iúdicent, tum iis solis contíngit, quibus ad præclárum hoc stúdium Dei grátia benígne opitulétur, vel ex nómine quo compellátur, insígnem laudem habet: nam incorrúptum, quæ vox in virginitáte de multórum consuetúdine dícitur, eius integritátem signíficat. Itaque ex eo nómine quod tantúmdem váleat, intellégere est huius doni præstántiam: síquidem, cum multa sint quæ cum virtúte gerántur, solum hoc incorrúpti appellatióne ornátum est. Le noble idéal de la virginité, précieux à tous ceux qui situent le beau dans la pureté, échoit à ceux-là seuls que la grâce bienveillante de Dieu assiste dans le combat pour réaliser leur bon désir. D'elle-même, elle s'attire la louange qui convient en raison du qualificatif ajouté à son nom, car l'usage communément admis de dire la virginité exempte de corruption rend témoignage de la pureté qui est en elle, au point que cette expression équivalente permet de reconnaître la supériorité de ce don précieux, s'il est vrai que, parmi tant d'œuvres vertueuses, celle-là seule s'est vue honorée du surnom d'incorruptible.
R/. Agathes lætíssima et gloriánter ibat ad cárcerem; * Et quasi ad épulas invitáta, agónem suum Dómino précibus commendábat. V/. Mens mea solidáta est et a Christo fundáta. * Et. R/. Agathe, remplie d'allégresse et de fierté, se dirigeait vers la prison; * Et, comme si elle était invitée à un festin, elle recommandait au Seigneur dans la prière le combat qui l'attendait. V/. Mon cœur est inébranlable: il est affermi par le Christ. * Et.
Lectio II Lecture II
Sin autem benefícium hoc Dei óptimi máximi étiam prædicándum est, suffíciet ad eius commendatiónem divínus Apóstolus, qui paucis verbis omnem laudum amplificatiónem obscúret, sanctam atque inculpátam eam appéllans, quæ hoc múnere ornáta sit. Quod si enim augústæ huius virginitátis ea est perfúnctio, ut inculpátus ac sanctus effícere: ecquænam maior esse potest laus virginitátis, quam osténdi eam iis rebus castórum suórum arcanórum partícipes quasi deos effícere, ut sócii quidam sint glóriæ solíus vere sancti atque inculpáti Dei, necessitúdine cum eo puritáte atque integritáte contrahénda. Mais s'il faut aussi par des éloges montrer la noblesse de ce grand don de Dieu, le saint Apôtre suffit à sa louange, lui qui a caché sous un petit nombre de mots toutes les hyperboles possibles des éloges, en nommant sainte et immaculée celle qui est ornée de cette grâce. Si, en effet, la perfection de cette noble virginité est de rendre saint et immaculé, quelle plus grande louange faire de la virginité que de montrer par là qu'elle déifie d'une certaine manière ceux qui participent à ses purs mystères au point qu'ils communient à la gloire de Dieu, seul véritablement saint et immaculé, admis dans sa familiarité par la pureté et l'incorruptibilité?
R/. Ego autem, adiuváta a Dómino, perseverábo in confessióne eius * Qui me salvam fecit et consolátus est me. V/. Mens mea solidáta est et in Christo fundáta, * Qui. R/. Pour ma part, secourue par le Seigneur, je vais persévérer à proclamer la divinité de celui * Qui m'a sauvée, qui m'aide et me console. V/. Mon cœur est inébranlable; ma vie, fondée sur le Christ, * Qui.
Lectio III Lecture III
Incorpóreæ divinque natúræ próprium ac præcípuum est; Dei tamen benignitáte iis étiam qui e carne et sánguine effécti huius vitæ usúra fruúntur, datum et tribútum est, ut virgínitas quasi manum mundítiæ participatiónem pórrigens, hóminum natúram vitiósa affectióne abiéctam rursus érigat, et ad cæléstium contemplatiónem perdúcat. Quod in Maríæ Vírginis inviolátæ córpore efféctum est, perfécta Christi divinitáte, quæ in ipsa Vírgine elúxerat, hoc ipsum in omni ánimo contíngit, qui sit castitáte ornátus, rationémque ducem in virgináli vita sequátur. Quóniam non ámplius, ut córporis humáni formam habitúmque índuat, ventúrus est Dóminus; non enim étiam nóvimus, inquit, secúndum carnem Christum; sed in spíritu véniet, et Patrem secum ducet, ut quodam loco testátur Evangélium. Encore que la virginité appartienne en propre et par privilège à la nature incorporelle, Dieu, dans son amour pour les hommes, l'a donnée gracieusement même à ceux qu'il destinait à recevoir la vie par la chair et le sang, afin que la nature humaine, dégradée par sa condition soumise aux passions, saisisse comme une main tendue cette participation à la pureté, de nouveau se redresse et laisse ramener ses regards vers le haut. Ce qui s'est accompli corporellement dans Marie immaculée quand la plénitude de la divinité a resplendi dans le Christ par la virginité, cela aussi s'accomplit en toute âme qui demeure vierge suivant la raison, non pas que le Seigneur se rende désormais présent corporellement, puisque nous ne connaissons plus le Christ selon la chair, mais il vient habiter spirituellement et introduit avec lui le Père, comme dit quelque part l'Évangile.
R/. Gaudeámus omnes in Dómino, diem festum celebrántes sub honóre Agathæ mártyris, * De cuius passióne gaudent ángeli et colláudant Fílium Dei. V/. Immaculátus Dóminus immaculátam sibi fámulam in hoc fragilitátis córpore pósitam misericórditer consecrávit. * De cuius. V/. Glória Patri. * De cuius. R/. Tous, réjouissons-nous dans le Seigneur, et célébrons un jour de fête en l'honneur de la martyre Agathe; * À cause de la passion de cette martyre, les anges se réjouissent et louent ensemble le Fils de Dieu. V/. Le Seigneur de toute pureté a aimé se consacrer pure, sa servante, établie dans la fragilité de la condition humaine. * À cause de. V/. Gloire au Père. * À cause de.