Vigiles (OSB) du vendredi 15 février 2019 -

Hebdomada VI per annum VIème semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
De Epístula prima beáti Pauli apóstoli ad Corínthios De la première lettre de saint Paul aux Corinthiens
Lectio I Lecture I
Cum liber essem ex ómnibus, ómnium me servum feci, ut plures lucri fácerem. Et factus sum Iudæis tamquam Iudæus, ut Iudæos lucrárer ; his, qui sub lege sunt, quasi sub lege essem, cum ipse non essem sub lege, ut eos, qui sub lege erant, lucri fácerem; his, qui sine lege erant, tamquam sine lege essem, cum sine lege Dei non essem, sed in lege essem Christi, ut lucri fácerem eos, qui sine lege erant; factus sum infírmis infírmus, ut infírmos lucri fácerem; ómnibus ómnia factus sum, ut áliquos útique fácerem salvos. Omnia autem fácio propter evangélium, ut compárticeps eius effíciar. Libre à l'égard de tous, je me suis fait l'esclave de tous, afin de gagner le plus grand nombre. Je me suis fait Juif avec les Juifs, afin de gagner les Juifs; sujet de la Loi avec les sujets de la Loi - moi, qui ne suis pas sujet de la Loi - afin de gagner les sujets de la Loi. Je me suis fait un sans-loi avec les sans-loi - moi qui ne suis pas sans une loi de Dieu, étant sous la loi du Christ - afin de gagner les sans-loi. Je me suis fait faible avec les faibles, afin de gagner les faibles. Je me suis fait tout à tous, afin d'en sauver à tout prix quelques-uns. Et tout cela, je le fais à cause de l'Évangile, afin d'en avoir ma part.
R/. Confitébor tibi, Dómine Deus, in toto corde meo, et honorificábo nomen tuum in ætérnum, * Quia misericórdia tua, Dómine, magna est super me. V/. Et eripuísti ánimam meam ex inférno inferióri, * Quia. R/. Je te rends grâce de tout mon cœur, Seigneur mon Dieu, toujours je rendrai gloire à ton nom; * Il est grand, Seigneur, ton amour pour moi! V/. Tu m'as tiré de l'abîme des morts: * Il est grand.
Lectio II Lecture II
Nescítis quod hi, qui in stádio currunt, omnes quidem currunt, sed unus áccipit bravíum? Sic cúrrite, ut comprehendátis. Omnis autem, qui in agóne conténdit, ab ómnibus se ábstinet, et illi quidem, ut corruptíbilem corónam accípiant, nos autem incorrúptam. Ne savez-vous pas que, dans les courses du stade, tous courent, mais un seul obtient le prix? Courez donc de manière à le remporter. Tout athlète se prive de tout; mais eux, c'est pour obtenir une couronne périssable, nous une impérissable.
R/. Misericórdia tua, Dómine, magna est super me, * Et liberásti ánimam meam ex inférno inferióri. V/. Deus, iníqui insurrexérunt in me, et fortes quæsiérunt ánimam meam. * Et liberásti. R/. Il est grand, Seigneur, ton amour pour moi: * Tu m'as délivré de l'abîme des morts! V/. Mon Dieu, des orgueilleux se lèvent contre moi, des puissants cherchent ma perte. * Tu m'as délivré.
Lectio III Lecture III
Ego ígitur sic curro non quasi in incértum, sic pugno non quasi áerem vérberans; sed castígo corpus meum et in servitútem rédigo, ne forte, cum áliis praedicáverim, ipse réprobus effíciar. Et c'est bien ainsi que je cours, moi, non à l'aventure; c'est ainsi que je fais du pugilat, sans frapper dans le vide. Je meurtris mon corps au contraire et le traîne en esclavage, de peur qu'après avoir servi de héraut pour les autres, je ne sois moi-même disqualifié.
R/. Miserére mei, Dómine, quóniam ad te clamábo tota die. Lætífica ánimam servi tui, quóniam ad te, Dómine, ánimam meam levávi. * Quóniam tu, Dómine, suávis ac mitis es ómnibus invocántibus te. V/. Non est símilis tui in diis, Dómine, et non est secúndum ópera tua; * Quóniam. V/. Glória Patri. * Quóniam. R/. Prends pitié de moi, Seigneur, toi que j'appelle tout le jour. Seigneur, réjouis ton serviteur: vers toi, j'élève mon âme! * Toi qui es doux et bienveillant, plein d'amour pour tous ceux qui t'invoquent. V/. Aucun parmi les dieux n'est comme toi, Seigneur, et rien n'égale tes œuvres; * Toi. V/. Gloire au Père. * Toi.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Tractátibus sancti Augustíni epíscopi in Ioánnem (Tract. 45, 9: CCL 36, 392) Traité de saint Augustin sur l'Évangile de Jean
Lectio I Lecture I
Sed non audiérunt eos oves: maior hæc quæstio est, non audiérunt eos oves. Ante advéntum Dómini nostri Iesu Christi, quo húmilis venit in carne, præcessérunt iusti, sic in eum credéntes ventúrum, quómodo nos crédimus in eum qui venit. Témpora variáta sunt, non fides. Quia et ipsa verba pro témpore variántur, cum várie declinántur; álium sonum habet: ventúrus est; álium sonum habet: venit; mutátus est sonus: ventúrus est et venit; éadem fides utrósque coniúngit, et eos qui ventúrum esse, et eos qui eum venísse credidérunt. Les brebis ne les ont pas écoutés. Ces paroles sont obscures. Avant la venue de notre Seigneur Jésus-Christ sur terre, avant qu'il s'humilie en se faisant homme, il y avait des justes pour croire qu'il viendrait, comme nous croyons qu'il est déjà venu. Les temps ont été divers, mais la foi a toujours été la même. Les verbes changent suivant les temps, puisqu'ils se déclinent différemment: il viendra et il est venu ne se prononcent pas de la même façon; Quand on dit: il viendra, on ne fait pas entendre le même son de voix qu'en disant: il est venu; pourtant la même foi unit ceux qui les ont prononcés, ceux qui ont cru à sa venue future et ceux qui ont cru qu'il était déjà venu.
R/. Quis est homo qui vivit et non vidébit mortem? * Aut quis éruet ánimam suam de manu ínferi? V/. Quis novit potestátem iræ tuæ aut præ timóre tuo iram tuam dinumeráre? * Aut. R/. Qui donc peut vivre et ne pas voir la mort? * Qui s'arracherait à l'emprise des enfers? V/. Qui comprendra la force de ta colère? Qui peut t'adorer dans tes fureurs? * Qui s'arracherait.
Lectio II Lecture II
Divérsis quidem tempóribus, sed utrósque per unum fídei óstium, hoc est per Christum, vidémus ingréssos. Nos crédimus Dóminum Iesum Christum natum ex vírgine, venísse in carne, passum esse, resurrexísse, in cælum ascendísse; totum hoc, sicut verba audítis prætériti témporis, implétum esse iam crédimus. In eius sunt fídei societáte nobíscum et illi patres qui credidérunt de vírgine nascitúrum, passúrum, resurrectúrum, in cælum ascensúrum; illos enim osténdit Apóstolus ubi ait: Habéntes autem eúmdem spíritum fídei, sicut scriptum est: Crédidi, propter quod locútus sum; et nos crédimus, propter quod et lóquimur. Prophéta dixit: Crédidi, propter quod locútus sum; Apóstolus dicit: Et nos crédimus, propter quod et lóquimur. Nous voyons que les uns et les autres sont tous entrés, mais en des temps différents, par l'unique porte de la foi, c'est-à-dire par le Christ. Nous croyons que notre Seigneur Jésus-Christ est né d'une vierge, qu'il est venu dans la chair, qu'il est mort, ressuscité et monté au ciel; puisque ces verbes sont au passé, nous croyons que cela s'est accompli. Nos pères, qui ont cru qu'il naîtrait d'une vierge, mourrait, ressusciterait et monterait au ciel, sont unis à nous par le lien d'une même foi. L'Apôtre y fait allusion en disant: Nous avons un même esprit de foi, selon ce qui est écrit: J'ai cru, c'est pourquoi j'ai parlé; nous croyons aussi, et c'est pourquoi nous parlons. Le Prophète avait dit: J'ai cru, c'est pourquoi j'ai parlé; l'Apôtre dit à son tour: Nous croyons, et c'est pourquoi nous parlons.
R/. Factus est mihi Dóminus in refúgium, * Et Deus meus in auxílium spei meæ. V/. Deus ultiónum Dóminus, Deus ultiónum líbere egit. * Et. R/. Le Seigneur est mon refuge, * Mon Dieu, l'espoir de mon salut. V/. Le Dieu qui fait justice, le Seigneur, le Dieu qui fait justice agit librement. * Mon Dieu.
Lectio III Lecture III
Ut scias autem quod una sit fides, audi dicéntem: Habéntes eúmdem spíritum fídei, et nos crédimus. Sic et álio loco: Nolo vos ignoráre, fratres, quia patres nostri omnes sub nube fuérunt et omnes per mare transiérunt, et omnes in Móysen baptizáti sunt in nube et in mari, et omnes eámdem escam spiritálem manducavérunt, et omnes eúmdem potum spiritálem bibérunt. Mare Rubrum signíficat baptísmum; Móyses ductor per mare Rubrum signíficat Christum; pópulus tránsiens signíficat fidéles; mors Ægyptiórum signíficat abolitiónem peccatórum. In signis divérsis éadem fides. Pour prouver que la foi est la même, Paul dit: Nous avons un même esprit de foi, et nous croyons. Et il dit ailleurs: Frères, je ne veux pas vous laisser ignorer que nos pères ont tous passé la mer Rouge, et qu'ils ont tous été sous la nuée et qu'ils ont tous été baptisés sous la conduite de Moïse, dans la nuée et dans la mer, qu'ils ont tous mangé la même nourriture spirituelle, et qu'ils ont bu le même breuvage spirituel. La mer Rouge est le symbole du baptême; Moïse qui a conduit le peuple à travers la mer, celui du Christ; le peuple qui a traversé la mer, celui des fidèles; la mort des Égyptiens, la rémission des péchés. Les symboles sont différents, la foi est la même.
R/. Misericórdiam et iudícium cantábo tibi, Dómine; psallam et intélligam * In via immaculáta, quando vénies ad me. V/. Perambulábam in innocéntia cordis mei, in médio domus meæ, * In via. V/. Glória Patri. * In via. R/. À toi, Seigneur, je chanterai justice et bonté; je chanterai mes hymnes et j'irai avec intelligence * Sur le chemin de la perfection, lorsque tu viendras jusqu'à moi. V/. Je marcherai dans l'innocence de mon cœur avec ceux de ma maison, * Sur le chemin. V/. Gloire au Père. * Sur le chemin.