Vigiles (OSB) du samedi 16 février 2019 -

Hebdomada V per annum Vème semaine dans l'année
Sabbato Samedi
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
De Epístula prima beáti Pauli apóstoli ad Corínthios De la première lettre de saint Paul aux Corinthiens
Lectio I Lecture I
Audet áliquis vestrum habens negótium advérsus álterum iudicári apud iníquos et non apud sanctos? An nescítis quóniam sancti de mundo iudicábunt? Et si in vobis iudicábitur mundus, indígni estis mínimis iudíciis? Nescítis quóniam ángelos iudicábimus, quanto magis sæculária? Quand l'un de vous a un différend avec un autre, ose-t-il bien aller en justice devant les injustes, et non devant les saints? Ou bien ne savez-vous pas que les saints jugeront le monde? Et si c'est par vous que le monde doit être jugé, êtes-vous indignes de prononcer sur des riens? Ne savez-vous pas que nous jugerons les anges? À plus forte raison les choses de cette vie!
R/. Dómine, exáudi oratiónem meam, et clamor meus ad te véniat; * Quia non spernis, Deus, preces páuperum. V/. De profúndis clamávi ad te, Dómine; Dómine exáudi vocem meam. * Quia. R/. Seigneur, entends ma prière: que mon cri parvienne jusqu'à toi! * Car tu ne méprises pas, mon Dieu, la prière des humbles. V/. Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur; Seigneur, écoute mon appel! * Car.
Lectio II Lecture II
Sæculária ígitur iudícia si habuéritis, contemptíbiles, qui sunt in ecclésia, illos constitúite ad iudicándum? Ad verecúndiam vestram dico! Sic non est inter vos sápiens quisquam, qui possit iudicáre inter fratrem suum? Sed frater cum fratre iudício conténdit, et hoc apud infidéles? Iam quidem omníno deféctio est vobis, quod iudícia habétis inter vosmetípsos! Quare non magis iniúriam accípitis, quare non magis fraudem patímini? Sed vos iniúriam fácitis et fraudátis, et hoc frátribus! Et quand vous avez là-dessus des litiges, vous allez prendre pour juges des gens que l'Église méprise! Je le dis à votre honte; ainsi, il n'y a parmi vous aucun homme sage, qui puisse servir d'arbitre entre ses frères! Mais on va en justice frère contre frère, et cela devant des infidèles! De toute façon, certes, c'est déjà pour vous une défaite que d'avoir des procès entre vous. Pourquoi ne pas souffrir plutôt l'injustice? Pourquoi ne pas vous laisser plutôt dépouiller? Mais non, c'est vous qui commettez l'injustice et dépouillez les autres; et ce sont des frères!
R/. Velóciter exáudi me, Dómine, * Quia defecérunt sicut fumus dies mei. V/. Dies mei sicut umbra declinavérunt, et ego sicut fœnum árui; * Quia. R/. Vite, réponds-moi, Seigneur, * Car mes jours s'en vont en fumée. V/. L'ombre gagne sur mes jours, et moi, je me dessèche comme l'herbe; * Car.
Lectio III Lecture III
An nescítis quia iníqui regnum Dei non possidébunt? Nolíte erráre: neque fornicárii neque idólis serviéntes neque adúlteri neque molles neque masculórum concubitóres neque fures neque avári, non ebriósi, non malédici, non rapáces regnum Dei possidébunt. Et hæc quidam fuístis. Sed ablúti estis, sed sanctificáti estis, sed iustificáti estis in nómine Dómini Iesu Christi et in Spíritu Dei nostri! Ne savez-vous pas que les injustes n'hériteront pas du Royaume de Dieu? Ne vous y trompez pas! Ni impudiques, ni idolâtres, ni adultères, ni dépravés, ni gens de mœurs infâmes, ni voleurs, ni cupides, pas plus qu'ivrognes, insulteurs ou rapaces, n'hériteront du Royaume de Dieu. Et cela, vous l'étiez bien, quelques-uns. Mais vous vous êtes lavés, mais vous avez été sanctifiés, mais vous avez été justifiés par le nom du Seigneur Jésus-Christ et par l'Esprit de notre Dieu.
R/. Salvos nos fac, Dómine Deus noster, et cóngrega nos de natiónibus, * Ut confiteámur nómini tuo et gloriémur in laude tua. V/. Meménto nostri, Dómine, in beneplácito pópuli tui; vísita nos in salutári tuo: * Ut confiteámur. V/. Glória Patri. * Ut confiteámur. R/. Sauve-nous, Seigneur notre Dieu; rassemble-nous du milieu des païens: * Que nous rendions grâce à ton nom, fiers de chanter ta louange! V/. Souviens-toi de nous, Seigneur, dans ta bienveillance pour ton peuple; toi qui le sauves, visite-nous: * Que nous rendions grâce. V/. Gloire au Père. * Que.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Sermónibus sancti Hesýchii presbýteri (Sermo 5: PG 93, 1459-1462) Sermon de saint Hésychius
Lectio I Lecture I
Iure proculdúbio omnis grati ánimi lingua salútat Vírginem et Deíparam, ac pro víribus Gabriélem angelórum príncipem imitátur. Itaque hic quidem dicit ei: Ave , ille vero acclámat: Dóminus ex te , eo quod Dóminus éditus assúmpta carne apparúerit humáno géneri. Iste cognóminat eam, matrem lucis; ille: Stellam vitæ; álius Dei thronum appéllat; álius templum maius cælo; álius cáthedram non inferiórem cáthedra cherúbica; álius item hortum non seminátum, fértilem, incúltum, vitem uvárum ferácem, valde floréntem, intáctam; túrturem mundam, colúmbam impollútam, nubem plúvias incorrúptas continéntem, spécimen cuius gemma sole splendídior, fodínam unde prodit lapis totam terram tegens, a nullo incísus: navem mércibus refértam, nullóque egéntem gubernatóre; thesáurum locupletántem. C'est à bon droit sans aucun doute que toute âme reconnaissante salue la Vierge Mère de Dieu et imite, selon son pouvoir, Gabriel, le chef des anges. L'un s'adresse à elle par ces mots: Je te salue; l'autre l'acclame: Le Seigneur est né de toi, car le Seigneur est né d'elle et est apparu aux hommes dans la chair. Le premier la nomme mère de la lumière; le second, étoile de la vie. Tel autre , trône de Dieu; un autre, temple plus grand que le ciel; un autre l'appelle siège qui ne le cède en rien aux sièges des chérubins; un autre encore, jardin que nul n'a semé, fertile, non cultivé, vigne couverte de raisins, féconde, intacte; pure tourterelle, colombe sans souillure, nuée grosse de pluies bienfaisantes, écrin dont la perle est plus éclatante que le soleil, carrière d'où est extraite la pierre qui couvre toute la terre, et que nul n'a taillée; vaisseau chargé de marchandises et qui n'a pas besoin de pilote; trésor qui enrichit.
R/. Cum cecíderit, iustus non conturbábitur, * Quia Dóminus firmat manum eius. V/. Iúnior fui, étenim sénui, et non vidi iustum derelíctum, nec semen eius quærens panem. * Quia . R/. Lorsqu'il trébuche, le juste ne vacille pas, * Car le Seigneur lui tient la main. V/. Jamais, de ma jeunesse à mes vieux jours, je n'ai vu le juste abandonné ni ses enfants mendier leur pain. * Car.
Lectio II Lecture II
Alii simíliter lucérnam oris expértem, quæ a se ipsa iúgiter árdeat; arcam arca Noe latiórem, longiórem, illustriórem. Illa erat animálium arca, hæc autem arca vitæ; illa corruptibílium animálium, ista vero vitæ incorruptíbilis; illa ipsum Noe, hæc vero ipsíus Noe factórem portávit; illa duas et tres contignatiónes et mansiónes habébat, hæc autem univérsum Trinitátis compleméntum, quandóquidem et Spíritus Sanctus adveniébat atque hospitabátur, et Pater obumbrábat et Fílius útero gestátus inhabitábat. D'autres, de même, l'appellent lampe sans ouverture, qui s'embrase d'elle-même; arche plus spacieuse que l'arche de Noé, plus longue et plus glorieuse; la première arche était celle des animaux vivants, celle-ci est l'arche de la vie; la première, celle des vivants corruptibles, la seconde, celle de la vie incorruptible; l'une a porté Noé, l'autre, le créateur de Noé; celle-là renfermait un second et un troisième étage et des demeures séparées, celle-ci, toute la plénitude de la Trinité. L'Esprit Saint survenait et résidait en elle, le Père la couvrait de son ombre, et le Fils qu'elle avait conçu habitait dans son sein.
R/. Rugiébam a gémitu cordis mei, * Ante te omne desidérium meum, et gémitus meus a te non est abscónditus. V/. Cor meum conturbátum est in me, derelíquit me virtus mea. * Ante te. R/. Mon cœur gronde et rugit, Seigneur, * Tout mon désir est devant toi, et rien de ma plainte ne t'échappe. V/. Le cœur me bat, ma force m'abandonne, * Tout.
Lectio III Lecture III
Vides quanta et qualis est Deíparæ Vírginis dígnitas? Unigénitus enim Dei Fílius mundi cónditor, velut infans gestabátur ab ea, et Adamum reformábat, Evámque sanctificábat, excludébat dracónem, et paradísum aperiébat, sigíllum úteri múniens. Tibi ígitur, o Virgo, prophétæ tríbuunt laudes, et quisque Deíferam dicit, qui miraculórum mystériis fidem habúerit. Vois-tu combien est grande et admirable la dignité de la Vierge mère de Dieu? Elle portait comme un nourrisson le Fils unique de Dieu, Créateur du monde; il réformait Adam, il sanctifiait Ève, il réduisait à néant le dragon et il ouvrait le paradis, en maintenant le sein de Marie fermé comme d'un sceau. À toi donc, Vierge, les prophètes adressent leurs louanges, et ils t'appellent porteuse de Dieu, chacun de ceux qui ont la foi aux mystères prodigieux.
R/. Exáudi oratiónem meam, Dómine, et deprecatiónem meam; et ab ómnibus iniquitátibus meis érue me, * Quóniam íncola ego sum apud te et peregrínus. V/. Compláceat tibi, Dómine, ut éruas me; Dómine, ad adiuvándum me réspice. * Quóniam. V/. Glória Patri. * Quóniam. R/. Entends ma prière, Seigneur, écoute ma supplication; délivre-moi de tous mes péchés, * Car je ne suis qu'un hôte chez toi, un simple pèlerin. V/. Daigne, Seigneur, me délivrer; regarde-moi, aide-moi, Seigneur! * Car. V/. Gloire au Père. * Car.