Vigiles (OSB) du mercredi 20 février 2019 -

Hebdomada VI per annum VIème semaine dans l'année
Feria IV Mercredi
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
De Epístula prima beáti Pauli apóstoli ad Corínthios De la première lettre de saint Paul aux Corinthiens
Lectio I Lecture I
De idolóthytis, scimus quia omnes sciéntiam habémus. Sciéntia inflat, cáritas vero ædíficat. Si quis se exístimat scire áliquid, nondum cognóvit, quemádmodum opórteat eum scire; si quis autem díligit Deum, hic cógnitus est ab eo. De esu ígitur idolothytórum, scimus quia nullum idólum est in mundo et quod nullus deus nisi Unus. Nam et si sunt, qui dicántur dii sive in cælo sive in terra, síquidem sunt dii multi et dómini multi, nobis tamen unus Deus Pater, ex quo ómnia et nos in illum, et unus Dóminus Iesus Christus, per quem ómnia et nos per ipsum. Pour ce qui est des viandes immolées aux idoles, nous avons tous la science, c'est entendu. Mais la science enfle; c'est la charité qui édifie. Si quelqu'un s'imagine connaître quelque chose, il ne connaît pas encore comme il faut connaître; mais si quelqu'un aime Dieu, celui-là est connu de lui. Donc, pour ce qui est de manger des viandes immolées aux idoles, nous savons qu'une idole n'est rien dans le monde et qu'il n'est de Dieu que le Dieu unique. Car, bien qu'il y ait, soit au ciel, soit sur la terre, de prétendus dieux - et de fait il y a quantité de dieux et quantité de seigneurs -, pour nous en tout cas, il n'y a qu'un seul Dieu, le Père, de qui tout vient et pour qui nous sommes, et un seul Seigneur, Jésus-Christ, par qui tout existe et par qui nous sommes.
R/. Exáudi, Deus, deprecatiónem meam, inténde oratióni meæ; * A fínibus terræ ad te clamávi, Dómine. V/. Dum anxiarétur cor meum, in petra exaltásti me; deduxísti me, quia factus es adiútor meus. * A fínibus terrae. R/. Dieu, entends ma plainte, exauce ma prière; * Des terres lointaines je t'appelle, Seigneur. V/. Quand le cœur me manque, tu m'élèves sur le roc; tu me conduis, car tu es pour moi un refuge. * Des.
Lectio II Lecture II
Sed non in ómnibus est sciéntia; quidam autem consuetúdine usque nunc idóli quasi idolóthytum mandúcant, et consciéntia ipsórum, cum sit infírma, pollúitur. Esca autem nos non comméndat Deo; neque si non manducavérimus, deficiémus, neque si manducavérimus, abundábimus. Mais tous n'ont pas la science. Certains, par suite de leur fréquentation encore récente des idoles, mangent les viandes immolées comme telles, et leur conscience, qui est faible, s'en trouve souillée. Ce n'est pas un aliment, certes, qui nous rapprochera de Dieu. Si nous n'en mangeons pas, nous n'avons rien de moins; et si nous en mangeons, nous n'avons rien de plus.
R/. Deo subiécta esto, ánima mea, quóniam ab ipso patiéntia mea; * Quia ipse Deus meus. V/. In Deo salutáre meum et glória mea; Deus auxílii mei, et spes mea in Deo est. * Quia. R/. Je veux m'abandonner au Seigneur; oui, mon espoir vient de lui; * Lui seul est mon Dieu. V/. Mon salut et ma gloire se trouvent près de Dieu; chez Dieu, mon refuge, mon espérance! * Lui seul.
Lectio III Lecture III
Vidéte autem, ne forte hæc licéntia vestra offendículum fiat infírmis. Si enim quis víderit eum, qui habet sciéntiam, in idólio recumbéntem, nonne consciéntia eius, cum sit infírma, ædificábitur ad manducándum idolóthyta? Períbit enim infírmus in tua sciéntia, frater, propter quem Christus mórtuus est! Sic autem peccántes in fratres et percutiéntes consciéntiam eórum infírmam, in Christum peccátis. Quaprópter si esca scandalízat fratrem meum, non manducábo carnem in ætérnum, ne fratrem meum scandalízem. Mais prenez garde que cette liberté dont vous usez ne devienne pour les faibles occasion de chute. Si en effet quelqu'un te voit, toi qui as la science, attablé dans un temple d'idoles, sa conscience à lui qui est faible ne va-t-elle pas se croire autorisée à manger des viandes immolées aux idoles? Et ta science alors va faire périr le faible, ce frère pour qui le Christ est mort! En péchant ainsi contre vos frères, en blessant leur conscience, qui est faible, c'est contre le Christ que vous péchez. C'est pourquoi, si un aliment doit causer la chute de mon frère, je me passerai de viande à tout jamais, afin de ne pas causer la chute de mon frère.
R/. Deus, in te sperávi, Dómine, non confúndar in ætérnum. * In tua iustítia líbera me et éripe me. V/. Esto mihi in Deum protectórem et in locum munítum, ut salvum me fácias. * In tua iustítia. V/. Glória Patri. * In tua iustítia. R/. En toi, Seigneur, j'ai mon refuge: garde-moi d'être humilié pour toujours. * Dans ta justice, défends-moi, libère-moi. V/. Sois le rocher qui m'abrite, la citadelle qui me sauve. * Dans ta justice. V/. Gloire au Père. * Dans ta justice.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Meditatiónibus Guillélmi abbátis Sancti Theodoríci (Med. 12, 1-3: SC 324, 186-188) Méditation de Guillaume de Saint-Thierry
Lectio I Lecture I
Domine, exáudi oratiónem meam, áuribus pércipe obsecratiónem meam; in veritáte tua exáudi me in tua iustítia. Dómine, qui prope es ómnibus invocántibus te in veritáte, sicut Scriptúra veritátis tuæ nobis promíttit, sicut véritas est coram te, voluntátem mihi esse invocándi te in veritáte hódie; sic, o Véritas, exáudi me in multitúdine misericórdiæ tuæ et in veritáte salútis tuæ. Nam dixi: Nunc cœpi; sic hæc mutátio tua, o déxtera Excélsi. In malis enim meis prætéritis et peccátis quæ magna sunt, et innumerabília in quibus inveterávi, factus sum mihimetípsi vilis et despéctus; in bonis, si qua in me visa sunt fuísse, scrupulosíssime ipse mihi sum suspéctus. Seigneur, exauce ma prière, que tes oreilles perçoivent ma supplication; que ta vérité m'exauce, dans ta justice. Seigneur, qui es proche de tous ceux qui t'invoquent en vérité: de même que l'Écriture de ta vérité nous le promet, de même il est véritable à tes yeux que ma volonté est de t'invoquer en vérité aujourd'hui; aussi, ô Vérité, exauce-moi dans la multitude de tes miséricordes et dans la vérité de ton salut. Car j'ai dit: Maintenant que j'ai commencé, que ce soit à toi d'opérer le changement, ô droite du Très-Haut. Mes maux passés, en effet, et mes péchés, qui sont grands et innombrables, dans lesquels je me suis enraciné, m'ont rendu à moi-même vil et méprisable. Les biens, à supposer qu'il en ait jamais paru en moi, me laissent dans de grands scrupules, suspect à moi-même.
R/. Repleátur os meum laude ut hymnum dicam glóriæ tuæ, tota die magnificéntiæ tuæ. Noli me proícere in témpore senectútis; * Cum defécerit virtus mea, Deus, ne derelínquas me. V/. Gaudébunt lábia mea, cum cantávero tibi, et ánima mea, quam redemísti. * Cum. R/. Je n'aurai que ta louange à la bouche, pour célébrer tout le jour ta splendeur, chanter une hymne à ta gloire. Ne me rejette pas maintenant que j'ai vieilli; * Alors que décline ma vigueur, mon Dieu, ne m'abandonne pas. V/. Joie sur mes lèvres qui chantent pour toi, et dans mon âme que tu as rachetée! * Alors que.
Lectio II Lecture II
Venio ígitur hódie ad te, quasi mórtua tota vita mea prætérita, in te, o Princípium novæ vitæ, factúrus princípium. Si qua bona feci, tua sunt, tibi ea consígno; tu reddes ea mihi in témpore benepláciti tui. Mala quæ gessi, mea sunt; heu, quot et quanta sunt, quæ ex máxima sui parte a memória mea periérunt! Utinam et a tua cóngrua ea déleat pæniténtia, quæ pro sui horróre longe áliter memóriæ meæ affíxa sunt, quam ut ea abolére ulla possit oblívio! Quorum tamen sic odi memóriam, ut sæpe velim fúnditus olim oblítum fuísse ómnia. Je viens donc aujourd'hui à toi, comme si toute ma vie passée était morte; en toi, ô Principe de la nouvelle vie, je placerai mon principe. Si j'ai fait quelque bien, il est tien: je te le remets; tu me le rendras au moment de ton bon plaisir. Les maux que j'ai faits sont miens. Hélas! Qu'ils sont nombreux et qu'ils sont grands, ceux qui, pour la majeure partie, ont disparu de ma mémoire! Que de la tienne aussi une pénitence convenable puisse effacer ceux dont l'horreur les a fixés en ma mémoire d'une façon telle qu'aucun oubli ne pourrait les abolir. La mémoire cependant m'en est tellement odieuse que souvent je voudrais les avoir tous oubliés complètement depuis longtemps.
R/. Gaudébunt lábia mea, cum cantávero tibi, * Et ánima mea, quam redemísti, Dómine. V/. Sed et lingua mea meditábitur iustítiam tuam, tota die laudem tuam. * Et ánima mea. R/. Joie sur mes lèvres qui chantent pour toi, * Et dans mon âme que tu as rachetée, Seigneur! V/. Alors ma langue redira ta justice, tout le jour, ta louange. * Et dans mon âme.
Lectio III Lecture III
Sed tu, Dómine, delícta iuventútis meæ ne memíneris; fuérunt hæc primogénita Ægýpti, quæ in Ægýpto peremísti; et quæ feci in Ægýpto, in Ægýpto dimíserim, cum inde exívi. Longo enim témpore per desértum póstea circumduxísti me, et docuísti, et custodísti ut pupíllam óculi; corripuísti peccántem; consolátus es doléntem; erudísti nesciéntem, donec iam prope ad intróitum terræ repromissiónis perduxísti. Mais toi, Seigneur, ne garde pas mémoire des péchés de ma jeunesse. Ils furent ces premiers nés de l'Égypte, qu'en Égypte tu as fait périr; et ce que j'ai fait en Égypte, je voudrais l'avoir laissé en Égypte quand j'en suis sorti. Certes, durant un long temps, tu as ensuite conduit mes pas à travers le désert, et tu m'as instruit, et tu m'as protégé comme la pupille de ton œil; tu m'as repris quand j'ai péché; tu m'as consolé quand j'étais dans la douleur; tu m'as enseigné quand j'étais dans l'ignorance, jusqu'au moment où tu m'as conduit presque à l'entrée de la terre promise.
R/. Mihi autem adhærére Deo bonum est, * Pónere in Dómino Deo spem meam. V/. Ut annúntiem omnes laudatiónes tuas in portis fíliæ Sion, * Pónere. V/. Glória Patri. * Pónere. R/. Pour moi, il est bon d'être intime avec Dieu; * J'ai pris refuge auprès de mon Dieu. V/. Pour annoncer les merveilles du Seigneur aux portes de Sion, * J'ai pris refuge. V/. Gloire au Père. * J'ai pris refuge.