Vigiles (OSB) du vendredi 22 février 2019 - Chaire de St Pierre, apôtre

Hebdomada VI per annum VIème semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
Cathedrae S. Petri, apostoli Chaire de St Pierre, apôtre
Festum Fête
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
De Epístula prima beáti Pauli apóstoli ad Corínthios De la première lettre de saint Paul aux Corinthiens
Lectio I Lecture I
Nolo vos ignoráre, fratres, quóniam patres nostri omnes sub nube fuérunt et omnes mare transiérunt et omnes in Móyse baptizáti sunt in nube et in mari et omnes eándem escam spiritálem manducavérunt et omnes eúndem potum spiritálem bibérunt; bibébant autem de spiritáli, consequénte eos petra: petra autem erat Christus. Sed non in plúribus eórum complácuit sibi Deus, nam prostráti sunt in desérto. Je ne veux pas que vous l'ignoriez, frères: nos pères ont tous été sous la nuée, tous ont passé à travers la mer, tous ont été baptisés en Moïse dans la nuée et dans la mer, tous ont mangé le même aliment spirituel et tous ont bu le même breuvage spirituel - ils buvaient en effet à un rocher spirituel qui les accompagnait, et ce rocher, c'était le Christ. Cependant, ce n'est pas le plus grand nombre d'entre eux qui plut à Dieu, puisque leurs corps jonchèrent le désert.
R/. Dómine, exáudi oratiónem meam, et clamor meus ad te véniat; * Quia non spernis, Deus, preces páuperum. V/. De profúndis clamávi ad te, Dómine; Dómine exáudi vocem meam. * Quia. R/. Seigneur, entends ma prière: que mon cri parvienne jusqu'à toi! * Car tu ne méprises pas, mon Dieu, la prière des humbles. V/. Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur; Seigneur, écoute mon appel! * Car.
Lectio II Lecture II
Hæc autem figúræ fuérunt nostræ, ut non simus concupiscéntes malórum, sicut et illi concupiérunt. Neque idolórum cultóres efficiámini, sicut quidam ex ipsis; quemádmodum scriptum est: Sedit pópulus manducáre et bíbere, et surrexérunt lúdere. Neque fornicémur, sicut quidam ex ipsis fornicáti sunt, et cecidérunt una die vigínti tria mília. Neque tentémus Christum, sicut quidam eórum tentavérunt, et a serpéntibus periérunt. Neque murmuravéritis, sicut quidam eórum murmuravérunt et periérunt ab exterminatóre. Ces faits se sont produits pour nous servir d'exemples, pour que nous n'ayons pas de convoitises mauvaises, comme ils en eurent eux-mêmes. Ne devenez pas idolâtres comme certains d'entre eux, dont il est écrit: Le peuple s'assit pour manger et boire, puis ils se levèrent pour s'amuser. Et ne forniquons pas, comme le firent certains d'entre eux; et il en tomba vingt-trois milliers en un seul jour. Ne tentons pas non plus le Seigneur, comme le firent certains d'entre eux; et ils périrent par les serpents. Et ne murmurez pas, comme le firent certains d'entre eux; et ils périrent par l'Exterminateur.
R/. Velóciter exáudi me, Dómine, * Quia defecérunt sicut fumus dies mei. V/. Dies mei sicut umbra declinavérunt, et ego sicut fœnum árui; * Quia. R/. Vite, réponds-moi, Seigneur, * Car mes jours s'en vont en fumée. V/. L'ombre gagne sur mes jours, et moi, je me dessèche comme l'herbe; * Car.
Lectio III Lecture III
Hæc in figúra contingébant illis; scripta sunt autem ad correptiónem nostram, in quos fines sæculórum devenérunt. Itaque, qui se exístimat stare, vídeat, ne cadat. Tentátio vos non apprehéndit nisi humána; fidélis autem Deus, qui non patiétur vos tentári super id quod potéstis, sed fáciet cum tentatióne étiam provéntum, ut possítis sustinére. Propter quod, caríssimi mihi, fúgite ab idolórum cultúra. Cela leur arrivait pour servir d'exemple, et a été écrit pour notre instruction à nous qui touchons à la fin des temps. Ainsi donc, que celui qui se flatte d'être debout prenne garde de tomber. Aucune tentation ne vous est survenue, qui passât la mesure humaine. Dieu est fidèle; il ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces; mais avec la tentation, il vous donnera le moyen d'en sortir et la force de la supporter. C'est pourquoi, mes bien-aimés, fuyez l'idolâtrie.
R/. Salvos nos fac, Dómine Deus noster, et cóngrega nos de natiónibus, * Ut confiteámur nómini tuo et gloriémur in laude tua. V/. Meménto nostri, Dómine, in beneplácito pópuli tui; vísita nos in salutári tuo: * Ut confiteámur. V/. Glória Patri. * Ut confiteámur. R/. Sauve-nous, Seigneur notre Dieu; rassemble-nous du milieu des païens: * Que nous rendions grâce à ton nom, fiers de chanter ta louange! V/. Souviens-toi de nous, Seigneur, dans ta bienveillance pour ton peuple; toi qui le sauves, visite-nous: * Que nous rendions grâce. V/. Gloire au Père. * Que nous rendions grâce..
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Libro beáti Ælrédi abbátis De institutióne inclusárum (N. 29: SC 76, 116-118) Livre d'Ælred de Rievaulx sur la vie de recluse
Lectio I Lecture I
Cum mens tua ab omni fúerit cogitatiónum sorde virtútum exercitatióne purgáta, iam óculos defæcátos ad posterióra retórque, ac primum cum beáta María, ingréssa cubículum, libros quibus Vírginis partus et Christi prophetátur advéntus evólve. Ibi advéntum ángeli præstoláre ut vídeas intrántem, áudias salutántem, et sic repléta stupóre et éxstasi dulcíssimam dóminam tuam cum ángelo salutánte salútes, clamans et dicens: Ave, grátia plena, Dóminus tecum, benedícta tu in muliéribus. Hæc crébrius répetens, quæ sit hæc grátiæ plenitúdo, de qua totus mundus grátiam mutuávit quando Verbum caro factum est, et habitávit in nobis, plenum grátiæ et caritátis, contempláre et admiráre Dóminum qui terram implet et cælum, intra uníus puéllæ víscera claudi, quam Pater sanctificávit et Fílius fecundávit, obumbrávit Spíritus Sanctus. Quand la pratique des vertus aura purifié ton esprit des pensées qui le souillaient, jette un regard en arrière, les yeux dessillés, vers le passé. Entre d'abord dans la chambre de la bienheureuse Marie, et, avec elle, relis les livres prophétiques qui parlent de la naissance virginale et de la venue du Christ. Là, attends l'arrivée de l'ange pour le voir entrer, pour l'entendre faire sa salutation. Alors, toi aussi, remplie de stupeur et comme hors de toi, salue avec lui ta très douce Dame en t'écriant: Je te salue, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi, tu es bénie entre toutes les femmes. En répétant souvent cette formule, contemple cette plénitude de grâce, à laquelle le monde entier a participé lorsque le Verbe s'est fait chair et a habité parmi nous, plein de grâce et de charité. Vois avec étonnement le Seigneur qui emplit le ciel et la terre enfermé dans le sein d'une jeune fille que le Père a sanctifiée, que le Fils a rendue féconde et que l'Esprit Saint a recouverte de son ombre.
R/. Cum cecíderit, iustus non conturbábitur, * Quia Dóminus firmat manum eius. V/. Iúnior fui, étenim sénui, et non vidi iustum derelíctum, nec semen eius quærens panem. * Quia . R/. Lorsqu'il trébuche, le juste ne vacille pas, * Car le Seigneur lui tient la main. V/. Jamais, de ma jeunesse à mes vieux jours, je n'ai vu le juste abandonné ni ses enfants mendier leur pain. * Car.
Lectio II Lecture II
O dulcis dómina, quanta inebriáris dulcédine, quo amóris igne succendebáris, cum sentíres in mente et ventre maiestátis præséntiam, cum de tua carne sibi carnem assúmeret, et membra in quibus corporáliter omnis plenitúdo divinitátis habitáret, de tuis sibi membris aptáret. Hæc ómnia propter te, o virgo, ut Vírginem quam imitári proposuísti diligénter atténdas, et Vírginis Fílium cui nupsísti. Ô douce Dame, quelle ivresse de bonheur, quel feu d'amour a dû vous embraser, lorsque vous avez senti dans votre âme et dans votre sein la présence d'une telle majesté, lorsque de votre chair Dieu a pris chair, et de vos membres il a pris ces membres dans lesquels allait habiter corporellement la plénitude de la divinité. Tout cela pour toi, vierge: aussi fixe un regard attentif sur la Vierge que tu veux imiter et sur le Fils de la Vierge, dont tu es l'épouse.
R/. Rugiébam a gémitu cordis mei, * Ante te omne desidérium meum, et gémitus meus a te non est abscónditus. V/. Cor meum conturbátum est in me, derelíquit me virtus mea. * Ante te. R/. Mon cœur gronde et rugit, Seigneur, * Tout mon désir est devant toi, et rien de ma plainte ne t'échappe. V/. Le cœur me bat, ma force m'abandonne, * Tout.
Lectio III Lecture III
Iam nunc cum dulcíssima dómina tua in montána conscénde, et stérilis et vírginis suávem intuére compléxum, et salutatiónis offícium, in quo sérvulus Dóminum, præco iúdicem, vox verbum, inter anília víscera conclúsus, in Vírginis útero clausum agnóvit, et indicíbili gáudio salutávit. Beáti ventres in quibus totíus mundi salus exóritur, pulsísque tristítiæ ténebris, sempitérna lætítia prophetátur. Quid agis, o virgo? Accúrre, quæso, accúrre, et tantis gáudiis admíscere, prosternáre ad pedes utriúsque et in uníus ventre tuum Sponsum ampléctere, amícum vero eius in altérius útero veneráre. Suis maintenant ta très douce Dame et gravis avec elle la montagne. Vois comme s'embrassent tendrement la stérile et la vierge, comment elles échangent leurs salutations! Alors, enfermé dans le sein de sa mère déjà vieille, le serviteur reconnaît son Seigneur enclos dans le sein de la Vierge; le héraut reconnaît le Juge, la voix le Verbe, et le salue avec une joie indicible. Bienheureux seins, dans lesquels point l'aurore du salut du monde; toute ombre de tristesse est dissipée, une joie éternelle est prophétiquement annoncée! Mais que restes-tu là ainsi, vierge? Cours, cours donc, et unis-toi à tant de bonheur! Prosterne-toi aux pieds de ces deux femmes, embrasse en l'une ton époux et vénère en l'autre l'ami de l'époux.
R/. Exáudi oratiónem meam, Dómine, et deprecatiónem meam; et ab ómnibus iniquitátibus meis érue me, * Quóniam íncola ego sum apud te et peregrínus. V/. Compláceat tibi, Dómine, ut éruas me; Dómine, ad adiuvándum me réspice. * Quóniam. V/. Glória Patri. * Quóniam. R/. Entends ma prière, Seigneur, écoute ma supplication; délivre-moi de tous mes péchés, * Car je ne suis qu'un hôte chez toi, un simple pèlerin. V/. Daigne, Seigneur, me délivrer; regarde-moi, aide-moi, Seigneur! * Car. V/. Gloire au Père. * Car.
In tertio nocturno, anno C Troisième nocturne, année C
Léctio sancti Evangélii secúndum Matthæum Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu
In illo témpore: Venit Iesus in partes Cæsaréæ Philíppi et interrogábat discípulos suos. Et réliqua. Jésus était venu dans la région de Césarée de Philippe, et il interrogeait ses disciples. Et la suite.
Ex Homilíis sancti Ioánnis Chrysóstomi epíscopi in princípium Actórum Apostolórum. (Hom. 2, 6: PG 51, 86-87) Homélie de saint Jean Chysostome sur le début des Actes des Apôtres
Lectio I Lecture I
In hoc cognóscent omnes quia discípuli mei estis, si vos ínvicem dilexéritis. Ecce non ex miráculis, sed ex conversatióne dignósci discípulos demonstrátum est. Petre, díligis me plus his? Pasce oves meas. Ecce álterum indícium, et hoc rursus a conversatióne sumptum. Tértium rursus indícium: Nolíte gaudére quia dæmónia vobis obœdiunt, sed gaudéte quia nómina vestra scripta sunt in cælis. Et hoc rursus conversatiónis est recte factum. On vous reconnaîtra comme mes disciples à l'amour que vous aurez les uns pour les autres. Il est indiqué ici que ce ne sont pas les miracles mais le genre de vie qui désigne les disciples du Christ. Pierre, m'aimes-tu plus que ceux-ci? Pais mes brebis. Voilà un autre indice, et il est pris aussi à partir du genre de vie. Encore un troisième indice qui vient du genre de vie: Ne vous réjouissez pas de ce que les démons vous soient soumis, mais réjouissez-vous de ce que vos noms sont écrits dans les cieux. Et celui-ci de nouveau est bien un fait du genre de vie.
R/. Quem dicunt hómines esse Fílium hóminis? dixit Iesus discípulis suis. Respóndens Petrus dixit: Tu es Christus, Fílius Dei vivi. * Et ego dico tibi quia tu es Petrus, et super hanc petram ædificábo Ecclésiam meam. V/. Beátus es, Simon Bar Iona, quia caro et sanguis non revelávit tibi, sed Pater meus qui est in cælis. * Et ego. R/. Jésus demandait à ses disciples: Le Fils de l'homme, qui est-il d'après ce que disent les hommes? Prenant la parole, Simon-Pierre déclara: Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant! * Et moi, je te le déclare: Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église. V/. Heureux es-tu, Simon, fils de Ionas: ce n'est pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux. * Et moi.
Lectio II Lecture II
Vides discípulos ex eo fuísse designátos, quod mútuo se dilígerent, eum vero qui Christum supra apóstolos diligébat ex eo innotuísse, quod fratres pásceret; eos porro qui gaudére debuérunt, non ex eo quod eícerent dæmones, sed ex eo quod eórum nómina scripta in cælis essent, gaudére iussos esse. Hos omnes imitáre et discípulus esse póteris, atque inter amícos Dei numerári, Deum glorificáre, ac vita ætérna potíri: nec impediménto ullo tibi esse póterit, quóminus bona assequáris ómnia, quod signa non fácias, si conversatiónem mundam et exáctam præ te feras. Tu vois que les disciples ont été désignés par le fait qu'ils s'aimeront les uns les autres, mais tu vois que celui qui aimait le Christ plus que les autres apôtres a été reconnu pasteur de ses frères; en outre, tu vois que ceux qui devaient se réjouir doivent le faire, non parce qu'ils chassent les démons, mais parce que leurs noms sont inscrits dans les cieux. Tu pourras imiter tous ceux-ci et être disciple du Christ, être compté parmi les amis de Dieu, glorifier Dieu et entrer en possession de la vie éternelle: le fait que tu ne fasses pas de miracles ne pourra nullement être un obstacle pour toi, si tu montres une vie pure et parfaite.
R/. Elégit te Dóminus sacerdótem sibi, * Ad sacrificándum ei hóstiam laudis. V/. Tunc acceptábis sacrifícium iustítiæ, oblatiónes et holocáusta. * Ad sacrificándum. R/. Le Seigneur t'a choisi, il a fait de toi son prêtre pour lui offrir * Le sacrifice d'action de grâces. V/. Alors tu accepteras de justes sacrifices, oblations et holocaustes: * Le sacrifice.
Lectio III Lecture III
Nam et ipse Petrus hoc nomen non propter mirácula vel signa recépit, sed propter zelum, amorémque sincérum. Neque enim quia mórtuos suscitárat, aut quia claudum eréxerat, sic appellátus est; sed quia fidem cum confessióne sincéram exhibúerat, hoc nomen obtínuit: Tu es Petrus, et super hanc petram ædificábo Ecclésiam meam. Quam ob causam? Non quia fecit mirácula, sed quia dixit: Tu es Christus, Fílius Dei vivi. Vides ipsam étiam Petri appellatiónem non a miráculis, sed ab ardénti zelo inítium duxísse? Car Pierre lui-même a reçu ce nom, non à cause des miracles et des prodiges, mais à cause de son zèle et de son amour sincère. En effet, ce n'est pas pour avoir ressuscité des morts et guéri le paralytique qu'il fut ainsi appelé, mais parce qu'il avait manifesté une foi sincère dans sa confession, il reçut ce nom: Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Église. Pour quelle raison? Non parce qu'il fit des miracles, mais parce qu'il dit: Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. Vois-tu que le nom même de Pierre tire son origine non des miracles, mais du zèle ardent?
R/. Qui regni claves et curam trádidit ovílis, * Qui cæli terræque Petro commísit habénas, ut réseret clausis et solvat vincla ligátis. V/. Ipse tua, Petre, iussit víncula solvi, qui te mundános constítuit sólvere nexus. * Qui cæli. R/. Celui qui t'a donné, ô Pierre, les clefs du royaume et t'a confié le soin des brebis, * Qui t'a remis les rênes pour diriger les affaires du ciel et de la terre, afin que tu ouvres aux prisonniers et brises les liens des enchaînés, V/. Celui-là même, ô Pierre, ordonne que tes liens soient brisés, lui qui t'a mis en place pour briser les entraves de ce monde, * Qui t'a remis.
Lectio IV Lecture IV
Hæc est una nostræ civitátis prærogatíva dignitátis, quod príncipem apostolórum ab inítio doctórem accéperit. Æquum enim erat ut ea quæ nómine Christianórum ante univérsum orbem terrárum ornáta fuit, primum apostolórum pastórem accíperet. Sed cum eum doctórem accepissémus, non in perpétuum retinúimus, sed régiæ civitáti Romæ illum concéssimus: nam corpus quidem Petri non retinémus, sed Petri fidem tamquam Petrum retinémus: porro dum Petri fidem retinémus, ipsum Petrum habémus. C'est une prérogative de la dignité de notre cité que dès le commencement elle ait reçu pour maître le prince des apôtres. En effet, il était juste que cette cité qui fut glorifiée par le nom des chrétiens avant tout le reste de la terre, reçoive pour pasteur le prince des apôtres. Mais alors que nous l'avions reçu pour maître, nous ne l'avons pas gardé toujours, mais nous l'avons cédé à la cité royale de Rome: or nous ne gardons pas le corps de Pierre, mais nous gardons la foi de Pierre comme Pierre lui-même; en effet, pourvu que nous gardions la foi de Pierre, nous avons Pierre lui-même.
R/. Beátus es, Simon Bar Iona, quia caro et sanguis non revelávit tibi, sed Pater meus qui est in cælis, * Dicit Dóminus. V/. Et ego dico tibi quia tu es Petrus et super hanc petram ædificábo Ecclésiam meam. * Dicit. V/. Glória Patri. * Dicit. R/. Heureux es-tu, Simon, fils de Ionas: ce n'est pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux, * Dit le Seigneur. V/. Et moi, je te le déclare: Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église, * Dit. V/. Gloire au Père. * Dit.