Vigiles (OSB) du samedi 23 février 2019 - St Polycarpe, évêque et martyr

Hebdomada VII per annum VIIème semaine dans l'année
Sabbato Samedi
S. Polycarpi, episcopi et martyris St Polycarpe, évêque et martyr
Memoria Mémoire
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
De Epístula prima beáti Pauli apóstoli ad Corínthios De la première lettre de saint Paul aux Corinthiens
Lectio I Lecture I
Sectámini caritátem, æmulámini spiritália, magis autem, ut prophetétis. Qui enim lóquitur lingua, non homínibus lóquitur, sed Deo; nemo enim audit, spíritu autem lóquitur mystéria. Qui autem prophétat, homínibus lóquitur ædificatiónem et exhortatiónem et consolatiónes. Qui lóquitur lingua, semetípsum ædíficat; qui autem prophétat, ecclésiam ædíficat. Volo autem omnes vos loqui linguis, magis autem prophetáre; maior autem est qui prophétat quam qui lóquitur linguis, nisi forte interpretétur, ut ecclésia ædificatiónem accípiat. Recherchez la charité; aspirez aussi aux dons spirituels, surtout à celui de prophétie. Car celui qui parle en langue ne parle pas aux hommes, mais à Dieu; personne en effet ne comprend: il dit en esprit des choses mystérieuses. Celui qui prophétise, au contraire, parle aux hommes; il édifie, exhorte, réconforte. Celui qui parle en langue s'édifie lui-même, celui qui prophétise édifie l'assemblée. Je voudrais, certes, que vous parliez tous en langues, mais plus encore que vous prophétisiez; car celui qui prophétise l'emporte sur celui qui parle en langues, à moins que ce dernier n'interprète, pour que l'assemblée en tire édification.
R/. Dómine, exáudi oratiónem meam, et clamor meus ad te véniat; * Quia non spernis, Deus, preces páuperum. V/. De profúndis clamávi ad te, Dómine; Dómine exáudi vocem meam. * Quia. R/. Seigneur, entends ma prière: que mon cri parvienne jusqu'à toi! * Car tu ne méprises pas, mon Dieu, la prière des humbles. V/. Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur; Seigneur, écoute mon appel! * Car.
Lectio II Lecture II
Nunc autem, fratres, si vénero ad vos linguis loquens, quid vobis pródero, nisi vobis loquar aut in revelatióne aut in sciéntia aut in prophetía aut in doctrína? Tamen, quæ sine ánima sunt vocem dántia, sive tíbia sive cíthara, nisi distinctiónem sonítuum déderint, quómodo sciétur quod tíbia cánitur aut quod citharizátur? Etenim si incértam vocem det tuba, quis parábit se ad bellum? Ita et vos per linguam nisi maniféstum sermónem dedéritis, quómodo sciétur id quod dícitur? Eritis enim in áera loquéntes. Tam multa, ut puta, génera linguárum sunt in mundo, et nihil sine voce est. Si ergo nesciéro virtútem vocis, ero ei, qui lóquitur, bárbarus; et, qui lóquitur, mihi bárbarus. Et maintenant, frères, supposons que je vienne chez vous et vous parle en langues, en quoi vous serai-je utile, si ma parole ne vous apporte ni révélation, ni science, ni prophétie, ni enseignement? Ainsi en est-il des instruments de musique, flûte ou cithare; s'ils ne donnent pas distinctement les notes, comment saura-t-on ce que joue la flûte ou la cithare? Et si la trompette n'émet qu'un son confus, qui se préparera au combat? Ainsi de vous: si votre langue n'émet pas de parole intelligible, comment saura-t-on ce que vous dites? Vous parlerez en l'air. Il y a, de par le monde, je ne sais combien d'espèces de langages, et rien n'est sans langage. Si donc j'ignore la valeur du langage, je ferai l'effet d'un Barbare à celui qui parle, et celui qui parle me fera, à moi, l'effet d'un Barbare.
R/. Velóciter exáudi me, Dómine, * Quia defecérunt sicut fumus dies mei. V/. Dies mei sicut umbra declinavérunt, et ego sicut fœnum árui; * Quia. R/. Vite, réponds-moi, Seigneur, * Car mes jours s'en vont en fumée. V/. L'ombre gagne sur mes jours, et moi, je me dessèche comme l'herbe; * Car.
Lectio III Lecture III
Quóniam æmulátores estis spirítuum, ad ædificatiónem ecclésiæ quærite, ut abundétis. Et ídeo, qui lóquitur lingua, oret, ut interpretétur. Nam si orem lingua, spíritus meus orat, mens autem mea sine fructu est. Quid ergo est? Orábo spíritu, orábo et mente; psallam spíritu, psallam et mente. Puisque vous aspirez aux dons spirituels, cherchez à les avoir en abondance pour l'édification de l'assemblée. C'est pourquoi celui qui parle en langue doit prier pour pouvoir interpréter. Car, si je prie en langue, mon esprit est en prière, mais mon intelligence n'en retire aucun fruit. Que faire donc? Je prierai avec l'esprit, mais je prierai aussi avec l'intelligence. Je dirai un hymne avec l'esprit, mais je le dirai aussi avec l'intelligence.
Céterum si benedíxeris in spíritu, qui supplet locum idiótæ, quómodo dicet " Amen! " super tuam benedictiónem, quóniam quid dicas nescit? Nam tu quidem bene grátias agis, sed alter non ædificátur. Grátias ago Deo quod ómnium vestrum magis linguis loquor; sed in ecclésia volo quinque verba sensu meo loqui, ut et álios ínstruam, quam decem mília verbórum in lingua. Autrement, si tu ne bénis qu'en esprit, comment celui qui a rang de non-initié répondra-t-il " Amen! " à ton action de grâces, puisqu'il ne sait pas ce que tu dis? Ton action de grâces est belle, certes, mais l'autre n'en est pas édifié. Je rends grâces à Dieu de ce que je parle en langues plus que vous tous; mais dans l'assemblée, j'aime mieux dire cinq paroles avec mon intelligence, pour instruire aussi les autres, que dix mille en langue.
R/. Salvos nos fac, Dómine Deus noster, et cóngrega nos de natiónibus, * Ut confiteámur nómini tuo et gloriémur in laude tua. V/. Meménto nostri, Dómine, in beneplácito pópuli tui; vísita nos in salutári tuo: * Ut confiteámur. V/. Glória Patri. * Ut confiteámur. R/. Sauve-nous, Seigneur notre Dieu; rassemble-nous du milieu des païens: * Que nous rendions grâce à ton nom, fiers de chanter ta louange! V/. Souviens-toi de nous, Seigneur, dans ta bienveillance pour ton peuple; toi qui le sauves, visite-nous: * Que nous rendions grâce. V/. Gloire au Père. * Que .
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Epístula Ecclésiæ Smyrnénsis De martýrio sancti Polycárpi (Cc. 13-15: Funk 1, 329-333) Lettre de l'Église de Smyrne sur le martyre de saint Polycarpe
Lectio I Lecture I
Cum rogus apparátus esset, Polycárpus, mánibus in tergum reiéctis ac vinctus, tamquam áries insígnis ex magno grege ad oblatiónem, víctima acceptábilis Deo præparáta, cælum intúitus dixit: " Dómine Deus omnípotens, Pater dilécti ac benedícti Fílii tui Iesu Christi, per quem tui notítiam accépimus, Deus angelórum et virtútum et univérsæ creatúræ totiúsque géneris iustórum in conspéctu tuo vivéntium; benedíco tibi, quóniam me hac die atque hac hora dignátus es, ut in número mártyrum accíperem partem cálicis Christi tui ad resurrectiónem in vitam ætérnam ánimæ et córporis in incorruptióne per Spíritum Sanctum, inter quos útinam suscípiar hódie coram te tamquam sacrifícium pingue et accéptum, quemádmodum præparásti et mihi præmonstrásti et nunc adimplevísti, Deus, mendácii néscius et verax. Lorsque le bûcher fut prêt, Polycarpe, avec les mains ramenées derrière le dos, était comme un bélier de choix pris dans un grand troupeau pour être offert en sacrifice, holocauste préparé pour être agréable à Dieu. Levant les yeux au ciel, il dit: " Seigneur, Dieu tout-puissant, Père de ton enfant bien-aimé et béni, Jésus-Christ, par qui nous avons reçu la connaissance de ton nom; Dieu des anges, des puissances, de toute la création et de toute la race des justes qui vivent en ta présence: je te bénis parce que tu m'as rendu digne de ce jour et de cette heure, pour que je prenne part, dans la troupe des martyrs, à la coupe de ton Christ, en vue de la résurrection du corps et de l'âme à la vie éternelle, dans l'immortalité donnée par l'Esprit Saint. Je souhaite d'être admis aujourd'hui en ta présence avec eux, comme un sacrifice riche et agréable, ainsi que tu l'avais préparé et manifesté d'avance, ainsi que tu l'as réalisé, Dieu sincère et véritable.
R/. Glória et honóre coronásti eum, Dómine, et constituísti eum super ópera mánuum tuárum; * Omnia subiecísti sub pédibus eius. V/. Quóniam prævenísti eum in benedictiónibus dulcédinis, posuísti in cápite eius corónam de lápide pretióso. * Omnia. R/. Seigneur, tu l'as couronné de gloire et d'honneur, tu l'établis sur l'œuvre de tes mains; * Tu mets toute chose à ses pieds. V/. Tu l'as prévenu de la douceur de tes bénédictions, tu poses sur sa tête une couronne sertie de pierres précieuses. * Tu mets.
Lectio II Lecture II
Quaprópter de ómnibus te laudo, tibi benedíco, te glorífico per sempitérnum et cæléstem pontíficem Iesum Christum, diléctum tuum Fílium, per quem tibi, cum ipso et Spíritu Sancto, glória et nunc et in futúra sæcula. Amen. " Et postquam Amen emisísset precationémque complevísset, minístri ignis ignem accendérunt. Aussi je te loue pour toute chose, je te bénis, je te glorifie par le grand prêtre éternel et céleste, Jésus-Christ, ton enfant bien-aimé. Par lui, gloire à toi, à lui et à l'Esprit Saint, maintenant et dans les siècles futurs. Amen. " Quand il eut fait monter cet amen et achevé sa prière, les hommes chargés du feu allumèrent le brasier.
R/. Iste cognóvit iustítiam et vidit mirabília magna et exorávit Altíssimum; * Et invéntus est in número sanctórum. V/. Iste est qui contémpsit vitam mundi et pervénit ad cæléstia regna.* Et invéntus est. R/. Celui-ci a pratiqué la justice et contemplé de grandes merveilles, il a fléchi le Très-Haut par ses prières; * On le compte au nombre des saints. V/. En méprisant le faste du siècle, il est parvenu au royaume des cieux. * On le compte.
Lectio III Lecture III
Cum vero ingens flamma emicásset, miráculum vídimus nos, quibus illud spectáre concéssum fuit, qui et ídeo reserváti sumus, ut áliis, quæ contigérunt annuntiarémus. Ignis enim fórnicis spéciem præbens, tamquam navis velum a vento replétum, in círculo corpus mártyris circúmdedit; quod in médio pósitum, non ut caro assa videbátur, sed véluti panis coctus vel sicut aurum et argéntum in fornáce candens. Tantam autem nos percépimus suavitátem odóris, ac si thus aut áliud quoddam pretiosórum arómatum oluísset. Une grande flamme brilla, et nous avons vu une merveille, nous à qui il fut accordé de la voir et qui avions été gardés pour annoncer aux autres ces événements. Le feu présenta la forme d'une voûte, comme la voile d'un navire gonflée par le vent; elle entourait comme d'un rempart le corps du martyr. Celui-ci était au milieu, non comme une chair qui brûle, mais comme un pain qui cuit, ou comme de l'or et de l'argent étincelant dans la fournaise. Et nous sentions un parfum pareil à celui d'une exhalaison d'encens ou d'un autre aromate précieux.
R/. Pósuit corónam cápiti meo et circúmdedit me vestiménto salútis, * Ad expugnándas gentes et omnes inimícos. V/. Iúdica, Dómine, nocéntes me, expúgna impugnántes me, apprehénde arma et scutum, * Ad expugnándas. V/. Glória Patri. * Ad expugnándas. R/. Tu as posé sur ma tête une couronne et tu m'as entouré d'un vêtement de salut, * Pour aller combattre les nations et tous les ennemis. V/. Accuse, Seigneur, ceux qui cherchent à me nuire, attaque ceux qui m'attaquent, prends une armure, un bouclier, * Pour. V/. Gloire au Père. * Pour.