Vigiles (OSB) du lundi 25 février 2019 -

Hebdomada VII per annum VIIème semaine dans l'année
Feria II Lundi
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
De Epístula prima beáti Pauli apóstoli ad Corínthios De la première lettre de saint Paul aux Corinthiens
Lectio I Lecture I
Laudo vos quod ómnia mei mémores estis et, sicut trádidi vobis, traditiónes meas tenétis. Volo autem vos scire quod omnis viri caput Christus est, caput autem mulíeris vir, caput vero Christi Deus. Je vous félicite de ce qu'en toutes choses vous vous souvenez de moi et gardez les traditions comme je vous les ai transmises. Je veux cependant que vous le sachiez: le chef de tout homme, c'est le Christ; le chef de la femme, c'est l'homme; et le chef du Christ, c'est Dieu.
Omnis vir orans aut prophétans veláto cápite, detúrpat caput suum; omnis autem múlier orans aut prophétans non veláto cápite, detúrpat caput suum: unum est enim atque si decalvétur. Nam si non velátur múlier, et tondeátur! Si vero turpe est mulíeri tondéri aut decalvári, velétur. Tout homme qui prie ou prophétise le chef couvert fait affront à son chef. Toute femme qui prie ou prophétise le chef découvert fait affront à son chef; c'est exactement comme si elle était tondue. Si donc une femme ne met pas de voile, alors, qu'elle se coupe les cheveux! Mais si c'est une honte pour une femme d'avoir les cheveux coupés ou tondus, qu'elle mette un voile.
R/. Benedícam Dómino in omni témpore, * Semper laus eius in ore meo. V/. In Dómino laudábitur ánima mea, áudiant mansuéti et læténtur. * Semper. R/. Je bénirai le Seigneur en tout temps, * Sa louange sans cesse à mes lèvres. V/. Je me glorifierai dans le Seigneur: que les pauvres m'entendent et soient en fête! * Sa louange.
Lectio II Lecture II
Vir quidem non debet veláre caput, quóniam imágo et glória est Dei; múlier autem glória viri est. Non enim vir ex mulíere est, sed múlier ex viro; étenim non est creátus vir propter mulíerem, sed múlier propter virum. Ideo debet múlier potestátem habére supra caput propter ángelos. Verúmtamen neque múlier sine viro, neque vir sine mulíere in Dómino; nam sicut múlier de viro, ita et vir per mulíerem, ómnia autem ex Deo. L'homme, lui, ne doit pas se couvrir la tête, parce qu'il est l'image et le reflet de Dieu; quant à la femme, elle est le reflet de l'homme. Ce n'est pas l'homme en effet qui a été tiré de la femme, mais la femme de l'homme; et ce n'est pas l'homme, bien sûr, qui a été créé pour la femme, mais la femme pour l'homme. Voilà pourquoi la femme doit avoir sur la tête un signe de sujétion, à cause des anges. Aussi bien, dans le Seigneur, ni la femme ne va sans l'homme, ni l'homme sans la femme; car, de même que la femme a été tirée de l'homme, ainsi l'homme naît par la femme, et tout vient de Dieu.
R/. Delectáre in Dómino, * Et dabit tibi petitiónes cordis tui. V/. Revéla Dómino viam tuam et spera in eum, et ipse faciet. * Et dabit. R/. Mets ta joie dans le Seigneur: * Il comblera les désirs de ton cœur. V/. Découvre au Seigneur tes voies, fais-lui confiance, et lui, il agira. * Il comblera.
Lectio III Lecture III
In vobis ipsi iudicáte: Decet mulíerem non velátam oráre Deum? Nec ipsa natúra docet vos quod vir quidem, si comam nútriat, ignomínia est illi, múlier vero, si comam nútriat, glória est illi? Quóniam coma pro velámine ei data est. Si quis autem vidétur contentiósus esse, nos talem consuetúdinem non habémus, neque ecclésiæ Dei. Jugez-en par vous-mêmes. Est-il convenable que la femme prie Dieu la tête découverte? La nature elle-même ne vous enseigne-t-elle pas que c'est une honte pour l'homme de porter les cheveux longs, tandis que c'est une gloire pour la femme de les porter ainsi? Car la chevelure lui a été donnée en guise de voile. Au reste, si quelqu'un se plaît à ergoter, tel n'est pas notre usage, ni celui des Églises de Dieu.
R/. Auribus pércipe, Dómine, lácrimas meas; ne síleas a me, remítte mihi, * Quóniam íncola ego sum apud te et peregrínus. V/. Dixi: Custódiam vias meas, ut non delínquam in lingua mea. * Quóniam. V/. Glória Patri. * Quóniam. R/. Seigneur, ne reste pas sourd à mes pleurs; ne garde pas le silence à mon égard, laisse-moi un peu de répit, * Car je ne suis qu'un hôte chez toi, un simple pèlerin. V/. J'ai dit: Je garderai mon chemin sans laisser ma langue s'égarer. * Car. V/. Gloire au Père. * Car.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Expositióne sancti Thomæ de Aquino presbýteri in Epístulam primam ad Corínthios (Cap. 11, lect. 1: ed. Marietti,) Commentaire de saint Thomas d'Aquin sur la première Lettre aux Corinthiens
Lectio I Lecture I
Supra Apóstolus remóvit a fidélibus id quod est contrárium eucharístiæ sacraménto, scílicet participatiónem mensæ idolórum, nunc autem ínstruit fidéles de ipso eucharístiæ sacraménto. Et primo præmíttit quamdam admonitiónem generálem; secúndo accédit ad propósitum: Volo autem vos scire quod omnis viri caput Christus est. Circa primum considerándum est quod ita se habet naturális ordo rerum, quod ea quæ sunt inferióra in éntibus imitántur ea quæ sunt superióra secúndum suum posse. Unde étiam naturále agens tamquam supérius assímilat sibi pátiens. Plus haut l'Apôtre a détourné les fidèles de ce qui s'oppose à la réception du sacrement de l'eucharistie, à savoir la participation à la table des idoles; maintenant il instruit les fidèles sur le sacrement même de l'eucharistie; et premièrement il leur donne un avertissement général; deuxièmement il en vient à son propos: Or je veux que vous sachiez que de tout homme le Christ est la Tête. Sur le premier point, il faut considérer que tel est l'ordre naturel des choses: les choses qui sont inférieures dans l'être imitent selon leur pouvoir celles qui sont supérieures. Il en découle que l'agent naturel assume, en tant que supérieur, l'être qui occupe à son égard la position de patient.
R/. Státuit Dóminus supra petram pedes meos, et diréxit gressus meos Deus meus, * Et immísit in os meum cánticum novum. V/. Exspéctans exspectávi Dóminum, et respéxit me; et exaudívit deprecatiónem meam. * Et immísit. R/. Le Seigneur m'a fait reprendre pied sur le roc, mon Dieu a raffermi mes pas; * Dans ma bouche il a mis un chant nouveau. V/. D'un grand espoir j'espérais le Seigneur: il s'est penché vers moi pour entendre mon cri. * Dans ma bouche.
Lectio II Lecture II
Primordiále autem princípium totíus processiónis rerum est Fílius Dei, secúndum Ioánnem: Omnia per ipsum facta sunt. Et ipse ídeo est primordiále exémplar, quod omnes creatúræ imitántur tamquam veram et perféctam imáginem Patris. Unde dícitur: Qui est imágo Dei invisíbilis primogénitus omnis creatúræ, quia in ipso cóndita sunt univérsa. Speciáli tamen quodam modo exémplar est spirituálium gratiárum, quibus spirituáles creatúræ illustrántur, secúndum psalmum: In splendóribus sanctórum ex útero ante lucíferum génui te, quia scílicet génitus est ante omnem creatúram per grátiam lucéntem, habens exempláriter in se splendóres ómnium sanctórum. Or le Principe primordial de toute la création successive des choses, c'est le Fils de Dieu, selon ces paroles de saint Jean: Tout a été fait par lui. Et il est lui-même l'exemplaire primordial, au point que toutes les créatures l'imitent, comme la vraie et parfaite Image du Père. C'est pourquoi le texte sacré dit: Lui qui est l'image du Dieu invisible, le Premier-né de toute créature, car en Lui toutes choses ont été créées. Cependant, selon un mode spécial il est l'exemplaire des grâces spirituelles dont sont illuminées les créatures spirituelles, suivant ce verset du psaume: Dans les splendeurs sacrées, avant la lumière, de mon sein je t'ai engendré; ce qui veut dire qu'il a été engendré avant toute créature illuminée de la grâce, et qu'il possède en soi par mode d'exemplarité les splendeurs de tous les saints.
R/. Ego dixi: Dómine, miserére mei; * Sana ánimam meam quia peccávi tibi. V/. Dómine, ne in ira tua árguas me, neque in furóre tuo corrípias me. * Sana. R/. J'avais dit: Pitié pour moi, Seigneur; * Guéris-moi, car j'ai péché contre toi! V/. Seigneur, corrige-moi sans colère, et reprends-moi sans fureur. * Guéris-moi.
Lectio III Lecture III
Hoc autem exémplar Dei prius erat a nobis valde remótum, secúndum illud: Quid est homo, ut sequi possit Regem factórem suum? Et ídeo homo fíeri vóluit ut homínibus humánum exémplar præbéret. Et sicut divinitátis eius exémplar primo quidem imitántur ángeli, ut Dionýsius dicit, ita humanitátis exémplar principáliter quidem imitándum propónitur prælátis Ecclésiæ tamquam superióribus. Unde et Dóminus apóstolis dicit: Exémplum dedi vobis ut quemádmodum ego feci, ita et vos faciátis. Secundário vero ipsi præláti informáti exémplo Christi, proponúntur exémplar vitæ súbditis, ut Petrus ait: Forma facti gregis ex ánimo. Et ídeo Apóstolus signánter dicit: Dixi ut sine offensióne ómnibus sitis, et hoc quidem fácere potéritis, si hoc quod dico servétis: " Imitatóres mei estóte, sicut et ego Christi. " Mais cet exemplaire de Dieu était d'abord très éloigné de nous, suivant ce texte de l'Écriture: Qu'est-ce que l'homme, pour qu'il puisse suivre le Roi, son créateur? Et c'est pourquoi Dieu a voulu se faire homme, afin de donner aux hommes un exemplaire humain. Et de même que les anges, les premiers, imitent l'exemplaire de la divinité, comme le dit Denys, ainsi l'exemplaire de l'humanité est-il proposé premièrement à l'imitation des prélats de l'Église, en tant que supérieurs. C'est ainsi que le Seigneur lui-même dit aux Apôtres: Je vous ai donné l'exemple, afin que vous-mêmes fassiez comme j'ai fait. Mais en second lieu, les prélats eux-mêmes, se conformant à l'exemple du Christ, sont proposés à leurs subordonnés comme exemple de vie, ainsi que le dit saint Pierre: devenus par l'esprit l'exemple du troupeau. Et c'est pourquoi l'Apôtre prononce ces paroles significatives: Je vous ai dit de n'offenser personne. Et cela, vous y réussirez si vous observez ma recommandation: " Soyez mes imitateurs comme je le suis du Christ. "
R/. Sedes tua, Deus, in sæculum sæculi; * Virga æquitátis virga regni tui. V/. Dilexísti iustítiam et odísti iniquitátem, proptérea unxit te Deus, Deus tuus. * Virga. V/. Glória Patri. * Virga. R/. Ton trône, Seigneur Dieu, est un trône éternel; * Ton sceptre royal est sceptre de droiture. V/. Tu aimes la justice, tu réprouves le mal, c'est pourquoi Dieu, ton Dieu, t'a conféré l'onction. * Ton sceptre. V/. Gloire au Père. * Ton sceptre.