Vigiles (OSB) du jeudi 28 février 2019 -

Hebdomada VIII per annum VIIIème semaine dans l'année
Feria V Jeudi
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
De Epístula prima beáti Pauli apóstoli ad Corínthios De la première lettre de saint Paul aux Corinthiens
Lectio I Lecture I
De colléctis, quæ fiunt in sanctos, sicut ordinávi ecclésiis Galátiæ, ita et vos fácite. Per primam sábbati unusquísque vestrum apud se ponat recóndens, quod ei beneplacúerit, ut non, cum vénero, tunc colléctæ fiant. Cum autem præsens fúero, quos probavéritis, per epístulas hos mittam perférre grátiam vestram in Ierúsalem; quod si dignum fúerit, ut et ego eam, mecum ibunt. Véniam autem ad vos, cum Macedóniam pertransíero, nam Macedóniam pertransíbo; apud vos autem fórsitan manébo vel étiam hiemábo, ut vos me deducátis, quocúmque íero. Nolo enim vos modo in tránsitu vidére; spero enim me aliquántum témporis manére apud vos, si Dóminus permíserit. Permanébo autem Ephesi usque ad Pentecósten; óstium enim mihi apértum est magnum et éfficax, et adversárii multi. Quant à la collecte en faveur des saints, suivez, vous aussi, les instructions que j'ai données aux Églises de la Galatie. Que le premier jour de la semaine, chacun de vous mette de côté chez lui ce qu'il aura pu épargner, en sorte qu'on n'attende pas que je vienne pour recueillir les dons. Et une fois près de vous, j'enverrai, munis de lettres, ceux que vous aurez jugés aptes, porter vos libéralités à Jérusalem; et s'il vaut la peine que j'y aille aussi, ils feront le voyage avec moi. J'irai chez vous, après avoir traversé la Macédoine; car je passerai par la Macédoine. Peut-être séjournerai-je chez vous ou même y passerai-je l'hiver, afin que ce soit vous qui m'acheminiez vers l'endroit où j'irai. Car je ne veux pas vous voir juste en passant; j'espère bien rester quelque temps chez vous, si le Seigneur le permet. Toutefois je resterai à Éphèse jusqu'à la Pentecôte; car une porte y est ouverte toute grande à mon activité, et les adversaires sont nombreux.
R/. Confitébimur tibi, Deus; confitébimur tibi, * Et invocábimus nomen tuum. V/. Narrábo ómnia mirabília tua. Dum accépero tempus, ego iustítiam iudicábo. * Et invocábimus. R/. À toi, Dieu, nous rendons grâce; nous rendons grâce, * Et ton nom est proche. V/. Je proclamerai tes merveilles! Oui, au moment que j'ai fixé, moi, je jugerai avec droiture. * Et ton nom.
Lectio II Lecture II
Si vénerit Timótheus, vidéte, ut sine timóre sit apud vos, opus enim Dómini operátur sicut et ego; ne quis ergo illum spernat. Dedúcite autem illum in pace, ut véniat ad me; exspécto enim illum cum frátribus. De Apóllo autem fratre, multum rogávi eum, ut veníret ad vos cum frátribus, et útique non fuit volúntas, ut nunc veníret; véniet autem, cum ei opportúnum fúerit. Si Timothée arrive, veillez à ce qu'il soit sans crainte au milieu de vous; car il travaille comme moi à l'œuvre du Seigneur. Que personne donc ne le méprise. Acheminez-le en paix, pour qu'il vienne me rejoindre: je l'attends avec les frères. Quant à notre frère Apollos, je l'ai vivement exhorté à aller chez vous avec les frères, mais il ne veut absolument pas y aller maintenant; il ira lorsqu'il en trouvera l'occasion.
R/. Cogitávi dies antíquos, et annos ætérnos in mente hábui; et meditátus sum nocte cum corde meo, * Et dixi: Miserére, Deus. V/. Illuxérunt coruscatiónes tuæ orbi terræ, vidit et commóta est terra. * Et dixi. R/. Je repense aux jours d'autrefois, aux années inoubliables de jadis; la nuit, je médite en mon cœur, * Et je dis: Pitié, mon Dieu! V/. Tes éclairs illuminèrent le monde, la terre le vit et s'affola. * Et je dis.
Lectio III Lecture III
Vigiláte, state in fide, viríliter ágite, confortámini; ómnia vestra in caritáte fiant. Obsecro autem vos, fratres: nostis domum Stéphanæ, quóniam sunt primítiæ Acháiæ et in ministérium sanctórum ordinavérunt seípsos; ut et vos súbditi sitis eiúsmodi et omni cooperánti et laboránti. Gáudeo autem in præséntia Stéphanæ et Fortunáti et Acháici, quóniam id quod vobis déerat, ipsi supplevérunt, refecérunt enim et meum spíritum et vestrum. Cognóscite ergo, qui eiúsmodi sunt. Salútant vos ecclésiæ Asiæ. Salútant vos in Dómino multum Aquila et Prisca cum doméstica sua ecclésia. Salútant vos fratres omnes. Salutáte ínvicem in ósculo sancto. Salutátio mea manu Pauli. Si quis non amat Dóminum, sit anáthema. Marána tha ! Grátia Dómini Iesu vobíscum. Cáritas mea cum ómnibus vobis in Christo Iesu. Veillez, demeurez fermes dans la foi, soyez des hommes, soyez forts. Que tout se passe chez vous dans la charité. Encore une recommandation, frères. Vous savez que Stéphanas et les siens sont les prémices de l'Achaïe, et qu'ils se sont rangés d'eux-mêmes au service des saints. À votre tour, rangez-vous sous de tels hommes, et sous quiconque travaille et peine avec eux. Je suis heureux de la visite de Stéphanas, de Fortunatus et d'Achaïcus, qui ont suppléé à votre absence; ils ont en effet tranquillisé mon esprit et le vôtre. Sachez donc apprécier de tels hommes. Les Églises d'Asie vous saluent. Aquilas et Prisca vous saluent bien dans le Seigneur, ainsi que l'assemblée qui se réunit chez eux. Tous les frères vous saluent. Saluez-vous les uns les autres par un saint baiser. La salutation est de ma main, à moi, Paul. Si quelqu'un n'aime pas le Seigneur, qu'il soit anathème! " Maran atha. " La grâce du Seigneur Jésus soit avec vous! Je vous aime tous dans le Christ Jésus.
R/. Dómine Deus, propítius esto pópulo tuo, * Et convérte tribulatiónem nostram in gáudium. V/. Adiuva nos, Deus salutáris noster; propter glóriam nóminis tui, Dómine, líbera nos. * Et convérte. V/. Glória Patri. * Et convérte. R/. Seigneur notre Dieu, sois favorable à ton peuple, * Transforme en joie notre épreuve. V/. Aide-nous, Dieu notre Sauveur; délivre-nous, Seigneur, pour la gloire de ton nom! * Transforme. V/. Gloire au Père. * Transforme.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Tractátu Balduíni Cantuariénsis epíscopi De sacraménto Eucharístiæ (Tract. diversi 1: PL 204, 403-404) Traité de Baudouin de Ford sur le sacrement de l'Eucharistie
Lectio I Lecture I
Sacraméntum Domínici córporis et sánguinis pro sua dignitáte et reveréntia dignum est a dignis digne tractári, digne cónfici, digne pércipi, dignéque dispensári. Magna et inæstimábilis est dígnitas huius sacraménti; et quis póterit ad eam? Magna est supra omnem modum intellegéntiæ nostræ, supra omnem mensúram capacitátis nostræ. Magnum est útique prétium mundi, prétium sine prétio, prétium impretiábile, quod nulla æstimatióne taxári potest. En raison de sa dignité et du respect qu'il mérite, le sacrement du corps et du sang du Christ réclame de dignes ministres pour le traiter dignement, le préparer dignement, le recevoir dignement, le distribuer dignement. Grande et inestimable est la dignité de ce sacrement, et qui peut en prendre vraiment conscience? Elle dépasse les possibilités de notre intelligence, elle excède nos capacités. Le prix du monde est considérable, il n'a pas de prix; c'est un trésor inappréciable, aucune monnaie ne peut en donner la valeur.
R/. Devastávit víneam tuam aper de silva, et singuláris ferus depástus est eam; vide, Dómine, et éxcita poténtiam tuam, * Ne péreat quod plantávit déxtera tua. V/. Dómine, Deus virtútum, convértere; réspice de cælo et vide, et vísita víneam istam. * Ne péreat. R/. Le sanglier des forêts ravage ta vigne, et les bêtes des champs la broutent. Regarde, Seigneur, réveille ta puissance: * Que ne soit pas détruit le cep que ta main a planté! V/. Seigneur, Dieu de l'univers, reviens! Du haut des cieux, regarde et vois: visite cette vigne, * Que.
Lectio II Lecture II
Magnum, inquit Apóstolus, pietátis sacraméntum, quod manifestátum est in carne, iustificátum est in spíritu, appáruit ángelis, prædicátum est géntibus, créditum est in mundo, assúmptum est in glória. Sacraméntum hoc sacrifícium est veritátis; nil in eo fictum, nil in eo simulátum, nil fucátum, nil mágicis præstígiis adumbrátum, sed vera sincéritas, et sincéra véritas: véritas in eo quod patet, véritas in eo quod latet. Patet visíbilis et vera spécies panis. Il est grand, dit l'Apôtre, le sacrement de la piété, il a été manifesté dans la chair, justifié dans l'esprit, vu des anges, proclamé chez les païens, cru dans le monde, enlevé dans la gloire. Ce sacrement est un sacrifice de vérité: on n'y trouve aucune feinte, simulation ou fausseté; il n'est pas sous l'ombre de quelque rite magique, mais véritable sincérité et sincère vérité: vérité en ce qui paraît, vérité en ce qui est caché. Ce qui paraît, c'est l'espèce visible et véritable du pain.
R/. Mane exáudies vocem meam, Dómine; * Mane astábo tibi et vidébo te, Deus. V/. Neque habitábit iuxta te malígnus, neque permanébunt iniústi ante óculos tuos. * Mane. R/. Au matin, tu écoutes ma voix, Seigneur; * Au matin, je me tiens devant toi et je te contemple, mon Dieu. V/. Chez toi, le méchant n'est pas reçu; non, l'orgueilleux ne tient pas devant ton regard. * Au matin.
Lectio III Lecture III
Ante consecratiónem quidem est ibi vera substántia panis, sed in consecratióne poténti virtúte verbórum transsubstantiátur et mutátur in veram carnem Christi; post consecratiónem totus Christus sub spécie visíbili abscónditus est, qui pósuit ténebras latíbulum suum. Ad quem prophéta lóquitur dicens: Vere Deus abscónditus tu es, rex Israel Salvátor. Abscónditus fuit Christus ab inítio in sinu Patris; abscónditus fuit postmodum in forma servi quam assúmpsit; abscónditus est et nunc in sacraménto quod ipse instítuit. Abscónditum in sinu Patris fides invénit; abscónditum in hómine fides nihilóminus invénit, ínvenit et ipsa fides in sacraménto abscónditum. Magna virtus fídei magnam habet familiaritátis grátiam apud Deum. Avant la consécration, nous avons la véritable substance du pain; mais, au moment de la consécration, elle se trouve transsubstantiée et changée, en vertu de la puissance des paroles, en la chair véritable du Christ. Après la consécration, le Christ tout entier se cache sous l'espèce visible, lui qui a fait des ténèbres son voile. Quand le prophète s'écrie: Vraiment tu es le Dieu caché, le roi sauveur d'Israël, c'est à lui qu'il s'adresse. Le Christ était caché, dès le commencement, dans le sein du Père. Il s'est caché ensuite sous la forme d'esclave qu'il a assumée. Il se cache encore actuellement dans le sacrement qu'il a institué. Caché dans le sein du Père, la foi le trouve; caché dans une humanité, la foi le trouve encore; et c'est encore la foi qui le découvre dans le sacrement où il se cache. Grande est la vertu de la foi qui obtient une telle grâce de familiarité avec Dieu!
R/. Rogámus te, Dómine Deus, quia peccávimus tibi; véniam pétimus quam non merémur. Si exspéctas non corrípimur, et si víndicas non durámus. * Manum tuam pórrige lapsis, qui latróni confiténti paradísi iánuas aperuísti. V/. Vita nostra in dolóre suspírat, et in ópere non eméndat. * Manum tuam. V/. Glória Patri. * Manum tuam. R/. Nous te prions, Seigneur notre Dieu: nous avons péché contre toi; accorde-nous le pardon que nous n'avons pas mérité. Si tu patientes, nous ne sommes pas touchés; si tu punis, nous ne le supportons pas. * Tends la main à ceux qui tombent, car tu as ouvert les portes du paradis au larron qui te reconnaissait. V/. Notre vie s'écoule dans les soupirs de l'affliction, mais ne fait pas l'effort de s'amender. * Tends la main. V/. Gloire au Père. * Tends la main.