Vigiles (OSB) du vendredi 1 mars 2019 -

Hebdomada VIII per annum VIIIème semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
Incipit Epístula beáti Iacóbi apóstoli De la lettre de saint Jacques
Lectio I Lecture I
Iacóbus, Dei et Dómini Iesu Christi servus, duódecim tríbubus, quæ sunt in dispersióne, salútem. Omne gáudium existimáte, fratres mei, cum in tentatiónibus váriis incidéritis, sciéntes quod probátio fídei vestræ patiéntiam operátur; patiéntia autem opus perféctum hábeat, ut sitis perfécti et íntegri, in nullo deficiéntes. Jacques, serviteur de Dieu et du Seigneur Jésus-Christ, aux douze tribus de la Dispersion, salut! Tenez pour une joie suprême, mes frères, d'être en butte à toutes sortes d'épreuves. Vous le savez: bien éprouvée, votre foi produit la constance; mais que la constance s'accompagne d'une œuvre parfaite, afin que vous soyez parfaits, irréprochables, ne laissant rien à désirer.
R/. Confitébor tibi, Dómine Deus, in toto corde meo, et honorificábo nomen tuum in ætérnum, * Quia misericórdia tua, Dómine, magna est super me. V/. Et eripuísti ánimam meam ex inférno inferióri, * Quia. R/. Je te rends grâce de tout mon cœur, Seigneur mon Dieu, toujours je rendrai gloire à ton nom; * Il est grand, Seigneur, ton amour pour moi! V/. Tu m'as tiré de l'abîme des morts: * Il est grand.
Lectio II Lecture II
Si quis autem vestrum índiget sapiéntia, póstulet a Deo, qui dat ómnibus affluénter et non impróperat, et dábitur ei. Póstulet autem in fide nihil hæsitans; qui enim hsitat, símilis est flúctui maris, qui a vento movétur et circumfértur. Non ergo æstimet homo ille quod accípiat áliquid a Dómino, vir dúplex ánimo, incónstans in ómnibus viis suis. Si l'un de vous manque de sagesse, qu'il la demande à Dieu - il donne à tous généreusement, sans récriminer - et elle lui sera donnée. Mais qu'il demande avec foi, sans hésitation, car celui qui hésite ressemble au flot de la mer que le vent soulève et agite. Qu'il ne s'imagine pas, cet homme-là, recevoir quoi que ce soit du Seigneur: homme à l'âme partagée, inconstant dans toutes ses voies!
Gloriétur autem frater húmilis in exaltatióne sua, dives autem in humilitáte sua, quóniam sicut flos feni transíbit. Exórtus est enim sol cum ardóre et arefécit fenum, et flos eius décidit, et decor vultus eius depériit; ita et dives in itinéribus suis marcéscet. Beátus vir, qui suffert tentatiónem, quia, cum probátus fúerit, accípiet corónam vitæ, quam repromísit Deus diligéntibus se. Que le frère d'humble condition se glorifie de son exaltation et le riche de son humiliation, car il passera comme fleur d'herbe. Le soleil brûlant s'est levé: il a desséché l'herbe et sa fleur tombe, sa belle apparence est détruite. Ainsi se flétrira le riche dans ses démarches! Heureux homme, celui qui supporte l'épreuve! Sa valeur une fois reconnue, il recevra la couronne de vie que le Seigneur a promise à ceux qui l'aiment.
R/. Misericórdia tua, Dómine, magna est super me, * Et liberásti ánimam meam ex inférno inferióri. V/. Deus, iníqui insurrexérunt in me, et fortes quæsiérunt ánimam meam. * Et liberásti. R/. Il est grand, Seigneur, ton amour pour moi: * Tu m'as délivré de l'abîme des morts! V/. Mon Dieu, des orgueilleux se lèvent contre moi, des puissants cherchent ma perte. * Tu m'as délivré.
Lectio III Lecture III
Nemo, cum tentátur, dicat: " A Deo tentor "; Deus enim non tentátur malis, ipse autem néminem tentat. Unusquísque vero tentátur a concupiscéntia sua abstráctus et illéctus; dein concupiscéntia, cum concéperit, parit peccátum, peccátum vero, cum consummátum fúerit, génerat mórtem. Nolíte erráre, fratres mei dilectíssimi. Omne datum óptimum et omne donum perféctum de sursum est, descéndens a Patre lúminum, apud quem non est transmutátio nec vicissitúdinis obumbrátio. Voluntárie génuit nos verbo veritátis, ut simus primítiæ quædam creatúræ eius. Que nul, s'il est éprouvé, ne dise: " C'est Dieu qui m'éprouve. " Dieu en effet n'éprouve pas le mal, il n'éprouve non plus personne. Mais chacun est éprouvé par sa propre convoitise qui l'attire et le leurre. Puis la convoitise, ayant conçu, donne naissance au péché, et le péché, parvenu à son terme, enfante la mort. Ne vous égarez pas, mes frères bien-aimés: tout don excellent, toute donation parfaite vient d'en haut et descend du Père des lumières, chez qui n'existe aucun changement, ni l'ombre d'une variation. Il a voulu nous enfanter par une parole de vérité, pour que nous soyons comme les prémices de ses créatures.
R/. Miserére mei, Dómine, quóniam ad te clamábo tota die. Lætífica ánimam servi tui, quóniam ad te, Dómine, ánimam meam levávi. * Quóniam tu, Dómine, suávis ac mitis es ómnibus invocántibus te. V/. Non est símilis tui in diis, Dómine, et non est secúndum ópera tua; * Quóniam. V/. Glória Patri. * Quóniam. R/. Prends pitié de moi, Seigneur, toi que j'appelle tout le jour. Seigneur, réjouis ton serviteur: vers toi, j'élève mon âme! * Toi qui es doux et bienveillant, plein d'amour pour tous ceux qui t'invoquent. V/. Aucun parmi les dieux n'est comme toi, Seigneur, et rien n'égale tes œuvres; * Toi. V/. Gloire au Père. * Toi.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Libro sancti Macárii abbátis De oratióne (Nn. 1-3: PG 34, 854-855) Livre de saint Macaire sur la prière
Lectio I Lecture I
Caput omnis boni stúdii et vertex óperum bonórum assidúitas oratiónis est, per quam in aliórum possessiónem bonórum indúcimur, eo qui nos ad ea vocat, manum cooperatrícem porrigénte. Etenim communicátio mýsticæ virtútis et connéxio dispositiónis sanctitátis in Deum ipsiúsque mentis per ineffábilem in Dóminum amórem, in oratióne iis qui digni reddúntur, obvéniunt: Dedísti enim, ait, lætítiam in corde meo, et ipse dicit Dóminus: Regnum cælórum intra vos est. Nam intra nos esse regnum, quid áliud putémus significáre quam cæléstem lætítiam Spíritus Sancti animábus dignis sensibíliter immíssam esse? La persévérance dans la prière est le fondement de tout bon effort et la cime où s'accomplissent les œuvres droites. C'est par elle, quand nous appelons Dieu à tendre une main secourable, que nous acquérons les autres vertus. C'est dans la prière, en effet, qu'est donné, à ceux qui en sont rendus dignes, de communier à l'énergie mystique et de s'unir étroitement à l'état de sainteté qui, par un ineffable amour envers le Seigneur, tourne vers Dieu l'intelligence elle-même. Il est dit: Tu as donné la joie à mon cœur. Et le Seigneur lui-même: Le royaume des cieux est au-dedans de vous. Que le royaume soit au-dedans de nous, qu'est-ce que cela peut signifier d'autre que ceci: la joie céleste de l'Esprit marque clairement de son empreinte les âmes qui en sont dignes?
R/. Quis est homo qui vivit et non vidébit mortem? * Aut quis éruet ánimam suam de manu ínferi? V/. Quis novit potestátem iræ tuæ aut præ timóre tuo iram tuam dinumeráre? * Aut. R/. Qui donc peut vivre et ne pas voir la mort? * Qui s'arracherait à l'emprise des enfers? V/. Qui comprendra la force de ta colère? Qui peut t'adorer dans tes fureurs? * Qui s'arracherait.
Lectio II Lecture II
Ut præstántius céteris est opus oratiónis, ita maióri opus habet sollicitúdine qui in id incúmbit, ne qua illi subrépat a malítia decéptio. Nam quo quisque maióris adipiscéndi boni curam cóncipit, eo maióri diábolus conátu ei obstáre conténdit. Quare multam eum adhibére necésse erit vigilántiam, ut fructus caritátis, humilitátis, simplicitátis, bonitátis, discretiónis e patiénti oratiónis cultúra ipsi pleni uberésque progérminent: ipsiúsque perspícuum in divína progréssum profectúmque demónstrent: sicque álios ad paris æmulatiónem stúdii próvocent. De même que l'œuvre de la prière est plus grande que les autres, de même celui qui est épris d'amour pour elle doit se donner plus de peine et de souci afin de ne pas se faire voler à son insu par le vice. Car en ceux qui visent un plus grand bien, le malin attaque avec de plus grands efforts. Un tel homme aura ainsi besoin d'une grande vigilance pour porter davantage encore les fruits de l'amour et de l'humilité, de la simplicité et de la bonté, et enfin du discernement, en persévérant chaque jour dans la prière. Ces fruits lui rendront manifeste son propre progrès et sa propre croissance dans les choses de Dieu, et ils inviteront les autres à éprouver la même ferveur.
R/. Factus est mihi Dóminus in refúgium, * Et Deus meus in auxílium spei meæ. V/. Deus ultiónum Dóminus, Deus ultiónum líbere egit. * Et. R/. Le Seigneur est mon refuge, * Mon Dieu, l'espoir de mon salut. V/. Le Dieu qui fait justice, le Seigneur, le Dieu qui fait justice agit librement. * Mon Dieu.
Lectio III Lecture III
Sine intermissióne orándum et perseveránter insisténdum oratióni esse, et divínus Apóstolus, et ipsíus Dómini oráculum præcipit dicéntis: Quanto magis Deus fáciet vindíctam clamántium ad se die ac nocte. Et illud: Vigiláte et oráte. Opórtet ígitur ubíque oráre: nec umquam conátum remíttere. Quanto autem capitálius qui perseveráre in oratióne decrévit, opus aggréssus est, tanto ipsum plus certáminis suscípere, tantóque magis id eum ad extrémum perdúcere opórtet, eo quod perserverántiæ oratiónis multa óbicit impediménta právitas, somnum, acédiam, pondus córporis, cogitatiónum aversiónem, mentis instabilitátem, languórem et réliqua malítiæ stúdia. Prætérea afflictiónes et ipsórum malórum dmonum insúltus veheménter impugnántium nos, et omni vi obstántium, ne appropinquáre Christo váleat Deum post veritátem incessánter quærens ánima. L'Apôtre enseigne qu'il faut prier continuellement et persévérer dans la prière, et le Seigneur l'a dit: Combien plus Dieu fera-t-il justice à ceux qui l'appellent nuit et jour, et: Veillez et priez. Il faut donc toujours prier et ne pas se lasser. De même que celui qui persévère dans la prière a choisi une œuvre plus fondamentale, de même il lui faut mener un grand combat et soutenir un effort continu, car à la persévérance dans la prière s'opposent les nombreux obstacles du vice: le sommeil, l'acédie, la pesanteur du corps, l'égarement des pensées, l'agitation de l'intelligence, le relâchement et les autres œuvres mauvaises. Puis viennent les afflictions, les soulèvements des esprits du mal eux-mêmes, qui nous combattent et nous résistent avec acharnement et empêchent d'approcher du Christ l'âme qui sans relâche recherche Dieu en vérité.
R/. Misericórdiam et iudícium cantábo tibi, Dómine; psallam et intélligam * In via immaculáta, quando vénies ad me. V/. Perambulábam in innocéntia cordis mei, in médio domus meæ, * In via. V/. Glória Patri. * In via. R/. À toi, Seigneur, je chanterai justice et bonté; je chanterai mes hymnes et j'irai avec intelligence * Sur le chemin de la perfection, lorsque tu viendras jusqu'à moi. V/. Je marcherai dans l'innocence de mon cœur avec ceux de ma maison, * Sur le chemin. V/. Gloire au Père. * Sur le chemin.